Département des Manuscrits > Latin > Latin > Latin 8823-11503 [Nouveau fonds latin] > Latin 8922-9412

Latin 9332

Cote : Latin 9332  Réserver
Ancienne cote : Supplément latin 626
Ancienne cote : Bibliothèque du chapitre de la cathédrale de Chartres n° 4 [«nouveau catalogue» XVIIIe s.]
Ancienne cote : Bibliothèque du chapitre de la cathédrale de Chartres Q.6 [«ancien catalogue» XVIIe s.]
Oribasius [latinus], Synopsis et Euporista (1va-138va). Alexander Trallianus [latinus], Practica (138vb-242vb). De ponderis et mensuris medicinalibus (179va). Dioscorides [latinus], De materia medica (243ra-321va).
VIIIe (fin) ou IXe siècle (début)
Ce document est rédigé en latin.
Bibliothèque nationale de France. Département des manuscrits
Fleury (Saint-Benoît-sur-Loire). Minuscule hybride de Fleury, partageant des caractéristiques des minuscules pré-carolines, carolines et insulaires, mêlée d'onciales ou semi-onciales (cf. f. 90ra, 115rb). Titres (des œuvres ou livres, cf. spécialement la page frontispice, f. 140) en capitales à cadre plein ou évidé; rubriqués dans quelques cas ou plus fréquemment à l'encre avec rehauts de couleur, comportant parfois des lettres incluses ou monogrammatiques. Titres des capitula majoritairement en onciales et semi-onciales rubriqués, quelquefois mêlées de capitales à l'encre noire, avec, en quelques occasions, une alternance de rouge et de vert (f. 43).
Il s'agit du second des quatre types contemporains d'écritures en usage à Fleury à la fin du VIIIe s., que Bischoff a qualifié «d'étrange alternance de mains» plus ou moins cursives, dont la première main entretient une ressemblance importante avec l'écriture d'Agambertus (Berne, 118; Valenciennes 59 et 147, etc. ; sur le groupe de ms. présentant ces types d'écriture, voir Bischoff, 1986, p. 129, n. 11 [1979, p. 146 n. 11] et Bischoff, 2007-2, p. 31-32 (= MS 3, p. 16-17), spécialement, p. 32 n. 53c ; voir aussi CLA, 5.568 et 7.**568, à propos de l'écriture en «mixed minuscule, A.D. 779-797» de Berne, BB, 207 + Paris, Bnf, lat. 7520). Plus encore, des points communs s'observent avec Paris, Bnf, NAL 1597 (voir CLA 5.687), non seulement par l'écriture (minuscule "mixte" mêlée d'onciale, surtout f. 1v-2r; même type de signes abréviatifs caractéristiques, tildes et apostrophes pointés), mais aussi dans le décor qui comporte un vocabulaire graphique semblable dans la même palette de couleur (rouge, jaune, vert).
Nombre important de mains, 12 ou plus, avec des différences notables dans la graphie des signes abréviatifs et de certaines lettres, surtout lors des ligatures.
On discerne aussi des caractéristiques de l'écriture de chancellerie dans le cas d'au moins deux lettres a et c (cf. le a en forme de h retourné, par ex. f. 81rb et le c en demi cercle, f. 79vb de la main 2 ; ou la forme du 'c' en deux traits avec brisure, par ex. f. 294v, 296r) et dans l'abondance et la diversité des ligatures. En quelques endroits, un des copistes a utilisé une écriture de type diplomatique pour les dernières lignes de colonnes (f. 291v, 292r). — Lettres q et p aux panses non fermées. Les différentes écritures présentent à des degrés divers la gamme complète des ligatures anciennes (et, ec, en, es, re, etc.), dont celles associant le a lié au dessus de la ligne, en forme de h retourné, avec les lettres n, c et s (main 2, par exemple voir 'lacrimantur' f. 85va); et celles passim, avec le i lié sous la ligne, notamment avec f, l, m, n, r et t.
Abréviations peu nombreuses (plus ou moins fréquentes selon les mains), souvent limitées aux terminaisons des mots. Signes abréviatifs variés, en forme de vaguelettes plus ou moins verticales ou tiret simple remontant en fin, pointé ou non; apostrophe ou demi cercle accompagné parfois d'un point. Le signe pointé n'est pas employé par toutes les mains et son usage n'est pas constant chez celles qui l'utilisent.
Ponctuation peu développée (distinctio par un point médian principalement, et parfois le graphisme utilisé pour le décor des fins de lignes assume la fonction de periodus, ponctuation forte) ; signe récurrent pour les fins de lignes ou périodes (par ex. f. 2ra-2vb et suiv., pour la main 1 ; f. 80r et suiv. pour la main 2 qui utilise aussi à cet effet un point suivi d'une virga ; main 4, cf. 194r)
Écriture des chiffres VI-VIIII au moyen du système utilisant une ligature similaire au G oncial (voir Bischoff, 1986, p. 194). — Signes conventionnels exprimant les noms des unités de mesure dans le texte (par ex. cf. f. 30; elles ne figurent pas toutes dans le De pond. du f. 179va) et la graphie des signes varie selon les mains.
Séparation des mots non systématique donnant l'aspect d'une écriture aérée. Selon la nomenclature de Saenger (1997, p. 45), elle se situe entre les types «blocs syllabiques» (syllabe blocks) et « blocs de mot hiérarchiques » (hierarchical word blocks).
[N.B.: De manière à rendre intelligible la lecture des transcriptions ci-dessous, le découpage des mots retenus dans la description analytique du contenu n'est pas celui du ms.; l'orthographe est conservée telle quelle se rencontre.].
Une page frontispice peinte et historiée (f. 140, voir description plus bas). — Nombreuses initiales moyennes décorées, à l'encre seule brune ou rouge (passim), avec lavis (cf. 110v-111r) ou avec rehauts de couleur, rouge, jaune, verte (cf. par exemple f. 102v-103r, 108v-109r, 110r, 122v-123r). — Petites initiales à l'encre brune ou rouge passim, parfois entourées de pointillés rouges, sur le mode insulaire (f. 26r, 27r, 30v, 46v, 70v, 198r etc.).
La disposition du texte indique, d'une part que les initiales ont été dessinées par les copistes au fur et à mesure, et d'autre part qu'elles ont été mises en place avant le travail de copie proprement dit (cf. 7v, le 'R' f. 121ra). Il résulte qu'abondance et qualité du décor, exclusivement composé d'initiales, varient selon les mains.
La décoration des initiales, luxuriante dans la partie consacrée à Oribase et copiée par la première main (m.1: f. 1-137v), devient plus sobre dans les seconde et troisième parties (Alexandre, principalement copiées par les mains 4-6 et Dioscoride, pour les mains 8-12?). — La main 4 emploie de nombreuses initiales à cadre évidé, comme m.1, mais elle espace leur décoration (f. 140v-195v) laissant la plupart vide ou simplement remplie d'un lavis. — La main 6 allège encore le décor (f. 196-242v) ; bien que responsable de quelques initiales décorées (cf. f. 196v, 200r-v), elle privilégie les initiales simples au trait et initie l'utilisation de lettres monogrammatiques (f. 197r). — La main 8 (f. 243-290ra ; 290vb-295v) dont le langage plastique s'apparente à celui de m.1, prolonge et développe le style de décor dû à la m. 6, notamment par l'utilisation de lettres monogrammatiques en tête de chapitre (cf. f. 246v, 256r, etc.); suite à un long passage sans presque aucune initiale décorée (f. 264r-287v), quelques belles initiales soignées apparaissent encore (m. 8: f. 288r-290v ; 291v-295v ; m. 10: f. 296v). Enfin, la main 11 propose un décor sobre (cf. f. 297r-305v), basé sur le même répertoire que m. 1 et 8, tandis que la main 12 (306v-321) ne trace que des intiales au trait sans décor, à deux exceptions près, mais qui ne sont peut-être pas de sa main (f. 306v et 321v).
Les initiales se composent de motifs abstraits (cf. 86rb) ou zoomorphes mêlés d'entrelacs (cf. 1v, etc., ou d'entrelacs seuls, f. 26r, 40r-43r, etc.); leur bestiaire est constitué d'oiseaux (cf. paons? f. 16r, 17v, 20r, 22v; 58v et 104v, etc.), de serpents (f. 50v, 51r, 66v, etc.) , de poissons (f. 46r, 295r, etc.), de chien (cf. 86ra), peut-être d'un lion ? (f. 289v); moins fréquente est la représentation humaine, limitée aux bustes (f. 93v ; 122r) ou aux visages de face (m. 1: f. 39v reprise en 92r, 68r et cf. 96v, 114v, 121v, 123v; m. 4: 152v, 154r, 172r).
Il est toutefois moins aisé de dire à quelle espèce appartiennent les deux têtes animales se faisant face, l'une en haut l'autre en bas des hastes des certaines lettres: de type canidés ou du bétail sans corne? Elles forment pourtant un motif très fréquent apparaisant chez plusieurs mains (voir par exemple, les B de m.1, f. 11r-v, etc. ; m. 4, f. 194v ; m. 8: 249r, 289r).
Quelques compositions se rencontrent à plusieurs reprises : le C formé d'oiseaux ou de poissons, le A formé de 2 oiseaux au cou liés par un anneau (f. 7v dos à dos et face à face 118va, etc.) ou les lettres, comme M, O et Q, tracées à l'aide d'un compas (parmi de nombreuses attestations de l'usage du compas, cf. les exemples des f. 20v-21r, 136r, 140r, etc.).
Parch., 321 f., 400 × 260 mm (justif. 330/340 x 210/220 mm), à deux col.
36 / 37 lignes.
44 cahiers conservés sur un ensemble primitif comptant 46 cahiers de longueur inégale (perte de 2 cahiers complets + 3 f.) ; un bifol. du 34e cahier d'origine est conservé à Berne. On notera un certain nombre de cahiers anormaux ou de compositions peu orthodoxes (cf. par exemple : cahier 7, composé de 4 bifol. et de 2 f. isolés, 55 et 56, encartés entre les bifol. 49-54 et 48-57; cahier 25, composé d'un bifol. et d'un f. isolé encarté au centre ; cahier 34, deux f. isolés; cahier 37, formé d'un bifol. et d'un f. isolé, placé devant ; le f. 296, hors cahier est seul et non signé ; etc.). — 4 séries de signatures coexistent délimitant 3 unités codicologiques en corrélation avec les œuvres qu'ils transmettent. Les trois parties qui composent ce ms. ont été produites dans le même centre et ont été reliées ensemble peu après leur production, comme le prouve la quatrième série de signatures qui court sur l'ensemble du recueil (numérotant 2 fois 23 cahiers). Les débuts des œuvres d'Alexandre et de Dioscoride, ne coïncidant pas exactement avec de nouveaux cahiers, il faut postuler que dès le début de la copie, on avait projeté de réunir les trois œuvres en un seul volume (voir plus bas). Toutefois, chaque série est le fruit du travail d'équipes différentes, qui se distinguent notamment par un décor plus ou moins abondant. Enfin, une cinquième série de signatures à la mine de plomb, moderne celle-ci (1831), s'observe sur les bas des rectos près des fonds de cahiers. — La présence de signatures au recto du premier f. de chaque cahier serait due à une influence grecque (voir Loewe, CLA 6, p. vii et xix).
Unité codicologique I (1er cahier d'origine perdu):
18 (1–8) ; 28 (9–16) ; 38 (17–24) ; 47 (25–31) ; 58 (32–39) ; 68 (40–47) ; 710 (48–57) ; 88 (58–65) ; 98 (66–73) ; 108 (74–81) ; 118 (82–89) ; 128 (90–97) ; 134 (4 f. isolés : 98–101) ; 148 (102–109) ; 157 (110–116) ; 168 (117–124) ; 178 (125–132) ; 187 (133–139) ; 198 (140–147).
À cette partie correspond une première série de signatures, conservées sur les rectos des 1ers f. des cahiers ; les mentions « ur. », pour videtur signalent qu'ils ont été révisés ; les signatures des cahiers 1-2 et 8-19 ont été omises: cahier 3, « q(uaternio) IIII. v(idetu)r » (f. 17r) ; 4, « q(uaternio) V. v(idetu)r» (f. 25r) ; 5, « q(uaternio) VI. v(idetu)r » (f. 32r) ; 6, « q(uaternio) VII. v(idetu)r » (f. 40r) ; 7, « q(uaternio) VIII. v(idetu)r » (f. 48r). Au début du 11e cahier, une lettre « a » à l'encre rouge, entourée de points de même couleur, s'apparente à une signature et coincide avec le début du livre 7 de la traduction d'Oribase, suivie, au cahier suivant (12), d'une autre lettre grattée, mais dont seul reste son encadrement de pointillés rouges.
Unité codicologique II
208 (148–155) ; 216 (156–161) ; 228 (162–169) ; 236 (170–175) ; 246 (176–181) ; 255 (182–186) ; 268 (187–194) ; 278 (195–202) ; 288 (203–210) ; 298 (211–218) ; 308 (219–226) ; 318 (227–234) ; 328 (235–242).
Correspondant à une seconde série de signatures, conservées sur les versos des derniers f. des cahiers ; les signatures des cahiers 29-32 ont été perdues dans la rognure : cahier 20, « a » (f. 147v) ; 21, « b » (f. 155v) ; 22, « c » (f. 161v) ; 23, « d » (f. 169v) ; 24, « e » (f. 175v) ; 25, « f » (f. 181v) ; 26, « g » (f. 186v) ; 27, « h » (f. 194v) ; 28, « i » (f. 202v) [en partie coupé lors de la rognure].
Unité codicologique III
337 (243–249) ; 342 (250–251) ; 358 (252–259) ; 368 (260–267) ; 373 (268–270) ; 387 (271–277) ; 398 (278–285) ; 402 (286–287) ; 418 (288–295) ; 1 f. isol (296) ; 428 (297–305) ; 4310 (306–315) ; 446 (316–321) ;
À cette dernière partie correspond la troisième série de signatures, conservées sur les rectos des 1er f. des cahiers, excepté pour les signatures du cahier 33, figurant au verso du dernier f. et 40 dont la signature est perdue: cahier 33, « B ii » (f. 249v) ; 34, « C III » (f. 250r), 35, « D IIII » (f. 252r) ; 36, « E V » (f. 260r) ; 37, ; « F VI » (f. 268r) ; 38, « G VII » (f. 271r) ; 39, « H VIII » (f. 278r) ; 41, « K X » (f.288r) ; 42, « L XI » (f. 297r) ; 43, « M XII » (f. 306r) ; 44, « N XIII » (f. 316r).
Enfin, une quatrième série de signatures de cahiers couvre l'ensemble du volume (voir la table synoptique des 4 séries de signatures dans la description du contenu ci-dessous).
Le ms. a reçu 3 foliotations différentes (foliot. 1, 2, 3). La première a été réalisée au XVe s., en chiffres romains (conservée de I à IIICXXXIIII [1-334]); les deux autres à l'époque moderne, une à l'encre [1-321], l'autre à la mine de plomb [1-232] ; l'écart d'un f. entre les deux dernières foliot. apparaît au f. 230, mais en l'absence de lacune entre 229 et 230, il s'agit d'une erreur. — On déduit de la comparaison des foliot. 1 et 2, d'une part que tous les cahiers étaient présents au XVe s., mais que le ms. était déjà lacunaire de 2 f. (entre f. 247 et 248 et entre f. 276 et 277) et d'autre part, puisqu'il existe un écart de 13 f. entre foliot. 1 et 2, qu'il a perdu 12 f. réparti sur les 1er et 34e cahiers d'origine, auxquels est venue s'ajouter la perte de l'avant-dernier f. entre f. 320 et 321 actuel.
N.B.: En plus de la foliot. 1, des annotations et des titres ont été ajoutés au XVe s. par la même main; la foliot. commence au f. 2r actuel par le chiffre « VIII », d'où nous déduisons que le 1er cahier d'origine devait compter 6 f.; elle se poursuit sans interruption juqu'à « XV » (9r). Ensuite les numéros de f. apparaissent irrégulièrement: « XVII » (11r), « XX » (14r), « XXV » (19r), « XXIX » (23r); et enfin l'usage de numéroter de cinq en cinq devient plus régulier, mais non-systématique, quand apparaissent des titres ajoutés de la même main : « XXX » (24r), « XXXV » (29r), « XL » (34r), « XLV » (39r), etc. ; « Oribasii liber IIII » « XLIX » (43r); « Oribasii liber quintus » « LXIIII » (58r); « Oribasii l. sextus » « LXXV » (69r), etc. Cette foliotation utilise le système numéral par exposant en usage à la fin du Moyen Âge, ainsi « Oribasii l. VI » « IIIIXX » (74r) correspondait au f. 80 avant lacune. Plus loin, « VIXXX » (124r) = f. 130 ; « VIIXXXV » (149r) = f. 155. Grâce à cette foliotation, il est possible aussi de mesurer l'étendue de la lacune entre le 32e et le 33e cahier actuel, car l'écart constant de 6 f. s'étant maintenu jusqu'au f. 239r, folioté «IICXLV» [245], l'apparition suivante de la foliot. 1 au f. 243r, «IICLV» [255], présente un écart de 12 ; enfin, la différence augmente d'un entre les f. 318 numéroté « IIICXXX » [330] et 321, « IIICXXXIIII » [334], prouvant que la perte du f. entre 320 et 321 est intervenue après la foliot. 1.
Reliure maroquin bleu à grain long à encadrement aux armes (sur les deux plats) et chiffre (au dos) de Louis-Philippe (armes d'Orléans surmontée de la couronne de France, différentes de celles signalées par Hermal et De Roton, pl. 2577, fer n° 7 et 8; cf. latin 8907), avec titre au dos: « Oribasius. Alexander. Dioscorides. » et signature du relieur: «Rept. Lefebure », Lefebvre réalisée en 1831. Pour l'étude de cette reliure, voir Laffitte, 2006, p. 280-281 et ill. 3. [Reliure en mauvais état.]
Estampille de la Bibliothèque nationale (1792-1802), modèle identique à Josserand-Bruno, p. 277, n° 17.

