Département des Manuscrits > Français > Français > Français 1-6170 [Ancien fonds] > Français 762-1070

Français 821

Cote : Français 821  Réserver
Ancienne cote : Regius 7209
Ancienne cote : Dupuy II 870
Ancienne cote : Rigault II 744
Recueil d’histoire ancienne et de sagesse antique
XIVe siècle (deuxième ou troisième quart)
Italie (Nord) .

Littera textualis italienne executée par plusieurs scribes.
D’après François Avril et Marie-Thérèse Gousset, ce manuscrit présente « une décoration très homogène, due à un seul enlumineur de formation bolonaise mais exerçant probablement dans un atelier padouan » ; la manière de distribuer les filets blancs en cercles concentriques se retrouve notamment dans les antiphonaires A, B et M de la Biblioteca Antoniana de Padoue. Chiara Ponchia (p. 164) souligne plusieurs similarités entre les initiales de ce manuscrit et celles du ms 618 conservé à la bibliothèque universitaire de Padoue (Summa de casibus conscientiae).
Le manuscrit présente un total de 283 initiales historiées et ornées, de dimensions variables entre 2 et 17 UR (unité de réglure), agrémentées d'antennes végétales terminées par des sequins d'or et exécutées à la peinture gouachée (à dominantes rouge carmin, vieux rose, bleu de caeruleum, mauve grisé, vert olive, ocre jaune, brun et blanc) ; les rehauts sont en blanc, alors que les contours des sujets, des aires des initiales et des sequins d'or sont exécutés en noir. D'après les relevés de F. Avril et M.T. Gousset, on distingue notamment 33 initiales historiées : f. 1r Roman d'Hector et d'Hercule, une initiale de 3 UR (jeune homme coiffé d'un chaperon, portrait d'auteur ?) ; 10r (2 UR, roi âgé : Philéminis roi de Thermachi) — 17r Livre de Caton, prologue (4 UR, portrait d'auteur : Caton) — 27r au début du prologue de la traduction du De consolatione (8 UR, portrait de Boèce) et, au début du livre I (6 UR, Philosophie s'adressant à Boèce) ; 29v (17 UR sans antennes, portrait de Boèce tenant un livre) ; 34v livre III (8 UR, Philosophie désignant le texte) ; 38v en tête du chapitre sur les dix commandements (3 UR, homme en manteau brun, vraisemblablement le traducteur) ; 42r livre IV (8 UR, Boèce en habit de maître de l'Université) — 52v au début de l'Ystoire de la Passion (3 UR, tête de Christ ou d'apôtre) ; 57r (3 UR, Christ) ; 59r (2 UR, Joseph d'Arimathie ?) ; 60r (3 UR, la Vierge ou l'une des saintes femmes) — 65r Enseignements à Alexandre (2 UR, roi Alexandre) — 69v Dits des sages (2 UR avec une longue antenne, femme tenant une épée pointée en l'air : Justice) — 77r au début du Compendium d'histoire universelle (3 UR, roi) ; 77v (2 UR, homme barbu : Noé ?) ; 78v (2 UR, roi Ninus) ; 80r (2 UR, Priam ?) ; 80v (3 UR, Romulus) — 81r au début du Roman de Troie (6 UR, roi Salomon) ; 89v (2 UR, Médée) ; 104r (2 UR, Cassandre ?) ; 127v (4 UR, Hector) ; 136v (2 UR, Hector) ; 139v (2 UR, Cassandre ?) ; 140v (2 UR, Achille) ; 154r (4 UR, roi : Priam ?) ; 168r (2 UR, Hector ?) ; 171r (2 UR, Hector ?) ; 225v (5 UR, Hélène) ; 232v (3 UR, Cassandre ?) — 251r au début de l'extrait de l'Histoire ancienne (6 UR, la reine Hécube). On distingue également 12 initiales ornées de dimensions moyennes, à personnages en buste, aux feuillets : 17r, Livre de Caton (5 UR, femme désignant le texte) — 112v, Roman de Troie (4 UR, jeune homme) ; 123v (5 UR, soldat) ; 142v (6 UR, jeune homme) ; 143v (6 UR, homme barbu coiffé d'un chaperon) ; 171v (3 UR, homme coiffé d'un chaperon désignant le texte) ; 209v (5 UR, homme coiffé d'une calle) ; 235r (5 UR, jeune homme) ; 243r (5 UR, homme barbu de profil). Enfin, 238 petites initiales ornées à personnages sont situées aux feuillets suivants : Roman d'Hector et Hercule 1v, 3r, 4r, 5r, 6r, 7r, 7v, 9, 11r, 11v — Livre de Caton 20r, 21r, 22v, 23v — De regimine familie 25v — traduction du De consolatione 28r, 29r, 31r, 31v, 32v, 33r, 33v, 35v, 36v, 37v, 39v, 40v, 41r, 42v, 44r, 44v, 45v, 46v, 48r, 49r, 50r, 52r — Ystoire de la Passion 53v, 54v, 55r, 58r — Enseignements à Alexandre 61r, 62r, 62v, 63v, 64v — Dits des sages 66r, 67r, 68r, 69r, 70v, 72r, 73r, 74r, 75r, 75v — Roman de Troie 82r, 82v, 84r, 85r, 86r, 86v, 87v, 88r, 88v, 90r, 91r, 92r, 92v, 93v, 94v, 96r, 96v, 98r, 98v, 100r, 101r, 101v, 103r, 104v, 105v, 106v, 108, 108v, 109v, 110v, 111r, 111v, 113r, 113v, 116r, 117r, 117v, 118v, 120r, 120v, 121r, 121v, 122v, 124v, 125v, 126v, 129r, 129v, 130v, 131v, 132v, 133v, 134v, 136r, 137r, 137v, 138v, 142r, 144v, 145r, 145v, 146v, 149v, 151r, 151v, 152v, 153r, 155r, 156r, 157r, 158r, 158v, 159v, 160v, 161r, 162r, 163r, 164r, 164v, 166r, 169r, 170r, 171v, 172r, 172v, 174r, 174v, 176r, 177r, 178r, 179r, 179v, 181r, 182r, 183r, 183v, 185r, 186r, 186v, 188r, 189r, 190r, 191r, 192r, 192v, 193r, 194r,195r, 196r, 197r, 197v, 198v, 200r, 200v, 201r, 202r, 202v, 204v, 205v, 206v, 207v, 208v, 211r, 212r, 212v, 213v, 215r, 215v, 216v, 217r, 218r, 218v, 219r, 219v, 220v, 221v, 223r, 224r, 225r, 227r, 227v, 228v, 230r, 232r, 233r, 234r, 236r, 237r, 237v, 238v, 239v, 241r, 242r, 244r, 245r, 246r, 247r, 248r, 248v, 249v — Extrait de l'Histoire ancienne : 251v, 252v, 253v, 254r, 254v, 256r, 256v, 257v, 259r, 259v, 260r, 261r, 262r, 263r, 264r, 264v — Roman de Landomata 267r (2), 267v, 268 (2), 268v. Le manuscrit comporte également de nombreuses initiales filigranées à l'encre bleue, rouge, violette et grise. D'après F. Avril et M.T. Gousset, l'ensemble est attribuable à deux artistes dont le répertoire ornemental et le style s'apparentent à la production vénéto-padouane. Le premier artiste a exécuté la décoration filigranée des f. 1r-12v, 81r-176r et 251r-268v ; le deuxième s'est chargé de la décoration filigranée des f. 17r-80v et 177r-249v. Aux f. 12v-15r et aux f. 269r-290r, la place réservée pour les initiales et les rubriques est demeurée vierge (présence de lettrines d'attente et d'indications à l'encre brune dans les marges). Les initiales n'ont également pas été exécutées aux f. 264v-265r.
Marginalia : manicules aux f. 190v et 194v.

