Département des Manuscrits > Grec > Ancien fonds grec > Grec 2430-2549

Grec 2513

Cote : Grec 2513  Réserver
Ancienne cote : Regius 3192, 5
Ancienne cote : Colbert 4040
Héron d’Alexandrie, Pneumatica.
Milieu du XVIè siècle.
Ce document est rédigé en grec.
Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits
Paris?

160 x 230 mm.
I-III + (1-67*) + I-III

ECRITURE
L’ensemble du texte a été copié par Ange Vergèce (RGK, II 3) -écrivain ordinaire du roi sous François Ier, Henri II et Charles IX- vers 1560, sans doute à Paris. Le calligraphe a copié les Pneumatica d’Héron d’Alexandrie à au moins six reprises.
Surface écrite : 85×150 mm. Marge externe : 50 mm. Marge supérieure : 25 mm. Marge inférieure : 53 mm. Marge interne : 22 mm. 25 lignes par page.

DECORATION
Ce volume est richement orné de miniatures et de figures peintes, à l’instar des manuscrits Paris. gr. 2512 ou Voss. Gr. Q 19 par exemple, contenant le même texte de la main du même copiste. On y trouve de nombreuses initiales vermillon, les titres des chapitres rubriqués et les titres des livres en majuscules dorées entre deux pampres d’or et d’azur. Le f. 1 est surmonté d’un bandeau carré long figurant une table pleine comme un autel. Le médaillon central n’a pas été achevé. De part et d’autre de ce médaillon, deux enfants potelés, assis sur un coussin de fruits multicolores sur fond doré, se regardent et jouent du traverso. L’initiale s’inscrit dans un carré de 37 mm de côté. Sur fond doré également, deux satires munis de torches soufflent dans une conque végétale, et deux paons bleus marchent à leur pied.
Le bandeau au-dessus du livre II (f. 44v), à fond doré, figure sur un médaillon central bleu, un portrait de d’homme couronné de lauriers (César ?). Deux figures se font face de chaque côté, une femme et un homme, dont le torse émerge d’un élément végétal. L’initiale du Livre II est d’or, mais non ornée de miniatures.
Tout au long du traité, un grand nombre de dessins techniques (vases, fontaines, pompes, orgue hydraulique) sont exécutés à la plume et coloriés avec une finesse un peu moins précise que dans le Paris. gr. 2512.

MATIERE
Papier filigrané. Le filigrane ne trouve aucun correspondant ni dans le répertoire de Piccard, ni dans celui de Briquet. Il représente deux flèches en sautoir, empennées et surmontées d’une étoile à six branches du côté des points. Ce motif est contenu entre trois fils de chaînette dont l’écart total est de 40 mm, il a une longueur totale de 77 mm environ pour une largeur de 37 mm.

FOLIOTATION
La foliotation est inscrite dans l’angle supérieur droit de chaque feuillet. Deux foliotations se superposent : la première est inscrite au crayon, et commence avec la première garde. La seconde, à l’encre, et d’une main plus tardive, commence au début du texte. Cela explique un décalage de trois unités entre les deux foliotations. Une erreur a eu lieu lorsque la seconde foliotation a été inscrite, l’oubli d’un feuillet entre les folios notés 49 et 50. Ce feuillet oublié porte le numéro 53 au crayon. La foliotation à l’encre n’indique que les folios écrits – par conséquent, le dernier folio du dernier cahier, resté vide, porte le numéro 67 au crayon (au lieu de 63, 64 en réalité sans l’erreur de foliotation).

CAHIERS
Ce codex se compose de huit quaternions réguliers, augmentés de deux binions, un au début et un à la fin, pour former les gardes. Le premier et le dernier folio de garde sont collés sur le contre-plat. Les fils de couture sont généralement bien visibles au centre des cahiers.

SIGNATURES
Les signatures de cahier, au centre de la marge inférieure de chaque premier recto, sont de la main d’Ange Vergèce et utilisent la numérotation ordinale grecque abrégée.

REGLURE
Réglure à pointe sèche de type Leroy-Sautel 00D1.

RELIURE
Reliure dorée issue de l’atelier du Relieur du roi à Paris, datant des années 1564-1565 (Laffitte, p.31). Couvrure de cuir fauve sur plats de carton bordés d’un encadrement simple de filets. Les coins sont ornés de rinceaux sur fond criblé de trois points. Autour d’un médaillon central peint, perdu aujourd’hui pour avoir été découpé, un motif central de rinceaux et rubans sur fond criblé d’un point.
Rubans de fermeture multicolores (jaune et bleu).
Dos : carrés avec fleurs à quatre pétales sur fond criblé de trois points, séparés par un rinceau entre filets doubles.

