Latin 7929

Cote : Latin 7929
Ancienne cote : De Thou 182
Ancienne cote : Colbert 1624
 : Regius 5074(6)
Recueil factice composé de deux manuscrits ou fragments de manuscrits différents.
Reliure de parchemin refaite (restaurée en 1973).
Estampilles de la Bibliothèque royale (Ancien régime, avant 1735), modèle identique à Josserand-Bruno, p. 268, type B n° 5.
Manuscrit en latin

Documents de substitution

Numérisation effectuée à partir d'un document original.

Historique de la conservation

La partie carolingienne du ms. (f. 1-126) a peut-être été copiée en région parisienne, dans l'abbaye de Saint-Denis, selon B. Bischoff (Katalog, p. 115, n° 545), ou, moins vraisemblablement, à Fleury-sur-Loire ou encore à Saint-Germain d'Auxerre (selon Carey; voir Mostert, 1989, p. 222).
Le ms. a été démembré au XVIe s., et la partie qui précède les ff. 1-126 se trouve être le ms. de Berne, Burgerbibliothek, 172 (voir Hagen, 1875 et Munk Olsen, 1985, p. 705). Il provient de l'abbaye de Fleury (Saint-Benoît-sur-Loire) (comme beaucoup de mss. possédés par Pierre Daniel, voir Pellegrin, 1959), où sa présence est attestée au Xe ou XIe s. (?) par l'ex-dono rédigé au f. 2v du ms. de Berne par le moine Hildemarus « contulit alme tibi pater hunc Benedicte libellum / Ildemarus alumnus et ipse tuus monazonta » (contrairement à ce que dit Munk Olsen, 1985, p. 705, l'ex-libris cite un seul nom propre, Ildemarus, qui se qualifie d'un épithète dont la forme (à l'accusatif grec) s'explique par la métrique: il s'agit d'un hellénisme dont la forme correcte serait monazon (μονάζων): "Saint père Benoît, Hildemarus ton serviteur et moine solitaire t'a apporté ce livre." (voir Pellegrin 1984-1985, p. 164-165 à propos de formules similaires notées par des moines de Fleury ; voir aussi Hafner, 1959, p. 149)). Le ms. entra en possession du philologue Pierre Daniel (1530/1540 - 1603; voir Hagen, 1876, p. 13-14) avocat d'Orléans et bailli de Fleury, probablement par le biais d'un don que lui fit son protecteur, le cardinal de Châtillon, abbé de Fleury, plutôt que par suite d'un "pillage" comme se plaisait à dire Mabillon (voir Hagen, 1876, p. 19-21). Toutefois, P. Daniel est probablement responsable du démembrement du ms. (voir Pellegrin, 1959, p. 25). Si après sa mort, la majorité de ses manuscrits furent partagés entre Jacques Bongars et Paul Petau, quelques uns avaient été donnés, de toute évidence du vivant de Pierre Daniel à Pierre Pithou (mort en 1596). Ce dernier, dont la signature se lit aux ff. 1 et 126v, nota en bas du f. 1 cette observation: « desunt quaterniones X et folium unum undecimi », basée sur les signatures de cahiers conservées (voir plus loin). Il est possible que les 6 ff. se trouvant à la fin de ce recueil factice aient été reliés durant son passage dans la collection de Pierrre Pithou. Cet ajout est relevé par une note autographe de Gabriel De La Porte Du Theil (1742-1815), f. 1: « ad calcem voluminis reperitur ultima medietas poematis De virtutibus herbarum quod vulgo Aemilo Macro adscribitur, necnon fragmentum operis Q. Sereni; altera pars scematis*(?) Aemilii Macri insuta est in codice 1750 versus finem. La Porte du Theil ». Puis, le ms. est passé à Jacques-Auguste de Thou (1553-1617), dont la signature a été grattée au bas du même feuillet (la cote du catalogue de 1617: [182] correspond à la cote notée au dos de la reliure). En 1680, il a été acheté par Jean-Baptiste Colbert avec les autres mss. de Thou. Il a enfin été acquis par la Bibliothèque du roi en 1732 avec les mss. de Colbert.

Présentation du contenu


Ce manuscrit a fait l’objet d’une notice dans le cadre du projet MANNO (Manuscrits notés en neumes en Occident).

Bibliographie

Catalogues: codicum manuscriptorum bibliothecae regiae..., 4, p. 413 ; B. Munk Olsen (1985). L'Étude des auteurs classiques latins aux XIe et XIIe siècles, II. Catalogue des manuscrits classiques latins copiés du IXe au XIIe siècle : Livius-Vitruvius, Florilèges, essais de plume, Paris, p. 705.
Texte: Savage (1932). The Commentary of Servius Danielis, p. 96-103; Murgia (1975). Prolegomena to Servius 5. The Manuscripts, Berkley - Los Angeles - London.
Codicologie: E. Rand (1939). «Les traces de piqûres...», Comptes rendus de l'Académie des Inscriptions et des Belles Lettres 1939, p. 411-431; E. Pellegrin (1959). « membra disiecta Floriacensia », BEC 117, p. 5-59; E. Pellegrin (1984-1985). « La tradition des textes classiques latins à l'abbaye de Fleury-sur-Loire », RHT 14-15, p. 155-167; J.-Y. Riou (1990). « Codicologie et notation neumatique (II)», Cahiers de civilisation médiévale 33/3, p. 381-396; L. Holtz (2000). « Le rôle des commentaires d’auteurs classiques dans l’émergence d’une mise en page associant texte et commentaire (Moyen Age occidental) », dans Le commentaire entre tradition et innovation, M-O. Goulet-Cazé (dir.), Paris, p. 101-117.
Histoire: H. Hagen (1876). Etude littéraire et historique sur Pierre Daniel d'Orléans, Orléans (trad. Fr. par P. De Félice); W. Hafner (1959), Der Basiliuskommentar zur Regula S. Benedicti. Ein Beitrag zur Autorenfrage karolingischer Regelkommentare, Münster; M. Moster (1989). The Library of Fleury. A provisional List of Manuscripts, Hilversum; B. Bischoff (1998). Katalog der festländischen Handschriften des neunten Jahrhunderts (mit Ausnahme der Wisigotischen), I, Wiesbaden.



2009
Cité p. 259
Silvia OTTAVIANO, "Il REG. LAT. 1669 : un' edizione di Virgilio d'Eta carolingia.", tiré à part de Miscellanea Bibliothecae Apostolicae Vaticanae, n°15, (2009), pp. 259-324.
MSS [8° pièce 7628

Notice du projet MANNO.

Informations sur le traitement

Notice rédigée par Franck Cinato.

Documents de substitution

Microfilm en noir et blanc. Cote de consultation en salle de lecture : MF 24760. Cote de la matrice (pour commander une reproduction) : R 15138.