Département des Manuscrits > Persan > Supplément Persan 1-1000

Supplément Persan 776

Cote : Supplément Persan 776  Réserver
Ancienne cote :  Blochet 423
Mağālis al-'uššāq. Amīr Kamāl al-Dīn Ḥusayn b. Šihāb al-Dīn Ismā‛īl Ṭabasī
[ca. 1575].
Copie anonyme et non datée [dont le style laisse penser qu’elle a été réalisée à Šīrāz]. Ecriture persane Nasta‛līq de 12 lignes à la page ; titres à l’encre bleue ; réclames ; surface écrite 82 x 155 mm. Ms. de 175 x 280. Réglure au mistara. Papier oriental ivoire vergé (20 vergeures occupent 31 mm environ), perpendiculairement à la couture. 363 feuillets, numérotés de la main de L. Picques. Le volume est formé de quaternions (dont le premier, f. 2- 8, est amputé d’un f. ; de même les f. 202-8), avec quelques exceptions (ternions f. 17- 22, 154-9, 170- 175, 186- 191 ; quinions, f. 144- 153, 160- 169, 176- 185, 192- 201 ; binion, f. 218-21 et cahier des f. 361-3), notées par Picques. La partie centrale des pages est sablée d’or. Le f. 363 est mutilé, comme le haut du f. 3 [pour faire disparaître une marque, semble-t-il].On trouve, du f. 3v à 363, des encadrements constitués d’un filet bleu, d’un filet rouge, d’un trait noir et de bandes or, vert, or, orange et or. Des colonnes dorées à guirlande florale noire séparent les hémistiches des pièces en vers ; aux f. 3v- 4 elles sont bordées de vert, aux f. 4v- 7v, 12- 12v, 13v- 16v, etc. de bleu et aux f. 8- 8v, 17- 17v, etc. de rouge. Des rectangles ornementaux dorés renfermant un bouquet de trois fleurs et entourés d’une bande bleue se rencontrent aux f. 39, 53-3v, 79-9v, 86v, 88, 94, 105, 177v, 210, 224v, 254, 257v, 259, 292v, 295v, 296, 298v, 322v, 328, 341, 349 et 352v. Des triangles du même type aux f. 39, 75v, 79v, 84, 89v, 95, 96v, 98, 131, 140v, 155v, 167v, 184v, 186, 201v, 208, 218v, 223v, 230, 240, 243, 249, 254, 257v, 279, 292v, 304v, 316, 318v, 319, 325v, 341, 351v et de part et d’autre du colophon du f. 363. Un décor de volutes dorées ou bleues se rencontre, dans la copie, aux f. 32v, 68, 74, 96v, 123, 124, 156, 157v, 161v, 167, 170, 171v, 174, 185v, 193, 194v, 197, 209, 211, 231v, 255, 313 ou 317v. Aux f. 2v- 3, le début du texte est copié à l’intérieur de sortes de nuages qui se détachent d’un fond doré orné de volutes florales, tandis que les marges s’ornent de silhouettes florales dorées. En caractères dorés, il se place dans deux mandorles bleu foncé ornées de volutes, avec un cadre bleu clair et au centre d’une double page enluminée (145 x 272 mm chacune ; un rectangle doré orné de fleurs et de nuages bleus ou roses avec des dômes polylobés bleu foncé se déploie autour des mandorles ; tout autour, le cadre comprend des bandes bleues à petites croix et des cartouches alternativement rouges, verts et bleus ; sur trois côtés se déploie un large décor extérieur richement composé de dômes or et bleus affrontés, avec des arabesques et des festons de nuages bleu et or). Reliure persane à recouvrement [contemporaine de la copie et certainement réalisée à Šīrāz], dont les plats, le rabat et le recouvrement ont un décor de laque peinte à champ noir comportant des scènes figurées : au plat supérieur on voit un prince et un échanson installés dans un kiosque pendant une fête champêtre ; sur le recouvrement sont représentés des personnages venus y participer ; sur le rabat on trouve des arbres et des animaux ; sur le plat inférieur d’autres invités et des personnages qui portent des présents. Le cadre doré est peint. Les contreplats ont un décor de cuir ajouré sur fond de tissus vert et de papier bleu et orange et il est voisin du décor des contreplats de Persan 239 ou de Supplément persan 1559.
Textes en persan.
Bibliothèque nationale de France. Département des manuscrits

