1965-1972 : Fonds Jean-Claude Rivierre - langues de Nouvelle-Calédonie

numéro d'entrée : DONAUD1607
Cote : DONAUD1607-1 - DONAUD1607-32
Fonds Jean-Claude Rivierre - langues de Nouvelle-Calédonie, langues kanak.
1965-1972
32 bandes magnétiques audio.
Fonds produit par : Le Centre National de la Recherche Scientifique dans le cadre de deux structures : la RCP 259 (Recherche Coopérative sur Programme), équipe pluridisciplinaire dédiée à l'ethno-histoire du Pacifique, dirigée par Jean Guiart puis par le linguiste André Haudricourt entre 1965 et 1974 ; et le LACITO (Langues et Civilisations à Tradition Orale), Laboratoire Propre du CNRS créé par Jacqueline Thomas et André Haudricourt en 1976, devenu Unité Mixte de recherche en 2001.
Le fonds contient des documents en français et en cèmuhî.

Informations sur les modalités d’entrée

Ce fonds a été déposé en 2016 par Jean-Claude Rivierre et est inscrit dans le registre du Département de l'Audiovisuel (DONAUD1607).

Informations sur le traitement

Jean-Claude Rivierre

Ethnolinguiste spécialiste des langues de Nouvelle-Calédonie.
Membre du LACITO (Laboratoire CNRS Langues et Civilisations à Tradition Orale), Unité Mixte de Recherche 7107 (19..-....) ; Opérations de recherche au Lacito : Études océaniennes.
Directeur du LACITO (1990-1994).
Directeur de recherches, aujourd'hui Directeur de recherches retraité.

Le Département océaniste au sein du LACITO, Laboratoire Propre du CNRS

Les linguistes de la RCP 259 ont été rattachés au LACITO dès sa création en 1976 et ont constitué un Département océaniste à l'intérieur de cette structure.
Les linguistes de ce Département ont oeuvré principalement à l'étude synchronique et diachronique des langues parlées dans différentes aires du Pacifique : langues kanak de Nouvelle-Calédonie, Vanuatu, Wallis et Futuna, Polynésie.
L'approche ethnolinguistique et pluridisciplinaire des langues ayant toujours été privilégiée au sein du LACITO, les chercheurs océanistes ont mis à profit leur présence sur le terrain pour recueillir des textes oraux, formalisés ou non, en contrepoint de leurs études descriptives. Ce recueil de documents sonores avait pour ambition de constituer un corpus illustratif des langues et des cultures, mais aussi de contribuer à leur sauvegarde.

(texte rédigé par Jean-Claude Rivierre et Alexia Lejeune)

Bref historique des corpus sur la Nouvelle-Calédonie

En Nouvelle-Calédonie l'intérêt porté à la fois aux langues et au patrimoine culturel s'inscrivait dans la continuité des travaux du pasteur ethnologue Maurice Leenhardt, grand initiateur des études sur les Kanak il y a plus d'un siècle. Maurice Leenhardt s'employa très tôt à transcrire les traditions kanak, mais il forma en outre ses élèves pasteurs à l'écriture de leur langue. Ses disciples ont laissé un important corpus de cahiers et documents où sont consignés différents genres de la littérature orale kanak (poèmes, légendes..) et des descriptions ethnographiques de leur société.
Cet intérêt pour l'oralité kanak a perduré jusqu'à ce qu'André Haudricourt entreprenne l'étude des langues kanak et réalise, muni d'un magnétophone, un survey complet de ces langues en 1963. À l'occasion de ses enquêtes dans les villages, André Haudricourt procédait parfois à l'enregistrement de contes et de récits, témoignages oraux des langues et de la littérature kanak qui paraissaient déjà sur le déclin.

