Latin 11529-11530

Cote : Latin 11529-11530
Ancienne cote : Saint-Germain-des-Prés 12.1-2
Liber glossarum (Livre des gloses, vol. 1-2)
VIIIe (fin, peu avant 800)
Ce document est rédigé en latin.
Abbaye Saint-Pierre de Corbie (et Chelles ?).
Écriture minuscule dite ‘ab’ [de Corbie] (les f. 23r-108r de Lat. 11530 sont dans une minuscule cursive, moins formelle que 'ab', mais proche de celle utilisée en chancellerie, de la main d'un copiste formé à l'écriture 'ab') et minuscule caroline de type de Maurdramne (Lat. 11529, f. 1v, 39r-40v, 102v-107; 109-115 ; Lat. 11530, f. 208-246); restaurations postérieures (du début du IXe s. ) en minuscule caroline (Lat. 11529, f. 12-13, 108 et Lat. 11530, f. 17-24, 155). Au moins 15 scribes de niveaux différents ont collaboré: ceux qui utilisent l'écriture ‘ab’ travaillent avant leurs collègues employant la minuscule caroline (fin de cahiers, ajouts de bifol. et réfections); les correcteurs interviennent en caroline passim, et à de rares exceptions en écriture ‘ab’ ; rares notes tironniennes (Lat. 11529, f. 87v). — Titres en onciales mêlées de capitales [voir Ganz, 1990, p. 143, 149, 53-54; CLA 5.611].
Initiales à l’encre caractéristiques de l’écriture ‘ab’, parfois avec rehauts de couleur rouge et verte et motifs végétaux accompagnés d’oiseaux ; très sobre en comparaison de la copie en provenance de Lorsch (ms. Vaticano, BAV, Pal. lat. 1773),: formes spéciales de certaines majuscules O en forme de losange, forme curieuse de N (?), D en forme de spirale ; quelques formes de capitales « partitionnées » rappelant les inscriptions mérovingiennes [voir Bishop, 1978, p. 72 ; Gasparri 1966, p. 271-272]
46 quaternions réguliers pour la plupart (sauf cahiers 14, 15 et 46, respectivement de 6, 5 et 6 f.) ; signatures de cahiers conservées : vol. 1 (lat. 11529), cahiers 1-15 signés de « A » à « P », au verso du dernier f. de chaque cahier ; vol. 2 (lat. 11530), cahiers 16-23 signés de « Q » à « Z » au verso, puis cahiers 24-27 signés de « A i » à « D iii » suivis d’un chiffre romain (sauf B, sans n°), au verso ; à partir du cahier 28 et jusqu’à la fin, les signatures sont notées sur le recto du premier f. de chaque cahier , de « E v » à « Y xxii », le dernier cahier n’a plus sa signature d’origine. A ce premier système, a été ajoutée une seconde série de signatures de « II » à « XIII » recouvrant les sign. de « R » à « D iiii » ; enfin, une série de signatures du XVIe s. court sur l’ensemble du second vol. de « A1, 2, 3, 4 » à « hh 1, 2, 3, 4 ».
Reliure de maroquin rouge au chiffre de Napoléon III, signée OTMANN DUPLANIL, 1853, avec titre au dos: « Glossarium antiquissimum. A-E» (vol. 1) et « Glossarium antiquissimum. F-Z » (vol. 2)
Estampille de la Bibliothèque nationale (1792-1802), modèle identique à Josserand-Bruno, p. 277, n° 17.

Historique de la conservation

Ce vaste glossaire, l’ancêtre des dictionnaires encyclopédiques, a été compilé à Saint-Pierre de Corbie sous l’abbatiat d’Adalhard (780-814) sur la demande de Charlemagne à la fin du VIIIe s. Sa réalisation a mobilisé plusieurs équipes de scribes, à Corbie même et vraisemblablement avec le soutient d’autres centres de copie, peut-être les religieuses d'un couvent en région parisienne (Chelles ?), ou bien vers Soissons.

Le Liber glossarum est l’initiateur d’une longue lignée de développements lexicographiques (le glossaire dit de Salomon, l’Elementarium de Papias, les Derivationes d’Osbern, d’Hugutio, etc.). Son attribution (selon Goetz, 1891, p. 77 ; Corpus Glossariorum Latinorum 5, praef. p. xx; 161 et suivi par Lindsay), à un savant espagnol, Ensilebus, dont le nom n’est attesté par aucune copie du glossaire, qui aurait travaillé entre les années 690 et 750, est maintenant abandonnée. Il constitue le résultat d’un intense travail de dépouillement des sources effectué dans le cercle des savants réunis autour de Charlemagne, avec Alcuin, Pierre de Pise, Paul Diacre, Théodulfe, etc.
La nouvelle édition, dirigée par A. Grondeux, devrait préciser nombre de points, et notamment le détail des relations entretenues par les deux familles et leurs descendants. [Voir Grondeux, 2009, p. 905-906; von Büren, Etym. ; Huglo, 2001, p. 18-19; Bishop, 1978; CLA 5.611 ; Bischoff, 2007.5 (1972), p. 111 ; 1990, p. 106 n. 93 (= 1986, p. 120 n. 93) ; McGeachy, 1938]