Présentation du contenu

Le ms. contient en outre 85 peintures [de l’école de Šīrāz, contemporaines de la copie] (comparer à E. Blochet, Revue des Bibliothèques, 1898, p. 83- 88 ; E. Blochet, Les Enluminures des Manuscrits Orientaux - turcs, arabes, persans, Paris, 1926, p. 126-7 et Pl. LXXVIIIa ; B. Robinson, A descriptive catalogue of the Persian paintings in the Bodleian Library, Oxford, 1958, p. 123], qui sont:
1).- F. 11v.- (112 x 158 mm) « Alors que les autres anges adorent Ādam, Iblīs s’y refuse ».
2).- F. 19 (115 x 180) « Désireux d’acquérir Yūsuf, les Egyptiens se pressent autour de lui ; parmi eux se trouve un derviche et, au loin, on voit arriver Zulayhā sur un chameau ».
3).- F. 23 (118 x 162) « Dans une pièce ornée de peintures la représentant avec lui, Zulayhā retient par le pan de sa robe Yūsuf qui veut lui échapper ».
4).- F. 27v (119 x 155) « Les femmes d’Egypte qui pelaient des fruits se blessent avec leur couteau au moment où Yūsuf entre, une aiguière à la main, dans la salle où se trouve Zulayhā ».
5).- F. 33 (125 x 169) « Ğalāl al-Dīn Rūmī est à cheval et rencontre pour la première fois Šams Tabrīzī ».
6).- F. 38 (111 x 166) « Ẓū al-Nūn Miṣrī voit un jeune homme ivre assoupi près d’un ruisseau et menacé par un serpent et par un scorpion ».
7).- F. 39v (114 x 134) « Le jeune homme s’éveille, aperçoit Ẓū al-Nūn et est rempli de honte ».
8).- F. 44 (124 x 192) « Ibrāhīm Adham Balhī, qui chassait, vient d’atteindre une gazelle de sa flèche et la bête émet des plaintes ».
9).- F. 46v (130 x 217) « Ibrāhīm Adham Balhī retrouve à la Mekke son fils déjà grand, qu’une femme emmène en pèlerinage ».
10).- F. 61v (120 x 217) « La fille du roi vient à une fête nocturne organisée en son honneur en compagnie du jeune esclave dont elle est éprise ».
11).- F. 67 (109 x 174) « Lors d’une séance de musique (samā‛) et de danse organisée par les derviches, Abū Sa‛īd Abī l-Hayr tombe évanoui ».
12).- F. 76 (114 x 142) « ‛Abd-ullāh Anṣārī et ses disciples pendant un cours où l’on récite des vers arabes ».
13).- F. 80 (124 x 147) « Aḥ̣mad Ġazzālī passe à cheval devant la porte d’un ḥammām d’où sort un jeune homme ».
14).- F. 84v (114 x 175) « Au Hwārazm, le poète mystique Sanā’ī vient, déchaussé, devant la boutique du jeune boucher pour rechercher ses chaussures que celui-ci porte à ses pieds ».
15).- F. 86 (118 x 154) « ‛Ayn al-Quzzāt Hamadānī, suivi de ses disciples, vient devant la boutique du jeune orfèvre dont il est épris et pour qui il a composé ses Lavā’iḥ et des rubā‛iyyāt arabes».
16).- F. 90 (113 x 162) « Aḥmad-i Ğām Zinda-pīl en compagnie du jeune fils d’Amīr Ā’īna, gouverneur de Nayšābūr, dont il est épris ».
17).- F. 95v (109 x 159) « Le šayh Ğamāl Awḥ̣adī donne au jeune Ḥaydarī des conseils sur la tenue à adopter en présence des femmes ».
18).- F. 97 (106 x 127) « Šihāb al-Dīn Maqtūl, qui se trouve avec ses disciples, écrit un rubā‛ī pour le jeune homme dont il est épris ».
19).- F. 98v (115 x 142) « Le jeune ‛Ayn al-Zamān, un de ses disciples, lit à son maître Sa‛d al-Dīn Ḥamavī un poème arabe ».2
0).- F. 101v (109 x 164) « Au bazar de Šīrāz le šayh Rūzbihān tombe évanoui devant la boutique du jeune marchand de légumes ».
21).- F. 104 (110 x 162) « Le šayh Mağd al-Dīn Baġdādī prêche sur le minbar en présence du sultan du Hwārazm Muḥammad et des jeunes filles l’écoutent ».
22).- F. 108v (119 x 143) « Le šayh Nağm al-Dīn Kubrà reçoit le sultan Muḥammad du Hwārazm qui était venu lui demander conseil ».
23).- F. 111 (130 x 163) « Le šayh Nağm al-Dīn Kubrà et ses disciples combattent l’armée mongole lors de l’invasion du Hwārazm en 618H.(/1221-2) et le šayh est mortellement blessé ».
24).- F. 114 (121 x 149) « Le šayh Ṣan‛ān contemple la belle chrétienne penchée à son balcon ».
25).- F. 122 (117 x 162) « Hwāğa Ḥasan ‛Ārif s’éprend d’une jeune fille rencontrée en chemin ».