Documents de substitution

Il existe une version numérisée de ce document.

Numérisation effectuée à partir d'un document original.

Accéder au manuscrit numérisé
vignette simple

Historique de la conservation

Ce ms. provient de la bibliothèque du chapitre de la cathédrale de Chartres, toutefois l'étude paléographique montre qu'il a vraisemblablement été exécuté à Fleury (Saint-Benoît-sur-Loire) vers la fin du VIIIe s. ou au tout début du IXe s. La conjecture d'une origine italienne (Molinier, vol. 6, p. xviii ; cf. aussi sa notice du ms., siglé Ab, vol. 5, p. vi et la note de Delisle, reprise de D. Poirier, Cab. des mss. II, p. 11: «en écriture lombardique du IXe s.») est abandonnée depuis les travaux de Loewe (CLA) et Bischoff (MS 2, 1967, p. 291 «saec. VIII-IX aus Fleury», voir supra; cf. aussi Beccaria, 1956, p. 157-159 n° 31 ; Thorndike, I, p. 571 n. 2 l'attribuait au IXe s. et p. 610 n. 2 au VIIIe s.). Selon Mac Kinney (1937, p. 112-113 ; 1943, p. 494), le ms. aurait été copié autour de 800, quelque part dans la vallée de la Loire, peut-être à Fleury (suivi par Vázquez Buján, 1997). Sous l'influence indéniable d'un modèle Irlandais (Loewe, 1931, p. 103 n° 12), cette copie carolingienne d'œuvres médicales en conserve quelques particularités qui, à tort, lui ont valu une origine insulaire (Lesne, IV, p. 60 n. 6, 570-1).
Les quatre séries de signatures et les différences notables d'écritures ont laissé supposer à certains qu'il s'agissait à l'origine de 3 volumes distincts, reliés ensemble au IXe s. Molinier écrit (5, p. vi) « ces ouvrages [Orib., Alex. et Diosc.] sont d'écritures différentes » ; Mostert, 1989, décrit le ms. en deux notices : BF049 (= frg. de Berne) ; BF 1160 (lat. 9332, f. 1-242) et BF 1161 (lat. 9332, f. 243-321), «s. IXin Loire area, Fleury». Toutefois, d'après les écritures, le décor et la réglure, ces textes émanent du même scriptorium, où le travail de copie aurait été réparti entre trois équipes, tandis que la main du rubricateur semble identique dans les trois parties (peut-être la main 2? Voir plus bas).
Une liste dressée à Chartres à la fin du XVIe s., nous apprend qu'il se trouvait dans la bibliothèque cathédrale [le n° 106] en compagnie d'un autre volume d'Oribase [n° 60 = Paris, BnF, Latin 10233], ainsi que d'une copie du XIIe s. de la Practica d'Alexandre de Tralles [n° 57 = Chartres, BM 342 (383)]:

Libri manuscripti Bibliothecæ ecclesiæ Beatæ Mariæ Carnotensis [Paris, BnF, Dupuy 673, f. 133-138 (éd. H. Omont, Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France. Départements. Tome XI, Chartres, 1890, p. xi sqq.)]

  • n° 57. « Alexander iatros ; 4o, optimæ notæ.» [= Chartres, BM, 342 (383), inc. f. 1: «Libri tres Alexandri Yatros»]
  • n° 60. «Oribasius majusculis litteris, optimae notae; fol.» et en marge «5° pulpito ad sinistram» [= Latin 10233]
  • n° 106. «Oribasius; fol., optimae notae» et en marge, «1° pulpito ad dextram, fort gros» [= Latin 9332].
  • [Notes de la main de Pierre Pithou sur des ms. de la cathédrale de Chartres qu'il a vu en 1579: il signale un ms. «Oribasius litteris capitalibus» (Dupuy, 673, f. 35) qui correspond au latin 10233]

Toutefois, le monogramme «nota» et les annotations faites au XIe s. d'une même main (f. 30r, 161r, etc.; de Fulbert de Chartres? Cf. Cat. expo. Bnf, 1982, p. 36 «notes Fulbertiennes») sur les deux copies d'Oribase prouvent que l'un et l'autre étaient déjà conservés à Chartres, peut-être dès avant cette époque (cf. par exemple, lat. 9332, f. 30r, en face du capit. LVIII 'de mensuris pondera': «Nota. Mensuras» correspond exactement à la note sur Paris, lat. 10233, f. 60). Toutefois, ces notes sont en nombre beaucoup plus important sur le Latin 10233.

Au XVIIe s., ils sont mentionnés ensemble sur la 6e tablette de la seconde armoire, dans un ancien catalogue topographique, qui décrit le contenu de quatre armoires:
Catalogus codicum manuscriptorum bibliothecæ capituli insignis Ecclesiæ Carnotensis, quatuor armariis contentorum [Paris, BnF, fr. 20842, f. 145-162v] (f. 161r) :

  • « Q. 6. [p. c., 5 a.c.] Oribasii synopsia lib. 9 / Alexandri Therapeuticon lib. 3 / Dioscoridis libri 5. in fol. », puis (peut-être d'une autre main?): « n° 4. 700. »
  • « Q. 5. [p. c., 6 a.c.] Oribasii synopsia lib. 9 / Tractatus de prodagra / item de praevidendis passionibus in fol. », puis (peut-être d'une autre main?) « n° 2 [sic]. 500. »

La copie du nouveau catalogue (D. Poirier, Paris, BnF, fr. 20842, f. 121r) donne des intitulés plus réduits:
  • «In folio. / 500. VI s. / 1. Oribasius Q.5. (…)
  • 700. VIII s. / (…) 4. Oribasius. Alexander. Dioscorides. Q. 6.