36 cahiers débutant par le côté chair : 35 quaternions et 1 quinion (cahier n° 31, f. 241-250). Réclames de facture différente, parfois encadrées dans une cartouche, exécutées à l’encre brune, noire ou rouge, sur le verso du dernier feuillet de chaque cahier, sauf pour les cahiers n° 2 (f. 16v), 10 (f. 80v), 31 (f. 250v), 33 (f. 266v), 36 (f. 290v) ; on remarquera que les réclames des cahiers n° 8 (f. 64v) et 23 (f. 184v) ont été corrigés. Foliotation (postérieure à la copie) à l'encre noire dans l'angle supérieur droit de chaque feuillet (f. 1-290) doublée d'une foliotation au crayon dans la première partie du volume (f. 1-60).

Parchemin. 4 gardes en papier + 2 gardes anciennes en parchemin (A, B) + 290 feuillets + 2 gardes anciennes en parchemin + 3 gardes en papier, 360 × 260 mm (just. 267 × 194 mm, f. 97r). Réglure à l’encre, dont le modèle principal correspond à la formule de Muzerelle : 11-1-11/0-0/1-1/F ; d'après le f. 97r : 22 + 267 + 71 mm [de haut en bas] x 19 (9) + 84 (9) + 92 + 47 mm [de la reliure vers la gouttière]. Copié sur 2 colonnes de 44 lignes d’écriture et 45 lignes tracées, soit une UR de 6,06 mm ; la première ligne de la colonne est copiée sous le trait horizontal délimitant le haut de la justification ; l'initiale de chaque ligne est encadrée dans une colonnette ; l'entrecolonne est absente. Deux autres schémas de réglure sont utilisés dans ce volume pour les feuillets f. 134-155 (similaire au schéma principal mais avec une ligne de justification supplémentaire dans la colonne de droite) et aux f. 251-290 (absence des colonnettes, du fait de la présence de texte en prose).

Reliure en veau marbré, ornée aux petits fers dorés ; écussons dorés sur chaque plat (manteau, couronne, sceptre et aigle impériale). Dos à six nerfs au chiffre de Napoléon Ier ; titre doré sur deux pièces ajoutées : « Recueil de vers et de prose / Hercule Caton Boèce ». Tranches dorées.
Estampille « Bibliothecae regiae » au f. 1r et au f. 290v (Josserand-Bruno type A n° 3, 22 mm ; XVIIe siècle).
Ce document est rédigé en franco-italien et en latin.
Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits

Historique de la conservation

La date de rédaction de ce manuscrit fait objet de débat : d'après M.-R. Jung (1996, p. 194), le manuscrit date du début du XIVe siècle ; selon F. Avril et M. T. Gousset, il date du 2e quart - milieu du XIVe siècle ; selon M. G. Ottolenghi (1991, p. 118), il date du troisième quart du XIVe siècle.