26).- F. 125 (112 x 149) « Au cimetière de Nayšābūr, où se trouve la tombe du derviche mort dans sa boutique, le šayh ‛Aṭṭār médite ».
27).- F. 127 (112 x 142) « Le šayh Ibn Fāriz s’éprend d’un jeune artisan qui forgeait le cuivre dans son atelier ».
28).- F. 129 (120 x 147) « Monté sur un âne, le šayh Muḥyī al-Dīn Ibn ‛Arabī s’entretient avec le jeune šayh Ṣadr al-Dīn ».
29).- F. 131v (118 x 135) « Muḥyī al-Dīn, Ṣadr al-Dīn et d’autres šayh s’entretiennent de l’amour licite ».
30).- F. 135v (121 x 150) « Šams Tabrīzī joue aux échecs avec un jeune chrétien».
31).- F. 139 (118 x 162) « Lors du siège de la forteresse de Hamadān par Gengis Khan, Nağm al-Dīn Rāzī jette des pierres aux assaillants en compagnie d’un jeune orfèvre ».
32).- F. 141v (119 x 163) « Devant la porte du hānqāh, le sultan aide Sayf al-Dīn Bāharzī à se hisser sur son cheval ».
33).- F. 143v (116 x 160) « A Boukhara, le šayh ‛Azīz Nasafī donne une leçon à ses disciples, parmi lesquels se trouve le fils d’un amīr du sultan dont il est épris ».
34).- F. 146 (117 x 161) « Ğalāl al-Dīn Rūmī, dans le quartier des orfèvres, se met à danser et Ṣalāḥ al-Dīn s’incline à ses pieds ».
35).- F. 148 (115 x 174) « Fahr al-Dīn ‛Irāqī est arrivé à Multān au taqiyya des derviches qalandar ».
36).- F. 154v (120 x 147) « Le poète Sa‛dī rencontre dans un ḥammām le šayh Humām al-Dīn Tabrīzī et son fils ».
37).- F. 156v (112 x 160) « Amīr Sayyid Ḥusaynī est assis dans une tente en compagnie du jeune joueur de luth dans le campement des Lūlī (Tsiganes) ».
38).- F. 158 (112 x 130) « Maḥ̣mūd Šabistarī répond aux conseils de ses amis alors qu’il a à ses côtés le jeune šayh Ibrāhīm ».
39).- F. 162 (113 x 173) « Amīr Husraw Dihlavī tend à Fīrūzšāh de Delhi son bras blessé et lui parle de Ḥasan Dihlavī, lequel se trouve assis à côté du sultan ».
40).- F. 164 (111 x 158) « Sulṭ̣ān Ḥusayn Ahlātī se fait apporter de l’or de l’argent et des joyaux ».
41).- F. 168 (111 x 147) « Sayyid ‛Alī Hamadānī toutes sortes de faveurs à un jeune homme» ;
42).- F. 169 (122 x 160) « Bahā al-Dīn Naqšband est dans un jardin en compagnie d’un šayh et de divers autres personnages ».
43).- F. 171 (114 x 162) « Le sultan du Hwārazm est sur son trône et regarde le combat de Pahlavān Maḥmūd Puryār Hwārazmī et du jeune lutteur indien ».
44).- F. 176 (116 x 143) « Le poète Luṭf-ullāh Nayšābūrī, dont le compagnon est assis dans la campagne, se lamente car une bouteille a été brisée par la grêle ».
45).- F. 178v (119 x 167) « Par une fenêtre, le sultan aperçoit Ḥāfiż en compagnie du fils du muftī et ce dernier tient une coupe de vin ».
46).- F. 181v (112 x 149) « Sa‛d al-Dīn Taftazānī a pris comme disciple un jeune homme venu du Hwārazm ».
47).- F. 185 (110 x 155) « Amīr Sayyid Šarīf est avec ses disciples, parmi lesquels son jeune favori”.
48).- F. 186v (112 x 154) « Muḥammad Šīrīn Maġribī interpelle un jeune marchand dont l’âne est chargé de sel ».
49).- F. 188 (112 x 161) « A Tabrīz Kamāl Huğandī passe devant l’atelier d’un jeune forgeron qui travaille le cuivre ».
50).- F. 193v (117 x 141) « Bahā al-Dīn ‛Alī et ses disciples ».
51).- F. 195 (116 x 158) « Hwāğa Abū l-Vafā est frappé à la tête par le joueur de harpe »
52).- F. 202 (130 x 159) « La foule voit passer dans un palanquin, sur un chameau, Šāh Qāsim Anvār et il traverse la ville de Rašt avec devant lui le prince Šāh-ruh Mīrzā ».
53).- F. 204 (106 x 158) « ‛Imād al-Dīn Nasīmī s’entretient avec des compagnons pour savoir quelle est la nature de la passion qu’il éprouve pour un jeune homme ».
54).- F. 208v (116 x 159) « Ḥusayn Hwārazmī Kubravī demande que l’on retrouve un jeune homme qu’il avait vu ».
55).- F. 210v (117 x 145) « Šaraf al-Dīn ‛Alī Yazdī s’entretient avec des disciples, parmi lesquels son favori Muḥammad Āhī ».
56).- F. 212 (112 x 143) « Amīr Sayyid Ḥakīmī et ses disciples, dont Hwāğa ‛Alī Ṭabasī ».
