Fonds Saint-Martin, Léonce de

Cote : MS-21016-21064, VM FONDS 143 LSM et cotes diverses
Fonds Léonce de Saint-Martin
1907-1969
114 pièces

Présentation du contenu

Le fonds contient exclusivement de la musique notée, principalement manuscrite, de Léonce de Saint-Martin. Ces oeuvres, originales ou transcrites d'après divers compositeurs, reflètent ses différentes activités d'organiste liturgique et concertiste et de professeur de piano et d'orgue.

Biographie ou histoire

Léonce de Saint-Martin nait à Albi le 31 octobre 1886. Malgré ses dons pour la musique et l'orgue en particulier, qui lui valent d'être nommé organiste suppléant à la cathédrale d'Albi dès l'âge de quatorze ans, son père s'oppose à ce qu'il se perfectionne au Conservatoire. Après la publication des ses premières compositions, dès 1903, et l'obtention d'une licence en droit à Montpellier, il s'installe à Paris où, trop âgé pour entrer au Conservatoire, il se perfectionne auprès d'Adolphe Marty pour l'orgue et d'Albert Bertelin pour l'écriture. Fin 1919, il succède à Jean Huré à la tribune de Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux. Un an plus tard, il devient l'élève privé de Louis Vierne, qui fait à l'occasion appel à lui pour le remplacer à la tribune de Notre-Dame et dont il devient le seul suppléant à partir de 1926. À partir de cette même année, tandis que son activité de compositeur s'intensifie, il commence à se produire en concert et à la radio, en France et à l'étranger. Il met au programme de ses récitals non seulement le répertoire original pour orgue, mais de nombreuses transcriptions de son cru.

Tandis que le chapitre de Notre-Dame le titularise en tant que suppléant du grand orgue en 1932, ses relations avec Vierne se détériorent. À la mort de ce dernier, le 2 juin 1937, le chapitre de Notre-Dame, satisfait des services de Saint-Martin, le désigne à l'unanimité pour succéder au défunt, contrairement à la volonté de ce dernier, qui souhaitait que son successeur fut choisi par concours. Malgré une pétition signée par cinquante-cinq organistes, le chapitre ne revient pas sur sa décision, ce qui vaut au nouveau titulaire un ostracisme durable de la part du monde de l'orgue. Léonce de Saint-Martin reste en poste jusqu'à sa mort, survenue le 10 juin 1954. Selon son souhait, Pierre Cochereau lui succède l'année suivante.

Informations sur les modalités d’entrée

Dons de l'Association des amis de Léonce de Saint-Martin, fin 1988 et 7 septembre 2009. DON-MUS-1989-2 (1-63) et DDD-MUS-2010-41.

Conditions d'accès

Communication sur table de réserve.

Conditions d’utilisation

Reproduction sur accord de l'ayant-droit.

Documents séparés

Quelques transcriptions manuscrites sont restées en possession du donateur.

Bibliographie

Jean Guérard. Léonce de Saint-Martin à Notre-Dame de Paris : l'organiste, le compositeur. Paris : les Éditions de l'Officine, DL 2005.
Association des amis de Léonce de Saint-Martin. Catalogue des oeuvres de Léonce de Saint-Martin, consulté le 19 octobre 2016.
Association des amis de Léonce de Saint-Martin. Les transcriptions par Léonce de Saint-Martin, consulté le 19 octobre 2016.
Association des amis de Léonce de Saint-Martin. Le répertoire de Léonce de Saint-Martin à Notre-Dame, consulté le 19 octobre 2016.
Association des amis de Léonce de Saint-Martin. Le répertoire de Léonce de Saint-Martin hors Notre-Dame, consulté le 19 octobre 2016.

Classement

Les oeuvres originales ont été classées par grandes catégories, puis par ordre chronologique, d'après l'ouvrage de Jean Guérard. Les transcriptions ont été classées par effectif, puis par ordre alphabétique des compositeurs adaptés.

Informations sur le traitement

Les documents entrés en 1988 avaient été cotés dans divers lettrages et catalogués à la pièce, selon la pratique alors en vigueur. Le présent inventaire permet de reconstituer l'ensemble du fonds, avec des liens vers le catalogue général pour les documents déjà catalogués.

Les éditions déjà présentes dans le fonds de la BnF et non annotées ont été restituées au donateur. Elles sont cependant signalées dans le présent inventaire.