Au f. 290v on retrouve une note de possession écrite par une main italienne du XIVe siècle, partiellement effacée, et d'interpretation difficile : « Iste liber est Iohannely de Medda porte Ver[...] parrochie sancte Marie Pod[en]sis ». F. Avril et M.T. Gousset signalent une église Sainte-Marie près de la porte Vercellina à Milan ; cette hyphotèse est reprise par M.G. Albertini Ottolenghi qui identifie le possesseur avec le marchand Giovannolo de Meda, vivant à Milan porte Vercellina et figurant parmi les députés du conseil de fabrique du dôme de Milan entre 1394 et 1398 (Albertini Ottolenghi, 1991, p. 17. Voir aussi : Annali della fabbrica del duomo di Milano dall'origine fino al presente pubblicati a cura della sua amministrazione, I, Milano, 1877, notamment p. 128-129 ; Beatrice del Bo, «Mercanti e finanze statali nel ducato di Milano in età visconteo-sforzesca», dans Il governo dell'economia. Italia e Penisola Iberica nel basso Medioevo, Roma, Viella, 2014, p. 131-153, cit. p. 143 n. 55).

D’après la « Consignatio librorum [...] facta in libraria castri Papie » en 1426, ce manuscrit figure dans la collection des Visconti conservée au château de Pavie (n° 22) : « 244 Gesta Herculis et plurium aliorum, ac Troiani in Gallico rithimo, voluminis satis magni et grossi, coperti corio rubeo veteri. Incipiunt : Nos trovons por escriture et finitur : la stoire recont - Sig. D XXX j» (cit. d’après G. D'Adda, 1875, p. 24 ; voir aussi A. Thomas 1891, p. 581) ; le volume correspond au n° 244 dans l’édition de l’inventaire faite par G. D’Adda à partir d’un manuscrit de la Biblioteca Braidense. Le manuscrit figure également dans l'inventaire du château de 1459 (n° 815 Istoria Herculis, cit. d'après E. Pellegrin, 1955, p. 327), ainsi que dans ceux de 1488 (D 653) et de 1490 (E 493) (cit. d'après M.G. Albertini Ottolenghi, 1991, p. 118 et p. 197). 
Le volume est probablement rentré dans les collections royales après 1499, à la suite de la conquête du Milanais par Louis XII ; toutefois, il ne figure pas dans les inventaires de Blois de 1518 et de 1544, ni dans le catalogue de la Bibliothèque royale de la fin du XVIe siècle. 

Cotes inscrites sur le f. 1r : [Rigault II] « sept cents quarante quatre » de la bibliothèque de Fontainebleau ; [Dupuy II] 870 ; [Regius] 7209.

Informations sur le traitement

Volume restauré en 2021 : dépose du dos restauré de basane (conservé en défets) ; réparation de quelque déchirures de feuillets avec du papier japonais ; pose de nouvelles gardes blanches ; reprise de couture ; renforcement des ficelles de couture et des passages dans les cartons ; réalisation de nouvelles tranchefiles ; pose de claies en parchemin ; apprêture du dos ; réalisation d'un dos neuf à décor pastiche, avec incrustation de la pièce de titre ancienne ; restauration cuir (dossier BnF-ADM-2021-001412-01).

Présentation du contenu

f. 1r-12vA Roman d'Hector et Hercule : « Nos trovons par escripture | Qe Hercules outre nature | Fu fiers, ardiz sor toz et grans | Sage, legiers et sorpuisans, | Ne combati jamés a nus, | Ne briemant ne fust vanchus ... — ... Car trop seroit long parlamant | Cil qui deust de toz le zant, | Por ice ci m'en vuel soufrir, | Ne dirai plus, ainz voil theisir » (éd. J. Palermo, 1972)
Composé en Italie (Vénetie ou Lombardie) au début du XIVe siècle, ce roman est conservé dans quatre autres manuscrits, tous d'origine italienne : Firenze, Bibl. Riccardiana, 2433 ; Città del Vaticano, Bibl. Apostolica Vaticana, Lat. 14740 (f. 50) ; Venezia, Bibl. nat. Marciana, Francese Z 18 (231) ; Oxford, Bodleian Library, Canon. Misc. 450 (voir éd. J. Palermo, p. 17-30). 

f. 12vB-15rB Extrait de la première rédaction de l'Histoire ancienne jusqu'à César relatif à Hercule et aux Amazones : « [A]prés ce que Thebes fu destruite bien .v.c et .lx. ans ains qe Rome fust comencée nasqi une grant bataille et perileuse antre ciaux de Grece et ciaux d'Athenes ... — ... Et aucunes gent dient qu'il morut por la main le buen H. de Troie qi se combati a lui a cors a cors davant une cité an Pafogonie por vanger la mort Laumedon son aiol, ainsi com estoit desus an rime » (cf. éd. M. de Visser-van Terwisga, t. 1, p. 76a-85 et lxxxvi-lxxxvii)