57).- F. 213v (127 x 167) « Un sultan regarde des enfants jouer au polo ».
58).- F. 216 (125 x 168) « Muḥammad Tabādgānī participe à une séance de musique (samā‛) et de danse extatique ».
59).- F. 219 (110 x 169) « Le jeune Hwāğa ‛Abd-ullāh dans la boutique du relieur Ḥāğğī Maḥmūd se fait montrer des livres ».
60).- F. 224 (116 x 139) « Le poète ‛Abd al-Raḥmān Ğāmī lit des poèmes à ses disciples, parmi lesquels son favori ‛Aṭā-ullāh ».
61).- F. 231 (127 x 176) « Sulaymān tient audience, entouré de toutes les créatures, et son vizir Āṣaf est assis sur un trône à côté du sien. Sulaymān demande à la reine de Saba, Balqīs, de lui montrer ses jambes ».
62).- F. 240v (112 x 150) « Iskandar, en Inde, dans une chambre éclairée par deux chandeliers, étreint étroitement la jeune Indienne ».
63).- F. 243v (117 x 169) «A la tête de son armée, au pays des Rūs, Iskandar vient, lors d’un combat, de prendre un dīv au lasso ».
64).- F. 249v (109 x 159) « Après avoir réalisé un bassin, Farhād présente à Šīrīn une coupe puisée à ce bassin rempli du lait des brebis d’alentour ».
65).- F. 254v (114 x 160) « Šīrīn est dans une tente en compagnie de ses suivantes ».
66).- F. 258 (109 x 144) « Laylà et Qays ‛Āmirī apprennent à écrire à l’école ».
67).- F. 273 (115 x 147) « Une servante découvre le prince Husraw [Parvīz] endormi avec une jeune fille dans une forêt ».
68).- F. 279v (120 x 159) « « Une fête est donnée la nuit par le sultan Maḥmūd de Ghazna en l’honneur de son favori Ayāz ».
69).- F. 283v (124 x 162) « Chassant à cheval aux alentours d’Iṣfahān, Abū l-Fatḥ Ğalāl al-Dīn Malikšāh voit sortir d’une tente un jeune homme d’une merveilleuse beauté ».
70).- F. 293 (120 x 167) « Le sultan Muḥammad b. Malikšāh voit un jeune homme entrer et s’incliner ».
71).- F. 299 (124 x 157) « Isma‛īl Gīlakī arrive à cheval à Ṭabas Gīlakī, suivi de son jeune favori ».
72).- F. 301 (121 x 154) « Le sultan seldjoukide Muḥammad b. Malikšāh sort de la ville à cheval pour porter secours au jeune homme ».
73).- F. 305v (111 x 160) « Le sultan Sanğar b. Malikšāh descend sous un pont pour s’entretenir avec le chef d’un groupe de derviches établis là et parmi eux se trouve un très beau jeune homme ».
74).- F. 310v (118 x 158) « Le sultan Sanğar organise une fête au cours de laquelle une jeune musicienne joue de la harpe ».
75).- F. 314v (113 x 159) « Le sultan Abū l-Fatḥ Ibrāhīm a habillé en roi et placé sur le trône son jeune favori mais celui-ci, une fois qu’il a reçu tous les pouvoirs, se met à pleurer ».
76).- F. 316v (111 x 170) « Le sultan Bāysunġur a fait asseoir le jeune Ḥusayn-‛Alī sur son trône ».
77).- F. 319v (114 x 142) « Pīr Budāġ b. Ğahānšāh voit un jeune homme qu’on avait jeté dans un bassin parce qu’on l’avait surpris en train de boire avec une jeune fille ».
78).- F. 322 (118 x 178) « Le sultan Ya‛qūb Aqquyūnlū est dans une taverne où des échansons puisent à des jarres tandis que les clients se livrent à divers désordres ».
79).- F. 326 (112 x 159) « Abū l-Nağīb Huzarī a été mis à mort sur un gibet et Abū l-Fatḥ Ğalāl al-Dīn Malikšāh se lamente ».
80).- F. 329 (83 x 109) « A un carrefour, sur la route de Damas, un vieillard indique à l’amoureux quel est le sens symbolique de chacun des chemins qui s’offrent à lui ».
81).- F. 333v (118 x 135) « Le šayh Āẓurī et son disciple ».
82).- F. 338 (122 x 157) « Mīr ‛Alī Šīr Navā’ī est assis dans un kiosque avec le jeune homme en l’honneur de qui il avait organisé une fête ».
83).- F. 341v (118 x 156) « Les derviches qalandar qui étaient ses compagnons se sont enfuis tandis que Sayyid Badr Bēg a saisi au collet le sanglier qui les avait attaqués et il tente de le noyer ».
84).- F. 344v (117 x 175) « Kamāl al-Dīn Ḥusayn Gazurgāhī rencontre, lors d’une fête, le jeune Amīr Ḥasan ».
85).- F. 352 (116 x 161) « Le sultan Ḥusayn Mīrzā Bāyqarā regarde un jeune homme trancher devant lui la tête d’un bœuf ».

