Département des Manuscrits > Allemand

Allemand 362

Leipzig et Francfort-sur-l’Oder, 1596-1598.

- 1 peinture héraldique : f. 1v (Frontispice architecturé encadrant les armoiries de Gerhard Reuter de Nuremberg ; en dessous, dédicace dans un cartouche orné : à Francfort-sur-l’Oder, le 23 juillet 159? [partiellement effacé]).

- 1 peinture héraldique : f. 10v (Armoiries : d’ or à un buste d’homme de gueules).

- 1 peinture héraldique : f. 14v (Armoiries et dédicace de Caspar von Clauspruch [Clausbruch], à Leipzig, 1597 ; devise : « Bien heureux qui entendieu... »).
- 1 peinture historiée : f. 15 (Chasseur amoureux offrant du gibier à une dame).

- 1 peinture héraldique : f. 15v (Armoiries et dédicace d’Egidius Becker, à Leipzig, le 27 avril 1597 [armoiries identiques à f. 60v] ; devise dans un phylactère: « Ann Gottes Segenn, Ist alles gelegenn »).
- 1 peinture historiée : f. 16 (Dame tenant un cheval).

- 1 peinture historiée : f. 18 (Dans un paysage, saint Georges transperçant le dragon ; dédicace de Georg Grieb de Leipzig, le 6 août 1598).

- 1 peinture héraldique : f. 19v (Frontispice architecturé et putti encadrant les armoiries de [Wilhelm ?] Rem d’Augsbourg [Rehm, cf. Johann Siebmachers allgemeines großes und vollständiges Wappenbuch..., Nürnberg, 1772, 1, pl. 207], le 15 février 1597).
- 1 peinture historiée : f. 20 (Dame en noir devant une vue de ville [Augsbourg ?]).

- 1 peinture héraldique : f. 21v (Armoiries et dédicace de Jacob Grieben [famille noble d’Erfurt, cf. Johann Siebmachers allgemeines großes und vollständiges Wappenbuch..., 5, pl. 301], le 14 mars 1597 ; devise dans un phylactère: « Mein Hoffnung steht auff Gott »).
- 1 peinture historiée : f. 22 (Songe de Jacob).

- 1 peinture historiée sur deux pages : f. 22v et 23 (Procession de cavalières casquées portant respectivement un faucon, une église et un plateau -- allégories de l’Espérance, de la Foi et de la Charité -- précédées d’une cavalière couronnée portant un cœur enflammé -- allégorie de l’Amour -- et de deux porte-flambeaux à tête d’oiseaux ; armoiries : d’argent à une ligature de gueules).

- 1 peinture héraldique : f. 23v (Armoiries et dédicace de Rudolf Buffler [Buffler von Tatenweiler, cf. Johann Siebmachers allgemeines großes und vollständiges Wappenbuch..., 4, pl. 28] à Leipzig, le 20 septembre 1597 ; devise dans un phylactère : « Einmal geht hinn »).

- 1 peinture héraldique : f. 24v (Armoiries et dédicace de Georg Müller de Francfort-sur-l’Oder, le 1er décembre 1597).
- 1 peinture historiée : f. 25 (Homme et femme dans un traineau).

- 1 peinture héraldique : f. 26v (Armoiries et dédicace de Johann Sommer, le 13 décembre 1597).
- 1 peinture historiée : f. 27 (Cavalier embrassant une femme, homme apportant un broc et un verre, soldats à cheval).

- 1 peinture héraldique : f. 28v (Armoiries et dédicace de Georg Schiller de Nuremberg, à Francfort-sur-l’Oder, 1er décembre 1597).
- 1 peinture historiée : f. 29 (Cortège de sénateurs vénitiens précédés de musiciens).

- 1 peinture historiée : f. 43v (Couple se promenant).
- 1 peinture héraldique : f. 44 (Armoiries et dédicace de Joachim Bosch [marchand et membre du Grand Conseil - Großer Rat - de Nuremberg, cf. J. G. Fabricius, Der Boschen von Dünkelspühl, Nürnberg Stammregister, 1657, 43], le 8 juin 1598 ; devise dans un phylactère : « Dieu est toute ma confiance. Rien sans Dieu »).