Enfin, une dernière liste des ms. saisis, dans ce même recueil de papier de la main de Dom Germain Poirier, ajoute une note qui a servi à L. Delisle (Cab. des ms. II, p. 11): « VIIIe s. 4. Oribasius, Alexander, Dioscorides. n. 4 olim Q. 6. Caractère lombardique » (f. 138r).

À la même époque où la liste des livres de la bibliothèque du chapitre de la cathédrale fut établie par un érudit (copie dans Dupuy 673, éd. Omont), Pierre Daniel (1530/1540 - 1603) consulta nos deux copies d'Oribase et leur préleva plusieurs cahiers qui échurent à Jacob Bongars († 1616) puis à la ville de Berne en 1632, par l'intermédiaire de J. Gravisset. [Berne, BB, A 91/7, f. 1-2, conserve le début du De materia medica de Dioscoride (voir Wikerscheimer, 1966, p. 92, qui signale par erreur une copie prise par H. de L'Épinois, dans le ms. NAL 1426, qui conserve en réalité la copie du frg. de 18 f. d'Oribase de Berne, BB, F 219/3, appartenant à Paris, Bnf, lat. 10233, cf. CLA, 7.592; cf. T. M. Auracher, «Die Berner Fragmente des lateinischen Dioskorides», Archiv für lateinische Lexikographie und grammatik, 10 (1898), p. 117-124. Voir la notice de Homburger, 1962, p. 40-41.]
P. Daniel ne s'empara pas du ms. qui demeura à Chartres jusqu'à la fin du XVIIIe s., où il fut saisi en 1793 par Dom Poirier en compagnie d'autres ms. [selon les listes de la main de D. Poirier, BnF, département des Manuscrits, Archives Modernes 494, « Bibliotheque du ci-devant chapitre de Chartres… », datée du 4 nivôse an II [4 décembre 1793] et Bnf, français 20842, qui contient les papiers de Dom Poirier, f. 115-180 « Imprimés et manuscrits de la Bibliothèque du cidevant chapitre de Chartres… » du 7 nivôse an II, plus complète ; voir Delisle, cab ms. II, p. 11 ; la seconde liste de Dom Poirier a été visée par Villebrune (sa signature apparaît au f. 138r-v du ms. fr. 20842) et correspond à son récépissé daté du « septidi de nivose an 2e »] : «4. Oribasius, Alexander et Dioscorides. 4. olim Q. 6» (BnF, AM 494, D. Poirier).
Oubliés dans un placard pendant près de 2 ans après leur arrivée à la Bibliothèque nationale, ils sont « retrouvés » fortuitement par Gabriel de La Porte du Theil (garde des manuscrits grecs et latins de 1795-1815), ainsi qu'il le signale dans une liste datée du 16 septembre 1796 : « Index de XI (sic) mss provenans de l’église de Chartres que j’ai retrouvés par hazard dans la décharge des frotteurs le 30 fructidor an IV… » [BnF, département des Manuscrits, Archives Modernes 494, où sont décrits 12 mss. saisis en 1793]. La Porte du Theil, dans cette liste, décrit très précisement le ms. :

  • « Oribasii Synopseos medicae libri IX. Desunt tamen 33 capita priora libri primi. Pars capitis 33i, cum 34o, ipsi coopertura agglutinata sunt. Alexandri Iatrosophistae Therapeuticôn libri III. Desunt duo postrema capita libri tertii. Dioscoridis libri V. Desunt 32 priora capita libri primi. 1 vol. grand in fol. sur velin. Relié en parch. blanc. Quoté au dos : 4/Q. 6.»

La reliure chartraine ayant été remplacée en 1831, seule la cote du nouveau catalogue mentionné par D. Poirier apparaît encore en haut du f. 2r (XVIIIe s., datation et cote du nouveau catalogue) : «manuscriptum septimi saeculi n° 4 », où septimi a été barré et remplacé au dessus par «VIII» (D. Poirier). Le n° 4 porté au dos, au dessus de l'ancienne cote Q. 6, a été noté par D. Poirier, puis dans un second temps, il rectifiait les dates d'après le nouveau catalogue, comme il en avait fait le souhait dans une note de sa main [Paris, Bnf fr. 20842, f. 145]:
  • « (…) les numéros du nouveau catalogue n’étant point au dos des manuscrits ne peut être d’aucun usage pour les reconnoitre surtout dans le désordre où se trouve les MSS. Pour y remedier j’ai ajouté les nouveaux numeros aux MSS. jusques et compris le treizieme siècle en partie, n'ayant pas eû le tems d'en faire d'avantage; j'ay remarqué que le rédacteur du nouveau catalogue a donné un siècle de plus a chaque ms, car où il a vu au dos suivant les anciennes determinations 700, 800, 900, il a mis 7e, 8e, 9e siècle, au lieu qu'il auroit du mettre 8e, 9e, 10e siècle. Il faudra reformer cette méprise sur son catalogue <et> sur la pre(mière) page des MSS »

Présentation du contenu

Ce recueil de textes forme une somme médicale contenant les traductions latines de trois œuvres grecques importantes. Les traductions d'époque mérovingienne (entre les VIe et VIIe s.) ont circulé indépendamment dans des versions sensiblement différentes. Un des ancêtres communs, qui n'est peut-être pas le modèle direct de cette copie, était vraisemblablement écrit en onciale ou semi-onciale insulaire (cf. Paris, BNF, NAL 1619). Il se peut que l'objectif de rassembler les trois textes en un volume en ait motivé leur copie (voir les signatures de cahiers): pour les deux premiers, leur disposition — la table initiale d'Alexandre se trouve sur le cahier contenant la fin de l'Oribase latin —prouve que la réunion de ces deux textes remonte à la conception du volume initial (f. 1-242). Pourtant, il manque presque trois chapitres de fin de la Practica, alors que le dernier cahier de cette partie est un quaternion de 8 f. (composé de 4 bifol.) apparemment complet. Du premier cahier portant le début de Dioscoride, il ne reste que le bifolium extrême conservé à Berne portant la signature 2 «L xi» (Bern, BB, A 91/7, f. 1r), qui, si l'on en croit Homburger (1962, p. 40), est lui aussi déficitaire, puisqu'il ne contenait initialement que les chap. 19 à 32. Or, la présence de cette signature, placée au recto prouve que ce cahier ne contenait pas le début du texte. Dans ces conditions, il faut postuler une perte de f. dans le cahier à la jonction des textes, le 32e actuel, (signature 2: « K x » sur le verso de son 1er f.); la lacune matérielle pourrait être déduite de l'absence de la signature 1 (attendu “n”) qui aurait dû se trouver au verso du dernier f. du cahier. Néanmoins, l'argument est faible, car d'autres signatures de la série 1 initiale n'ont pas été conservées dans d'autres cahiers pourtant complets. Une seconde hypothèse voudrait que les portions textuelles manquantes aux deux œuvres aient pris place dans un cahier intercalaire anormal et non signé (voir la section codicologique plus haut). Du reste, il est peu probable que le Dioscoride ait pu être lacunaire au moment de sa reliure avec le reste du volume, tant le répertoire décoratif employé dans cette partie du ms. garantit son appartenance contemporaine au même lieu de production que les deux autres parties : les différences de qualité du décor des initiales s'expliquent par un travail de copie réparti entre plusieurs équipes. Enfin, si la mention « iste est novissimus» écrite dans la marge inférieure du f. 321r signifie réellement « ce (folio) est le tout dernier »(?), comme c'est le cas aujourd'hui, il est permis de penser que le texte de Dioscoride achevait le volume déjà au IXe s., mais que l'accident ayant causé la perte du début du texte et de la fin de celui d'Alexandre s'était déjà produit au moment de sa première foliotation au XVe s.

Table synoptique des signatures de cahiers:n° cahier d'origine (n° actuel)série 1série 2série 3série globale (n° f.)I.1 [cahier perdu]— — — — 2 (1) [aucune signature conservée].— — — — 3 (2) — — — « c III » (9r)4 (3) «q. IIII » — — « d IIII » (17r)5 (4) «q. V » — — « e V » (25r)6 (5) «q. VI » — — « f VI » (32r)7 (6) «q. VII » — — « g VII » (40r)8 (7) «q. VIII » — — « h VIII » (48r)9 (8) — — — « I VIIII » (58r)10 (9) — — — « k X » (66r)11 (10) — — — « l XI » (74r)12 (11) — — — « m XII » (82r)13 (12) — — — « n XIII» (90r)14 (13) — — — « o XIIII » (98r)15 (14) — — — « p XV » (102r)16 (15) — — — « q XVI » (110r)17 (16) — — — « r XVII » (117r)18 (17) — — — « s XVIII » (125r)19 (18) — — — « t XVIIII » (133r)20 (19) — — — « u XX » (140r)II.21 (20) — « a » — « x XXI » (147v + 148r)22 (21) — « b » — « y XXII » (155v + 156r)23 (22) — « c » — « z XXIII » (161v + 162r)1 (23) — « d » — « A i » (169v + 170r)2 (24) — « e » — « B ii » (175v + 176r)3 (25) — « f » — « C iii » (181v + 182r)4 (26) — « g » — « D iiii » (186v + 187r)5 (27) — « h » — « E v » (194v + 195r)6 (28) — — — « F vi » (203r)7 (29) — — — « G vii » (211r)8 (30) — — — « H viii » (219r)9 (31) — — — « I viiii » (227r)10 (32) — — — « K x » (235r)III.11 [cahier perdu]— — — [« L xi » (sur Bern, BB., A 91/7)]12 (33) — — « B ii » « M xii » (243r + 249v)13 (34) — — « C III » « N xiii » (250r)14 (35) — — « D IIII » « O xiiii » (252r)15 (36) — — « E V » « P xv » (260r)16 (37) — — « F VI » « Q xvi » (268r)17 (38) — — « G VII » « R xvii » (271r)18 (39) — — « H VIII » « S xviii » (278r)19 (40) — — [grattée?] « T xviiii » (286r)20 (41) — — « K X » « V xx » (288r)21 (42) — — « L XI » « X xxi » (297r)22 (43) — — « M XII » « Y xxii » (306r)23 (44) — — « N XIII »« Z xxiii » (316r).

f. 1va-138va. ORIBASIUS [latinus], Synopsis et Euporista [Édition latine d'Oribase du VIe ou VIIe s., plutôt qu'une traduction peu fidèle au texte grec original (cf. Molinier, 5, p. iv-v) ; en plus de notre ms. (siglé Ab par Molinier), ce texte est connu par deux autres témoins du VIIIe s. conservés à Paris, Bnf, latin 10233 (siglé Aa, Molinier ; notice Wickersheimer, 1966, n° LXXIII) et NAL 1619 (siglé As, mais non utilisé par Molinier ; Wickersheimer, 1966, n° XCIV), mais dans des recensions légèrement différentes. Il résulte de la fusion de deux œuvres d’Oribase auxquelles ont été faits des ajouts inconnus des versions grecques conservées ; il s'agit véritablement d'un travail éditorial, sans commune mesure avec la traduction postérieure réalisée au Xe s. (cf. Laon, BM, 424, saec. X).
Annoncée en neuf livres, cette édition d'Oribase en compte seulement huit (le 8e livre est manquant dans Aa et Ab, mais figure dans As, toujours inédit); elle se compose ainsi:

