Département des Manuscrits > Grec > Ancien fonds grec > Grec 2430-2549

Grec 2517

Cote : Grec 2517  Réserver
Ancienne cote : Regius 3192,4
Ancienne cote : Colbert 3798
Ancienne cote : Hardy T73 (avant ou après correction, E7 ou T77 ?)
Milieu du XVIème siècle.
Ce document est rédigé en grec.
Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits
Italie et Paris ?
166x231 mm.
I-III + (1-54) + I.

ECRITURE
Le manuscrit a été copié par Nicolas Sophianos (RGK II, 437). Celui-ci signale, au milieu du f. 15r, une lacune dans son modèle, et ne reprend la copie qu’au f. 16v. Cette lacune est comblée par Ange Vergèce (RGK II 3), mais le f. 16r reste libre. Vergèce ajoute dans la marge supérieure du f. 16v deux lignes qui correspondent au début du nouveau chapitre. On trouve aussi de sa main des notes marginales qui corrigent des omissions du texte. Sur le contreplat supérieur, une étiquette donne le titre en latin avec la cote Colbert. Elle a été complétée par la mention cod. Chart 16 saec. par Sevin. En haut de la première garde, le titre latin Heronis Alexandrini spiritualia : de la main de Claude Hardy ?
Surface écrite 90x150 mm. Marge supérieure : 25 mm. Marge extérieure : 50 mm. Marge inférieure : 58 mm. Marge intérieure : 26 mm. 22 lignes par page.

DECORATION
Le manuscrit présente peu de rubrication. Sont rubriqués le titre, les numéros de chapitres et de livres, et les initiales de chapitres. Sont également rubriquées, dans une encre différente à al teinte plus brune, les lettres de légendes dans les figures.Le texte est illustré de nombreux schémas géométriques ou des machines décrites. Ces figures sont tracées à encre noire, à la règle et au compas. Il ne s’agit pas de peintures telles qu’on les trouve dans les manuscrits Paris. gr. 2512 et 2513 par exemple.

MATIERE
Papier filigrané. On trouve deux variantes d’un même motif, l’ancre inscrite dans un cercle surmonté d’une étoile à six branches. La première variante s’approche du modèle ANCRE 15 de Sosower, non daté, et la seconde des modèles ANCRE 34 et ANCRE 34, respectivement datés de 1554 et 1542. Un troisième filigrane représente une arbalète dans un cercle, assez proche du modèle 748 de Briquet (daté de 1505).

FOLIOTATION
Foliotation à l’encre noire dans l’angle supérieur droit.

CAHIERS
Le codex est composé exclusivement de quaternions, tous réguliers, auxquels s’ajoute un binion en tête de volume. Le premier feuillet du binion initial est collé sur le contreplat supérieur, les trois autres forment la garde. Dans le quaternion final, le texte couvre six des huit feuillets. Le septième constitue la garde, et le huitième est collé sur le contreplat.

SIGNATURES
Tous les quaternions sont signés par Sophianos de la manière suivante : le premier folio est marqué de la numérotation grecque, et les trois suivants répètent la lettre grecque suivie de chiffres romains allant de 2 à 4. Se succèdent donc α, αII, αIII, αIIII, quatre feuillets blancs, β, βII, βIII, βIII, etc… Le dernier verso de chaque cahier porte en outre une réclame de fin de cahier, dans l’angle inférieur intérieur, perpendiculaire à la ligne du texte.

REGLURE
Réglure à pointe sèche type Leroy-Sautel 00D1.

RELIURE
Reliure de basane brune sur ais de carton, estampée à froid. Le plat présente un double encadrement de filets triples. Un fer unique est répété à intervalles réguliers dans le cadre extérieur : il figure deux mains (gantées ?) se serrant la main. Le cadre intérieur est orné d’une frise à la roulette figurant une petite arabesque à motif végétal. Le rectangle central porte dans chaque coin un arc de cercle empli avec un fer de feuilles, et entre les coins, un demi-cercle. Le médaillon central est empli de quatre fois le fer de feuilles, et flanqué, en haut et en bas, d’un autre fer figurant un braséro, à droite et à gauche, d’un petit motif géométrique triangulaire à fleuron. Le dos présente quatre nerfs, soulignés par des filets triples.

ESTAMPILLES
ff. 1r et 54v : estampille du XVIIIème siècle, modèle Josserand-Bruno n.4.

Historique de la conservation

Ce manuscrit, copié en Italie au cours du XVIème siècle, a peut-être été apporté en France par Ange Vercèce lorsqu’il entra au service de François Ier. C’est à Vergèce en tout cas que l’on doit d’avoir complété le chapitre 6 (Livre I), puis le début du chapitre 24 au f. 16v. On sait qu’Ange Vergèce a été amené à copier ce texte à au moins six reprises (cf. Paris. gr. 2513 par exemple).
On ignore par quelles voies le codex entra en possession du mathématicien français Claude Hardy. A la mort de ce dernier en 1678, la plupart de ces manuscrits furent acquis par Colbert (voir Jackson). L’inventaire de Hardy et la liste d’achats établie par Baluze ne sont pas complets, mais ils permettent d’identifier ce manuscrit comme le numéro 73 (cote que l’on retrouve sur le contre-plat supérieur) de l’inventaire de Claude Hardy.
L'ensemble de la bibliothèque de Colbert fut acquise par la bibliothèque royale en 1732.

Présentation du contenu


ff. 1r-54v : Héron d'Alexandrie, Pneumatica, éd. W. Schmidt, Heronis Alexandrini opera quae supersunt omnia, vol. 1, Leipzig Teubner, 1899.
ff. 1-36r : Livre I, Titre Ἥρωνος Ἀλεξανδρέως πνευματικά, πρῶτον, incip. Τῆς πνευματικῆς πραγματείας, expl. ἡ ἐπιστροφὴ γίνηται. Manquent les chapitres 7à 23, ce qui correspond au vacat du f. 16r.
ff. 36r-54v : Livre II, Titre Ἥρωνος Ἀλεξανδρέως πνευματικά, δεύτερον, inc. Ἀγγείου κατασκευὴ... expl. ἐκκρεμάσομεν τὸ βάρος. Manquent les chapitres 3, 22-23 et 34-37, alors que la numérotation du copiste est continue.

Bibliographie


Jackson D., « The Colbert Greek Library from 1676 to 1678 », Codices manuscripti, 73-74, 2010, p. 43-57.


Notice d'H. Omont issue de l'Inventaire sommaire des manuscrits grecs de la Bibliothèque nationale (1888) :

Grec 2500. Heronis Alexandrini spiritalium libri II.

XVè siècle, copié par Nicolas Sophianos. Papier. 54 feuillets (Colbert 3798). Petit format.

Informations sur le traitement

Notice rédigée par Anne Weddigen, Septembre 2017.