Département des Manuscrits > Français > Nouvelles acquisitions françaises > Mss cotés en 2022. NAF 29051-29073

NAF 29060

Cote : NAF 29060  Réserver
Fragments de romans de Chrétien de Troyes (fragments dits d' Annonay )
Extreme fin du XIIe siècle - début du XIIIe siècle.
Champagne  ou Bourgogne .

Littera textualis régulière et arrondie de la main d’un seul scribe (2,5 mm de haut, 4 mm pour les lettres à hastes) ; le a est à deux étages, les f et s longs sont posés sur la ligne, le r rond est utilisé après le o, le R et le N se trouvent occasionnellement en position finale, les lettres à hastes sont dépourvues de boucles; des signes peuvent marquer les i dans les suites de jambages, la prononciation séparée de deux graphemes (ex. esbaïe : Cligès, v. 934) et le a préposition pour le distinguer du verbe. 
42 initiales rouges à filets bleues et bleues à filets rouges (30 initiales de la hauteur de 2 UR ; 2 de 3 UR ; 6 de 4 UR ; 1 de 5 UR ; 1 de 6 UR ; 2 de 9 UR) ; des lettrines à l'encre brune servant à la réalisation des initiales sont présentes dans les marges. D'après P. Stirnemann, ces fragments portent un décor filigrané appartenant au style artistique dit de « Manerius », tenant son nom du scribe Manerius de Cantorbéry qui a signé une Bible peinte vers 1185 et provenant de Saint-Loup de Troyes (Paris, Bibliothèque Sainte-Geneviève, mss 8-10) ; ce style, pratiqué par des artistes différents et travaillant pour plusieurs commanditaires, se répand dans la basse Champagne et la haute Bourgogne pendant une cinquantaine d'années environ (1185-1235), et se retrouve notamment dans une dizaine de manuscrits en langue vernaculaire, dont l'anthologie copiée par Guiot de Provins (BnF, fr. 794) et le Perceval conservé dans le London, BL, 36614. Le décor des fragments d'Annonay est à mettre en comparaison en particulier avec ceux des manuscrits BnF, lat. 659 et BnF, fr. 963.

Parchemin. 16 fragments de dimensions différentes placés dans 16 pochettes de papier de soie numérotées de 1 à 17 (il manque la pochette n°5), dimensions du feuillet entier 280 × 210 mm (just. 221 × 158 mm). Réglure à la mine de plomb (probablement proche du type Muzerelle : 2-2-12/0-0/2-2/A) ; 2 colonnes de 38 lignes tracées et 38 lignes d'écriture, correspondant à une UR de 5,8 mm ; l’écriture commence sur la première ligne tracée ; l'initiale de chaque vers est encadrée dans une colonnette et écartée de 5 mm.
Ce document est rédigé en ancien français ; A. Micha mentionne « une couleur champenoise » alors que S. Gregory et C. Luttrell se prononcent en faveur d'une origine bourguignonne. 
Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits

Conditions d'accès

Document actuellement non communicable.

Documents de substitution

Il existe une version numérisée de ce document.

Numérisation effectuée à partir d'un document original : NAF 29060.

Numérisation avant restauration.

Voir le document numérisé
vignette simple

Historique de la conservation

Ces fragments sont ce qui reste d'un manuscrit devant contenir l'ensemble des œuvres de Chrétien de Troyes et dont la rédaction semble peu postérieure de la date de composition du dernier roman, le Perceval, composé entre 1182 et 1190. La critique s’accorde à dire que ces fragments constituent l'un des plus anciens ainsi que des plus importants témoins de l'œuvre du poète champenois.