  • Livre 1 (f. 1va-5va, acéphale) : Synopsis I avec refontes de chapitres et ajouts.
  • Livre 2 (f. 5vb-32va) : refonte de la partie alphabétique du livre II des Euporistes dans le texte du second livre de la Synopsis, avec ommissions et ajouts ; la fin est un abrégé du De clistere de Justus.
  • Livre 3 (f. 33ra-42va) : Synopsis IV avec ajout du chapitre 52 des Euporistes I.
  • Livre 4 (f. 42vb-57va) : Synopsis V avec un ajout de quelques chapitres des Euporistes I ; avec accident textuel remontant au modèle.
  • Livre 5 (f. 57va-68vb) : alternance de chapitres de la Synopsis VI et des Euporistes III ; la fin est un ajout de chapitres sans correspondances dans le grec.
  • Livre 6 (f. 69ra-81vb) : refonte de la Synopsis VII; le chap. 49 est un ajout tiré de Celse.
  • Livre 7 (f. 82ra-104ra) : refonte de la Synopsis VIII et alternance avec des chap. des Euporistes IV.
  • Pas de livre 8.
  • Livre 9 (f. 104ra-138va) : refonte de la Synopsis IX et alternance avec des chap. des Euporistes IV ; avec ajouts et lacunes (remontant au modèle, sans perte matériel).

f. 1va-5va. Liber I [Synopsis I, lacunaire du début: sans la préface, la table et les 32 premiers chapitres du livre ; les titres sont très corrompus].
[Synops. I, c. 19-35]. « …] <O>mnem ventositatem habundantiae generatam [Molinier, 5, 824,6] (…) in intestinis fuirent ulcera. XXXIIII. <De mal>ve decoccio. Ad [… [1vb] MALue dicoccio adlongius strufus … [bas de f. découpé avec restauration papier, avec perte de texte sur la première col. ; cette découpe en chap. est propre à ce ms. et ne figure pas dans les autres témoins] [2ra] (…) et duas inicimus aeminas. XXXV. De acris clistiris Ru<fi> auctoris. Acris viro clistiris hutimur (…) addunt cetiam [sic] alii ova. [Molinier, 5, 825, 1-10]. XXXVI. Clistrim ad fungus malus. Acceptus qui autem de fungus (…) salemuria inicis. [Molinier, 5, 825, 10-14]. XXXVII. Clistiris ad ascaretem et lumbricus [2rb] Quibus igitur ascaretes (…) aut ros aut salem iniciuntur. [Molinier, 5, 825, 14-25]. XXXVIII. Clistirem tenismum [sic, leg. intestinarum ?] pacientibus. Conationis inminentibus salem (…) aut sidia aut stinitiria. [Molinier, 5, 825.25-31]. XXXVIIII. Distiris desentericis [2va] Quod si ulcera intestinarum (…) coctas fuerint, sunt iniciendi. [Molinier, 5, 825, 32-39]. — Item disturis disentericis. Iustini hyatrosofisti in primis clistire (…) aut cum rose habocime inicis. [début de Synops. I, c. 20: Molinier, 5, 825]. XL. De balanis. (… [5va] …) LV. De finisin corporis. Gallieni (…) non dum porus ficerent. » [éd. Molinier, 5, p. 824-838 ; les chap. XXXIII-XXXVIIII composent la fin de Synops. I, 19; chap. sans n° et XL = Synops. I, c. 20 ; XLI-LV = Synops. I, c. 21-35].
f. 5va. [Ajout sans correspondance dans le texte grec ; propre à ce témoin, sans n°] : « Ad humerorum dolorem (…) et cum stuppa inponis. Finit liber primus. » [Molinier, 5, 838, 24-31 ; Mørland, 1940, p. 66-89].

f. 5vb-32va. Liber II [avec préfaces et table: Euporista II et Synopsis II ; Epitome Iusti De clistere]
f. 5vb. Préfaces au second livre [première préface] : «Incipit apla liber secundus. Prologus. Quicumque enim scire oportit medicum (…) breviter debeam explicare. ». [éd. Molinier, 5, p. 839 et 6, p. 424]. — [seconde préface] : « Apla Urivasii [Oribasii legend.] de herbarum virtutem. Urivasius de virtutis herbarum (…) subvenire possent. » [éd. Molinier, 6, p. 425 ; cette seconde préface, se trouve aussi dans l'Oribase de Corbie, du VIIIe s. Paris, BnF, NAL 1619 (As), mais absente de Latin 10233 (Aa)].
f. 6r-7r. Capitula [Table alphabétique sur 3 col., numérotation discontinue, pour chaque lettre] : «Incipit capitula. I. Agnus (…) XXXVIIII. Absencio. — B. I. Balsamon (…) VIIII. Brathei. — C. I. Calamentis (…) XXXV. Conum carpus. — D. I. Daucus (…) VII. Drius idest robor. — E. I. Eviscus (…) XII. Ecidinis. — F. I. Facus idest lenticulus (…) IIII. Ficus. — G. I. Galla (…) XII. Gemi. — H. I. Hidiosmon (…) X. Homplon. XI. Finit h (!). — I. Ixos (… [6v] …) VI. Itheas. Finit I, incipit L. — L. I. Lapacius (…) XII. Lotus. Finit L incipit M. XIII. Licio. — M. I. Malacia (…) XV. Mirsina. Finit M incipit N. — I. Nardus (…) III. Nimfla. Finit N incipit O. — O. I. Oxos idest acetus (…) VII. Ostraga cyricon. Finit O incipit P. — P. I. Palliurus (…) XVI. Picia. Capitulo graduum. Finit P incipit Q. — Q. I. Quae sunt media inter caleda et frigeda (…) [7r] LXI. Quae semen faciunt et provocant. LXII. Finit Q incipit R (!). — R. I. Rafanus (…) V. Ribus. Finit R incipit S. — S. I. Sandaragas (…) XXVI. Stingno. Finit S incipit T. — T. I. Tapsia (…) XIIII. Strignu. Finit T incipit Y. — I. Ydropiri (…) IIII Ypsemicion. — LVI. De electione medicamentorum (…) LXI. De cataplasmatibus ».
f. 7va-22va. [Eupor. II, c. A-P] : « I. Agnum seu licus (… [10va] …) XL. Absencius (…) plus calidiorem. XL. Aprotanus (… [11ra] …) Finit A. — Incipit B : I. Balsamus (… [11vb] …) VIIII. Bratei (…) confeccionibus mittunt. X. Bromus (…) diarrias ventris. Finit B. — Incipit C. Δ(ε)ω γρα χι αc ΑΜΗΝ [formule latine translitérée en caractères grecs, lire: Deo gratias amen] [12ra] I. Calamentis (… [15va] …) XXXV. Conum (…) hutilissimus est. Finit C. — Incipit D : [15vb] I. Daucus (… [16rb] …) VII. Drius (…) plagis recentis gluttinat. Finit D. — Incipit E : I. Eviscus (… [17rb] …) Eccidenis (…) elevancia efficiuntur. Finit E. — Incipit F : Facus (… [17va] …) Ficus (…) stipticam mediocritatem. Finit F. — Incipit G : Galla (… [18rb] …) XII. Gemi (…) de profundo et digerit. Finit G. — Incipit H : I. Hidiosmon (… [18vb] …) VIIII. Amplon. Hamplon agria (…) computati. Finit H. — Incipit I : I. Ixos (… [19ra] …) VI. Iteas (… [19rb] …) et mundat loca. Finit I. — Incipit L : I. Lappadius (… [20ra] …) XIII. Lician (…) forciorem omnibus. Finit L. — Incipit M. I. Malaicia [sic?] (… [20vb] …) XV. Mirsina (… [21ra] …) viridibus sicciora. Finit M. — Incipit N. I. Nardus (…) III. Nimfla (… [21rb] …) cum peciliqueda [leg.: pice liquida]. Finit N. — Incipit O. I. Oxos (…) VII. Ostraca ciricon (… [21va] …) vulnera curat. Finit O. — Incipit P. I. Paliurus aliis (… [22va] …) XVI. Picia (…) si fumiigitur [sic] facit. Finit P. [Molinier, 6, p. 424-500].
f. 22va-26ra. [Synops. II] — « Incipit Q. De virtutibus simplicium medicamentorum diximus, nunc de gradibus eorum tradimus simul etiam et pinsas et mensuras et decoccionis dicere habemus. I. Quae sunt media (… [26ra] …) LIII. Quae reprement semen (…) ruta et nimfia. Finit Q.» [cf. Molinier, 5, p. 839 ; non édité chez Molinier: voir Mørland, 1940 p. 93-149, qui édite les deux premiers livres].
f. 26ra-28vb. [Eupor. II, c. R-O mega] — « Incipit R. I. Rafanus calefacit (… [26rb] …) V. Ripus (…) continetur digerit. Finit R. — Incipit S. I. Sandaricis causticam (… [27va] …) XXV. Scinantus (…) et stomaco inflammat. Finit S. — incipit T. I. Tapsia acrissima est (… [28rb] …) XIIII. Strignun (…) stipticum dicitur. Finit T. — Incipit Y. I. Ydrope piricale (… [28va] …) V. Yicus (…) psimithio. — Auno. I. Aon ova (…) sine mordicacione desiccat. Finit de A,B, C. » [Molinier, 6, p. 500-515].
f. 28vb-3Ovb. [Synops. II ; le premier article, sans numérotation, correspond aux n° LVI] : « De elecione medicamentorum. Acaricus (… [30ra] …) Stiptiria (…) aut simile ipsius. — LVII. Mensurae cire etolis (… [30rb] …) LVIII. De mensuris pondera (…) Item de mensuris et pinsis (… [30va] …) inter pinsas minsuras habetimini. — [Sans n°] De signis et caracteris (…) [30vb] una pinsa est LVIIII. De platismata coquenda (…) LX. Antilli de impl(austris) coq(uen)d(is) (?). In coccionibus implaustrorum.»
f. 30vb-32va. Epitome de clistere IUSTI [Ajout constituant un abrégé d'un ouvrage de Juste sur les Clystères, avec omissions par rapport à la version de Paris, Bnf. lat. 10233] LXI. De Clistere Iusti Iatrosofeste in epitome (… [31va] …) paciuntur nimiam. LXII. de cataplasmatibus Eruditi actoris (…) [32rb] Ad causus sthomaco (… [32v] …) Haec ergo mitigant et cummocionis febrium » [f. 32v ne contient que 5 lignes, le reste du f. est vierge; éd. Molinier, 5, p. 841-843, 845-848 ; le ms. omet au chap. LVI (voir Molinier, 5, p. 69) plusieurs articles qui figurent dans le texte grec et dans les autres versions latines de Laon et Leipzig: manquent les § 41-42, 43 partim, 52, 60-62, 64-65, 67, 73, 75-76, 77 partim, 78-81, 89, 91-92)].

f. 33ra-42va. Liber III [avec table : Synopsis IV et Euporista I c. 52, intercalé sous le n° 41]
f. 33ra-b. Capitula [Table en 42 chapitres] : « Incipiunt capitula libro tercio. I. Quae sint quae subtiliant in cybis (…) XLII. De aquis quae bona sunt aut mala. Expliciunt capitula. »
f. 33va-42ra. [I-XL = Synops. IV, c. 1-40] : « Incipit liber tercius. >I.< Quae sunt que subtiliant in cibis. Alium, ciba, cardama (… [41vb] …) XL. De lactibus (… [42ra] …) et dulcior a cruditate fiat. » [éd. Molinier, 6, p. 2-43].
f. 42ra. [XLI = Eupor. I, c. 52] : « XLI. Quia lactes dentes nocent (…) si et mel modicum illi addant. » [éd. Molinier, 6, p. 422-423].
f. 42ra-va. [XLII = Synops. IV, c. 41] : « XLII. De aquarum diferencia (… [42va] …) ab aquis malignis non leduntur. Explicit liber tercius. » [éd. Molinier, 6, p. 43-45].