Une note du XIIIe s. au dernier f. du Lat. 11529 indique qu’il a continué d’être utilisé, quoique confondu avec l’Elementarium de Papias, dont il est en réalité la source principale : (au f. 115v, très effacée: «In memoriali istius libri sive wadimonio et [dicit? …] / Iohannes ewangelista(?); ista continetur. Iste liber est […]/riale prime partis Papii datus a Iacobo cofrat[…] / Iohannes de Rouller(?) clericus cardinalis et tradit (?) hon […]/ thesaurario». L’erreur s’est perpétuée, puisqu’on lit au f. 1v. sous la col. a (s. XVI): «Papias Vocabulista», corrigé par une autre main, qui ajoute: «male» ; du Cange lui-même acheva de rectifier la méprise (f. 1r, cf. infra).

En raison de l’usure des f. extrêmes du Latin 11529, il paraît certain que le glossaire était déjà scindé en deux volumes inégaux dès sa fabrication. Pourtant, il semble probable que l'archétype du Liber glossarum ait été composé de 3 volumes, car d'une part, le 1er vol. de 115 f. s'achève sur des col. vides à la fin de la lettre E, laissant supposer que le début de la lettre F devait se faire sur un nouveau cahier (le 1er du second volume); d'autre part, au f. 115r (même nombre de f. que le vol. 1), au dessus de la col. centrale où débute la lettre P, le lat. 11530 transmet une observation (en minuscule caroline): «Hic finis secundi», qui pourrait être le souvenir de la tomaison en 3 parties. Malgré le témoignage au XVIIe s. de Charles du Fresne, sieur du Cange (Glossarium mediae et infimae latinitatis, vol. I, éd. L. Favre, 1884, praef., p. xxxii) qui signalait un découpage qui ne correspond pas à celui observé actuellement (vol. 1 couvrant les lettres A à I ; le second volume de I jusqu'à la fin), les ms. ne corroborent pas ses dires. Il s’agit probablement d’une erreur, d'ailleurs difficilement explicable dans la mesure où il avait consulté personnellement le ms. ainsi qu’en témoigne une note probablement de sa main (f. 1r main du XVIIe s., probablement l'écriture de du Cange: «Glossar. vetus scriptum characteribus saxonicis, cuius author Papiam praecessit. floruit vero Papias A.D. 1053 ut autor est Albericus Tuehr (?) ms. C. D. F. »). En revanche, le sieur du Cange nous apprend que les volumes avaient été séparés: le premier volume se trouvait chez Claude Joly (1607 - 1700), chanoine et grand chantre de Notre-Dame de Paris, tandis que le second était à Saint-Germain-des-Prés, portant au f. 1r (s. XVII): «Antiqui glossarii pars secunda». Ainsi, il est probable que de Corbie, l’un alla directement à St-Germain, l’autre entra en possession de C. Joly, qui, comme l’indique une note au f. 1v, l’offrit à cette institution, reformant l’unité du glossaire (f. 1v. d'une main plus récente (datée de 1680): «Ex dono clarissimi et venerabilis viri Claudii Joly Parisiensis Ecclesiae Cantoris et Canonici anno MDCLXXX ». Après la Révolution, il fut remis à la Bibliothèque nationale en 1796 avec le fonds des manuscrits de Saint-Germain-des-Prés.

Présentation du contenu

Le Lib. gl. est le plus important instrument de travail des savants carolingiens (Ganz, 1991); son premier éditeur, W. M. Lindsay, a divisé les ms. en deux familles: (a) ceux qui dépendent des volumes du scriptorium ‘ab’ ; (b) ms de Lorsch. — (a) La version ‘ab’ se trouvait à Corbie, Fleury, Ratisbonne, St Gall. — (b) la version ‘Lorsch’, nettement meilleure, a été copiée à Milan, Monza, Tours.
La compilation indique ses sources, notées en marge au moyen de sigles, elles sont parfois en onciale, parfois en minuscule ; on lit quelques signes critiques Θ Z Q, ou encore des points et des signes en forme de feuille, indiquant les endroits nécessitant une recherche plus approfondie (require).
Parmi ses sources, les œuvres d’Isidore (Etym., nat. rer. etc.) constituent le socle sur lequel sont venus se greffer des extraits d’Augustin, Ambroise, Jérôme, Grégoire le Grand, Eucher, Fulgence, Orose, Eutrope, Placide, divers livres de médecine (Galien Hippocrate, des « medici »), le ‘Physiologus’ et beaucoup de gloses (à Virgile) et glossaires antérieurs.

Pour la bibliographie complète, voir A. Grondeux (dir.) http://liber-glossarum.linguist.univ-paris-diderot.fr/

Catalogues

Delisle, Invent. = L. Delisle, Inventaire des manuscrits latins …. Numéros 8823-18613, Paris, 1863-1871.

Éditions


G. Goetz, Excerpta ex Libro glossarum, In Corpus Glossariorum Latinorum 5, Leipzig, 1894, p. 159-255.
W. M. Lindsay, Glossarium Ansileubi sive Librum Glossarum. Glossaria Latina 1, Paris, 1926.