Découverts dans les archives de Léon Boissonnet, notaire à Serrières (Ardèche), ces fragments ont servi à former des reliures de dossier constituées à partir de 1712 par le notaire Desroys exerçant à Champagne (à 6 km au sud de Serrières) jusqu’en 1753. Des notes du XVIIIe siècle indiquant le système d'archivage sont présentes sur plusieurs feuillets. 
L'ensemble des fragments a été retrouvé à la suite de trois campagnes successives : en décembre 1933, le Dr P. Escoffier d’ Annonay retrouve 16 fragments contenant 1365 vers du Cligès, 758 vers de Yvain ou le Chevalier au Lion et 152 vers du Perceval ; ces fragments ont été édités en 1934 par A. Pauphilet et publiés chez Droz. En 1936, A. Pauphilet retrouve une nouvelle portion du Cligès (500 vers environs) et un passage d’Erec (300 vers environs) dont il donne l’édition dans le t. 63 de Romania (1937) ; comme le signalent S. Gregory et C. Luttrell dans leur édition de Cligès de 1993, les fragments publiés en 1937 ont disparu. En 1954, d’autres fragments de Cligès (400 vers environ) et d’Yvain (360 vers environ) sont retrouvés par L.-F. Flutre et publiés dans le t. 75 de Romania (1954).

Informations sur les modalités d’entrée

Acquis en 2022 : A. 22-03.

Présentation du contenu

Chrétien de Troyes, Cligès : (numérotation d'après l'éd. Foerster, W., Christian von Troyes, Cligés, 1888)
Environ un tiers de l'ouvrage, dont certains vers sont mutilés : 307-458 (éd. Pauphilet, 1934), 459-610 (éd. Flutre, 1954), 497-572 (éd. Pauphilet, 1934), 927-1078 (éd. Flutre, 1954), 1079-1230 (éd. Pauphilet, 1934), 1547-1706 (éd. Pauphilet, 1934), 1863-1875 (éd. Pauphilet, 1934), 1880-1884 (éd. Pauphilet, 1934), 1901-1913 (éd. Pauphilet, 1934), 1918-1922 (éd. Pauphilet, 1934), 1939-19151 (éd. Pauphilet, 1934), 1956-1960 (éd. Pauphilet, 1934), 1977-1989 (éd. Pauphilet, 1934), 1994-1998 (éd. Pauphilet, 1934), 2319-2413 (éd. Pauphilet, 1934), 2433-2470 (éd. Pauphilet, 1934), 2775-2828 (éd. Pauphilet, 1934), 2851-2866 (éd. Pauphilet, 1934), 2889-2926 (éd. Pauphilet, 1934), 3113-3114 (éd. Flutre, 1954), 3150-3152 (éd. Flutre, 1954), 3188-3190 (éd. Flutre, 1954), 3228-3230 (éd. Flutre, 1954), 3191-3228 (éd. Pauphilet, 1934), 3231-3266 (éd. Pauphilet, 1934), 3269-3346 (éd. Flutre, 1954), 3279-3304 (éd. Pauphilet, 1934), 3319-3344 (éd. Pauphilet, 1934), 3351-3383 (éd. Pauphilet, 1934), 3555-3704 (éd. Pauphilet, 1934), 5363-5514 (éd. Pauphilet, 1934), 5821-5972 (éd. Pauphilet, 1934), 6470 (éd. Flutre, 1954), 6808 (éd. Flutre, 1954), 6537-6543 (éd. Pauphilet, 1934), 6584 (éd. Flutre, 1954), 6647-6668 (éd. Pauphilet, 1934). 

Chrétien de Troyes, Yvain : (numérotation d'après l'éd. Foerster, W., Christian von Troyes, Cligés, 1888)
1120 vers environs, dont certains sont mutilés : 1525-1828 (éd. Pauphilet, 1934), 2127-2428 (éd. Pauphilet, 1934), 3795-3947 (éd. Pauphilet, 1934, sauf les v. 3832, 3872, 3910 édités par Flutre), 4899-4937 (éd. Flutre, 1954), 4101-4252 (éd. Flutre, 1954), 4938-4974 (éd. Flutre, 1954), 5013-5164 (éd. Pauphilet, 1934).