- 1 peinture héraldique : f. 46v (Armoiries et dédicace de Valtin Gräff, à Leipzig, le 17 janvier 1597 ; devise dans un phylactère : « Allain nach Gottes willenn »).
- 1 peinture historiée : f. 47 (Allégorie du combat spirituel du soldat chrétien : un soldat piétine une femme dénudée, la Chair, en s’appuyant contre un bloc de pierre sous lequel est écrasé un serpent ; il est cerné par la Mort et le Diable, qui crachent du feu, par le Péché, représenté comme un homme à queue de serpent, et par le Monde, figuré comme une femme portant une bourse et une coupe, ayant un globe sur la tête et, à ses pieds, un masque, des cartes et une raquette de jeu de paume).

- 1 peinture historiée : f. 48 (Andromède attachée au rocher ; à l’arrière-plan, Persée combattant le monstre marin).

- 1 peinture historiée : f. 49v (Une femme richement vêtue, assise dans un intérieur, prend les lunettes de son riche mari âgé, qui se réchauffe à l’âtre, et donne discrètement son cœur à un jeune homme penché à la fenêtre).
- 1 peinture héraldique : f. 50 (Armoiries et dédicace de Sebastian Koch, à Leipzig, octobre 1597).

- 1 peinture héraldique : f. 52 (Armoiries et dédicace de Joachim Schlauderspach [famille notable de Nuremberg, cf. Johann Siebmachers allgemeines großes und vollständiges Wappenbuch..., 1, pl. 213], le 16 octobre 1597 ; devise dans un phylactère : « Gott helff mir erwerben / Cristlich zueleben / und Ehrlich zusterben »).

- 1 peinture héraldique : f. 60v (Armoiries et dédicace de Gerhardt Becker de Leipzig, le 12 juillet 1598 [armoiries identiques à celles du f. 15v] ; devise : « Kundtschaft macht Freundschaft »).

- 1 peinture historiée : f. 64v (Scène d’escrime).

- 1 peinture héraldique : f. 69v (Armoiries de Hans Herzog).
- 1 peinture historiée : f. 70 (Deux hommes escortant une femme vêtue de noir ; dédicace de Hans Herzog, à Leipzig, le 20 octobre 1597).

- 1 peinture héraldique : f. 77v (Cavaliers tenant les armes de Ulrich Rab ; dédicace : à Leipzig, le 28 janvier 1597).
- 1 peinture historiée : f. 78 (Allégorie de la jeunesse : jeune homme en équilibre sur une boule, entre un homme et une femme qui tirent sur des liens attachés à sa ceinture pour l’attirer chacun à soi : bien que le lien de la femme soit le plus fin, c’est vers elle que penche le jeune homme).

- 1 peinture historiée : f. 80v (Métamorphose d’Actéon, qui a surpris Diane et les nymphes au bain ; à l’arrière-plan, Actéon se faisant dévorer par ses chien).

- 1 peinture historiée : f. 82 (Cortège d’Africains dansant et de musiciens ; dédicace d' Anthonius Sommer, le 14 mars 1597).

- 1 peinture héraldique : f. 82v (Armoiries et dédicace de Johann Karstroff, le 12 juillet 1597 ; devise dans un phylactère : « Drück dich und Leidt / [Erwart ?] der Zeitt »).

- 1 peinture héraldique : f. 83 (Armoiries et dédicace de Mang Lother d’Augsbourg, à Leipzig, le 7 octobre 1597 ; devise dans un phylactère : « Glück hatt Neider / Gott hilff weitter »).

- 1 peinture héraldique : f. 83v (Deux cavaliers et armoiries : d’argent à une ligature de gueules).

- 1 peinture historiée : f. 85 (Cavaliers devant une vue de Leipzig : une femme offre une couronne de fleurs au premier, descendu de cheval, tandis qu’un second fait demi-tour).

- 1 peinture héraldique : f. 93v (Armoiries et dédicace de Christian Bieber, le 22 décembre 1596 ; devise dans un phylactère: « Amor vincit omnia » ; au-dessus : « Glück hatt neider viel »).
- 1 peinture historiée : f. 94 (Affrontement entre deux cavaliers Turcs, l’un transperçant l’autre de sa lance).

