Supplément grec 1021

Cote : Supplément grec 1021  Réserver
XIIIe siècle
Parchemin.ff. 129, 39 lignes. Palimpseste.mm. 250 × 175.Reliure parchemin vert. Sur la tranche inférieure : ΕΠΙCTOΛAI ΤΟΥ ΜΕΓ(ΑΛΟΥ) BACIΛ(ΕΙOY).Manuscrit de seize cahiers, quaternions (excepté le cahier 2, qui est de 9 feuillets, tandis que le cahier 15 a perdu l feuillet après 115v), réutilisant le parchemin (réglé) d'un manuscrit de grand format, du XIe siècle, dont l'écriture (minuscule penchée), perpendiculaire au texte du XIIIe siècle qui la recouvre, a laissé sur chaque feuillet des traces à peu près indéchiffrables (cf. la description d'A. Jacob dans la Revue des Bibliothèques, IX, 1899, p. 377).Ce volume appartint à la bibliothèque du chancelier Séguier (f. 1, ancienne cote : 108). Après la mort de ce dernier, il fut soumis à estimation en même temps que les autres mss grecs — qui formèrent ensuite le fonds Coislin — ; on lit en effet (f. 1) la formule : « Collé CCLXXXVIII, prisé ». Mais à l'époque où Montfaucon dressait le catalogue de la Bibliotheca Coisliniana (publ. en 17J5), notre ms. ne figurait plus dans cet ensemble, car, dans sa liste des anciens numéros, Montfaucon fait suivre le n° CCLXXXVIII de la mention : « Non reperitur ». Cependant, les Mauristes l'utilisèrent un peu plus tard pour leur édition des œuvres de Basile (dont le t. 3, contenant les lettres, parut en 1730) : ils désignent ce « Coislinianus secundus » par son ancien numéro CCLXXXVIII (cf. M. 32, 65-66). Ultérieurement, il dut, comme le ms. précédent, être placé pour un temps à la suite du Coislin 237 (de contenu semblable), comme le prouve, au contre-plat antérieur de la reliure, la cote barrée Coisl. 237 ter [indication disparue depuis la rédaction de cette notice, du fait d'une récente réparation de la reliure].Ff. 128v-129 : comptes en grec vulgaire, où revient le nom ὁ Μαυριάνος ; f. 129v : barbouillages de toute sorte, parmi lesquels quelques vers, et des comptes comme aux pages précédentes. Titres, initiales, numéros d'ordre en rouge.
Manuscrit en grec
Bibliothèque nationale de France. Département des manuscrits

Présentation du contenu

(ff. 2-128v) S. BASILE, collection de 325 lettres (M. 32 ; v. la bibliographie donnée à propos du numéro précédent ; le manuscrit appartient à la famille Ac de Bessières, cf. op. cit., pp. 19, 21 et 35-36, et Rudberg, op. cit., p. 35 ; sigle D dans Cavallin, G dans l'édition Courtonne).

L'ensemble des lettres se présente dans l'ordre suivant :

