Département des Manuscrits > Espagnol

Espagnol 206

Cote : Espagnol 206  Réserver
Ancienne cote : Regius 7450
Ancienne cote : Dupuy II 977
Ancienne cote : Rigault II 1026
Honoré Bouvet , L'Arbre des batailles , traduit par Ramon de Caldes .
1429
Manuscrit rédigé en catalan .
Bibliothèque nationale de France. Département des manuscrits
Manuscrit copié à Catalogne . Ecriture semi textualis. Texte copié sur deux colonnes.
Le copiste, Loren de Exarch , est identifié par le colophon daté du 21 mars 1429 : " Aquest libre ha fet tralladar lo honorabile mossem Ramon de Caldes en 1 any mil CCCCXXIX, lo qual ha escrit Loren de Exarch a pregares del dit mossen Ramon. E fonch acabat dilluns que teniem XXI de març del demunt dit any " : f. 103v (Colophon n° 12288).
Deux initiales plus développées à la table (f. 1r) et au début de l'ouvrage (f. 5r). Initiales à l'encre rouge ou à l'encre bleue. Texte à l'encre noire.
Le cahier de ce manuscrit formé par les f. 17 à 32 a été transposé : il doit être placé après le f. 48.
Papier . 103 feuillets précédés et suivis de 5 gardes . 292 × 215 mm.
Reliure de veau raciné et dos de peau rouge au chiffre du roi de France Charles X . Tranches naturelles ; titre doré au dos « L’ARBRE DES BATAILLES EN PROVENÇAL ».
Estampille de la Bibliothèque du roi (avant 1735) sur le modèle Josserand-Bruno, 270, type 7.

Documents de substitution

Il existe une version numérisée de ce document.

Numérisation effectuée à partir d'un document original.

Accéder au manuscrit numérisé
vignette simple

Documents de substitution

Microfilm en noir et blanc. Cote de consultation en salle de lecture : MF 13039. Cote de la matrice (pour commander une reproduction) : R 13930.

Historique de la conservation

Ce manuscrit provient de la bibliothèque des rois Aragonais de Naples . Il est saisi par Charles VIII en 1495 et apporté au château d'Amboise, puis transféré dans la Librairie royale de Blois . Ce manuscrit est décrit dans l'inventaire du transfert de Blois à Fontainebleau en 1544 : "Ung autre en papier aussi en cathelan intitulé l'arbre des batailles, et couvert de cuir tanné" ( Omont n° 1704) et dans le catalogue de la bibliothèque du roi à Paris, à la fin du XVI e siècle : "Anciennes poesies de Honoré Bonnet, prieur de Guaillon. Des batailles, tribulations de l’Eglise et de la valeur de plusieurs romains" (Omont n° 2602-2603).

Présentation du contenu


Titre du XVI e siècle (dernier feuillet de garde supérieur verso) : « Provenceal Ancienne poesie de honoré bonnet prieur de Guaillon des batailles, tribulations de l’eglise et de la valeur de plusieur rommains ».
F. 1r- 4r : table des matières.
Le texte de L'Arbre des batailles commence au f. 5.

Cette oeuvre est composée entre 1386 et 1389 pour le roi de France Charles V par le provençal Honoré Bouvet (1345/1350-1410), moine puis docteur en droit en 1386, il se présente dans le texte comme prieur de Salon de Provence.
Cette oeuvre se présente comme une vaste réflexion sur la guerre organisée en quatre parties : dans la première, Bovet propose une nouvelle interprétation des visions de saint Jean appuyée sur des exemples historiques liés à la guerre ; dans la deuxième, il livre une histoire abrégée des quatre empires antiques, en insistant surtout sur les guerres opposant Rome et Carthage ; les deux autres parties étant consacrées aux implications juridiques de la guerre, il y soulève des cas juridiques liés aux pratiques guerrières et aux duels.

Exaltant la royauté, ce texte normatif s’apparente à un véritable programme de réforme en faveur de l’ordre au sein des armées et du respect des non-combattants, à une époque où les chefs militaires tentent de créer une chevalerie disciplinée agissant pour le bien du pays. Cette oeuvre atteste de l'arrivée des conceptions des juristes civilistes italiens examinant le droit de la guerre et non plus seulement le droit des armes.

Cette oeuvre doit être rapprochée de L’Arbre de ciència de Raymond Lull et surtout du Breviari d’amor de Matfre Ermengaut : en effet l' L'Arbre des batailles commence par une exposition allégorique, qui reprend la structure du Breviari d’amor : l’arbre d’amor, soutenue par une enluminure dans les manuscrits ; Bovet illustre son prologue par une enluminure représentant un Arbre des batailles dont les branches sont occupées par des hommes, papes, rois, princes et simples sujets, qui se font la guerre.

Cette oeuvre connaît une diffusion importante : 86 manuscrits français et 11 manuscrits contenant des traductions intégrales ou partielles en castillan (par Anton Corita en 1441 pour le marquis de Santillane et par Diego de Valencia pour le connétable Don Alvaro de Luna), catalan, occitan et écossais sont encore conservés. Le texte français existe sous deux versions : en effet, quatre manuscrits renferment un texte présentant une interpolation historique relative au royaume de Naples jusqu’à la naissance de la reine Jeanne I er .

Un autre manuscrit de la traduction catalane est conservé : le ms. Barcelone, Bibl. univ. 83. Les deux traductions catalanes apparaissent comme indépendantes l’une de l’autre : le manuscrit parisien présente un texte très corrompu, tout comme la traduction occitane, alors que le manuscrit barcelonais est établi à partir d’un excellent texte. Malgré leur grande proximité textuelle, un certain nombre de divergences entre le manuscrit occitan (Ms. Paris, BnF, français 1277) et ce manuscrit catalan (Ms. Paris BnF Esp. 206) montrent que ces deux traditions ne sont pas directement liées.

Bibliographie

Antonio (Nicolas), Biblioteca Hispana vetus , Rome, 1696, t. II, p. 210, n° 96.
Bartsch (Karl) (éd.), Chrestomathie provençale , 2 e , Elberfeld, 1880, col. 391 et suiv.
Mazzatinti (Giuseppe), La biblioteca dei Rei d'Argona in Napoli , Rocca S. Casciano, 1897, n° 341, p.135.
De Marinis (Tammaro), La Biblioteca napoletana dei re d'Aragona , Milan, 1967, t. II, p. 35
Morel-Fatio (Alfred), Catalogue des manuscrits espagnols et des manuscrits portugais ,Paris, Imprimerie nationale, 1892, n°103.
Avril (François) et alii, Manuscrits enuliminés de la péninsule ibérique , Paris, Bibliothèque nationale, 1982, n°229, p.172. .
Omont (Henri), Anciens inventaires et catalogues de la Bibliothèque nationale , t.I, Paris, 1908, n° 1704.
Alvar (Carlos), "Traductiones francesas en el siglo XV : el caso del Arbol de batallas de Honoré Bouvet", Miscellanea di studi in onore Aurelio Roncaglia , Modène, : Micchi, 1989, p. 23-34.
Biu (Hélène), La traduction occitane de L’Arbre des batailles d’Honorat Bovet , thèse soutenue à l'Ecole des chartes en 2000.

1983
François Avril, Jean-Pierre Aniel, Mireille Mentré, Alix Saulnier et Yolanta Zaluska, Manuscrits enluminés de la péninsule ibérique , Paris : Bibliothèque nationale, 1983, N° 229, p. 172

Informations sur le traitement

Notice rédigée par Blaise Dufal en février 2012.