Département des Manuscrits > Latin > Latin > Latin 3858-8822 [Ancien fonds latin] > Latin 7722-8008

Latin 7899

Cote : Latin 7899  Réserver
Ancienne cote : St-Denis «OB+»
Ancienne cote : Rigault CCXC
Ancienne cote : Dupuy 290
Ancienne cote : Regius 5572
P. Terentius Afer, Andria (3r-35r). Eunuchus (35r-66r). Heautontimorumenos (66v-95r). Adelphoe (95v-124v). Hecyra (124v-147v). Phormio (147v-176r).
IXe s.
Ce document est rédigé en latin.
Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits
France (Reims ?). Minuscule caroline avec peu de ligatures. Les indications des locuteurs, les didascaliae, argumenta et titres sont en capitales rubriquées. On note la présence d'un i long analogue à un L et muni d'un crochet à sa base (voir P. Lejay, Cicéron II act. contre Verris, Revue de Philologie, nouv. sér. XII, 1888, p. 39 n. 1). Ce ms. est recensé dans la liste des mss. contenant des signes de construction syntaxique par M. Korhammer (1980, p. 56). Au f. 99, les noms des personnages ont été notés en capitales à la mine de plomb, dans le champ de l’image ; il s’agit peut-être d’une indication laissée à l’intention du rubricateur (cf. aussi au f. 130 où se trouve un abécédaire en capitales à la mine de plomb).
Deux mains se sont partagé le travail de copie: main 1 (ff. 1-91v + 92v-93r + 95v-143v); main 2 (f. 91v ligne 4 à 92v ligne 16 + 93v à 95r + 144r-176); les copistes ont parfois corrigé eux-même leur copie, puis un tiers a entré à son tour d'autres corrections (cf. f. 15, ligne 1 'animo'). Ensuite, plusieurs glossateurs (au moins deux) sont intervenus entre les Xe (pour le glossateur principal) et XIIe s. (cf. marge sup. au f. 8). .
Le décor comprend 151 dessins à l’encre brune, dont un seul (f. 18) a reçu des rehauts de couleur verte sur le personnage du centre. Ils ont été réalisés par deux artistes, le premier responsable des 12 premiers cahiers environ, le second du 97v à la fin. Ils ont été reproduit par H. Omont, (Paris, 1904, Reproductions des manuscrits et miniatures de la Bibliothèque Nationale), puis par Jones - Morey, 1931(description détaillée du ms. p. 55-67), dont le vol. 2 (The plates) reproduit l'intégralité des illustrations. Du point de vue de l’iconographie, ce ms. entretient une parenté prononcée avec le ms. C (Jones-Morey, 1931; voir aussi Bethe, 1903).
Des images manquent-elles ? Lors de la copie, il semble que l’on ait laissé des réserves qui n’ont jamais reçu d’illustration (cf. les f. 43r, 45r, 46v, etc.). Bien que la collation des images (Jones - Morey, vol. II) ne montre pas de lacune, la main de l’humaniste (cf. infra) a parfois noté à ces endroits des commentaires du même ordre que ceux qu’il a copié sous les images (par ex. f. 43 « secum loquitur querulus (sic) prosequens puellam amissam ». Il est possible que ces espaces vides aient été produits pour respecter la disposition de l’archétype commun à P et C.
Parmi les illustrations remarquables, on notera : le portrait de Térence présenté par deux acteurs (f. 2) ; les masques des acteurs posés sur des rayonnages sous un portique (ou fronton) reposant sur des colonnades (f. 67, 96, 125 et 148). Ces décors architecturaux sont à mettre en relation avec l’école de Reims. Plus tard, des ajouts ont été apportés aux frontons austères à l'origine, excepté au premier (f. 2v). Au f. 96, un oiseau (aigle?), d’inspiration plus mérovingienne qu’antique, tenant un motif végétal dans le bec est positionné de manière artificielle au-dessus du chapiteau de droite; aux f. 125 se trouvent trois oiseaux et motifs végétaux, et un seul oiseau au f. 148. Le f. 125 est à mettre en relation avec les dessins à la pointe sèche du f. 63r.
Quelques autres interventions postérieures méritent notre attention: un motif floral dessiné par piqûres apparaît en deux endroits du ms. (f. 9r et 56v). On peut voir le motif chez Jones - Morey, (cod. P), f. 9, image n° 34; en 56v le motif se répercute jusqu'au f. 53v. De plus, quelques dessins tracés à la pointe sèche se laissent apercevoir en lumière frisante: des volatiles aux f. 63r (les motifs floraux et les oiseaux montrent une relation avec les ajouts au fronton du f. 125), 73v et 122r ; au f. 98 se trouve l'amorce d’un dessin de cheval et au f. 160v, un quadrupède se mordant l’arrière train. Enfin, d’un trait naturaliste assez vivant, un visage à l’encre a été dessiné au XIVe ou XVe s. (f. 74).
Parch., I + 176 + II f. , longues lignes (suivant la versification, 25 vers / lignes), 260 x 215 mm (just. 170 x 135 mm).
Reliure de maroquin brun sur ais de bois aux armes de Charles IX.
Estampille de la Bibliothèque royale (Ancien régime, à partir du XVIIe s.), modèle identique à Josserand-Bruno, p. 264, type A n° 1.

