Département des Manuscrits > Latin > Latin > Latin 3858-8822 [Ancien fonds latin] > Latin 5501-5785

Latin 5725

Cote : Latin 5725  Réserver
Ancienne cote : Colbert 1054
Ancienne cote : Regius 4928(3)
Titus Livius, Ab urbe condita.
IXe s. (second tiers, selon Bischoff)
Auxerre (Von Büren) ou Est de la France (Bischoff). Minuscule caroline ; une seule main, responsable aussi de la copie des sommaires marginaux; intervention d'un correcteur dans le cercle de Loup de Ferrières (peut-être Loup ou son élève Heiric ?); quelques ligatures, dont 'ra'; curieusement, le correcteur a ajouté les ligatures 'rt' en plusieurs endroits.
Aucune décoration.
Parch., 172 ff. à longues lignes, 275 x 250 mm (just. 210 x 180 mm).
Reliure de maroquin rouge aux armes de Colbert. Titre au dos: «T. Livii Hist. Romana».
Estampille de la Bibliothèque royale (Ancien régime, avant 1735), modèle identique à Josserand-Bruno, p. 268, type Bn° 5.
Manuscrit en latin

Documents de substitution

Il existe une version numérisée de ce document.

Numérisation effectuée à partir d'un document original.

Accéder au manuscrit numérisé
vignette simple

Historique de la conservation

Le lieu de copie avancé par Von Büren (1996, p. 72) serait Auxerre, peu de temps après le retour de Loup de Ferrières de Fulda (c. 837), au même moment aurait été copié le lat. 5724 (sigle F des éditions; voir cette notice) avec lequel il partage des caractéristiques communes, bien que le présent ms. n'ait pas été achevé, dans la mesure où il n'a pas reçu ses titres rubriqués. Il est entré en possession de Jean-Baptiste Colbert à une date que l'on ne peut préciser; il a ensuite été acquis par la Bibliothèque du roi en 1732 avec les mss. de Colbert.

Présentation du contenu

Textecorrigé et glosé; quelques notes tironiennes ; les variantes de lecture collationnées d'après un autre exemplaire sont accompagnées de la lettre 'a' ou'A' et, plus couramment, par la note tironienne "alter" 'par ex. ff. 7r, 8v, 9r,etc.). Les marges des ff. 1 à 33 et 65 à 95 sont parsemées de sommaires, souvent de forme triangulaire de la même main que le texte principal, tandis qu'entre les ff. 34 à 64 et 95 jusqu'à la fin ne se rencontrent que quelques petits sommaires copiés de la main du correcteur.
Les signatures des cahiers de Q.I (f. 8v) à Q.XXI (f. 168v) sont doublées par d'autres signatures,quant à elles sur les rectos des f. suivants de I (f. 97r , sur le cahier "Q.XIII") à VIIII (f. 161r, "Q. XXI") ; le f. 169r n'a pas la signature attendue;cette division correspond à la second demi-décade (fin du livre 5, début dulivre 6). Au f. 91, un fragment textuel de 8 lignes, isolé du reste du texte par une ligne vacante avant et après, est inséré ici (Tit. Liv. 5, 21.8) et chez deux autres témoins (F et B) après ‘raperent’ « bustum nempe una illa …quir(ites) puto qui », tandis qu’il se trouve après ‘accipiat’ (5.21.3) chez tous les autres témoins; il s’agit d’un passage de ce même livre (5, 52.13-53.2 Vestalibus nempe una … Quirites puto qui).
Presque tous les titres ont été ajoutés de la main du correcteur. Le copiste a conservé, en minuscules à côté des titres en capitales, les souscriptions de Victorianus au début du livre 2 (f. 21r): « Victorianus emendabam dominis Symmachis » et deNicomachus dexter au début du livre 5 (f. 84r): «Nicomachus dexter v(ir) c(larrisimus) emendavi; Victorianus emendabam dominis Symmachis » (voir J. E. G. Zetzel, « The Subscriptions in the Manuscripts of Livy and Fronto and the Meaning of Emendatio », Classical Philology 75 (1980),p. 39-59). Au f. 157v, une courte lacune (due à un saut du même au même) est signalée dans le texte (9, 46.6) par les lettres "hd" (hoc deest) entre 'templum' et 'aramue': « imperatorem posse templum <dedicare. Itaque exauctoritate senatus latum ad populum est ne quis templum> aramue » , mais qui n'a pas été remplie par le correcteur en marge, comme dans les autres casailleurs. Le ms. lat. 5724, copié peu après celui-ci, probablement dans le même scriptorium présente le même accident textuel, non corrigé et avec l'ajout du mot 'haud' (f. 155r): « imperatorem posse templum haud aramue »; tandis que le ms. lat. 5726 présente le texte sans lacune (f. 131v).
TITUS LIVIUS, Ab urbe condita, livres 1 à10 (ms. de sigle P; éd. Ogilvie (OCT) 1965; Walters et Conway 1919; aussi Bayet 1947).

