Département des Manuscrits > Latin > Latin > Latin 3858-8822 [Ancien fonds latin] > Latin 5501-5785

Latin 5724

Cote : Latin 5724  Réserver
Ancienne cote : Bibliothèque du roi 137 (début XVIIe s.?)
Ancienne cote : Rigault [I] CLI
Ancienne cote : Dupuy [I] 860
Ancienne cote : Regius 4928
Titus Livius, Ab urbe condita.
IXe s. (seconde moitié)
Abbaye de Fleury, Tours ou Auxerre (?). Minuscule caroline de petit module; 'a' ouvert très fréquent, ligatures 'nt' et parfois 'rt' ; une seule main, mais avec des variations notables d'applications; séparation des mots peu régulière, explicitée postérieurement à l'aide de tirets verticaux situés en-dessous et au-dessus de la ligne. Titres en capitales rubriquées et grandes initiales à l'encre rouge avec traces d'argent oxydé.
Aucune décoration .
Parch., 169 ff. (1-136, 136bis, 137-168) à longues lignes, 315 x 255 mm (just. 230 x 190 mm).
Reliure de maroquin brun aux armes et chiffre de Charles IX, avec traces de boulons et fermoir; titre: « Titus Livius ».
Estampille de la Bibliothèque royale (Ancien régime, à partir du XVIIe s.), modèle identique à Josserand-Bruno, p. 264, type A n° 1.
Manuscrit en latin

Documents de substitution

Il existe une version numérisée de ce document.

Numérisation effectuée à partir d'un document original.

Accéder au manuscrit numérisé
vignette simple

Historique de la conservation

Ce ms. provient de l'abbaye de Fleury (Saint-Benoit-sur-Loire); il a peut-être été copié dans ce scriptorium (selon Carey, 1923, cité par Mostert 1989; Delisle, Cab. des mss., II, p. 364) ou bien à Tours (selon Bischoff cité par Munk Olsen, 1985, p. 8), ou encore à Auxerre (Von Büren, 1996, p. 72); au f. 168v, ex-libris de Fleury du XIIe s.: « hic est liber sancti Benedicti » ; il s'agit probablement du Tite-Live qui figure au n° 138 du catalogue de 1552 de cette abbaye (éd. Cuissard, 1889), comme le pense E. Pellegrin (1984-5, p. 164). Il porte au f. 1, en marge inférieure, le n° 137 qui correspond à un système de classement de la bibliothèque de Charles IX utilisé à Fontainebleau entre la fin du XVIe s. et le début du XVIIe s. (voir un autre ms. de Tite Live, le latin 5728, qui porte la cote 175 de ce même système) ; bien que Delisle (op. cit.) le mentionne parmi une liste de mss. passés en possession de Pierre Daniel , il ne porte aucun élément probant pouvant confirmer ce fait, de même, il est impossible qu'il ait pu appartenir au théologien Jean Courtecuisse (c. 1350-1423; aumônier du roi, évêque de Paris et Genève), contrairement à ce qu'a écrit Ornato (1992, p. 10, n. 42; cf. Omont, 1919, n° 27?). Ce ms. a dû entrer en possession de Charles IX, après 1552, entre 1562 et 1567 (voir Laffitte - Le Bars 1999, p. 25), ainsi que le prouve la reliure, et pourrait correspondre à la description « Titus Livius escrit » du catalogue de la bibliothèque du roi à Paris à la fin du XVIe s. (Omont, n° 1188).

Présentation du contenu

Quelques lemmes et sommaires notés en marge, exclusivement sur les 50 premiers ff.; monogramme nota caractéristique, ainsi que le sigle D.M. (voir von Büren 1996, p. 72 et notice du lat. 5725) ; un premier correcteur, qui semble contemporain de la copie est intervenu en quelques endroits (probablement dans le cercle de Loup de Ferrières, voir von Büren op. cit.), tandis qu'un second, au XIIIe s., a amplement gratté et récrit tout au long du texte: cette seconde intervention a été qualifiée de massacre par J. Bayet (1947, p. LXXXIII).
Signatures des cahiers de I (8v) à XX (157v), suivis d'un dernier cahier non signé et de 3 ff.; les huit premières signatures toutes sur grattages sont des quaternions réguliers, à l'exception du dixième cahier de 6 ff.; signatures anticipées au recto du premier f. du cahier suivant jusqu'au dixième cahier, les suivantes semblent avoir disparu lors de la rognure (cf. f. 57r).
Au f. 87v, un fragment textuel, isolé du reste du texte par une ligne vacante avant et après, est inséré (Tit. Liv. 5, 21.8) et chez deux autres témoins (P et B) après ‘raperent’ « bustum nempe una illa … quir(ites) puto qui », tandis qu’il se trouve après ‘accipiat’ (5.21.3) chez tous les autres témoins; il s’agit d’un passage de ce même livre (5, 52.13-53.2 Vestalibus nempe una … Quirites puto qui). En deux endroits (f. 73v et 145-146), le nombre de lignes, entre 30 et 34 ailleurs, augmente jusqu'à 37.
Une seule souscription de Victorianus se trouve au f. 22v à la suite de l'incipit du livre 2: « Victorianus emendabam dominis Simmachis » (voir notice du ms. BnF lat. 5725).
f.1-168 (+136 bis). TITUS LIVIUS, Ab urbe condita ; (ms. de sigle F; éd. Ogilvie (OCT) 1965; Walters et Conway 1919; aussi J. Bayet 1947, voir vol. I, p. LXXXI sq.) avec deux lacunes provenant de l'archétype (la première entre les f. 76v et 77r, où, dans la marge sup., une main du XIIe s. a signalé à la mine de plomb « hic deest » : ex agro IV, 21, 6 - ad vociferationem IV, 50, 4; la seconde, entre les ff. 165v-166r detinet X, 34, 6 - milia hominum X, 39, 3).