Conditions d'accès

Communication exceptionnelle, soumise à l’autorisation du directeur du département, sur demande motivée.

Documents de substitution

Il existe une version numérisée de ce document.

Numérisation effectuée à partir d'un document original.

Accéder au manuscrit numérisé
vignette simple

Historique de la conservation

Cette copie française des comédies de Térence (Munk-Olsen 1985 et 1992, p. 201) a peut-être été produite à Reims (Carey, Script. Reims… p. 58; Porcher; B. Victor - B. Quesnel, 1999, p. 142) ou dans ses environs (selon l'opinion de Bischoff cité par Glauche, 1970, p. 63). La question de sa datation est plus épineuse et ne fait pas consensus. Selon certains, ce manuscrit remonterait au règne de Louis le Pieux (778-840) (Mütherich - Gaehde 1977, p. 29) ou plus largement dans la seconde moitié du IXe s. (Porcher) sous l'abbatiat d'Hincmar. Selon d'autres, partisans d'une datation plus basse, sa copie serait intervenue vers la fin du siècle, entre 882-900 (Carey) ou dernier quart (Villa, 1984 ; Munk-Olsen 1992). Le ms. se trouvait au moins depuis le XIIIe s. dans l'abbaye de Saint-Denis, comme en témoigne la cote du XIIIe s. de cette bibliothèque (au f. 3). Il demeure dans cette abbaye jusqu'au XVIe s. (ex-libris du XVe s.) «Iste liber est de Sancto Dionisio (-suo, cod.?) in Francia» (f. 41r). Il échappa au pillage huguenot de l'automne 1567 et passa par la suite dans la bibliothèque du roi à Paris, au plus tard en 1595 (n° d'inventaire [398] «Terentius cum personnis (sic)», Omont, Anc. inv. I, p. 283) où il est relié aux armes de Charles IX. Dès lors, il est attesté dans tous les catalogues.