Les feuillets 15v et 16 sont blancs.

f. 17r-25vA Adam de Suel,  traduction des Disticha Catonis, remaniée par Macé de Troies :
prologue du traducteur, f. 17r « Ci comenza le romanz | De don Chaton sages vailanz, | Seignors se vos pleist escouter | Romanz qi bien fait a loer ... — ... Des or voil au conte venir, | Et vos panser del retenir, | Les comandemens q'il a fait | A son filz por nos toz retrait.Ici fenis le prologe de celui qi translata cist livre de latin en roman (rubr.) » ;
prologue des Disticha Catonis, f. 17rB-20rA : « Incipit prologue libri Catonis (rubr.). Enim ego Cato animaduerterem quam plurimos homines graviter eruire ... Ce dit Caton quant je veoie | Les homes aler a male voie ... — ... Illud stude agere quod vistum est. | Ne sai que plus breument te die | Fai le bien si laise la folie. Explicit prologus proverbiorum Catonis (rubr.). Ici comence le proverbe | Selonc la matire del livre... Ce que la letre nos devise » ; 
1er livre, f. 20rA-21rB « Incipit liber primus Catonis (rubr.). Si Deus est animus, nobis ut carmina dicunt ... Biau filz, ce dit Caton li sage ... — ... Tant com tu as dont bien lor faces. Explicit liber primus Catonis (rubr.). Filz, or te pri qe desinoies ... Le meilor toz jorz a a tei retraire » ; 
2e livre, f. 21rB-22vA « Incipit liber secundus Catonis (rubr.). Telluris si forte velis cognoscere cultus ... Se tu veus laborer en terre ... — ... Les plusors foiz veit en dormant. Explicit liber secundus Catonis (rubr.). Jusqu'a les livre ce me semble ... Qu'il enseignast pur a Caton » ;
3e livre, f. 22vA-23vB « Incipit liber tertius Catonis (rubr.). Hoc quicumque velis carmen cognoscere lector ... Amie, fait il, que que tu iers ... — ... Car ce demande mesure et sens. Explicit liber tertius Catonis (rubr.). La paroule qi est ahie ... Le dit Caton, le bien senez » ;
4e livre, f. 23vB-25vA « Incipit libert quartus Catonis (rubr.) Securam quicumque cupis deducere vitam ... Quicumque veut seurement ... — ... Mes aprent trestot a ton aage | Et Deus t'en mete en bon corrage. Miraris verbis nudis me scribere versus,| Hec brevitas sensus fecit coniungere binos » ;
epilogue : « Macé de Troie qui se respouse | Seignor vos dit a la parclouse | Se il a parlé feiblement | en maint leus oscurement ... — ... Se n'i a ce(? lire macé ?) a dreit meffait | Ja ne li doit estre a mau retrait. Explicit liber Catonis. Deo gratias amen (rubr.) » (cf. éd. J. Ulrich).

 f. 25vB-26vA  Bernardus Silvestris, « Optimum documentum de regimine familie » (rubr.) : « Gratioso militi et felici Raymundo, domino castri Ambrosii, Bernardus in senium deductus, salutem ... — ... Ad quem eam perducant merita sue dampnabilis senectutis. Amen ».
Texte attribué de manière dubitative à Bernardus Silvestris (voir J. Leclercq, « Études sur saint Bernard et le texte de ses écrits », dans Analecta sacri ordinis cisterciensis, 9 (1953), p. 12 ; Lexikon für Theologie und Kirche, 2 Aufl., Freiburg 1957-67, Bd.2 col.248) et connus sous le titre Epistola de gubernatione rei familiaris.

f. 27rA-52rB  Bonaventure de Demena, « La complainte de la tribulation del mirable phylosophe qi fu appelez Boeces, et de la Consolation de la phylosophye qel confortoit en scemblance d'une dame » (rubr.) : « L'umaine generacions et les genz de cist monde desirent moult naturalment... — ... et il nos dont si bien ovrer que nos alons au suen beneoit regne, en lequiel est vie durable sanz nulle fin. In secula seculorum. Amen » (éd. G. Peron 2014)
Traduction/adaptation en prose en franco-vénétien de l'oeuvre de Boèce réalisée autour de la moitié du XIIIe siècle et conservée uniquement dans ce manuscrit. Dans le prologue (f. 27rA), l'auteur affirme avoir déjà traduit ce texte en « vulgar latin », c'est à dire en italien (voir ms 212 de la Bibliothèque municipale de Vérone, éd. A.M. Babbi, « Consolatio Philosophiae », una versione veneta, Milano, Franco Angeli, 1995)

f. 52vA-60vB  Ystoire de la Passion, « Ceste est la ystoire dou Nostre Seignor Jhesu Crist, et coment il soufri passion et torment et mort pour sauvement de la humaine generation... » (rubr.) : « Celi qe sa qe tot est nient | Se no à servir au roi omnipotent ... — ... Perdonez moi toz mes pechiez | Et me gardez d'aversitez » (éd. Edith Armstrong Wright)
Récit de la Passion de Jésus-Christ en franco-italien, conservé uniquement dans ce manuscrit. Le texte contient une dédicace (v. 35-40, f. 52v) : « Por la membrance d’une pucelle | Qi est mout franche, cortoise et belle | Ce est ma dame, de cui hom sui, | Canevois la sage, et por cui | Auront les buens joie et confort | De garentir ses armes da mort ».