f. 42vb-57va. Liber IV [avec table : Synopsis V et Euporista I]
f. 42vb-43rb. Capitula [Table en 67 chapitres] : « Incipiunt capitula de libro tertio [sic, puis gratté] Hurivasii. I. De virginitate (…) LXVII. Curacio ventris (…) uel membris ubique similis. Expliciunt capitula de libro IIII [après correction à l'encre verte]».
f. 43rb-46va. [I-XXI = Synops. V, c. 1-14] : « Incipit liber quartus Horivasii. >I.< De virginitate. Virgitas [sic] rectae salutaris probatur (… [46va] …) XXI. Scacio infantum (…) vel natura corporis incipit frigiscere. » [I-VI = remplace Synops. V, c. 1 ; VII-XII = Synops. V, c. 2-7; XIII-XV = Synops. V, c. 8 ; XVI-XXI = Synops. V, c. 9-14 : éd. Molinier, 6, p. 46-56].
f. 46va-49va. [XXII-XXVIIII = Eupor. I, c. 2-5, 7-10]: « XXII. De plenitudinem cybi [= Eupor. I, c. 2]. (… [48ra] …) XXVIII. De evacuato corpore [= Eupor. I, c. 9]. Ad evacuacionem corporis antiquorum (…) [48va] non decurrunt ad aliquod … et in tercio libro scriptum est bibere dederunt. — [Dans le dernier tiers de la colonne, sans espace, la fin du de vomitu] Bibat autem post haec aqua (…) de evacuacionibus sufficiat dixisse. — XXVIIII. De dicta tempora [= Eupor. I, c. 10]. Temporum observacio est consideranda (…) et humectetur pocius quam [49ra] siccetur aut calefiat. — De vomitu [sans n° = fin de Eupor. I, c. 9] (…) manducet et ip-[49rb]-sum mel ut comedat (…) hoc enim oculis et dentibus est adiutorium. — [Dans le 1er tier de la col., sans interruption, suite et fin du De dicta tempora, débute par un ‘a’ oncial]: Autumno vero ingrediente, quia omnino (… [49va] …) egritudinem adfligantur » [avec accident textuel remontant au modèle: le début du chap. De vomitu, qui traduit la fin des Eupor. I, c. 9 et qui constitue la fin du c. XXVIII, a été inclus dans le corps du chapitre suivant ; la fin du De vomitu se trouve à sa place ; éd. Molinier, 6, p. 405-409, 410-413, 415-416, 413-415, 416-417].
f. 49va-57va. [XXX-LXVII = Synops. V, c. 15-29, 31-53] : « XXX. De replecione qui per excitacione fit (…) LXVII. Curatio ventris (… [57va] …) spiritus ventositati plenus sit et circumtenitur. Explicit liber quartus Horivasii. » [éd. Molinier, 6, p. 56-94].

f. 57va-68vb. Liber V [avec table : Synopsis VI et Euporista III]
f. 57va-58rb. Capitula [Table en 52 chapitres] : « Incipit liber quintus. Incipiunt capitula de libro quinto [la colonne suivante est restée vierge, l'incipit est repris en haut du f. 58ra]. Incipiunt capitula de libro quinto. I. Que signa sunt bonas in inicium [sic, leg. bona si initium] egritudinis fiant mala sunt (…) LII. Curacio ex passionem. Expliciunt capitula »
f. 58rb-65vb. [I-XXX = Synops. VI, c. 1-29 (VI-VII = Synops. VI, c. 6) ; c. 29 incomplet, fin remplacée par Eupor. III, c. 7] : « Incipit liber quintus. <I.> Ea que signa sunt bona, si inicium egretudinis fiant mala sunt [Synops. VI, c. 1]. Gallienus: signa que sunt bona in determinatione febrium (…) [65va] XXX. De doloribus stupidus. Igitur dolor et curetur corpore (… [65vb] …) quibus locis necesse est diaforiticis. » [éd. Molinier, 6, p. 96-116 ; c. XXX = Synops. VI, c. 29 s'interrompt avant la fin. La suite, copiée sans rupture, provient de la fin du chap. 7 du livre 3 des Eupor. et remplace Synops. VI, fin c. 29, 30-33 ; la numérotation reprend ensuite à XXXVI].
f. 65vb-66va. [= Eupor. III, c. 7] : « Masticino et nardino et vino (… [66va] …) et friccionibus reparandi sunt. » [éd. Molinier, 6, p. 520-522].
f. 66va-68ra. [XXXVI-XLVIIII = Synops. VI, c. 34-47] : « XXXVI. Decinodosorexeos in febribus curatio (… [68ra] …) XLVIIII. Curatio ubi distillatio sanguinis fit ex naribus (…) uniuscuiusque virtutem auferre. » [éd. Molinier, 6, p. 119-127].
f. 68ra-68vb. [L-LIII = Pièces additionnelles, copiées à la suite ; la première sans n° et sans rupture constitue la fin de la pièce précédente] : «De fluxu sanguinis per naris. De alio auctore (…) de super coperias. L. Qui cum sudore febriunt (… [68vb] …) LIII. Curatio colerice passionis (…) ex eis bene confectus mirabiliter iubat. Explicit liber quintus Orifasiae [-as Molinier] » [pièces additionnelles, présentes aussi dans Aa (Paris, Bnf, lat. 10233, f. 140r-141r), sous les n° XLVIIII-LII: éd. Molinier, 6, p. 127-129].

f. 69ra-81vb. Liber VI [avec table : Synopsis VII avec ajout d'un passage du livre V de la Medicina de Celse].
f. 69rb. Recette [copiée en marge, 3 courtes lignes] : «Ad guttam fistulam … » [en partie perdue dans la rognure].
f. 69ra-b. Capitula [Table en 50 chapitres] : « Incipiunt capitula de libro sexto. I. De simplicibus vulneribus (…) L. Ad elevanciosus. Expliciunt capitula de libro sexto. ».
f. 69rb-81ra. [I-XLVIII = Synops. VII, c. 1-49] : « I. Ad simplicis vulnera (… [70rb] …) IIII. Que repremunt carnes super crescentes in vulneribus (…) et libida similiter. — [Synops. VII, c. 5, rubrique insérée dans le texte, sans rupture] ad vulnera (… [70va] …) et siperlinita iubat. V. Ad uscionem ignis et calidi (… [80vb] …) XLVIII. Ad inpetiginis. Celsus (…) [81ra] (…) donec ulceretur. » [I-III = Synops. VII, c. 1-3 ; IIII = Synops. VII, c. 4-5 ; V-XXXIIII = Synops. VII, c. 6-35 ; XXXV = Synops. VII, c. 38 (Molinier, 6, p. 182) ; XXXVI-XXXVII = Synops. VII, c. 36-37 ; XXXVIII-XLVIII = Synops. VII, c. 39-49 ; éd. Molinier, 6, p. 130-195] ;
f. 81ra. Ex CELSI Medicina [Celsus 5, 28, 18 (Marx, 1915, p. 251-252)] : « XLVIIII. De pabolas [leg.: De papula]. Pabolarum genera sunt dua : una est (…) conficis et uteris. » [éd. Molinier, 6, p. 195 ; Celsus, éd. F. Marx, Cornelii Celsi quae supersunt (Corpus medicorum latinorum I), Leipzig – Berlin 1915: édition en ligne].
f. 81ra-vb. [L-LII = Synops. VII, c. 50-52] : « L. Ad infisimata (… [81va] …) LII. Curacio expedientem (… [81vb] …) sed et stercora ipsa fedentes ledunt sanus » [l'explicit précède directement les capitula suivants, f. 82r: « Explicit liber sextus ». [éd. Molinier, 6, p. 195-201].

f. 82ra-104ra. Liber VII [avec table : Synopsis VIII et Euporista IV]
f. 82ra-vb. Capitula [Table en 94 chapitres] : « Incipit liber septimus. I. De memoria perdita (…) LXLIIII. ad vocis raucitati [sic] ».
f. 82vb-83va. [I-III = Synops. VIII, c. 1] : « Ad memoria perdita (… [82vb] …) Constantini utendus. II. Ad freneticis (… [83ra] …) ad plenam sanitatem perducti sunt. III. De litargicis (… [83va] …) in mulsa ciatus tribus. » [éd. Molinier, 6, p. 263-265 ; ces trois premiers chapitres, correspondant au c. 1 de la Synops. VIII, offrent une traduction différente, qui serait une version postérieure, de celle de Aa]
f. 83va-90va. [Synops. VIII, c. 2-25] : « IIII. De epehal quidem in quibus non est incibus (…) [90rb] XXVIIII. Que sunt que grossus pil(os) uel capill(os) extenuant (… [90va] …) caput et frecas. » [IIII = Synops. VIII, c. 2 ; V-VI = Synops. VIII, c. 3 ; VII-XXIII = Synops. VIII, c. 4-20 ; XXIIII = Synops. VIII, c. 22 ; XXV-XXVIIII = Synops. VIII, c. 21-25 ; Molinier, 6, p. 205-243].
f. 90va-b. [XXX-XXXI = Eupor. IV, c. 7-8] : « XXX. Ad psylotris (…) conficis et uteris. XXXI. Ut canas non nascantur (… [90vb] …) » [éd. Molinier, 6, p. 532-535]
f. 90vb-91ra. [Synops. VIII, c. 26] : « XXXII. Ad forforicla capiti (…) et inunguis caput. » [éd. Molinier, 6, p. 244] ;
f. 91ra. [XXXIII = Eupor. IV, c. 11, remplace Synops. VIII, c. 27] : «XXXIII. Ad peduclus (…) aceto lavatur. » [Molinier, 6, p. 535-536]
f. 91ra-va. [XXXIIII- XXXVI = Synops. VIII, c. 28-29] : « XXXIIII. de acoras et cirionas (…) [91va] XXXV. Ad ulcera capitis (…) XXXVI. Ad capite scavias (…) permixta et uteris. » [Molinier, 6, p. 245-247 ; Synops. VIII, c. 30-37, omis par les ms. de Paris]
f. 91va-b. [XXXVII-XXXVIII = Eupor. IV, c. 13] : « XXXVII. Passionis qui in oculis fiunt (… [91vb] …) sufficienter utantur. XXXVIII. Ad dolorem oculorum. Arivasii de eoporista (…) » [Molinier, 6, p. 537-538]
f. 91vb. [XXXVIIII = Synops. VIII, c. 39]: « XXXVIIII. Ad oculorum doloris Gallieni (…) et fenu greco. » [Molinier, 6, p. 249]
f. 91vb-[XL = Eupor. IV, c. 14] : « XL. Ad flegmone oculorum doloris. Poristis (…) deforis super posita. » [Molinier, 6, p. 538-539]
f. 92ra-va … [XLI-XLII = Synops. VIII, c. 40-41] : « XLI. Ad flegmonem oculorum ; Galieni (… [92rb] …) de lactibus das bibere. XLII. Ad dolores nimium oculorum Gallieni (… [92va] …) constipata loca. » [Molinier, 6, p. 250-252]
f. 92va-b. [XLIII = Eupor. IV, c. 15] XLIII. Ad reuma oculorum (… [92vb] …) cum spongia fobis » [Molinier, 6, p. 539-540]
f. 92vb-93ra. [XLIIII-XLVI = Synops. VIII, c. 42-44] : « XLIIII. Ad cimosin ; Deunistenus aucturis (…) XLVI. Ad flettitas in oculis Gallieni (… [93ra] …) uteris medicamen » [Molinier, 6, p. 252-254]
f. 93ra. [XLVII = Eupor. IV, c. 23] « XLVII. Ad ulcera oculorum de euporista Urivasi (…) cum lacte muliebri » [Molinier, 6, p. 544-545]
f. 93ra-b. [XLVIII-XLVIIII ; pas de capit. L = Synops. VIII, c. 45-46] : « XLVIII. De antracas in oculis natas (… [93rb] …) inunguis et sanat. XLVIIII. De metriasin (…) diximus expedire » [Molinier, 6, p. 254-255]
f. 93rb-94ra. [LI-LIIII = Synops. VIII, c. 47-50] : « LI. De ptiseus et arofia (… [93rb] …) LIIII. De amauroseos et caligini (… [94ra] …) aqua calida marina[m] » [Molinier, 6, p. 256-259]
f. 94ra. [LV = Eupor. IV, c. 16] : « LV. Ad caliginam oculorum ; Euporista (…) flegma expurer » [Molinier, 6, p. 540-541]
f. 94ra-va. [LVI-LVIIII = Eupor. IV, c. 24] : « LVI. Ad leucumata (… [94va] …) LVIIII. Bafi ydem tincturam (…) non videatur macocola » [Molinier, 6, p. 545-547 ; le dernier capit. est entièrement copié en onciale]
f. 94va-b. [LX-LXII = Synops. VIII, c. 51-53] : « LX. De stravos oculus (…) LXII. De sinciseus (… [94vb] …) qualis est ciatus coll(orium) » [Molinier, 6, p. 259-260]
f. 94vb. [LXIII = Eupor. IV, c. 19] : « LXIII. Ad percussum di Uporista Urivasii (…) adponis frequenter et aufferis » [Molinier, 6, p. 541-542]
f. 94vb-95ra. [LXIIII-LXV = Synops. VIII, c. 54-55] : « LXIIII. Ad miopiaseus (… [95ra] …) longius autem vident. LXV. Ad eos quibus lacrimentur oculi (…) adhibenda sunt » [Molinier, 6, p. 260-261]
f. 95ra-vb. [LXVI-LXXIIII = Eupor. IV, c. 20-22 ; LXVIII- = Eupor. IV, c. 25] : « LXVI. Ad pilus adulterus (…) evellis pilus et super unguis (… [95rb] …) LXXIII. [sic, pro LXVIII] Ad <o>culus sine pilis constitutus (…) isopo modicum. LXVIIII. Ad palpebras que mala sunt ut pulcra fiant (… [95va] …) LXXIIII. Si aliquid in oculo cadit ut tollatur (… [95vb] …) lactem muliebri est oculus inrigandus» [Molinier, 6, p. 542-544 et 547-549; le ms. Lat. 10233 ajoute une autre recette à la suite du capit. LXVI «item aliut collurium …»]
f. 95vb. [LXXV = Synops. VIII, c. 57] : « LXXV. Ad pedoclos et incorias (…) grassitudo sit et unguis » [Molinier, 6, p. 261-262]
f. 95vb-104ra. [LXXVI-LXLIIII + C = Eupor. IV, c. 33-77] : « LXXVI. Ad ecilopas di Eoporista Orivasii (… [98ra] …) LXXX. Ad ozinas et pulipus narium (…) et uteris et inununguis [sic] naris. LXXXI. Ad diversa viciaque fiunt in facie. Liboris in faciae (… [101ra] …) LXXXVII. Ad oris vicia (… [101rb] …) id est ulcera sufficiunt dicta. [Sans n°, à la suite = Eupor. IV, c. 75] Ad oris cancrum (… [101va] …) ulcera proficit. [la colonne suivante a été laissé vacantes, la suite sur un autre cahier, par une autre main]. — [102ra] LXXXVIII. Ad aptas (… [103ra] …) C. Ad rana subligua vel lingui vicia (… [103rb] …) in ore <re>tentum poste. — LXLI. Ad eos quibus ossus in gela verit aut piscis spina inhoserit (… [103vb] …) LXLIIII. Ad voces raucitatem (… [104ra] …) cum aqua et das bibere. Amen. » [LXXVI-LXXX = Eupor. IV, c. 33-44 ; LXXXI- LXXXVII = Eupor. IV, c. 50-69 + 75 ; LXXXVIII-C = Eupor. IV, c. 69 (suite)+ 70-71 ; LXLI (= XCI)- = Eupor. IV, c. 73-74, 76-77 ; Molinier, 6, p. 549-564; 569-585; 596-597; 585-592, 594-595; 597-598]

