Département des Manuscrits > Rothschild > Rothschild 2685 (2145 c)-2982 (1016 b)

Rothschild 2797 (432 b)

Cote :  Rothschild 2797 (432 b) [IV, 1, 14] 
RECUEIL de poésies françaises. Ms. in-fol. sur papier de 231 f. (haut. 261 ; larg. 188 mill.), miniatures, XV e siècle, v. f., fil. et comp. à froid, tr. rouge. ( Rel. du XVI e siècle .)
Ouvrage rédigé en français
Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits

Conditions d'accès

Communication exceptionnelle, soumise à l’autorisation du directeur du département, sur demande motivée.

Présentation du contenu

1° (fol. 1). Le Pas de la Mort , [par AIMÉ DE MONTGESOIE] :

N'a pas long temps que je vivois
En moult grande prosperité...

Cette pièce n'est pas de Pierre Michault, comme on l'a cru (voy. Le Pas de la Mort, poème inédit de Pierre Michault, suivi d'une traduction flamande de Colyn Coellin ; publié, avec une introduction, par Jules Petit . Bruxelles, Fr.-J. Olivier, 1869, in-8. — Société des Bibliophiles de Belgique). M. Arthur Piaget nous fait observer que la signature du poète se trouve dans le dernier vers :

Sans fin AMÉ DE MOULT JE SOYE.

2° (fol. 17). Le Chevalier deliberé , [par OLIVIER DE LA MARCHE] :

Ainsi qu'en l'arriere saison,
Tant de mes jours que de l'annee...

Nous décrivons un manuscrit de ce poème dans la notice Rothschild 2806.

3° (fol. 79). [ Moralité de Bien Advisé et Mal Advisé .]

Cette pièce ne porte ici aucun titre ; elle commence de la façon suivante :

Comment BIEN ADVISÉ parle a Mal Advisé et dit qu'il aille avecq lui a l'honneur .

Le philosophe nous attrait
En parlant par dilection
Que chascun qui est divers fait
Doibt entendre a perfection.
Je ne voy proposition 5
Si naturelle a mon souhait,
(Et) en che faisant aduction
Je le te monstreray de fait.
Nous sçavons bien selon nature
v e Que une chose est tresparfaitte 10
A qui humaine creature
Doibt tendre, qui est imparfaitte,
Car nous voyons entierement
Toutes choses aller a declin,
Et que tout naturellement 15
Tousjours tendons a nostre fin...

Les interlocuteurs sont :

Bien Advisé.
Mal Advisé.
Franche Voulenté.
Raison.
Foy.
Contricion.
Enfermeté.
Le Varlet Contricion.
Confession.
Humilité.
Tendresche.
Oysance.
Rebellion.
Folie.
Houllerie.
Lecherie.
Frilis.
Hocquelerie.
Avarice.
Malice.
Faulce doctrine.
Le premier Escolier.
Le second Escolier.
Apetit.
Occupation.
Penitanche.
Satisfaction.
Le Povre.
Aulmosne.
Vaine Gloire.
La Chamberiere.
Jeusne.
Oroison.
Desesperance.
Povreté
Male Meschance.
Larechin.
Male Fin.
Honte.
Les Deables.
Patience.
Abstinence.
Chasteté.
Prudence.
Obedience.
Diligence.
Honeur.
Fortune.
Les quatre
Estas
du monde :
Le tiers Escolier.
Les autres Escoliers.
Reformation.
Le Bon Homme.
Gras dame.
Le premier petit Dyable.
Demen, premier dyable.
Sathan.
Leviatan.
Belial.
Dyabolus.
Lucifer.
Gloutonnie.
Dieu.
Gabriel.
Raphael.
Bonne Fin.

La moralité compte environ 6000 vers. Le texte qui a été imprimé par Pierre Le Caron pour Antoine Verard , vers 1495 (Biblioth. nat., vél. 602 ; — Musée Condé à Chantilly, Delisle, n° 1287), est plus développé parce qu'il y a été fait de nombreuses additions.

D'après Magnin ( Journal des savants , 1856, p. 47), dont les auteurs de l' Histoire littéraire de la France semblent adopter l'opinion (t. XXIV, p. 453), la Moralité de Bien Advisé aurait été composée entre 1388 et 1397 ; ce qui est certain c'est qu'elle fut jouée dans la première moitié du XV e siècle. Le compte de Perrin Pepin, « miseur » de la ville de Rennes de 1435 à 1443, mentionne une représentation donnée dans cette ville au mois d'août 1439, en présence de Pierre de Bretagne ( Bulletin de la Soc. des Bibliophiles bretons , 1878, p. 51.)