(texte rédigé par Jean-Claude Rivierre et Alexia Lejeune)

Travaux et corpus rassemblés par Jean-Claude Rivierre

Jean-Claude Rivierre a travaillé sous la direction d'André Haudricourt. Après avoir été recruté par le CNRS fin 1964, il partit pour une première mission de trente mois en Nouvelle-Calédonie et au Vanuatu.
Ses enquêtes portèrent en priorité sur le cèmuhî et les autres langues tonales de la Nouvelle-Calédonie.
Sur la trentaine de langues que compte la Nouvelle-Calédonie, cinq ont en effet la propriété remarquable d'être tonales : trois sont parlées dans l'Extrême-sud de la Grande Terre et les deux autres, dont le paicî et le cèmuhî, sont parlées dans le Centre nord.
Cette thématique a occupé Jean-Claude Rivierre durant toute sa carrière qui s'est déroulée au LACITO à partir de 1976, ponctuée par des missions de terrain jusqu'en l'an 1998.

(texte rédigé par Jean-Claude Rivierre et Alexia Lejeune)

Classement

Cet instrument de recherche propose le classement du fonds dans le respect des lots établis par Jean-Claude Rivierre.
Chaque lot s'articule autour de l'étude d'une langue. Des fragments de bandes peuvent néanmoins contenir l'enregistrement d'autres langues.
La présentation de l'étude des langues s'effectue dans l'ordre de dépôt des lots par Jean-Claude Rivierre. Ainsi, ce fonds reste ouvert et est appelé à s'enrichir.

La présentation des documents sonores se décline en quatre niveaux :
Niveau 1. Langue étudiée
Niveau 2. Bande magnétique audio (enregistrements consultables sur Gallica)
Niveau 3. Face de la bande magnétique audio
Niveau 4. Fichier sonore (enregistrements consultables sur CoCoON)

Un dossier est consacré à chaque langue. Ces dossiers proposent l'identification et la description systématiques des éléments suivants :
- les lieux et dates de collecte, les identités des témoins, enquêteurs, traducteurs et/ou transcripteurs, les notes relatives au déroulement du travail réalisé sur le témoignage,
- les enregistrements sonores : langue(s), supports techniques originaux (indexés), durée, thématiques abordées (indexées), un renvoi vers leur fichier sonore numérique.

Documents de substitution

Enregistrements originaux numérisés par la Bibliothèque nationale de France.

Les descriptions de ces enregistrements numérisés sont également consultables sur l'entrepôt CoCoON (Collections de Corpus Oraux Numériques, anciennement Centre de Ressources sur la Description de l'Oral (CRDO)).
L'ensemble du corpus cèmuhî est consultable sur le site de la collection Pangloss du LACITO : aux textes de la collecte de Jean-Claude Rivierre sont ajoutés ceux qui résultent de sa collaboration avec Alban Bensa à partir de 1973.

Conditions d'accès

Communication individuelle des enregistrements numérisés au niveau Recherche de la bibliothèque (salle P). Pour consulter ces enregistrements, veuillez vous adresser à la banque de salle.

Conditions d’utilisation

Reproduction (partielle ou intégrale) soumise à autorisation écrite du département de l'Audiovisuel (Service des documents sonores) et de Jean-Claude Rivierre.

Sélection bibliographique

1971 : « Questionnaires thématiques. Enquête et description des langues à tradition orale » (tome 5), J. Thomas, S. Arom, J.-P. Caprile, G. Dournon-Taurelle, A. Monod, S. Platiel, J.-C. Rivierre et C. Vernot, Société d'Etudes Linguistiques et Anthropologiques de France, Paris, 139 p.
1980 : « Mythes et contes de la Grande-Terre et des îles Loyauté (Nouvelle-Calédonie) », J.-C. Rivierre, F. Ozanne-Rivierre et C. Moyse-Faurie, Société d'Etudes Linguistiques et Anthropologiques de France, Paris, 225 p.
1982 : « Le troisième Congrès international de Linguistique austronésienne (Denpasar (Bali) - janvier 1981) », A. Cartier, F. Ozanne-Rivierre et J.-C. Rivierre, in Archipel, vol. 24, pp. 31-39.
1982 : « Les chemins de l'alliance : l'organisation sociale et ses représentations en Nouvelle-Calédonie (région de Touho - aire linguistique cèmuhî) », A. