Département des Manuscrits > Latin > Latin > Latin 11504-14231 [Saint-Germain] > Latin 12842-13196

Latin 12958

division : F. 51-56
Compilation d’extraits de divers traités d’Augustinus Hipponensis ; Anonymus, Versus de duodecim uentis ; Noms grecs des cordes d’une cithare ; Boethius, Commentaria in Ciceronis Topica.
XIe siècle (1e moitié)
France (Saint-Pierre de Corbie ?)

Minuscule caroline à longues lignes. Au moins deux mains (une seule main des f. 51r à 55r, changement au f. 55v).
Initiales simples rubriquées (f. 52r, 53r, 53v, 54r) ; initiale à l’encre noire rehaussée de rouge (f. 55r) ; initiales de début de vers rubriquées (f. 54r-v).
Titres en capitale, à l’encre noire ou brune (f. 52r, 55v), rubriqués (f. 53r, 53v, 54r).
2 schémas au f. 54v : à l’encre brune dans la marge extérieure une représentation des zones climatiques terrestres ; à l’encre noire et rouge dans la deuxième partie de la page une rose des vents.
2 ajouts en minuscule caroline dans la marge extérieure du f. 55r : de la même main que le corps du texte, le titre ; d’une autre main, même œuvre mais passage qui vient après. Annotation en minuscule caroline, d’une autre main, dans la marge extérieure du f. 56v « obiit edieth regina » (annotation qui ferait référence à la mort de la femme de Charles le Simple, abbesse de Notre-Dame la Profonde, d'après J. Contreni [CONTRENI, 1978, p ; 144, note 34]).

1 cahier : ternion, s’ouvre sur le côté poil, respecte la loi de Gregory (le côté poil fait face au côté poil et idem pour le côté chair). Pas de numérotation apparente.
265 x 190/200 mm (justif. 220/225 x 130/140 mm).
Réglure tracée à la pointe sèche, sur un seul bifeuillet à la fois. Rand « new style ». 35-37 lignes. Muzerelle : 2-2 / 0 / 1-1 / J.

Présentation du contenu

F. 51r-52r : [ Augustinus, De musica ], inc. « … et principio enim et medio et fine constat ut dictum est… », expl. « … et conexionem eorum honorabilius haberi quam ceteris numeris conuenit. », (éd. Martin JACOBSSON, Augustinus De Musica, in Corpus Scriptorum Ecclesiasticorum Latinorum 102, Berlin, Boston : De Gruyter, 2017, 1, XII, 20 – XIII, 26, p. 87-93) [Commence sans titre ni nom d’auteur : étant donné que ce n’est pas le cas pour les passages suivants, il doit donc nous manquer des folios avant celui-ci].

F. 52r-53r : Augustinus, De ordine, inc. « Ex libro Sancti Agustini De ordine. Nonne hic quoque ordo ipse lauda[[da]]bitur : in musica in geometrica… », expl. « … aut nihil aliud quam numerum esse rationem. Quis enim ut alia omittam, aut rationem numerorum mutabilem esse audeat dicere, aut artem quam libet non in ista ratione constare. » (éd. William GREEN, Opera Aurelii Augustini 2, 2, in Corpus Christianorum Series Latina 29, 1970, livre 2, chap. 5, 14-16, 18) [la dernière phrase de l’explicit, à partir de « quis… », est en fait un extrait du De immortalite animae, toujours d’Augustin (éd. Wolfgang HÖRMANN, Sancti Aureli Augustini opera 1, 4, in Corpus Scriptorum Ecclesiasticorum Latinorum 89, 1986, IV, 5, p. 106)].

F. 53r-53v : Augustinus, De ciuitate Dei, inc. « Ex libro ciuitatis dei XI sancti Agustini. Vnde ratio numeri contemnenda non est quae in multis sanctarum locis… », expl. « …qui profert numerose seculum et saluator in euangelio capilli inquit uestri numerati sunt. », (éd. Bernhard DOMBART et Alfons KALB, Sancti Aurelii Augustini De civitate Dei, in Corpus Christianorum Series Latina 48, Turnhout : Brepols, 1955, XI, 30 et XII, 19).

