Département des Manuscrits > Arménien

Arménien 350. Tout ce que j’ai enduré de 1915 à 1919.  Vahram Altounian

Cote : Arménien 350  Réserver
Tout ce que j’ai enduré de 1915 à 1919.  Vahram Altounian
Texte en arméno-turc en caractères arméniens
écriture notrgir ; papier mécanique ; ; 34 pages ; sur millimètres ; couverture.
1915
Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits

Bibliographie

Janine Altounian,« Ouvrez-moi seulement les chemins d'Arménie »/ Un génocide aux déserts de l'inconscient, Préface de René Kaës, Les Belles Lettres, « Confluents psychanalytiques », 1990, 2003 (2° éd.) ; La survivance / Traduire le trauma collectif, Préface de Pierre Fédida, Postface de René Kaës, Dunod, « Inconscient et culture », 2000, 2003 (réimp.) ; L'intraduisible / Deuil, mémoire, transmission, Dunod, « Psychismes », 2005)

Présentation du contenu

Le manuscrit « Tout ce que j’ai enduré de 1915 à 1919 » est un cahier d’écolier. Les trente quatre pages sont foliotées et remplies d’une écriture serrée jusqu'à la page 24 qui finit par se relâcher à la fin . Sauf la dernière, chaque page comprend 19 lignes. Il y a peu de ratures; quelques esquisses de mots mais biffés. On peut penser que le texte a été écrit d’une seule coulée, probablement en quelques séances. Aux pages concernant le récit sont jointes, notées au crayon, diverses listes d’objets achetés ou vendus avec leurs prix correspondants. Elles sont datées de la fin de 1919. Le souci méticuleux de tout enregistrer par écrit est absolument remarquable. Selon toute vraisemblance, il s’agit d’un compte rendu aux autres membres de la famille, aux frères aînés, des dépenses effectuées avant de quitter Constantinople pour la France. Dans les trois dernières pages du Journal sont transcrits en caractères arméniens les nombres arabes de 1 à 100.

Copié à Istanbul. 

Informations sur les modalités d’entrée

Don de Mme Janine Altounian 2021