f. 61rA-66rA  Extrait des Enseignements d'Aristote à Alexandre : prologue (f. 61rA) « O filz gloriousisme, empereor, confirme toi dieus en la voie de conoistre les sentiers de veritez et de vertuz, et constringe les bestiels desiriers et confirme ton reigne et alume ton enging au suen servise et honor et cetera » ; Ièresection (enseignements moraux) « Premierement de necesitez convient a cascun roi avoir diex aides qe sousteigne son reigne ... — ... Aparuz est a moi de comencier en tiel guise dau monde. Et ceste est la utilitez de cest livres, et ceste est la figure de lui » (éd. A.M. Babbi 1984) ; 

f. 66rA-75vB Dits des Sages en prose : « Castitez, selonc ce qe li sages nos moustrent, est celle vertuz par cui l'en a segnorie soz les deliz de luxuire et de goulositez et des temporiels a ornemens ... — ... Salamons dit (rubr.) Biaus filz, boif l'eue de ton puiz et ce que degoute de ta cisterne et leise corre hors tes fontaines » (éd. en cours sous la direction de A.M. Babbi). 

Le f. 76 est blanc.

f. 77r-80v   Compendium d'histoire ancienne (depuis les Assyriens jusqu’à la conjuration de Catilina)  : « Ici poirez oïr de dous roiaumes dou monde, et des aages dou siecle, et des rois qi reignerent ça arieres et dont furent estrait la nouble lignee des rois de Troie et une partie des rois de Grece et autres couses. Et premierement conterai des dous principaus roiaumes  (rubr). Dous rois furent en terre principalment qi de autece, de force, de noublece et de signourie ... — ... Selonc ce qe ses ancestres avoient eu ».

f. 81r-249v Benoît de Sainte-Maure, Roman de Troie : « Salamons nos anseigne et dit, | Si le trovons en son escrit... — ... Qi bien avance et mouteploie. | Et me doint Dex a joie vivre, | Qe je ne voi mais troyen escrivre. | Celui qu'est mestre soverain | Gart al scribain la destre main | El cors el ame autresi, | Pardon li face et merci » (éd. L. Constans ; le manuscrit fr. 821 porte le sigle F et ses variantes sont reproduites dans l'apparat)

Le f. 250r est blanc.

f. 251r-265vA   Extraits de l'Histoire ancienne jusqu'à César concernant les origines romaines, depuis Enée jusqu'à la mort de Romulus : « Quant Troie fu destruite, quatre manieres de genz s'en partirent ... — ... Si que l'en ne perdist mie por droiturer conte le certain terme cf. The Histoire ancienne jusqu'à César: A Digital Edition, V Troie 585-587 ; VI Eneas ; VII Rome I 650-657)

Le f. 266 est blanc.

f. 267rA-269rA Ystoire de Landomata : « En ceste partie dit li contes et la veraie ystorie le tesmoine, si com est rrové en latin est il translatez en roman ... — ... Et ansi fenis la verais ystoire de Landomata filz le bon Hector de Troie, ansi com fu trové an un armaire an latin de gramaire, ansi fu retraiz an françois por delit, et por ciaus qi ne antandent la letre et se delitent an romans lire. Amen » (éd. A. M. Babbi 1982)

f. 269rB-290rA Extrait de l' Histoire ancienne jusqu'à César : « Je ne vos dirai plus del roi Assuerus, ainz vos dirai de ciaus qi aprés lui regna ... — ... ... Si commença à reignar davant la naisance Yhesu Crist an terre .ccclviii. anz, si comme l'estoire reconte » (cf. The Histoire ancienne jusqu'à César: A Digital Edition , IX Alexander 757-868)

Suivent huit vers : « La grant ystoire et la plus maire | De celui roi qe vainqi Daire | A ici finee an roman. | Ja nus pois le tans Adan | N'an fu tant larg ne tant cortois | Duc ne prince ne cont ne rois | Ne n'en sem jusqe a la fin, | De ce serai ge tout devin ».

Documents de substitution

Il existe une version numérisée de ce document.

Numérisation effectuée à partir d'un document original : Français 821.

Numérisé sur co-financement du Connecting Europe Facility dans le cadre du projet européen ARMA.

Conditions spécifiques d'utilisation (sous convention Europeana ARMA - CC BY-SA 2.0).

Voir le document numérisé
vignette simple

Documents de substitution

Microfilm en noir et blanc. Cote de consultation en salle de lecture : MF 3398. Cote de la matrice (pour commander une reproduction) : R 10464.

Documents de substitution

Il existe une version numérisée de ce document.

Numérisation effectuée à partir d'un document de substitution.

Voir le document numérisé
vignette simple

Fichier Avril

Consulter la fiche numérisée (manuscrits d'origine italienne, VIIIe-XVe siècles : Français 821)

Le fichier Avril a été constitué entre 1968 et les années 1990 par François Avril, conservateur au département des Manuscrits, à partir d’un examen systématique des manuscrits des fonds latin, français (et partiellement N.A.F.) et italiens, dans la perspective de l’élaboration d’un catalogue scientifique des manuscrits enluminés de la BnF. Cette documentation de travail est tenue à jour et complétée jusqu'en 2003.