Bibliographie sélective

Catalogues: Catalogus codicum manuscriptorum bibliothecae regiae..., III, 4 (1744); B. Munk Olsen (1985). L'Étude des auteurs classiques latins aux XIe et XIIe siècles, II. Catalogue des manuscrits classiques latins copiés du IXe au XIIe siècle :Livius-Vitruvius, Florilèges, essais de plume, Paris, p. 8.
Texte: L. D.Reynolds [éd.] (1983). Texts and Transmission. A Survey of the Latin Classics,Oxford; V. von Büren (1994). « Note sur le ms. Vaticano Arch. S. Pietro H 19 et son modèle Vaticano lat. 3868. Les Térences de Cluny ? », Scriptorium, 48.2 (1994), p. 287-293; V. von Büren (1996). « Livy's Roman History in theeleventh-century Catalogue from Cluny : the Transmission of the first and the third Decades », dans C.A. Chavannes-Mazal, M.M. Smith [éd.], Medieval Manuscripts of the Latin Classics ; Production and Use. Proceedings of theSeminar in the History of the Book to 1500, Leiden, 1993, Los Altos Hills -London, 1996, p. 57-73. M. D. Reeve (1996). « The Place of P in the Stemma ofLivy 1-10 », dans C.A. Chavannes-Mazal, M.M. Smith [éd.], op. cit. 1996, p.74-90.
Codicologie:
Histoire: P. Josserand et J. Bruno (1960). « Les estampilles du département des imprimés de la Bibliothèque Nationale », dans Mélanges F. Calot, Paris, p.261-298;

Bibliographie courante

1986
Giuseppe BILLANOVICH, " La biblioteca papale salvò le storie di Livio ", Studi Petrarcheschi, 3 (1986), p. 1-115 + 14 planches, cité p. 5.
Mss. [ 4° Pièce 2431

1993
Italia medioevale e umanistica, 36 (1993), cité à divers titres p. 83, 85, 179, 189-190.
Mss. [ P 124

1997
S. P. OAKLEY, A Commentary on Livy. Books VI-X, Vol. 1, Oxford, Clarendon Press, 1997, cité et recensé p. 153-154, 156-157, 162, 163, 166, 190, 232, 269-270, 295-299, 309-316.
Mss. [ 8° Impr. 8363 (1)

2000
Birger MUNK OLSEN, "Chronique des manuscrits classiques latins (IXe-XIIe siècles), IV", Revue d'histoire des textes, 30 (2000), p. 123-188, recensé p. 156.
Mss. [8° pièce 6763

2004
Giuseppe Billanovich, Itinera. Vicende di libri e di testi . T. I. A cura di M. Cortesi, Roma, Ed. di storia e letteratura, 2004, cité p. 205.
Mss. [ 8° Impr. 9683 (1)

2007
Voir l'édition et le manuscrit numérisé sur le site internet du projet Monumenta.ch .

2009
Jean-Pierre CAILLET et Marie-Pierre LAFFITTE, Les manuscrits carolingiens : Actes du colloque de Paris : Bibliothèque nationale de France, le 4 mai 2007 , Turnhout : Brepols, 2009.

Birger MUNK OLSEN, L'étude des auteurs classiques latins aux XIe et XIIe siècles. Tome IV. 1, La réception de la littérature classique : travaux philologiques, Paris : CNRS éd., impr, 2009, cité p. 285, 287, 291 et 316.

2010
Marie-Hélène JULLIEN (éd.), Clavis scriptorum latinorum Medii Aevii. Auctores Galliae 735-987 , III, Indices, Corpus Christianorum Continuatio Medievalis, Turnhout : Brepols, 2010, cité p. 395.

Informations sur le traitement

Notice rédigée par Franck Cinato.

Fusion des notices par Delphine Mercuzot, mars 2019.

Documents de substitution

Microfilm en noir et blanc. Cote de consultation en salle de lecture : MF 4754. Cote de la matrice (pour commander une reproduction) : R 91156.