F. 53v : Augustinus, De doctrina christiana, inc. « Sancti Agustini ex libro secundo De doctrina christiana. Iam uero numeri disciplina cuilibet tardissimo clarum est… », expl. « … numerum quippe et musicam plerisque locis in sanctis scripturis honorabiliter posita inuenimus. », (éd. Josef MARTIN, Aurelii Augustini opera IV, 1, in Corpus Christianorum Series Latina 32, Turnhout : Brepols, 1962, II, 38-40 et 16).

F. 53v-54r : Augustinus, De Genesi ad litteram libri duodecim, inc. « Ex libro quarto De genesi ad literram. Quamuis enim se obiectent mentis aspectu quasi corpusculorum quaedam simulacra… », expl. « …perfectus ille esset, nisi autem ille perfectus esset, ista secundum eum perfecta non essent. », (éd. Joseph ZYCHA, Sancti Aureli Augustini De Genesi ad litteram libri duodecim, in Corpus Scriptorum Ecclesiasticorum Latinorum 28, 1, Leipzig : Tempsky, 1894, IV, 7, p. 103).

F. 54r : Augustinus, De doctrina christiana, inc. « Ex libro secundo De doctrina christiana beati Augustini. Facile est animaduertere omnem sonum quae materies cantilenarum est… », expl. « …immo uero quisquis bonus uerusque christianus est, domini sui esse intellegat, ubicumque ueritatem inuenerit. » (éd. Josef MARTIN, Aurelii Augustini opera IV, 1, in Corpus Christianorum Series Latina 32, Turnhout : Brepols, 1962, II, 17-18).

F. 54 r-54v : [ Anonymus, Versus de duodecim ventis ], inc. « Quattuor a quadro consurgunt limite uenti / Hii quoque sex gemini dextra leuamque iugantur… », expl. « … At tu chore fremens zephiri de parte sinistra / Argenstenque Greci uocant cognomine prisco. » (éd. Pieter BURMANN et Heinrich MEYER, Anthologia veterum latinorum epigrammatum et poematum 2, Leipzig : G. Fleischer, 1835, n° 1056, p. 59) [Poème en entier].

F. 55r : [ Noms en grec des cordes d’une cithare à quinze cordes, peut-être tirés de Boethius, De institutione musica, I, 20-22 (éd. Gottfried FRIEDLEIN, De institutione musica Libri quinque, Leipzig : Teubner, 1867, p. 212-215). ]

F. 55v-56v : Boethius, Commentaria in Ciceronis Topica, inc. « Exhortatione tua, Patrici, rhetorum peritissime quae et presentis honestate nitet et future aetatis utilitatem coniunctae sunt... », expl. « …in quo etiam maioris perspicatiae crescit attentio, quia facile ad stadium mentes aliorum segnities culpata conuertat… », (éd. Johann Caspar ORELLI, Boethii Commentaria in Ciceronis Topica, in M. Tullii Ciceronis opera 5, 1 (éd. I. G. BAITER), Zürich : Orell, Füsslin, 1833 p. 270-2 et p. 291) [Les titre et auteur sont indiqués par le copiste dans la marge : « Ex libro Boetii super topica M. Tullii Ciceronis » ; le texte en marge fait partie de la même œuvre (p. 291) ; en revanche, les six premières lignes « Quae sunt igitur grauia … non est industria sed natura. » ne viennent pas de l’œuvre de Boethius, mais de celle de Grillius, Excerpta ex commento in primum Ciceronis librum de inuentione, (éd. Karl HALM, Rhetores latini minores, Leipzig : Teubner, 1863, p. 597, l. 5-8) ; le texte s’interrompt brusquement au milieu d’une phrase].