Pas de livre VIII.

f. 104ra-138va. Liber IX [avec table : Synopsis IX et Euporista IV ]
f. 104ra-vb. Capitula [Table en 101 chapitres] : « Incipit liber nonus. I. Ad catarro (…) CI. Ad sciaticus. »
f. 104vb-105va. [Sans correspondance avec le texte grec: ajout tiré d'un autre auteur] : « I. Ad catarro. Catarrus sollicite visedendum est (…) et his similis. » [Molinier, 6, p. 266-268].
f. 105va-107rb. [II-V = Synops. IX, c. 1-4] : « II. Ad sanguines expoto de catarrom (…) V. Ad ptyssecus (…) potui in Alpibus » [Molinier, 6, p. 268-276]
f. 107rb-va. [Eupor. IV, c. 72] : « VI. Ad sinancis (…) grande periculo liberat » [Molinier, 6, p. 592-593]
f. 107va-108ra. [Synops. IX, c. 5] : « VII. Ad astmaticus Hyemilius dicit (…) et ad lumbricus datus » [Molinier, 6, p. 277-279]
f. 108ra-vb. [Eupor. IV, c. 78] : « VIII. Ad tusse et Hiemilius dicit (…) aqua facis catapodias » [Molinier, 6, p. 598-601]
f. 108vb-109va. [VIIII- XI = Synops. IX, c. 6-8] : « VIIII. Ad cordis pulso (…) potus liberatur. X. Ad pleuriticus (…) cocliaria duo. XI. Ad lateris doloris sene febribus (…) enim fortiter est » [Molinier, 6, p. 279-283]
f. 109va. [Eupor. IV, c. 82] : « XII. Ad doloris diuturnas in torace sene febribus (…) accipis cibum» [Molinier, 6, p. 603]
f. 109va-… [XIII-XV = Synops. IX, c. 10] : « XIII. Ad sthomaci passionibus cynodos orexeos (… [109vb] …) XV. Ad nausia sthomaci (… [110ra] …) scepticum sit calidus » [Molinier, 6, p. 284-286]
f. 110ra- 111ra. [XVI-XXII = Synops. IX, c. 10 suite] : « XVI. Cognicio frigidi distempanciae (…) [111ra] XXII. Ad inflammacionem sthomaci (…) ut sthomacum tangat » [Molinier, 6, p. 287, 289-290, 288-289, 291-292, 287-288] f. 111ra-112rb. [XXIII- XXVIIII = Synops. IX, c. 18-20] : « XXIII. Ad fleumonem epatis (… [111vb] …) XXVI. Ad calidam epatis distemperancia (… [112ra] …) consistentem a distemperencia. XXVIIII [sic] Ad infraxin viro sola (…) ydro mellitus. XXVIIII. Signa de iecoris atonia et distemperanciam (… [112rb] …) » [XXIII-XXIIII, XXVI-XXVIIII (sic pro XXVIII) = Synops. IX, c. 18 ; XXVIIII = Synops. IX, c. 19 ; XXV = Synops. IX, c. 20 : Molinier, 6, p. 309-310, 314-315, 310-314]
f. 112rb-vb. [Eupor. IV, c. 100] : « XXX. Ad haectiricus (…) aut IIII et sanabit » [Molinier, 6, p. 610-612]
f. 112vb-114vb. [XXXI-XXXIIII = Synops. IX, c. 21-23] : « XXXI. Ad spleniticus hic melius spleni causa (… [113rb] …) missum [grattage] et uteris feliciter. XXX [sic] De casexias Filomini (… [113va] …) et quoddabismus et dropasis similis. XXXIII. Ad ydropicus (… [114va] …) adhibitur sanat. XXXIIII. Ad pneumathosin (… [114vb] …) perfecti dolorem mitigat » [XXXI= Synops. IX, c. 23 ; XXXIIII, XXX (sic pro XXXII)-XXXIII = Synops. IX, c. 21-22 : Molinier, 6, p. 320-323, 315-320, 293-294]
f. 114vb-115va. [Eupor. IV, c. 88] : « XXXV. De colo dicit (…) in mortario et uteris » [Molinier, 6, p. 604-607]
f. 115va-118ra. [XXXVII-XL= Synops. IX, c. 12-16] : « XXXVI. Ad cordapsu vel iliu (… [116ra] …) potui dabes. XXXVII. Signa tenismo Galieno (… [116rb] …) ex his quis typtica sunt. XXXVIII. Signa de sintericis (… [117vb] …) XXXVIIII. Ad ciliacus (…) et cretis supersparsi pocioni. [118ra] XL. Ad dearria (…) dabis bibere » [XXXVII-XXXVIII = Synops. IX, c. 12-14 ; XXXVIIII = Synops. IX, c. 15 ; XL, XXXVI = Synops. IX, c. 16 : Molinier, 6, p. 303-304, 295-303]
f. 118ra-b. [Eupor. IV, c. 91] : « XLI. Ad lumbricus et ascaredas et ad latus vermis (…) cum mel, olio et nitro » [Molinier, 6, p. 607-608]
f. 118rb-122ra. [XLII, XLIIII, XLV-LVII = Synops. IX, c. 17, 24-33] : « XLII. Ad ani vicia et passionis flegmaticas (… [118va] …) mellis et inlitus. XLIII. Si anus aut os vulve foris exit (… [118vb] …) cruribus ideo unctus. XLIIII. Ad emoroidas (… [119rb] …) sanguis metendus est. XLV. Ad renium et vissico passionis (… [122ra] …) LVII. Curacio diabitis Rufi auctoris (…) et narcotecis medicaminibus » [XLII, XLIIII = Synops. IX, c. 17 ; XLIII sans correspondance avec le texte grec: ajout tiré d'un autre auteur ; XLV-XLVII = Synops. IX, c. 24 ; XLVIII-L = Synops. IX, c. 25-27 ; LI-LII = Synops. IX, c. 28 ; LIII-LVII = Synops. IX, c. 29-33 : Molinier, 6, p. 305-308, 323-336]
f. 122ra-b. [Eupor. IV, c. 110] : « LVIII. Ad somiolus (…) herbe inlinis » [Molinier, 6, p. 617]
f. 122rb-123ra. [LVIIII-LXIIII = Synops. IX, c. 34-36, 39] : « LVIIII. Ad veretri et ani et matricis et visici ulcera (… [122vb] …) LXIIII. De priapysmum (… [123ra] …) nata proxima est veretro » [LVIIII = Synops. IX, c. 34 ; LX-LXII = Synops. IX, c. 35 ; LXIII = Synops. IX, c. 36 ; LXIIII = Synops. IX, c. 39 : Molinier, 6, p. 336-339, 341-342]
f. 123ra-va. [Eupor. IV, c. 107-108] : « LXV. Que sunt que excitat venerius (…) et ad veretri paralisin. LXVI. Ad castitatem servanda (…) semen potus » » [Molinier, 6, p. 614-616]
f. 123va-129vb. [LXVII-LXVIIII, LXXV-LXXVI = Synops. IX, c. 37-38, 40, 42-43, 46-47] : « LXVII. De seminis lapsu (… [124ra] …) LXVIIII. Ad emoruidas damnandas vel provocandas (…) sanguis et dolor requiescit. — LXX. De siringia (… [127rb] …) LXXIIII. Signa et curacio. Quibus menstrua (… [127va] …) pectus habent. — LXXV. Ad praefluvium matricis (… [127vb] …) aut melina aut indi. — De pissis (… [128va] …) balneum vero evariis cibus. — [la suite sans rupture = Synops. IX, c. 46-47] Item iterum urinas [leg.: Oribasi] de fluxu sanguinis (… [128vb] …) Ad fluxum sanguinis (…) repremit samiusaster. — LXXVI. Ad eas qui non concipiunt (… [129vb] …) ad concipiendam esse hutilem » [LXVII-LXVIII = Synops. IX, c. 37-38 ; LXVIIII = Synops. IX, c. 40 ; LXX-LXXIIII sans correspondance avec le texte grec : ajouts tirés d'autres auteurs ; LXXV = Synops. IX, c. 42 avec longues additions, non numérotées ; LXXVI = Synops. IX, c. 43 : Molinier, 6, p. 339-341, 342-349, 350-354, 363-364, 354-358]
f. 129vb-130ra. [Eupor. IV, c. 114, partim et 115-116] : « [sans n°, ni rupture avec le chap. précédent de la Synops.] Ad conceptionem, de Euporista Urivasii (…) herba pegus adpensa. — Item ipsius Eoporista ad partum iubandum (…) sol te vocat. — Item ipsius Eoporista aut non concipiat (…) splenici semen ante conmixcioni lavabis » [Molinier, 6, p. 621-623 ; aucune traduction latine pour les chapitres des Euporistes 84-87 ; 89-90 ]
f. 130ra-… [Synops. IX, c. 48-49, 50, 41, …] : « LXXVII. Ad inflammacionem matricis (… [131vb] …) in tubi sucus admiscis. LXXVIII. Ad apostema in matrici (… [132ra] …) ex supra dictis medicamini<bus>. LXXVIIII. Curacio ad duricias et sciron in matrici factas (… [132va] …) fortiter et uteris. LXXX. Ad ulcera matricis (… [133ra] …) LXXXI. Ad matricis suffucacionem. Urivasius. (… [133rb] …) suscepta et inposita. LXXXII. Apnu matricis curacio (…) [sans n°, ni titre, indiqué par une initiale de taille moyenne] Filominus. Ad matricis pinixeus (… [133va] …) et in castimata similiter. [Sans n°, ni titre, ajout] Item ex alio auctore de suffucacionem matricis quod Greci nigmus matricis dicunt (… [134rb] …) calidarum usus. LXXXIII. De matricis inclinacionibus (… [134vb] …) conficis et uteris. LXXXIIII. Ad fimu curacio in matrice (…[135rb] …) diuturnas et … LXXXVI Ad tymus in matricis (… [135va] …) fugientis cirorgia. LXXXVII. Ad ragadas in matrici (… [136rb] …) et ad veretri ulcera. LXXXVIIII. Ad cancrina in matrice (… [136vb] …) vel in quibus libit locum natum cancrum. LXL. Ad mamillarum causas diversas et cancrum et omnes ulcera vel in aliis locis (… [137ra] …) est adhibendum. [sans n°] Ad mamillarum inflammacionis (… [137rb] …) liquata et uteris. [sans n°] Ad duricias mamellarum (…) spongia cum vino. [sans n°] Item diaforitica (… ) et coquis donec fiat niger et uteris. Item Diaforiticum [137va] diaglio (…) et super mittis in mortario [sans rupture, mais avec lacune textuel dû au modèle : manquent les cap. LXLI à LXLVII, dont il reste seulement la fin] : soluti cernis benefaciunt (…) et ad sanitatem perducit. LXLVIII. Ad podagras anodinon (… [137vb] …) mittis albumen ovarum et uteris. LXLVIIII. Curacio artriculis induratis (… [138ra] …) sani facti sum. [Sans n°] Ad duricias podagri Felagrius libro V (…) agrissimum quod sufficit. C. Profilactica podagrecis (…) si perinducto inponis. CI. Ad sciaticos (… [138va] …) mittis in mortario, teris donec infrigidit et uteris. Explicit liber nonus. Amen. » [LXXVII-LXXVIII et LXXX = Synops. IX, c. 48-49 et 50 ; LXXVIIII = addition propre aux ms. de Paris ; LXXXI-LXXXIII = Synops. IX, c. 41, 44-45, avec ajouts ; LXXXIIII-LXXXVI, LXXXVII-LXXXVIII = Synops. IX, c. 53-54, avec ajouts, 52 avec ajout, 51 ; LXL = addition inconnue du grec ; lacune des chap. LXLI-LXLVII ; LXLVIII = addition inconnue du grec ; LXLVIIII-CI = Synops. IX, c. 58-61 : Molinier, 6, p. 365-375, 349-350, 358-363, 380-383, 378-380, 375-378, 383-386, 391-397].