Bibliographie raisonnée

Catalogues et inventaires

Paulin PARIS, Les manuscrits françois de la Bibliothèque du roi..., Paris, Techener, t. VI, 1845, p. 340-349.

IRHT, Notices de manuscrits français et occitans, Dossiers suspendus, Paris, CNRS-IRHT, 1937-2010

Provenance

Léopold DELISLE, Le cabinet des manuscrits, 1868, I, 125-140.

Gerolamo d’ADDA, Indagini storiche, artistiche e bibliografiche sulla libreria Visconteo-Sforzesca del castello di Pavia... , Milano, Brigola, 1875

Antoine THOMAS « Les manuscrits français et provençaux des ducs de Milan au château de Pavie » dans Romania, t. 32 (1891), p. 571-609, cit. p. 581 [DOI : https://doi.org/10.3406/roma.1911.4658

Elisabeth PELLEGRIN, La bibliothèque des Visconti et des Sforza, ducs de Milan au XVe siècle, Paris, Centre national de la recherche scientifique, 1955 (Publications de l’Institut de recherche et d’histoire des textes, 5), cit. p. 128, p. 327 ; Supplément, 1969, cit. p. 4.

Maria Grazia ALBERTINI OTTOLENGHI, « La biblioteca dei Visconti e degli Sforza : gli inventari del 1488 e del 1490 », dans Studi Petrarcheschi, VIII (1991), p. 1-238, cit. p. 118 et p. 197.

Maria Grazia ALBERTINI OTTOLENGHI, « Codici miniati francesi e di ispirazione francese nella biblioteca dei Visconti e degli Sforza nel Castello di Pavia » dans La cultura dell'Italia padana e la presenza francese nei secoli XIII -XV, Atti del convegno, Pavia 11-14 settembre 1994, a cura di L. Morini, Alessandria, Edizioni dell'Orso, 2001, p. 281-299, cit. p. 290.

Marie-Pierre LAFITTE, « Da Pavia a Parigi, le alterne fortune dei manoscritti dei duchi di Milano », dans Arte lombarda dai Visconti agli Sforza. Milano al centro dell'Europa (Milano, Palazzo Reale, 12 marzo - 28 giugno 2015), a cura di M. Natale e S. Romano, Skira, Ginevra-Milano, 2015, p. 41-45.

 Cesare MASCITELLI, « Deux manuscrits de la bibliothèque des Gonzaga » dans Romania : revue consacrée à l'étude des langues et des littératures romanes, t. 136 (2018), cité p. 437 n. 14. 

Editions

Léopold CONSTANS, Le roman de Troie par Benoit de Sainte-Maure publié d'après tous les manuscrits connus, Paris, Firmin Didot pour la Société des anciens textes français, 6 t., 1904-1912.

J. ULRICH, « Der Cato des Adam de Suel. Zum ersten Male herausgegeben », dans Romanische Forschungen, t. 15 (1904), p. 107-140 [http://www.jstor.org/stable/27935513, consulté le 14/02/22].

Edith ARMSTRONG WRIGHT,Ystoire de la Passion, texte franco-italien (ms. BN fr 821), (The John Hopkins Studies in Romance Languages and Literature 45), Baltimore, 1944.

Joseph PALERMO, Le roman d'Hector et Hercule : chant épique en octosyllabes italo-français, éd. d'après le ms. français 821 de la Bibliothèque Nationale de Paris avec les variantes des autres ms. connus, Genève, Droz, 1972 [édition numérisée par Mirko Visentin et Ilaria dall'Est dans RIALFrI, consultée le 27/01/2022].

Anna Maria BABBI, « Appunti sulla lingua della storia di Landomata (Parigi: Biblioteca nazionale, ms. 821 del fondo francese » dans Quaderni di lingue e letterature, 7 (1982), p. 125-144.

Marjike de VISSER-VAN TERWISGA, Histoire ancienne jusqu'à César (Estoires Rogier), éd. partielle des manuscrits, Paris Bibl. Nat. f. fr. 20125 et Vienne Nat. Bibl. 2576, Orléans, Paradigme, 2 volumes, 1995-1999. 

Anna Maria BABBI, « Il testo franco-italiano degli Amaestramens di Aristotele a Alessandro (Parigi, B.N., ms. 821 del fds fr.) », dans Quaderni di lingue e letterature, t. 9 (1984), p. 201-269.

Bonaventura da Demena, « La complainte de Boece et la consolation de la Phylosophye. Volgarizzamento franco-italiano della Consolatio Philosophiae » (Paris, BNF, ms. fr. 821), edizione critica, introduzione, note e glossario a cura di Gianfelice PERON [édition numérisée pour RIALFrI, 2014, consultée le 27/01/2022].

Anna Maria BABBI, « La complainte de la tribulation et de la consolation de la Philosophie de Bonaventura de Demena », dans L'�� Orphée » de Boèce au Moyen Age. Traductions françaises et commentaires latins (XIIe-XVe siècles), textes réunis par J. Keith ATKINSON et Anna Maria BABBI, (Medioevi Testi, 2), Verona, Edizioni Fiorini, 2000, p. 93-98.  