Bibliographie sélective

Catalogues: Catalogus codicum manuscriptorum bibliothecae regiae..., III, 4 (1744); B. Munk Olsen (1985). L'Étude des auteurs classiques latins aux XIe et XIIe siècles, II. Catalogue des manuscrits classiques latins copiés du IXe au XIIe siècle : Livius-Vitruvius, Florilèges, essais de plume, Paris, p. 8, n° B.14.
Texte: O. Riemann, Revue de Philologie, 1880, p. 100 sqq.; L. D. Reynolds [éd.] (1983). Texts and Transmission. A Survey of the Latin Classics, Oxford; E. Pellegrin (1984-5). « La tradition des textes classiques latins à l’abbaye de Fleury-sur-Loire », Revue d’Histoire des textes 14-15, p. 155-167; V. von Büren (1996). « Livy's Roman History in the eleventh-century Catalogue from Cluny : the Transmission of the first and the third Decades », dans C.A. Chavannes-Mazal, M.M. Smith [éd.], Medieval Manuscripts of the latin Classics ; Production and Use. Proceedings of the Seminar in the History of the Book to 1500, Leiden, 1993, Los Altos Hills - London, p. 57-73.
Codicologie: M.-P. Laffitte, F. Le Bars (1999). Reliures royales de la Renaissance. La librairie de Fontainebleau 1544-1570, Paris.
Histoire: L. Delisle, Cab. des mss., II, 1874 (réimp. 1978); H. Omont (1919). « Inventaire des livres de Jean Courtecuisse, évêque de Paris et de Genève (27 octobre 1423) », Bibliothèque de l'École des chartes, 80, p. 109-120; F. M. Carey (1923). De scriptura Floriacensi (thèse inédite), Cambridge, MA.; P. Josserand et J. Bruno (1960). « Les estampilles du département des imprimés de la Bibliothèque Nationale », dans Mélanges F. Calot, Paris, p. 261-298; M. Mostert (1989). The Library of Fleury. A provisional List of Manuscripts, Hilversum; E. Ornato (1992). « Préludes à la Renaissance. Aspects de la vie intellectuelle en France au XVe siècle », dans C. Bozzolo et E. Ornato (éd.), Paris.

Bibliographie courante

1997
S. P. OAKLEY, A Commentary on Livy. Books VI-X, Vol. 1, Oxford, Clarendon Press, 1997, cité et recensé pp. 152-153, 161, 184-186, 314-316.
Mss. [ 8° Impr. 8363 (1)

2000
Birger MUNK OLSEN, "Chronique des manuscrits classiques latins (IXe-XIIe siècles), IV", Revue d'histoire des textes, 30 (2000), p. 123-188, recensé p. 156.
Mss. [8° pièce 6763

2004
Giuseppe Billanovich, Itinera. Vicende di libri e di testi . T. I. A cura di M. Cortesi, Roma, Ed. di storia e letteratura, 2004, cité p. 204.
Mss. [ 8° Impr. 9683 (1)

2008
Annie DUFOUR et Gillette LABORY, Abbon, un abbé de l’an mil , Turnhout : Brepols, 2008, cité p. 210

2009
R. McKITTERICK, Histoire et mémoire dans le monde carolingien , Turnhout : Brepols, 2009, cité p. 245 n. 32

Informations sur le traitement

Notice rédigée par Franck Cinato.

Fusion des notices par Delphine Mercuzot, mars 2019.

Documents de substitution

Microfilm en noir et blanc. Cote de consultation en salle de lecture : MF 4753. Cote de la matrice (pour commander une reproduction) : R 91155.