Présentation du contenu

Le ms. contient les six comédies de Térence (= ms. sigle P des éditeurs; famille γ3 de Jones - Morey, 1931 = famille γ1 de Marouzeau, I, 1942, p. 73). Il porte les souscriptions de Calliope (Calliopius), sauf pour Andr. et Eun. (voir Jones - Morey, 1931, p. 3-24; Texts and transmission, 1983, p. 412-420). Les éditions : F. Umpfenbach, Berlin (1870) ; J. Marouzeau, Paris (1942-1949) ; P. J. Bruns, Halle (1811). Ce témoin important des comédies de Térence appartient au groupe des 4 mss. descendant d'un archétype tardo antique commun (Γ): Vatican, BAV, lat. 3868 (= C); Bnf, lat. 7900 (= Y; voir cette notice) ; Lyon, BM, 788 (= λ; frg. de Heaut.). Cet archétype Γ constitue la version de Calliopius (philologue byzantin du IVe s.), qui, copiée après 400, devait être rédigée en capitales. C'est d'ailleurs à l'occasion de cette édition de Calliope que les dessins ont été ajoutés (voir Texts and transmission, 1983, p. 416-417).
Le premier cahier, un ternion (dont les f. 3 et 4, en réalité deux f. séparés, ont été collés ensemble) nécessite que l'ordre des f. soit restitué ainsi: f. 1-3, 6, 4, 5, 7. Les cahiers portent un double système de signatures, dont seules celles se trouvant au verso des derniers f. des cahiers sont contemporaines de la confection du manuscrit. Les secondes, placées au recto du premier f. de chaque cahier, sont le fait du relieur du XVIe:
« Q I » (5v) ; « Q II » (14v), « c » (15r) ; « Q III » (22v), « d » (23r) ; « Q IIII » (32v), « e » (33r) ; « Q V » (40v), « f » (41r) ; « Q VI » (48v), « g » (49r) ; « Q VII » (56v), « h » (57r) ; « VIII » (64v), « i » (65r) ; « VIIII » (64v), « k » (73r) ; « Q X » (80v), « l » (81r) ; « Q XI » (88v), « m » (89r) ; « Q XII » (96v), « n » (97r) ; « Q XIII » (104v), « o » (105r) ; « Q XIIII » (112v), « p » (113r) ; « Q XV » (120v), « q » (121r) ; « Q XVI » (128v), « r » (129r) ; « Q XVII » (136v), « s » (137r) ; « Q XVIII » (144v), « t » (145r) ; « Q XVIIII » (152v), « u » (153r) ; « Q XX » (160v), « x » (161r) ; « Q XXI » (168v), « y » (169r).
Parmi ces 21 cahiers, le quatrième contient deux f. surnuméraires (f. 29-30) placé avant les deux f. ultimes du cahier. Ces f. 29-30 ont été ajouté postérieurement (au Xe s.?), dans le but de suppléer les parties manquantes du texte (lacunes communes à cette famille: Andr. 804-853 : « quid uos quo pacto ... cum illa litigat » ; Eun., Prol. 1-30 (ajouté au Xe s.?): « siquis quam (sic) est ... in ea parasitus colax ». Plus loin, la lacune Eun. 643-651 a été comblée par une main du XVe s.
Les lacunes comblées au f. 30r sont signalées au f. 35r par un renvoi explicite: « require ‘siquis nam est’ in quarto folio retro ». Le f. 52 a été découpé en deux horizontalement à une date ancienne, puis restauré. Le texte perdu a été suppléé dans la marge inférieure du f. 53r par le glossateur du Xe s. (voir ci-dessous).