f. 138vb-242vb. ALEXANDER TRALLIANUS, Practica [Alexandre de Tralles, en 3 livres, dont il manque la fin ; avec appendice sur les poids et mesures médicinales en fin de livre 1. Aucune édition récente de ce texte, voir Thorndike, I, p. 576-577 n. 8 et Langslow, 2006, p. 49-50 (notice) ; voir l'édition de Lyon, 1504].

f. 138vb-179va. Liber I.
f. 138vb-139vb. Capitula [Table en 143 chapitres] : «Incipiunt capitula primi libri Alexandri. I. de alopicia et ophiasi (…) CXLIII de catapotiis ».
f. 140r. Frontispice: peinture pleine page composée de deux arcades décorées: dans la colonne de gauche, écrit en capitales (avec lettres incluses) autour de la représentation de l'auteur tenant un livre: «Alexander sapiens medicus exposuit <h>unc libellum artis medicinae » ; dans la colonne de droite, autour d'un crucifix: «S[c]ancta crux [p]salva nos quia per te Christus de suo sacro sancto sanguin[a]e redimet nos » (sur ce f. voir Bischoff, 1967, p. 291; Battelli, 1994, p. 524 n. 37 et fig. 36).
f. 140va-179va. Liber I: « In nomine dei nostri Iesu Christi incipit Alexandri Iatrosofiste therapeut<i>con liber primus. [140vb] I. de alopicia et ofiasis. Contingit haec passio (… [179va] …) CXLIII. De cataputias (…) faciant purgationem. Finit.

f. 179va. De ponderibus et mensuris numerorum medicinalium [Nomenclature des poids et valeurs des mesures médicinales, appendice placé entre la mention de fin et l'explicit du premier livre] :
« De ponderibus et mensuris [et] numer(or)u(m) medicinalium. Mina habet drachmas (÷) c (…) dimidia. Finit liber primus. Deo gracias amen. »

f. 179vb-233va. Liber II.
f. 179vb-180vb. Capitula [Table en 145 chapitres, tandis que le texte en compte 143, avec de nombreux décalages, cf. par exemple dans la table, De podagra figurant sous le n° CXXXV correspond au n° CXXXII du f. 224v «De podagras», tandis qu'au n° CXLIIII de la table correspond le chap. CXLI du f. 232v ; le dernier item de la table est l'avant-dernier du texte et le dernier chap. du texte ne figure pas dans la table] : «Incipiunt capitula libri Alexandri iatrosufistae therapeuticon liber secundus. Amen. I. Ad tussem (… [180vb] …) CXLII De catastico de hermo dactulo [une ligne vacante] CXLIII De catapucias. CXLIIII Putionis de coronopodio. CXLV Antidotus podagricus duorelus (?) [leg. duoantidotus ; cf. f. 233ra, sous le n° CXLII]. Expliciunt capitulacionis ».
f. 180vb-233va. Liber II: « I. Tussis siquidem accedentia (… [233ra] …) CXLII. Antidotus podacricus duoantidotus (… [233rb] …) ordina tempora. CXLIII. De localibus meticatibis [sic] et adiuturiis et anodinis (… [233va] …) cataplastivos dixisset. Finit liber II Alexander ».

f. 233va-b. Exorcisme et recettes [copiées sans titre, à la suite, de la même main que celle qui précède] :
« Ad demonio expellendo suffugamentum lapide gagatem (…) probatissimum est » [ce court exorcisme est transmis aussi dans une version abrégée par St-Gall, SB, 759, p. 68, parmi les chap. du livre 1 d'un liber medicinalis, sous le n° XCI];
« Ad [c]idropicus euforbio (…) contra idropicum examinatissimum est » ;
« Pulvera ad scirosin epatis vel splenis (…) qui patitur et poscena » ;
« Oximelle qui facit ad colora vel flecma (…) et das post cena cocliarum I aut II vel tres probatissimum est » [Comme l'exorcisme, ces recettes entretiennent des relations avec des passages similaires de St-Gall 759].

f. 234ra-242vb. Liber III [incomplet de la fin].
f. 234ra-b. Capitula [Table en 64 chapitres] : « Incipit [sic] capitula Alexandri tertius. I. Prologus. II. De effemeris febribus (…) LXIIII. Lixoperito et inbrocas galine adfebris. »
f. 234r-242vb. Liber III: « Incipit Alexandri liber III yatrosofiste. De febribus singulis. I. Petisti a me Cosma karissime (… [242vb]…) LX. Ad eos qui de sincopus maras modis faciunt (…) LXI. De testiculas qui paracatas vocantur. Testiculus vero gallorum dare semper oportit hicticis [… » [ce dernier chap. conservé correspond au capit. LXII de la table ].

f. 243ra-321va. DIOSCORIDES, De materia medica [acéphale et avec lacunes à la suite de la perte de 3 f. dans la suite ; un frg. du début (capit. XIX-XXXII) se trouve dans Berne, BB, A 91/7, voir Homburger, 1962, p. 40-41 ; voir Jacobsen, 2010, p. 205 et 210].

f. 243ra-254va. Liber I [acéphale] :
« … ] XXXIII. De balanino (… [247vb] …) LXXVII. De[s] resine molle id est vicamine e diversitate resinarum. [Lacune d'un f. entre 247 et 248, correspondant aux chap. LXXVII-LXXXIV et le début de LXXXV] [248ra] vero oleum ex caedria colligunt (…) LXXXVI. De semen cedrinae (… [251ra] …) CXVII. De palma quae in Aegipto nascitur (… [251rb] …) novit quod et dactuli. Explicit liber primus » [explicit en partie effacé ; le reste de la colonne est vacante].

f. 251va-b. Epistola de vulture [liste de 17 recettes, dont une partie est inspirée de passages de l'Histoire naturelle de Pline, peut-être par l'intermédiaire de Sextus Placitus Papyriensis (VIe s.), tandis que l'autre partie, au contenu plus magico-religieux que réellement médicinal, sans parallèle dans les écrits tardo-antique pourrait rapporter des traditions orales de cette même époque (voir Mac Kinney, 1943, p. 494) ; cette pièce, incluse dans le livre I remplace le chap. CXVIII ; la fin de col. est vacante] : « Incipit epistula vulter(is). Provinciae Babiloniae Alexandriae regis Rimae salutem. Nescit humanus (…) ea die de ipsum pretium accipies. Finit. FINIT » [éd. Mac Kinney, 1943, p. 495 ; voir Levi della Vide, 1944].

f. 252ra-254va. [Suite et fin du livre I] : «Lib(er) s(ecundus) D(ioscoridis)» [ajouté, à tord, au-dessus du titre de l'article 119] « CXVIIII. De malagranata (… [254va] …) CXLVI. De persea (…) semen comeditur » [éd. Hofmann - Auracher, 1883].