Complétées principalement par
K. Hanell, Das Menologium des Liber Glossarum, Lund, 1932 (Bulletin de la Société Royale des Lettres de Lund 1931-32, II).
J.L. Heiberg, Glossae medicinales, København, 1924.
P. Jourdan, «A propos des Glossae medicinales», Archivum latinitatis medii aevi 3 (1927), p. 121-128.
M.L.W. Laistner, « Geographical lore in the "Liber glossarum" », The classical quarterly 18 (1924), p. 49-53.
J.F. Mountford, « De mensium nominibus », The Journal of Hellenic Studies 43/2 (1923), p. 102-116.
M. Niedermann, « Les gloses médicales du Liber glossarum », Recueil Max Niedermann, Neuchâtel, 1954, p. 65-136.
M.L. Uhlfelder, « De proprietate sermonum vel rerum ». A Study and Critical Edition of a Set of Verbal Distinctions, Roma, 1954 [p. 103-113].

Histoire

  • Delisle, Cab. des mss. = L. Delisle, Le Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque impériale, 4 vol., Paris, 1868-1891 (réimp. 1978).
  • Josserand-Bruno = P. Josserand et J. Bruno, « Les estampilles du département des imprimés de la Bibliothèque Nationale », dans Mélanges F. Calot, 1960, Paris, p. 261-298.

Bibliographie générale

  • Pour la bibliographie complète, voir A. Grondeux (dir.) « Liber glossarum. Présentation de la nouvelle édition en cours» http://liber-glossarum.linguist.univ-paris-diderot.fr/
  • Bishop, 1978 = T. A. M. Bishop, , «The prototype of liber glossarum», In Medieval Scribes, Manuscripts and Libraries. Essays presented to N.R. Ker, M.B. Parkes and A.G. Watson (éd.), 1978, p. 69-84.
  • Bischoff, 1990/1986 = B. Bischoff, Latin Palaeography: Antiquity and the Middle Ages (Engl. transl. D. Ó Cróiní et D. Ganz), Cambridge, 1990 / Paléographie de l'antiquité romaine et du moyen âge occidental (trad. fr. H. Atsma et J. Vezin), Paris, 1986 [Édition originale: Paläographie des römischen Altertums und des abendländischen Mittelalters, Berlin, 1979].
  • Bischoff, 2007.5 (1972) = B. Bischoff, « 5. Libraries and School in the Carolingian Revival of Learning », In Manuscripts and Libraries in the Age of Charlemagne, Cambridge, 2007, p. 93-114 [traduction anglaise par M. Gorman de «Die Bibliothek im Dienste der Schule», In La scuola nell'occidente latino. Settimane di studio del centro italiano di studi sull'alto Medioevo, XIX, Spoleto 1972, p. 385-415 ; réimp. dans Mittelalterliche Studien, 3, Stuttgart, 1981, p. 213-233].
  • CLA = E. A. Lowe, Codices latini Antiquiores, a Paleographical Guide to Latin Manuscripts prior to the Ninth Century, vol. 1-11 et Suppl., Oxford, 1934-1971.
  • Ganz, 1990 = D. Ganz, Corbie in the Carolingian Renaissance, Sigmaringen, 1990.
  • Ganz, 1993 = D. Ganz, «The liber glossarum: a Carolingian Encyclopaedia», In Science in Western and Eastern Civilization in Carolingian Times, Paul Leo Butzer, Dietrich Lohrmann (éd.), Basel, 1993, p. 127-135.
  • Gasparri , 1966 = F. Gasparri , «Le Scriptorium de Corbie à la fin du VIIIe siècle et le problème de l'écriture ab», Scriptorium 20 (1966), p. 265-272.
  • Grondeux, 2009 = A. Grondeux, « Liber glossarum », In Lexicon Grammaticorum, Who's who in the History of World Linguistics, H. Stammerjohann ( éd.), Tübingen, 2009, p. 905-906.
  • Huglo, 2001 = M. Huglo, « Les arts libéraux dans le Liber glossarum », Scriptorium 55 (2001), p. 3-33.
  • Lapidge, 2003 = M. Lapidge, « Ansileubus », In C.A.L.M.A. Compendium Auctorum Latinorum Medii Aevi (500-1500) I, Firenze, SISMEL-Edizioni del Galluzzo, 2003, p. 296-297.
  • McGeachy, 1938 = J.A. McGeachy Jr., «The Glossarium Salomonis and its relationship to the Liber Glossarum», Speculum: A Journal of Mediaeval Studies 13 (1938), p. 309-318.
  • von Büren, Etym. = V. von Büren, «Les étymologies de Paul Diacre? Le manuscrit Cava dei Terreni, Abadia 2 (XXIII) et le Liber Glossarum » (à paraître)

Informations sur le traitement

Notice rédigée par Franck Cinato.

Documents de substitution

Microfilm en noir et blanc. Cote de consultation en salle de lecture : MF 8056. Cote de la matrice (pour commander une reproduction) : R 15646.