Parmi les nombreuses mains qui ont glosé ce manuscrit durant son histoire, trois d'entre elles se distinguent. - - La première, du IXe s., car vraisemblablement de très peu postérieure à la copie, est responsable de plusieurs annotations en notes tironiennes. Elle signale exclusivement des variantes de lectures (par ex. f. 11 « quod ego te per hanc dextram et genium …» (Andr. 289), avec dans l’interligne « oro » et en marge en notes tironiennes « non habet » ; voir aussi f. 19, dans le texte « postquam » et en marge « non habet ‘t’ » ; f. 28v ; f. 40 etc.).
- - La seconde main, celle du glossateur principal du début du Xe s. (?), a copié des gloses et des extraits de commentaires en marge, principalement sur les douze premiers f. (des extraits du Commentum Brunsianum, voir Riou, 1973, p. 102 et Villa, 1984, p. 6), puis se raréfiant, pour ensuite ne retenir que les seuls argumenta résumant l’action, au début de chaque acte (cf. par ex. f. 11v, 35v, 40r ; tirés du commentaire de Donat, éd. Wessner, Leipzig, 1902, I, p. xxxix-xl: "scholia parisiana" ; voir R. Kauer, «Zu Donat I-II», Wiener Studien, 33 (1911), p. 144-154 et 323-335, qui donne une collation et aussi, Wessner, «Die Donatscholien des Codex Parisinus 7899 (=P) des Terenz», Philologische Wochenschrift, 41 (1921), p. 428-432; 449-455).
- - Enfin, la dernière main, celle d’un humaniste français du XVe s. a ajouté passim des gloses et scolies et a ponctué régulièrement le texte de manicules (cf. f. 7, 9v, 41, 83, etc.). Sommairement, il est possible de relever trois sortes d’interventions : la première consiste en des annotations interlinéaires, très brèves (soit à propos de problèmes textuels, soit pour des explications lexicales) ; le second type d’intervention correspond à l'ajout des noms des acteurs au-dessus ou au-dessous des illustrations, même quand les noms y figuraient déjà (en capitales rubriquées, quand elle remonte à la copie ; mais qui parfois sont le fait du glossateur principal du Xe/XIe s.), ainsi que de rapides descriptions de l’action se déroulant dans les images. Enfin, l'humaniste a poursuivi la tache du glossateur principal en ajoutant des argumenta (cf. le cas de résumés des actes…), allant parfois jusqu’à produire un double de l’argumentum déjà présent (comme c’est le cas au f. 110v et 118v). Sa dernière intervention se situe au f. 167v. - - Dans ce lot d’annotations, il faut remarquer les brefs argumenta décrivant les images, qui correspondent peu ou prou à ceux qui se lisent sur le manuscrit du Vatican, Vat. lat. 3868 (sigle C) et, de manière très lacunaire, sur d’autres témoins (F, J, Ld). Il faut donc convenir qu’un ou plusieurs autres mss. de Térence ont été collationnés par cet humaniste. A-t-il eu accès au ms. C, qui, originaire de Corbie, se trouvait déjà à la fin du XVe s. dans la bibliothèque vaticane au moment où B. Platina rédigea son catalogue en 1475 (sous le pape Sixte IV) ? Sur ce ms. les annotations en questions (les argumenta imaginarum) sont de la fin du IXe ou du début du Xe s. (voir G. Jachmann, Terentius codex Vaticanus latinus 3868, Leipzig, 1929, p. 5 et suiv.). Il est envisageable que ce travail sur notre lat. 7899 émane du cercle de Guillaume Fichet (1433-1480/90). En effet, si la comparaison avec les mss. autographes de celui-ci ne permet pas de lui attribuer de manière certaine ces interventions, c’est toutefois dans l’entourage de Guillaume Fichet que plusieurs textes classiques ont donné lieu aux premières éditions imprimées en Sorbonne. C’est justement le cas de l’édition parisienne (imparfaite) de Térence, réalisée vers 1472 par les soins d’Ulrich Gering, Martin Crantz et Michael Friburger, précisément au moment où G. Fichet quitte la Sorbonne pour occuper une charge à Rome (voir Pilippe, 1892, p. 153 et suiv. ; Catalogue des incunables de la bibliothèque nationale, vol. II, 1985, n° T-60. Terentius Afer (Publius) Comoediae). Un volume de cette édition rarissime, ayant appartenu à Lord Spencer, a été décrit dans Dibdin, 1814, p. 408-409, n° 467 et plus en détail encore par Claudin, 1898 : Terence, p. 65-66 n° XVIII ; voir aussi p. 31-32). Cette édition reproduit l’épitaphe de Térence (Anth. lat. 487c, voir infra), mais dans une version différente de celle transmise par notre ms. Or, elle ne se trouve pas sur le ms. C. Il résulte que ceux qui ont préparé l’épreuve imprimée par Gering, Crantz et Friburger, ont utilisé d’autres manuscrits. Seule une étude poussée des variantes de cette édition, de celles de P et C et en parallèle des annotations portées par ces mss., ainsi que des autres manuscrits de Térence présents à Paris à cette époque pourra fournir des réponses à ces questions (par exemple, le lat. 7902 ayant appartenu à Pierre Daniel ; le lat. 7904, de Claude Dupuy, etc.). Ainsi, dans l’attente de pouvoir identifier la main de cet humaniste, nous pouvons conclure qu’elle nous conserve la trace des intenses travaux philologiques qui animent le milieu des intellectuels parisiens à cette époque.
Après l’humaniste, quelques très rares annotations semblent avoir été faites par des érudits entre le XVIIe et le XVIIIe s. (cf. par ex. f. 46v : « par pro pari »; voir aussi, f. 71r et 78v).