f. 254vb-270vb. Liber II.
f. 254vb-255vb. Capitula [Table en 198 chapitres] : « Incipiunt capitula de libro secundo. I. De ecino (…) CXCVIII. De telefolio. Expliciunt capitula. » [éd. Stadler, 1901, p. 94-107].
f. 255vb-270vb. Liber II: « In primo libro, karissime Aeri [sic], de speciebus ordinacionem tradidimus tibi de aromatibus et olei (…) in secundo vero libro quae necessaria sunt dicimus de necesse est id est de animalibus omnibus (… [256ra] …) diversitates nature herbarum. Explicit lect. [mis pour littera? Cf. incipit du livre V] Dioschorides. I. De ecino (… [170va] …) CXCVII De telefio. [170vb] Talefion quem (…) et post hoc frigata loca perlaves. Explicit liber secundus » [le reste de la col. est vacante ; éd. Stadler, 1899, p. 181-247]

f. 271ra-287vb. Liber III.
f. 271ra-271va. Capitula III [Table en 168 chapitres] : «Lib(er) t(ertius) D(ioscoridis) » [ajouté au-dessus de l'incipit]. « Incipiunt capitula libri III. I. De agaricu (…) CLXVIII. De camipitis [post corr.]. Expliciunt capitula. »
f. 271va-287vb. Liber III : « In duobus libris primariis amantissime Ari[a]e (…) et omnium medicaminum fecimus dispositionem. I. De agaricu (… [276v] …) XLVI. De baccarica (…) [a]elixatura herbae ei [Lacune d'un f. entre 276 et 277, correspondant à la fin du chap. XLVI, aux chap. XLVII-LII et au tout début de LIII] [277ra] nascitur in monte vicino alpibus (…) LIIII. De stafilino idest fastenaca agreste (… [287vb] …) et non tantum vim habet. Explicit liber III » [éd. Stadler, 1899, p. 369-446]

f. 288ra-305vb. Liber IV.
f. 288ra-vb. Capitula IV [Table en 189 chapitres] : «Lib(er) q(uartus) \.IIII./ D(ioscoridis) » [ajouté au-dessus de l'incipit]. « Incipiunt capitula de libro quarto. I. De cestro (…) CLXXXVIIII. De cardamo agresti. Expliciunt capitula. »
f. 288vb-305vb. Liber IV : « In tribus primo scriptis libris carisme [sic] Arie (… [289ra] …) et radicum disponenda est ratio. I. De cestron (… [305vb] …) CLXXXVIIII. De cardamo agreste aut [t]iberian dicunt (…) et inposita omnia supra scripta facere potest. Explicit liber quartus. » [éd. Stadler, 1901].

f. 306ra-321va. Liber V.
f. 306ra-vb. Capitula [Table en 188 chapitres] : «Lib(er) V D(ioscoridis) » [ajouté au-dessus de l'incipit]. « Incipiunt capitula de libro quinto. I. De vit[a]e commune (…) CLXXXVIII. De atramento smirnomalan. Expliciunt capitula. »
f. 306vb-321va. Liber V : « Incipit epistula de libro quinto. Quarto libro carissime Ari[a]e aromatibus (…) quinto libro vero vini et metalli est lapidum ordinatarum speciarum facimus mentionem. Explicit epistula. I. De vite commune (… [320vb] …) CLII. De lapide ematiten (…) ipso colore reddat. [Lacune d'un f. entre 320 et 321, correspondant à la fin du chap. CLII, jusqu'à la fin de CLXXVI] [321ra] stiptica ex exerantica (…) CLXXVII. De terra commune (… [321va] …) CLXXXVIII. De atramento (…) quamdiu sicca ceciderit. Explicit Amen Deo gratias. Dioscorides liber quintus feliciter » [éd. Stadler, 1903].

Bibliographie

1863-1871
L. Delisle, Inventaire des manuscrits latins …. Numéros 8823-18613, Paris, 1863-1871

1868 - 1891
L. Delisle, Le Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque impériale, 4 vol., Paris, 1868-1891 (réimp. 1978)

1873
A. Molinier, Bussemaker et Daremberg (éd.), Œuvres d'Oribase …, vol. 5 et 6, Paris, 1873.

1883
K. Hofmann, T. M. Auracher, «Der Langobardische Dioskorides des Marcellus Virgilius», Romanische Forschungen 1(1883), p. 49-105 (livre I).

1899
H. Stadler, « Dioscorides Lombardus (Cod. Lat. Monacensis 337). Aus , T. M. Auracher Nachlass herausgegeben und ergänzt», Romanische Forschungen 10(1899), p. 181-247 (liv. II) et p. 369-446 (lib. III).

1901
H. Stadler, « Dioscorides Lombardus. (Cod. Lat. Monacensis 337). Aus , T. M. Auracher Nachlass herausgegeben und ergänzt», Romanische Forschungen 11(1901), p. 1-121 (lib. IV).

1902
H. Stadler, « Dioscorides Lombardus. (Cod. Lat. Monacensis 337)», Romanische Forschungen 13 (1902), p. 161-243 (lib. V).

1903
H. Stadler, « Dioscorides Lombardus. (Cod. Lat. Monacensis 337). Index der Sachnamen und der wichtigeren Wörter», Romanische Forschungen 14( 1903), p. 601-636.

1923
L.Thorndike, A History of Magic and Experimental Science, during the First Thirteen centuries of our era, vol. I, New York, 1923.

, 1931
E. A. Loewe, D. De Bruyne et W. J. Anderson, «Nouvelle liste de Membra disiecta (suite)», Revue Bénédictine 43(1931), p. 101-105.

1932
H. Mørland, Die lateinischen Oribasiusübersetzungen Oslo, 1932.(Symbolae Osloenses, suppl. 5).

1933-1935
O. Hermal R. De Roton, Manuel de l'amateur de reliures. Souverains et princes Français, vol. 28, Paris, 1933-1935.

1934-1971
E. A. Lowe, Codices latini Antiquiores, a Paleographical Guide to Latin Manuscripts prior to the Ninth Century, vol. 1-11 et Suppl., Oxford, 1934-1971.

1937
L. C. Mackinney, Early Medieval Medicine with special Reference to France and Chartres, Baltimore, 1937.

1940
H. Mørland (éd.), Oribasius latinus, Oslo, 1940. (Symbolae Osloenses, suppl. 10).

1943
L. C. Mackinney, «An Unpublished Treatise on Medicine and Magic from the Age of Charlemagne», Speculum, 18.4 (1943), p. 494-496

1944
G.Levi della Vide, «A Supplementary Note», Speculum, 19(1944), p. 364.

1956
A. Beccaria, I codici di medicina del periodo presalernitano…, Rome, 1956.

1958
H. Mihaescu, «La versione latina di Dioscoride», Ephemeris daco-romana 8, (1958), p. 298-345.

1960
P. Josserand et J. Bruno, « Les estampilles du département des imprimés de la Bibliothèque Nationale », dans Mélanges F. Calot, 1960, Paris, p. 261-298

1961
O. Homburger, « Ein vernichtetes Denkmal merowingischer Buchkunst aus frühkarolingischer Zeit: der ‘Rachio-Kodex’ der Bongarsiana », Festschrift Hans R. Hahnloser, Bâle, 1961, p. 185-206.

1962
O. Homburger, Die illustrierten Handschriften der Burgerbibliothek Bern, , Berne, 1962.

1966
E. Wickersheimer, Les Manuscrits latins de médecine au haut Moyen Age dans les bibliothèques de France, Paris, 1966.

1967
B. Bischoff, «Kreuz und Buch in Frühmittelalter und in den ersten Jahrhunderten der spanischen Reconquista», Mittelalterliche Studien, II, Stuttgart, 1967, p. 284-303. [publication originale dans Bibliotheca docet. Festgabe für C. Wehmer, Amsterdam, 1963, p. 19-34]

1972
G. Baader, « Die Anfänge der Medizinischen Ausbildung im Abendland bis 1100 », in La Scuola nell'occidente latino dell'alto medioevo. XIX settimane (15-21 prile 1971), vol. 2, Spoleto, 1972, p. 669-718, cité pp. 689-691, 701-702, 715.

1980
F. E. Cranz, P. O. Kristeller (éd.), Catalogus Translationum et Commentariorum: Medieval and Renaissance Latin Translations and Commentaries. Annotated lists and guides, vol. IV, Washington D.C., 1980.

1982
La médecine médiévale à travers les manuscrits de la Bibliothèque nationale, Bibliothèque nationale [notice n° 8, p. 35-36].

1986
B. Bischoff,Paléographie de l'Antiquité romaine et du Moyen Âge occidental,Paris,1986 [traduction fr. par H. Atsma et J. Vezin de: Paläographie des römischen Altertums und des abendländischen Mittelalters, Berlin, 1979; trad. angl.: Latin Paleography : Antiquity and the Middle Ages, Cambridge-New York, 1990.]

1989
Marco Mostert,The Library of Fleury. A provisional List of Manuscripts, Hilversum,1989.

1994
G. Battelli, « Motivi figurativi antichi nei manoscritti latini altomedievali», Testo e immagine nell'alto medioevo, vol. 2, Spoleto, 1994, p. 505-532 (Settimane di studio del centro italiano di studi sull'alto medioevo, 41).

1995
Bernard BISCHOFF, (trad. et ed. par Micheal M. GORMAN), Manuscripts and Libraries in the Age of Charlemagne , Cambridge, Cambridge University Press, 1994 (réed. 1995), cité p. 32, 144 (note n° 38).
Mss. [ 4° Impr. 2115

1997
P. Saenger, Space Between Words: The Origins of Silent Reading, Stanford, 1997.

M. E. Vázquez Buján, « La circulation des manuscrits hippocratiques », in Gerbert l'Européen. Actes du colloque d'Aurillac 4-7 juin 1996, N. Charbonnel, J.-E. Iung (éd.), Aurillac, 1997, p. 233-245.

2003
Clavis patristica pseudepigraphorum medii aevi. Volumen III A. Ed. J. Machielsen, Turnhout, Brepols, 2003 (CC. Series latina, Clavis..., III A), recensé p. 422.
Mss. [T 18

1997
Manuel E. VÁZQUEZ BUJÁN, « La circulation des manuscrits hippocratiques », in Gerbert l'Européen, actes du colloque d'Aurillac 4-7 juin 1996 , textes rassemblés par N. CHARBONNEL et J.-E. IUNG, Société des lettres, sciences et arts « La Haute-Auvergne », Aurillac, Gerbert, 1997, p. 233-245, cité p. 244.
Mss [ 8° Impr. 7527

2006
M.-P. Laffitte, « La politique de reliure du département des Manuscrits pour ses collections occidentales, de la Révolution à la Monarchie de Juillet », in Bibliophilies et reliures : mélanges offerts à Michel Wittock, dir. Annie De Coster, Bruxelles, 2006, p. 274-291.

D. R. Langslow, The Latin Alexander Trallianus: The Text and Transmission of a Late Latin Medical Book , London, 2006. (Journal of Roman Studies Monograph)

2007
B. Bischoff, «Manuscripts in the Age of Charlemagne», in Manuscripts and Libraries in the Age of Charlemagne, éd. et trad. par M. Gorman de « Panorama der Handschriftenüberlieferung aus der Zeit Karls des Grossen » ( in Karl der Grosse, Lebenswerk und Nachleben. II. Das geistige Leben, éd. W. Braunfels, Düsseldorf, 1965, p. 233-254 ; réimp. Mittelalterliche Studien, 3, 1981, p. 5-38), Cambridge, 2007 (1er éd. 1994), p. 20-55.

M. D. Reeve, « The Editing of Pliny's Natural History», Revue d'Histoire des Textes , 2 (2007),p. 107-179, cité p. 153.
Mss. [ P 114 A

2010
P. J. Jacobsen, « Dioscorides latinus, De materia medica alte und neue fragmente der ältesten Handschirft (CLA 7.1191) », Scriptorium 64 (2010), p. 185-226.

2013
Charlotte Denoël, "Les évangiles de Saint-Maur-des-Fossés et la 'peinture non officielle' dans la première moitié du IXe siècle", tiré à part de Ars auro gemmisque prior. Mélanges en hommage à Jean-Pierre Caillet, Brepols, (2013), pp. 165-173, cité p. 171.
MSS [4° pièce 3048

Fiches bibliographiques numérisées

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Informations sur le traitement

Notice rédigée par Franck Cinato.

Fusion des notices par Delphine Mercuzot, février 2019.

Documents de substitution

Voir Mandragore, http://mandragore.bnf.fr/html/accueil.html

Documents de substitution

Microfilm en noir et blanc. Cote de consultation en salle de lecture : MF 22745. Cote de la matrice (pour commander une reproduction) : R 12854.