Présentation du contenu

Certaines caractéristiques ornementales sont communes à plusieurs de ces pages. Les éléments servant de support aux inscriptions font généralement l’objet d’un décor recherché, avec des marbrures ou des moulures colorées (f. 1v, 10v, 19v, 22v-23, 46v, 52, etc.). Sur les peintures armoriées dédicacées à Leipzig , le phylactère portant les devises est souvent terminé par des rubans ondoyants garnis de pompons (f. 23v, 46v, 50, 52, 60v etc.).

Les miniatures réalisées à Francfort-sur-l’Oder (ex. f. 1v, 24v-25, 26v-27, 28v-29, 82) se distinguent par la forme des écus et des cimiers et par une composition horizontale parfois cernée de rouge, où s’inscrivent des personnages de faibles proportions alignés sur un seul registre. Les peintures des f. 19v-20, 22, 22v-23, 47, 49v, 64v, 70, 77v, 78, probablement toutes exécutées à Leipzig, se caractérisent quant-à-elles par un cadre noir d’épaisseur variable, des couleurs contrastées, des paysages stylisés et des ciels violemment dégradés de jaune, d'orangé, de rose ou de mauve. Les personnages y ont de fortes proportions, des chairs rosées rehaussées de blanc et de rouge, et de grands yeux ronds. Les miniatures mythologiques des f. 48 et 80v, stylistiquement proches des précédentes, se démarquent par une peinture d’aspect crayeux et de lourdes figures à la chair claire ; elles semblent être d’une même main.

L’iconographie s’inspire largement de modèles gravés. L’allégorie du combat spirituel du soldat chrétien, représentée au f. 47, dérive d’une estampe dont la composition originale revient au peintre anversois Martin de Vos (1532-1603). Elle fut gravée par Jérôme Wierix et diffusée par Gerard de Jode (M. Mauquoy-Hendrickx, Les Estampes des Wierix conservées au Cabinet des Estampes de la Bibliothèque royale Albert 1er, catalogue raisonné enrichi de notes prises dans diverses autres collections, Bruxelles, 1978-1983 II, 1979, n° 1469 et 1470, pl. 196). Il en existe une troisième version, gravée et publiée en 1609 par Johann Bussemacher à Cologne (Illustrierte Flugblätter aus den Jahrhunderten der Reformation und der Glaubenskämpfe, catalogue d’exposition [Coburger Landesstiftung, Kunstsammlungen der Veste Coburg Ausstellung, 24 juillet- 31 octobre 1983], Coburg, 1983, n° 25).
La scène d’Andromède et Persée, au f. 48, copie pour sa part une gravure de la fin du XVIe s. attribuée à un élève de Goltzius et publiée par ce dernier (The illustrated Bartsch, éd. W. L. Strauss, J. T. Spike, New York, 1978-2008., III, ill. 30, commentaire p. 352).
Ailleurs, les miniaturistes ont pris pour modèle l’œuvre de Jean Théodore de Bry. La jeune femme trompant son vieux mari riche et donnant son cœur à un jeune homme reproduit ainsi une gravure des Emblemata saecularia, avec pour seule variante l’introduction d’un paysage à l’arrière-plan (n° 29 dans l’édition de 1596). La femme courtisée au f. 15 rappelle par son costume et sa coiffure un autre modèle de ce recueil (modèle d’écu inséré entre les scènes n° 43 et 44 dans l’édition de 1596). La métamorphose d’Actéon, au f. 80v, reproduit quant-à-elle la 7e gravure des Emblemata nobilitatis du même auteur (éd. de 1593, éd. fac-sim. F. Warnecke, Paris, 1895).
Enfin, l’allégorie de la Jeunesse, figurée par un jeune-homme sur une boule (f. 78), se retrouve dans d’autres Libri amicorum de la fin du XVIe s., comme ceux d’Ulrich Reutter et de Christoph Löffelholz von Kolberg (Nuremberg, Germanisches Nationalmuseum, Bibliothek, Hs. 121.165 et 6037 d ; cf. L. Kurras, Zu gutem Gedenken. Kulturhistorische Miniaturen aus Stammbüchern des Germanischen Nationalmuseums : 1570-1770, München, 1987, pl. 80 et 81 ; L. Kurras, Die Stammbüchern, Wiesbaden, 1988-1994, I, 1988, n° 13, 17).