f. 1r. Probationes pennae et notes de dialectique (s. XI) : « subiectum est proprium … », « subiectum est quod in subiecto… » ; sur la substantia …
f. 1v. Table du contenu (en capitales rubriquées) : « Terentii Afri comoediae n. VI. Andria, Eunuchus, Heautontimorumenos, Adelphae, Hecyra, Phormio, feliciter Calliopio » ; et l’épitaphe de Térence (éd. Jones- Morey, 1931, p. 54 ; Anth. lat. 487c), d’une main du Xe ou XIe s. (?) : « Natus in excelsis tectis Kartaginis … que quiquis tentat sic puta cautus erit » (v. 1-3+6; cf. Munk-Olsen # 191; où l’indication est ambiguë, car les vers 4 et 5 sont absents chez la plupart des témoins, dont notre ms., qui lui-même présente une version particulière du dernier vers : cod. P = lat . 7899; cf. Reise, Anth. lat., 487c, v. 6 : « haec quicunque leget, hic puto cautus erit»); au f. 3r (marge sup.) note sur la comédie : « scire debemus hanc esse virtutem poeticam … et Virgilius tenuerunt ».
f. 3r-35r. Andria (Andr.) précédée de l'Argumentum et du Prologus. Arg. (1-12) : « Argumentum. Sororem falso creditam meretriculae … Pamphilo aliam dat Charino coniugem ». Prol. (1-27): « Poeta cum primum animum … an exigendae sint vobis prius ». Andr. (28-981) ; sans titre: « Vos istaec intro auferte Sosia … Plaudite. Terentii Afri explicit Andria feliciter ».
f. 29-30. Additions postérieures.
f. 35r-66r. Eunuchus (Eun.) précédé de la Didascalia et du Prologus. Didasc.: « Acta ludis Megalensibus L. Postumio … C. Mummio Fannio conss. ». Prol. partiel, avec dans la marge inférieure un renvoi explicite au f. 30 : « Require ‘si quisnam est’ in quarto folio retro », où se trouve le début (v. 1-30). (31-45): « et miles gloriosus eas se non negat … quid sibi Eunuchus velit ». Eun. (46-1094), sans titre: « Quid igitur faciam ? … vos valete et plaudite. Terentii Afri Eunuchus explicit. Incipit heautontimorumenos feliciter. Calliopius recensui.».
f. 66v-95r. Heautontimorumenos (Haut.) précédé de la Didascalia de l'Argumentum et du Prologus. Didasc.: « P. Terenti heautontimorumenos. Acta ludis Megalensibus L. Cornelio Lentulo … T. Sempronio coc. ». Arg. (1-12) : « Argumentum. In militiam proficisci gnatum Cliniam … hanc Clinia aliam Clitipho uxorem accipit » (rédigé en capitales). Prol. (1-52): « Prologus. / Ne cui sit vestrum mirum … placere studeant potius quam sibi ». Haut. (53-1067): « Quamquam haec inter nos nuper noticia … vos valete et plaudite. Calliopius recensui. Terenti Afri explicit heautontimorumenos ».
f. 95v-124v. Adelphoe (Ad.) précédé de la Didascalia de l'Argumentum et du Prologus. Didasc.: « Incipit Adelphoe. Acta ludis funebribus quos fecere Q. Fabius Maximus … Anicio M. Cornelio cos. ». Arg. (1-12) : « Argumentum. Duos cum haberet Demea adulescentulos … exorato suo patre duro Demea » (rédigé en capitales). Prol. (1-25): « Prologus. /Postquam poeta sensit scripturam suam … poetae ad scribendum augeat industriam ». Ad. (26-997): « Storax. Non rediit hac nocte a cena Aeschinus … plaudite. Calliopius recensui. Terenti Afri Adelphoe explicit ».
f. 124v-147v. Hecyra (Hec.) précédée de la Didascalia de l'Argumentum et des Prologus I et II. Didasc.: « Incipit Hecyra feliciter. Acta ludis Megalensibus Sex. Iul. Caes. … L. Marcio aedilibus curulibus (p.c.) ». Arg. (1-12) : « Argumentum. Uxorem duxit Phamphilus Philumenam … Uxorem recepit Pamphilus cum filio » (rédigé en capitales); un second argumentum, copié en marge du f. 126r par la main du XVe s. « argumentum. Adolescens qui ... fabule nascitur » . Prol. I (1-8): « Hecyra est huic nomen fabulae … Alias cognostis eius quaeso hanc noscite ». Prol. II (9-57): « /Prologus./ Orator ad vos venio ornatu prologi … posthac pretio emptas (p.c.) meo ». Hec. (58-880): « Per Pol quam paucis reperias meretricibus … plaudite. Calliopius recensui. Terenti Afri explicit Hecyra ».
f. 147v-176r. Phormio (Phorm.) précédé de la Didascalia de l'Argumentum et du Prologus. Didasc.: «Incipit Phormio. Acta ludis Romanis L. Postumio Albino L. Cornelio … M. Valerio cos. ». Arg. (1-12) : « Argumentum. Chremetis frater aberat peregre Demipho … Uxorem retinet Antipho a patruo adgnitam » (rédigé en capitales). Prol. (1-34): « Postquam poeta uetus poetam non potest … Bonitasque vestra adiutans atque aequanimitas ». Phorm. (35-1055): « Amicus summus meus et popularis Geta… vos valete et plaudite. Terenti Afri explicit comedia Promionis (sic) feliciter Calioppo Bono scholastico » ; puis, d’une autre main : « Bono scholastico feliciter Calioppo / in nomine sancte unitatis et individue trinitatis ».