The Histoire ancienne jusqu'à César: A Digital Edition, ed. by Hannah MORCOS, Simon GAUNT, Simone VENTURA, Maria Teresa RACHETTA, Henry RAVENHALL, Natasha ROMANOVA, and Luca BARBIERI, London, King's Digital Lab (The Values of French), 2021 [tvof.ac.uk, consulté le 22/02/2022].

Etudes générales

Wilhelm MEYER-LÜBKE, Franko-italienische Studien, III, Das Lied von Hector und Hercules, dans Zeitschrift für romanische Philologie, 10 (1887), p. 363-410. 

Marc-René JUNG, La légende de Troie en France au moyen âge. Analyse des versions françaises et bibliographie raisonnée des manuscrits, Basel und Tübingen, A. Franke Verlag, 1996, description du ms aux p. 194-199.

Giuseppina BRUNETTI, « Un capitolo dell' espansione del francese in Italia : manoscritti e testi a Bologna fra Duecento e Trecento », tiré à part de Bologna nel medioevo. Atti del convegno, Bologna, 28-29 ottobre 2002 con altri contributi di Filologia romanza, Patron Editore, (2004), p. 125-164, cité p. 142 MSS [8° pièce 7646]

Ariane BOTTEX-FERRAGNE, « Lire le roman à l’ombre de l’histoire : tradition manuscrite et programmes de lecture des romans d’antiquité », dans Florilegium, vol. 29 (2012), p. 33-63.

Fabio ZINELLI, « The French of Outremer Beyond the Holy Land » dans The French of Outremer. Communities and Communications in the Crusading Mediterranean, Laura K. Morreale and Nicolas L. Paul editors, New York, Fordham University Press, 2018, p. 221-246, cit. 227-228.

Etudes sur le Roman d'Hector et Hercule

Pascale BOURGAIN-HEMERYCK, « Le roman d'Hector et Hercule, chant épique en octosyllabes italo-français, édité d'après le ms. fr. 821 de la Bibliothèque nationale de Paris avec les variantes des autres manuscrits connus par Joseph Palermo. Genève, Droz, et Paris, Minard, 1972. In-16, 167 pages. (Textes littéraires français, 190) », dans Bibliothèque de l'Ecole des Chartes, 1974, t. 132, livraison 1, p. 143-146.

Marco INFURNA, « Cultura e valori cortesi nel franco-italiano Roman d'Hector et Hercule » Narrazioni e strategie dell'illustrazione codici e romanzi cavallereschi nell'Italiana del Nord (secc. XIV-XVI), Roma, Viella, 2014, cité p. 26 et notes.

Marco INFURNA, « Ideali cavallereschi in Valpadana: il Roman d'Hector et Hercule e l'Entrée d'Espagne », dans Dai pochi ai molti. Studi in onore di Roberto Antonelli, a cura di Paolo Canettieri, Arianna Punzi, Roma, Viella, 2014, t. II, p. 931-943.

Etudes sur l'Histoire ancienne jusqu'à César

Catherine GAULLIER-BOUGASSAS, L'histoire ancienne jusqu'à César ou Histoire pour Roger, châtelain de Lille de Wauchier de Denain, Turnhout, Brepols, 2012, p. 41.

Catherine GAULLIER-BOUGASSAS, « Les manuscrits italiens des Romans d'Alexandre français en vers et de l'Histoire ancienne jusqu'à César (XIIIe et XIVe siècles : lectures originales et créations inédites » dans Alexandre le Grand à la lumière des manuscrits et des premiers imprimés en Europe (XIIe - XVIe siècles), sous la dir. de C. Gaullier-Bougassas, Turnhout, Brepols, 2015 (Alexander redivivus 7), p. 78-79.

Etudes sur la traduction des Disticha Catonis

Antoine Le Roux de Lincy, Le livre des proverbes français précédé de recherches historiques sur les proverbes français et leur emploi dans la littérature du Moyen Âge et de la Renaissance, 2e éd., Paris, Delahays, 1859, cité t. 2, p. 558-559 [en ligne sur Gallica, consulté le 24/02/2022]

Etudes sur la traduction du De consolatione

Richard A. DWYER, « Bonaventura da Demena, Sicilian translator of Boethius », dans French Studies, t. 28.2 (1974), p. 129-133 [doi: 10.1093/fs/XXVIII.2.129]

Gianfelice PERON, « Cultura e pubblico del Boèce franco-italiano (Paris, B.N. ms. fr. 821) » dans Testi, cotesti e contesti del franco-italiano. Atti del 1° simposio franco-italiano (Bad Homburg, 13-16 aprile 1987), a cura di Günter Holtus, Henning Krauss, Peter Wunderli, Tübingen, Niemeyer, 1989, p. 143-160

Antoine THOMAS, « Bonaventure de Demena, traducteur du De consolatione de Boèce » dans Romania, t. 41 n°164, 1912. pp. 615-616.

J. Keith ATKINSON, « Manuscript context as a guide to generic shift: some Middle French Consolations, dans Medieval Codicology, Iconography, Literature, and Translation: Studies for Keith Val Sinclair, dir. P. Rolfe Monks and D.D.R. Owen (Litterae textuales), Leiden, Brill, 1994, p. 321-332.