Au f. 363v figure l’ex-libris de Ḥusayn-Qulī Afšār. Au f. 2 un timbre de forme ovale est gratté. Au f. 2 se trouve un ex-libris ottoman au nom de Muḥ. b. Muḥ. al-šahīr bi- Šāhī.
Au f. 1 le titre est accompagné d’une transcription et d’une traduction latine d’une main non identifiée [du XVIIème siècle]. Le ms. a ensuite appartenu à Louis Picques, docteur de Sorbonne [comparer à Supplément persan 98, 919, etc.] ; son ex-libris est barré à la 3ème garde et il a numéroté les peintures et les chapitres (« sessiones ») du livre, notant aussi qu’au f. 135v le jeu d’échecs compte 32 pièces.

Bibliographie

F. Richard, Splendeurs persanes, Paris, 1997, n° 137, p. 198.

L'étrange et le merveilleux en terres d'Islam [exposition], Paris, Musée du Louvre, 23 avril-23 juillet 2001, sous la dir. de Marthe Bernus Taylor et Cécile Jail. Paris, Réunion des musées nationaux, 2001, p. 258-259, n° 176.

Historique de la conservation

Le manuscrit a été légué par Louis Picques en mai 1699 (cf. note barrée du f. 362v) à la Bibliothèque des Jacobins de Saint-Honoré. Au f. 1v se lit une notice [du P. Echard ?] « Alcoranus idiomate turcico (...) », barrée ensuite. Une longue notice de la main d’E. Legrand, interprète du Roi, en date du 23 janvier 1770, a été insérée ultérieurement avant le f. 1.

Informations sur les modalités d’entrée

Ce ms. semble a été transféré des Jacobins Saint-Honoré à la Bibliothèque Sainte-Geneviève à la Révolution française (coté A.o.7 à Ste-Geneviève) et il a été ensuite déposé à la B.I. vers 1860. [Anc. cote, Suppl. persan 153bis].

Documents de substitution

Microfilm couleur. Cote de consultation identique à l'original. Cote de la matrice (pour commander une reproduction) : ICR 85.