Bibliographie sélective

Catalogues: Catalogus codicum manuscriptorum bibliothecae regiae..., III, 4 (1744); B. Munk Olsen (1985). L'Étude des auteurs classiques latins aux XIe et XIIe siècles, II. Catalogue des manuscrits classiques latins copiés du IXe au XIIe siècle : Livius-Vitruvius, Florilèges, essais de plume, Paris, p. 626-627.

Texte: H. Omont (1904), Comedies de Térence. Reproduction de 151 dessins du manuscrit latin de la Bibliothèque national, Paris; Marouzeau (1942). Térence. Tome I..., Paris ; G. Glauche (1970). Schullektüre im Mittelalter, Munich; Y.-F. Riou (1973), « Essais sur la tradition manuscrite du ‘commentum Brunsianum’ des Comédies de Térence », RHT, 3, p. 79-113 (ms. cité p. 102); Texts and Transmission (1983): L. D. Reynolds (éd.), Texts and Transmission. A Survey of the Latin Classics, Oxford, p. 416-417 (aussi voir, p. 154, 418); C. Villa (1984). La "lectura Terentii", vol. 1. Da Ildemaro a Francesco Petrarca, Padua (Studi sul Petrarca, 17) p. 394 notice n° 440; B. Munk-Olsen (1992), « Les poètes classiques dans les écoles au IXe siècle », dans L. Holtz [éd.], De Tertullien aux Mozarabes…, Paris, p. 197-210 (réimp. 1995, p. 35-46) ; B. Victor (1996), «A Problem of Method in the History of Texts and its Implications for the Manuscript Tradition of Terence», Revue d'Histoire des Textes, 26, p. 279-287.

Codicologie: E. Bethe (1903), «Die antiken Terenz-illustrationen», Jahrbuch des kaiserlich-deutschen archäologischen Instituts, 18, p. 93-108; L. W. Jones et C. R. Morey (1931). The Miniatures of the manuscripts of Terence prior to the XIIIth century, Princeton (description, p. 53-67); F. M. Carey (1938), « The Scriptorium of Reims during the Archbishopic of Hincmar (845-882 A.D.) », dans L. W. Jones (éd.), Classical and Mediaeval studies in Honor of E. K. Rand, New York, p. 41-60; J. Gaehde - F. Mütherich (1977), Carolingian Painting, London (Peinture carolingienne, Paris) (p. 29); W. Koehler - F. Mütherich (1999), Die karolingischen Miniaturen, 6/2, Berlin,(notice p. 216-227); B. Victor - B. Quesnel (1999), «The Colometric evidence for the History of the Terence-Text in the early Middle Ages», Revue d'Histoire des Textes, 29, p. 141-168; G. M. Fachechi (2000), «I classici illustrati : forme di visualizzazione dei testi antichi nel Medioevo», Rivista di storia di miniatura, 5, p. 17-26; F. Mütherich (2004), Studies in Carolingian Manuscript Illumination, London, 2004 (ms. cité p. 300, 309, 320, 336).