Notre manuscrit contient, nous n'osons dire le texte primitif, mais, en tout cas, une rédaction antérieure à celle qui a été publiée par Antoine Vérard. Celle-ci débute par un prologue en 166 vers qui est une addition, puis vient (fol. a ij d ) le début que nous avons ici :

BIEN ADVISÉ commence
Le philosophe nous retraict
En parlant par dilection
Que chascun qui est imparfaict
Doit entendre a perfection.
Nous voyons [bien] selon nature
Que une chose [est] impartaicte
A qui humaine creature
Doit tendre, qui est imparfaicte,
Car nous voions entierement
Toutes choses aller par declin
Et tout seculierement
Tousjours tendons a nostre fin.
Tousjours sommes en mouvemens
Et n'y fault ja mettre grant glose...

Notre manuscrit se termine ainsi (fol. 231) :

L'AME BIEN ADVISÉ.
Tresaigneur doulz et benignin,
Benois soyez tu en toy mesmes,
Qui te siés sur les cherubins
Et vois lez proffis des amis !
Dieu qui te siez sur les haulx trosnes
De ta glore, doulx roy celeste,
Et qui nous as donné couronne,
Benois, sirez, puissez tu estre !
Tu es cilz qui fus et seras,
Et avecq[ues] toy demouron
Qui as regné et regneras
In secula seculorum .
Amen .
Explicit .

Voici, par contre, la fin de l'imprimé :

Car ilz seront avec les diables,
Dont jamais ilz ne bougeront,
Et les autres seront amont,
Avec Jesus, nostre createur,
Ou [tout] se qu'ilz vouldront avront
Et vivront tousjours en honneur.
Faison comme ceulx sans faintise,
Et icy ne sejournon plus ;
Allon tous ensemble a l'eglise
Chantant : Te Deum laudamus .

Un manuscrit de Bien Advisé Mal Advisé était à vendre à Tours vers 1490. Voy. Ach. Chéreau, Catalogue d'un marchand libraire du XV e siècle, tenant boutique à Tours (Paris, 1868, in-16), p. 54, n° 201.

Le volume est orné de 77 miniatures commentant les textes (4 pour le Pas de la Mort , 14 pour Le Chevalier deliberé et 59 pour la moralité). Ces miniatures, rapidement exécutées à l'aquarelle sans gouache, sont fort intéressantes. Les f. 1, 17 et 79 r° sont en outre décorés de bordures. Au commencement du 1 er et du 3 e poème (fol. 1 et 79) on remarque les armes de la famille de LALAING : de gueules à dix losanges accolées et aboutées d'argent, 3, 3, 3 et 1, la première losange du canton dextre chargée d'un lion issant de gueules.

La reliure porte les armes de CHARLES DE BERLAYMONT, BARON DE HIERGES, DE PERWEZ, DE BEAURAIN, SEIGNEUR DE FLOYON, HAULTEPENNE, etc., chevalier de la Toison d'or, né en 1510, mort le 4 juin 1578. (Voy. Biographie nationale de Belgique , II, col. 250.) Ces armes sont : fascé de vair et de gueules.

Bibliographie

2005
Anne-Marie LEGARÉ, « Du nouveau sur l'enluminure en Hainaut à la fin du moyen âge, l'antiphonaire de l'abbaye de Forest (Westmalle, abbaye des trappistes, Ms. 9) », extrait de Manuscripts in transition : recycling manuscripts, texts and images ; proceedings of the international congres held in Brussels, 5-9 november 2002, Paris ; Leuven ; Dudley : Uitgeverij Peeters, 2005, p. 407-417, cité p. 415, n. 17 ; p. 417, n. 20.


2016
Jean-Marie FRITZ, "La clepsydre et l'oxymore : variations sur la Chante-pleure", tiré à part de Romania, t.134, 2016 (p. 346-401).
MSS [PER ROMA (2016-134) ; P-164 (2016-134).

Dépouillement bibliographique

Ce dépouillement bibliographique est réalisé de façon systématique à partir des publications acquises par le département des Manuscrits. Il est issu de chargements périodiques (dernier chargement : février 2021).

2018

Elizabeth MORRISON, A knight fot the ages. Jacques de Lalaing and the art of chivalry, Los Angeles : Getty publications, 2018, cité p. 162. — 4-IMPR-3816.

Belles-lettres — Poésie — Poètes français — Introduction. Recueil de poésies françaises du XVème siècle et du commencement du XVIème siècle

Berlaymont (Charles de), baron de Hierges, de Perwez, de Beaurain, etc • ms. lui ayant appartenu

Bien Advisé, Mal Advisé, moralité (XV e s.)

Chéreau (Achille), cité

Devises et anagrammes : Amé de moult je soye = Aimé de Montgesoie (v. 1450)

La Marche (Olivier de) • Le Chevalier deliberé, mss

Magnin (Charles)

Manuscrits de la collection James de Rothschild

Michaut (Pierre) •  Il n'est pas l'auteur du Pas de la Mort

Moralité de Bien Advisé et Maladvisé

Pas (Le) de la Mort

Pépin (Perrin), miseur de Rennes (v. 1440)

Petit (Jules) • du Pas de la Mort (1869)

Piaget (Arthur)

Pierre de Bretagne (v. 1440)

Recueil de poésies françaises du XV e siècle, ms