ESTAMPILLES
ff. 1r et 62v : grande estampille du début du XVIIIè siècle, modèle Josserand-Bruno n.4.

Historique de la conservation

Ce manuscrit fait partie d’une série de six (au moins), pour lesquels Ange Vergèce a rentabilisé son travail de préparation de copie en produisant plusieurs exemplaires en série. Il faut donc mettre celui-ci en lien avec les Paris. gr. 2431, 2512, 2518, le manuscrit d’Oxford St John’s College gr. 191 et le Leid. Voss. Gr. Q 19. Parmi eux, les Paris. 2431 et 2518 ont été copiés pour la Bibliothèque du roi, une fois sous François 1er et une autre sous Henri II.
Cet exemplaire a appartenu à la Famille De Mesme (Jackson), il s’agit peut-être d’une commande de Jean-Jacques de Mesmes (†1569) à Ange Vergèce.
Les manuscrits de la famille De Mesmes ont pour une grande part été offerts à Colbert par la duchesse de Vivonne, descendante directe de la famille De Mesmes. Le don de la duchesse de Vivonne constitue l’un des plus grands fonds de manuscrits grecs (242 manuscrits) entrés dans la bibliothèque de Colbert – le Paris. gr. 2513 (Colbert 4040) a dû faire partie de ce lot, même si la liste abrégée conservée dans le Paris. lat. 9364 f. 14ter n’en fait pas mention.
Bernard de Montfaucon, dans sa publication d’un inventaire aujourd’hui perdu de la bibliothèque De Mesme (Bibli. Bilbl. II, 1326-1328), répertorie un volume comme suit : 1327 D : Heronis Siritalia, grec, in-4°, en papier. D’après la présence de cotes anciennes grattées en haut du f. 1r, Jackson propose d’identifier le Paris. gr. 2513 avec le 1327 D de Montfaucon. On notera que cela correspond également à un volume que Guillaume Pélicier mentionne avoir vu dans la bibliothèque de Jean-Jacques de Mesme (Delisle, I, 399).
L'ensemble de la bibliothèque de Colbert fut acquise par la bibliothèque royale en 1732.

Présentation du contenu

ff. 1r-62r : Héron d'Alexandrie, Pneumatica, W. Schmidt, Heronis Alexandrini opera quae supersunt omnia, vol. 1, Leipzig Teubner, 1899.
ff. 1-44r : Livre I, Titre Ἥρωνος πνευματικά, βιβλίον πρῶτον, incip. Τῆς πνευματικῆς πραγματείας, expl. ἡ ἐπιστροφὴ γίνηται. ff. 44r-62r : Livre II, Titre Ἥρωνος πνευματικά, βιβλίον δεύτερον, inc. Ἀγγείου κατασκευὴ... expl. ἐκκρεμάσομεν τὸ βάρος. Manquent les chapitres 3, 22-23 et 34-37.

Bibliographie


Bordier H., Description des peintures et autres ornements contenus dans les manuscrits grecs de la Bibliothèque nationale, Paris, 1883.
Dain A., «La fille d’Ange Vergèce», Humanisme et Renaissance, 1, 1934, p. 133-144.
Delisle L. V., Le cabinet des manuscrits de la bibliothèque impériale, 1878, [réimpr. Olms Verlag 1978].
Jackson D., « Greek Manuscripts of the De Mesmes Family », Scriptorium 63, 2009, p. 89-120.
Laffitte M.-P., « Manuscrits de la famille Vergèce en reliures à médaillons peints (1554-1569) », Revue de la Bibliothèque nationale de France, 12, 2002, p. 25-31.
Meyier (de) K. A., Codices Vossiani graeci et miscellanei, Bibliotheca universitatis leidensis, Lugduni Batavorum, 1955, p. 118.


Notice d'H. Omont issue de l'Inventaire sommaire des manuscrits grecs de la Bibliothèque nationale (1888) :

Grec 2513 : Heronis Alexandrini spriritalium libri II.

XVI s. Copié par Ange Vergèce. Papier. 62 feuillets. Peintures. (Colbert. 4040). Petit format.

Informations sur le traitement

Notice rédigée par Anne Weddigen, janvier 2017.