Histoire: T. F. Dibdin (1814). Bibliotheca Spenceriana…, vol. 2, Londres ; A. Claudin (1898). The first Paris Press. An Account of the Books printed for G. Fichet and J. Heynlin in the Sorbonne, 1470-1472, Londres; E. Lesne (1938). Histoire de la propriété ecclésiastique en France, vol. IV, Les livres, scriptoria et bibliothèques, Lille, p. 21 n. 6, 265 n. 5, 594; Delisle, Cab. mss. I, p. 202-204; P. Josserand et J. Bruno (1960). « Les estampilles du département des imprimés de la Bibliothèque Nationale », dans Mélanges F. Calot, Paris, p. 261-298; D. Nebbiai-Dalla Guarda (1985), La bibliothèque de l’abbaye de Saint-Denis, Paris, p. 218-219 et passim.

Expositions: Mss. à peintures du VIIe au XIIe s., Paris, BnF, 1954, n° 99 (= Porcher, 1954); Trésors de la Bibliothèque nationale de France, vol. 1 : Mémoires et merveilles, p. 205-251.s, VIIIe-XVIIIe siècles, M.-H. Tesnière (dir.), Paris, 1996, p. 54; Trésors carolingiens. Livres manuscrits de Charlemagne à Charles le Chauve, M.-P. Laffitte et C. Denoël, Paris, BnF, 2007, n° 47.

Bibliographie courante

1891
Ernest Quentin-Bauchart, La bibliothèque de Fontainebleau et les livres des derniers Valois à la Bibliothèque nationale (1515-1589), Paris, 1891, p. 157.

1984
Studies in medieval Art from the Sixth to the Twelfth Centuries , Ed. by J.J.G. Alexander et alii, vol.1, Oxford, Harvey Miller Publishers, 1984 , cité pp. 39, 172 (note 19) .
Tolbiac [ 4° V 42586(1)

1990
Paul SAENGER, "The separation of words and the order of words : the Genesis of medieval reading", Scrittura e civilta, 14 (1990), p. 49-74 , cité p. 60, note 46 .
Mss. [ P 180

1993
E.B. GARRISON, Studies in the History of Medieval Italian Painting , Vol. IV, London, The Pindar Press, 1960 (réed. 1993) , cité p. 105 .
Mss. [ 4° Impr. 2909 (4)

1993
David H.WRIGHT, "The Forgotten Early Romanesque Illustrations of Terence in Vat. Lat. 3305", Zeitschrift für Kunstgeschichte , 56/2 (1993), p. 183-206 , cité dans le cadre de l'étude p. 202 + fig. 14 .
Mss. [4° Pièce 2225

1994
Clavis scriptorum latinorum medii aevi. Auctores Galliae 735-987. T. I. Indices, Ed. M-H. Jullien — F. Perelman, Turnhout, Brepols, 1994 (CC. Continuatio Mediaevalis, Clavis des auteurs latins du Moyen Age) , recensé p. 109 .
Mss. [T 24

Birger MUNK OLSEN, " Chronique des manuscrits classiques latins (IXe-XIIe s.), II ", Revue d'Histoire des Textes, 24 (1994), pp. 199-249, répertorié p. 238 [B. 66] .
Mss. [ P 114 A

1995
Marvin L. COLKER, " The Goslar Manuscript Fragments of Terence ", Revue d'Histoire des Textes, 25 (1995), pp. 259-264 + 2pl. , ms. P, IXe s. ; notice p. 261-264 .
Mss. [ P 114 A

1996
Trésors de la Bibliothèque nationale de France. Vol. 1 : Mémoires et merveilles VIIIe-XVIIIe siècles , s. d. de M-H Tesniere, Paris, BNF, 1996 , notice p.54 .
Mss. [ 4° Impr. 2150(1)

Benjamin VICTOR , " A problem of method in the history of texts and its implications for the manuscript tradition of Terence ", Revue d'Histoire des Textes, 26 (1996), pp. 279-287, ms. P ; cité p. 270 .
Mss. [ P 114 A

1997
Paul SAENGER, Space between Words. The Origins of Silent Reading , Stanford, Stanford University Press, 1997 , cité p. 320 .
Mss. [ 8° Impr. 8586

1998
A. C. GAMPP, « Le langage des gestes dans les manuscrits de Térence antérieurs au XIIIes », in Le geste et les gestes au Moyen Age , Aix-en-Provence, CUER MA, 1998 (Sénéfiance, n°41), p. 221-236 , cité pp. 221-222, 230 .
Mss. [ 16° Impr. 1776