Chrétien de Troyes, Perceval : « ...Tant est cil biax et cele bele... — ... Qu'il ne puet estre desfanduz...» (numérotation d'après l'édition Hilka, Christian von Troyes, der Percevalroman, 1935)
152 vers, correspondant aux vers 1869-2024, édités par Pauphilet en 1934.

Bibliographie raisonnée

Catalogues et inventaires

Nixon T., « Catalogue of Manuscripts », n° 3, dans The Manuscripts of Chrétien de Troyes, éd. sous la dir. de K. Busby, T. Nixon, A. Stones et L. Walters, Amsterdam, 1993, vol. II, pp. 20-22.

Décor

Stirnemann P., « Quelques manuscrits en langue romane et le style Manerius », dans Bulletin de la Société Nationale des Antiquaires de France, 1992, 1994. pp. 401-402. [en ligne]

Stirnemann P., « Quelques manuscrits en langue romane et le style Manerius », dans The Manuscripts of Chrétien de Troyes, éd. sous la dir. de K. Busby, T. Nixon, A. Stones et L. Walters, Amsterdam, 1993, vol. I, pp. 195-226.

Editions et études

Foerster, W. (éd.), Christian von Troyes. Cligés, Halle : Niemeyer (Romanische Bibliothek, 1), 1888 (1ere éd. Halle 1884) [en ligne].

Pauphilet, A. (éd.), Chrétien de Troyes. Le Manuscrit d'Annonay, Paris : Droz, 1934.

Hilka, A. (éd.), Christian von Troyes, der Percevalroman (li Contes del Graal), Halle : Niermayer, 1935. 

Pauphilet, A., « Nouveaux fragments manuscrits de Chrétien de Troyes », dans Romania, t. 63 (1937), pp. 310-323 [en ligne]. 

Micha, A., La tradition manuscrite des romans de Chrétien de Troyes, 1939 (2e impr. Genève, Droz, 1966) [en ligne].

Flutre L.-F., « Nouveaux fragments du manuscrit dit d'Annonay des œuvres de Chrétien de Troyes », dans Romania, t. 75 (1954), pp. 1-21 [en ligne].

Gregory, S., Luttrell, C. (éd.), Chrétien de Troyes. Cligès, Cambridge : D.S. Brewer, 1993, pp. xx-xxi, xxvi. 

Gregory, S., Luttrell, C. « The Manuscripts of Cligès », dans The Manuscripts of Chétien de Troyes, éd. sous la dir. de K. Busby, T. Nixon, A. Stones et L. Walters, Amsterdam, 1993, vol. I, pp. 69-70, 94.

Busby, K., « Mise en texte as Indicator of Oral Performance in Old French Verse Narrative » dans Performing medieval narrative, pp. 61-71, 2005.

Harf-Lancner, L. (éd.), Chrétien de Troyes. Cligès, Paris : H. Champion (Champion classiques. Série Moyen Age, 16), 2006, p. 41.

Boissonnet, L., « Comment des reliures des minutiers notariaux peuvent sauver des poèmes de littérature médiévale ! », dans Le Gnomon. Revue internationale d'histoire du notariat, janvier-mars 2012, pp. 33-36.

Expositions

La Légende du roi Arthur [exposition, Paris, Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, du 20 octobre 2009 au 24 janvier 2010] sous la direction de Thierry Delcourt, Paris : BnF / Seuil, 2009, p. 100.

Chrétien de Troyes et la légende du roi Arthur [exposition, Troyes, Médiathèque du Grand Troyes, 14 mars-30 juin 2011] ; commissariat D. Quéruel, P. Gandil, Fr. Berquet, et al., Troyes : Médiathèque du Grand Troyes, 2011, pp. 14, 16-17.

Informations sur le traitement

Notice rédigée par Graziella Pastore (juillet 2022).