1. 4. 9. 140. 34. 27. 30. 138. 268. 239 [f. 6r.v]. 127. 48. 145. 100. 136. 162. 98. 241. 95. 141 [ff. 9v-10]. 198. 237. 128. 61. 66. 80. 67. 82. 69. 279 [f. 14r.v].280. 111. 110. 281. 104. 236. 150. 161. 176. 231 [f. 19r.v]. 202. 200. 191. 233-235. 182. 31. 146. 168 [f. 23]. 157. 158. 282. 334. 5. 290. 6. 112. 197 (jusqu'aux mots παμπληθὲς ἀπῳκίσμεθα M. 32, 712 A 8). 90 [ff. 26v-27]. 242. 263. 214. 99. 64. 72. 38. 58. 28. 207 [ff. 37-38]. 210. 204. 293. 299. 313. 284. 56. 323. 147. 304 [f. 44]. 33. 196. 178. 75. 223. 257. 57. 68. 120. 129 [ff. 48v-49]. 216. 89. 259. 192. 32. 272. 76. 96. 180. 177 [f. 51v]. 172. 219. 261. 277. 26. 229. 238. 240. 230. 247 [f. 55]. 246. 29. 97. 154. 164. 165. 60. 59. 55. 65 [f. 58r.v]. 126. 245. 244. 250. 51. 203. 291. 54, 301. 121 [f. 65]. 130. 254. 195. 122. 255. 184. 119. 79. 185. 132 [f. 67v]. 181. 253. 256. 208. 84. 271. 269. 134. 135. 160 [ff. 70v-72]. 156. 123. 262. 276. 92. 243. 300. 228. 52. 105 [f. 78r.v]. 252. 174. 186. 137. 187. 328. 329. 194. 193. 212 [f. 80r.v]. 63. 94. 20. 21. 151. 189. 139. 102. 103. 152 [f. 85]. 227. 260. 321. 324. 148. 149. 163. 74. 179. 62 [f. 90]. 251. 118. 81. 3. 325. 226. 265. 224. 131. 211 [f. 96]. 12. 13. 23. 302. 116. 17. 46. 133. 266. 101 [ff. 100v-101]. 206. 10. 307. 85. 125. 86. 87. 183. 24. 225 [f. 104]. 25. 18. 294. 113. 114. 205. 292. 159. 295. 73 [ff. 107-108]. 53. 16. 91. 258. 330. 332. 264. 267. 222. 221 [f. 111r.v]. 220. 124. 337-340. 344. 345. 335. 349 [f. 114]. 350-356. 336. 341. 342 [f. 115]. 347. 348. 344. 343. 346. 170. 283. 296 (des. mut. πρώην, καὶ ταῖς M., 1040 B 5, un feuillet manquant après 115v). 15 (inc. mut. f. 116 σῆς ἐπιστασίας M., 280 A 7). 274 [f. 116]. 49. 153. 50. 286. 142-144. 311. 201. 190 [f. 117r.v]. 107. 78. 273. 275. 315. 318. 316. 319. 320. 70 [f. 119r.v]. 317. 322. 326. 327. 77. 209. 36. 285. 309. 314 [f. 120v]. 305. 308. 117. 298. 35. 310. 249. 11. 331. 155 [f. 122]. 213. 88. 270. 287. 288. 37. 289. 115. 40. 41 [ff. 124v-125]. 45. 22. 173. 44. 7. 19.

Les trois dernières lettres sont d'une autre main.

F 1r.v index, suivi de cette indication : ὁμοῦ αἱ πᾶσαι ἐπιστολαὶ τκε'.

Par comparaison avec le Paris. gr. 967, de la même famille, on peut voir (cf. Bessières, op. cit., p. 36) que la lacune qui s'est produite après 115v a entraîné (outre la mutilation des lettres 296 et 15) la perte des lettres 333, 365 et 215 ; mais ces trois lettres figurent à l'index (f. 1v), qui fut donc rédigé avant la disparition du feuillet en question. L'inexactitude du total (τκε' au lieu de 329, compte tenu des trois lettres perdues) n'est cependant qu'apparente, car la table fut dressée avant l'adjonction, par une seconde main, des trois dernières lettres (ff. 127v-128v), et la lettre 344, copiée deux fois (f. 113r.v et f. 115v), n'a été comptée, à bon droit, que pour une unité.

La collection n'a pas reçu de numérotage continu, mais les lettres, groupées de préférence par correspondants, portent des numéros d'ordre à l'intérieur de ces séries. Dans la liste de Bessières (op. cit., p. 35), la lettre 325 [f. 92] est désignée comme lettre 175.

Saint-Germain-des-Prés (abbaye de), à Paris

BASILE DE CÉSARÉE, ou BASILE LE GRAND (s.) • Lettres. epistulae CCCXXV

Séguier (chancelier P.)

Μαυριάνος

palimpsestes