1999
Die Karolingischen Miniaturen , hrsg W. Koehler — F. Mütherich. Die Schule von Reims . Zweiter Teil von der Mitte bis zum Ende des 9. Jahrhunderts , Sechster Band, Berlin, Deustcher Verlag für Kunstwissenschaft, 1999, 243pp + 2 recueils de planches in folio , cité pp. 12, 13, 39, 61 + notice pp. 216-227 + fig. 190-221 .
Mss. [ Fac Sim-Fol 477 (6,2)

Otto MAZAL, Frühmittelalter, Graz, Akademische Druck-u Verlagsanstalt, 1999, t. 2, .
Mss. [ 8° Impr. 9230 (2)


Benjamin VICTOR - Bruno QUESNEL, "The Colometric evidence for the History of the Terence-Text in the early middle Ages", Revue d'histoire des Textes, 29 (1999), p. 141-168 , réalisé à Reims au IXes ?, cité pp. 142ss .
Mss. [P 114 A / 8° Pièce 6751

2000
C.R. DODWELL, Anglo-saxon Gestures and the Roman Stage , Cambridge, Cambridge University Press, 2000 , cité pp. 4, 25, 37-38, 47-48, 55, 76-77, 89, 122, 143, 149-150 + fig.
Mss. [ 8° Impr. 8981

G. M. FACHECHI, « I classici illustrati : Forme di visualizzazione dei testi teatrali antichi nel medioevo », Rivista di storia della miniatura , 5 (2000), p. 17-26 ,
Mss. [ P 191 A

Birger MUNK OLSEN, "Chronique des manuscrits classiques latins (IXe-XIIe siècles), IV", Revue d'histoire des textes, 30 (2000), p. 123-188 , recensé p. 177
Mss. [8° pièce 6763

2004
Florentine MÜTHERICH, Studies in Carolingian Manuscript Illumination , London, The Pindar Press, 2004, cité pp. 300, 309, 320, 336 + ill.
Mss. [ 8° Impr. 9412

2005

La France romane au temps des premiers Capétiens (987-1152), Paris Musée du Louvre, 10 mars-6 juin 2005 , Musée du Louvre/ Hazan, 2005 , cité p. 202 (notice n° 151 : ms. lat. 7900) ./
Mss. [ P 2287

2007
Trésors carolingiens. Livres manuscrits de Charlemagne à Charles le Chauve. Ed. M-P. Laffitte et alii, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2007 , notice 47 + cité pp. 53, 55, 170 .
Mss. [ C 2360

Voir l'édition et le manuscrit numérisé sur le site internet du projet Monumenta.ch .

2008
Jochen BEPLER, Peter KIDD, Janz GEDDES, The St Albans Psalter (Albani Psalter), Simbach am Inn : Müller & Schindler, 2008, cité p. 175.
MSS [4° Fac Sim 1279

2010
Andrew TURNER, "Unnoticed latin hypotheses to two plays mentioned by Terence : the Phasma of Menander and the Thesaurus", extrait de Hermes : Zeitschrift für Klassische Philologie , ISSN 0018-0777, 138, Jahrgang, 2010, Heft 1, étudié p. [38]-47

2009
L'étude des auteurs classiques latins aux XIe et XIIe siècles. Tome IV. 1, La réception de la littérature classique : travaux philologiques par Birger Munk Olsen,..,, Paris : CNRS éd., impr, 2009, cité p. 107, 109, 111 et 295.

2012
Amanda CLARIDGE, Ingo HERKLOTZ, Classical manuscript illustrations, Part six, London : The Royal Collection, 2012, cité p. 77.
MSS [4° Fac Sim 1284

Marie JACOB, Dans l'atelier des Colombe, Bourges, 1470-1500 : la représentation de l'Antiquité en France à la fin du XVe siècle , Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2012, cité p. 145.

2016
Isabelle BARDIES-FRONTY, Charlotte DENOEL, Inès VILLELA-PETIT, Les temps mérovingiens. Trois siècles d'art et de culture (451-751). Musée de Cluny - musée national du Moyen Age, 26 octobre 2016 - 13 février 2017. Paris : RMN, 2016.
MSS [C 3510

Fiches bibliographiques numérisées

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Informations sur le traitement

Notice rédigée par Franck Cinato, d'après M.-P. Laffitte, 2007.

Fusion des notices par Delphine Mercuzot, mars 2019.