Anna Maria BABBI, « Dal volgarizzamento franco italiano alla traduzione veneta : il caso della Consolatio Philosophiae » dans La cultura dell'Italia padana e la presenza francese nei secoli XIII-XIV, Atti del convegno, Pavia 11-14 settembre 1994, a cura di L. Morini, Alessandria, Edizioni dell'Orso, 2001, p. 143-150.

J. Keith ATKINSON, Boèce, 'Consolatio Philosophie’: 5. ‘La complainte de la tribulation et de la consolation de la Phylosophie’, dans Translations médiévales (Transmédie). Cinq siècles de traductions en français au Moyen Age (XIe-XVe siècles). Étude et répertoire, dir. C. Galderisi, Turnhout, Brepols, vol. II-1, p. 381

Anna Maria BABBI, « Boezio “cristiano” nel volgarizzamento di Bonaventura da Demena , dans Boethius Christianus: Transformationen der Consolatio Philiosophiae in Mittelalter und Früher Neuzeit, ed. by Reinhold F. Glei, Nicola Kaminski and Franz Lebsanft, Berlin, De Gruyter, 2010, p. 19-34.

Claudio GALDERISI, « Traducteurs et auto-traducteurs: remarques sur les prologues de la ‘Consolation de la philosophie’ de Bonaventure de Demena» dans Medioevo Romanzo, 41-2 (2017), p. 414-419.

Etudes sur l'Histoire de la Passion

Janis L. PALLISTER, « Poetic composition in the Ystoire de la Passion, B.N., MS. fr. 821 », dans Studies in Medieval Culture, 4 (1973-74), p. 253-261. [BIBL ENC]

Maureen Barry McCann BOULTON, Sacred fictions of medieval France : narrative theology in the lives of Christ and the virgin. 1150-1500, Woodbridge : D.S. Brewer, 2015, cité p. 127-128, 311. — 8-IMPR-12183.

Etudes sur la traduction du Secretum secretorum

Jacques MONFRIN, « La place du Secret des secrets dans la littérature française médiévale » dans Pseudo-Aristotle, the Secret of Secrets. Sources and Influences, Warburg Institute Surveys, Londres, 1982, p. 73-113, cit. 81-83.

Ilaria ZAMUNER, « La tradizione romanza del Secretum Secretorum pseudo aristotelico. Regesto delle versioni e dei manoscritti, dans Studi medievali, XLVI-I (2005), p. 31-116, cit. p. 52, p. 113.

Pseudo-Aristote, Le secret des secrets, traduction du XVe siècle, édité par Denis Lorée, Paris, Honoré Champion Éditeur, 2017, p. 38-39.

Catherine GAULLIER-BOUGASSAS, « Secret des Secrets franco-italien du ms. de Paris, BnF, fr. 821, début du XIVe siècle , dans La Fascination pour Alexandre le Grand dans les littératures européennes (Xe-XVIe siècle). Réinventions d'un mythe, dir. C. Gaullier-Bougassas, (Alexander redivivus, 5), Turnhout, Brepols, 2014, p. IV: 213-215.

Etudes sur le Landomata

Harry F. WILLIAMS, « Laodamas in the Prose Roman de Troie », dans Romance Philology, vol. 7, no. 2/3, [University of California Press, Brepols], 1953, p. 143–55 [http://www.jstor.org/stable/44938565, consulté le 21 février 2022]

John W. CROSS, Le Roman De Landomata: A Critical Edition And Study, Ph.D. Dissertation, University of Connecticut, Ann Arbor, 1974 [ProQuest, consulté le 21/02/2022].

Florence TANNIOU, « Les variantes et le sens de la réécriture dans les versions du Landomata », dans C. Le Cornec-Rochelois, Anne Rochebouet, Anne Salamon (dir.), Le texte médiéval : de la variante à la recréation, 2012, p. 173-188, cit. p. 177-179, 184-188.

Décor

Barbara MOREL, Une iconographie de la répression judiciaire : Le châtiment dans l’enluminure en France du XIIIe au XVe siècle, Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2007.

François AVRIL et Marie-Thérèse GOUSSET, Manuscrits enluminés d'origine italienne. III. XIVe siècle, 2. Emilie, Vénétie , Paris : Bibliothèque nationale, 2012, N°57, p. 119-120.

Susan L'ENGLE, « Produced in Padua. Three Manuscripts of the Roman de Troie » dans Il codice miniato in Europa. Libri per la chiesa, per la città, per la corte, G. Mariani Canova et A. Perricciolo Saggese (éds.), Padoue, Il Poligrafo, 2014, p. 277-288, cit. p. 278.

Chiara PONCHIA, Notice du ms 618 de la bibliothèque universitaire de Padoue, dans La bellezza nei libri. Cultura e devozione nei manoscritti miniati della Biblioteca universitaria di Padova, a cura di C. Ponchia, cat. exp., Padoue, Oratorio di San Rocco, 8 avril-7 mai 2017, Padoue, 2017, p. 164.

Informations sur le traitement

Notice rédigée par Graziella Pastore (février 2022).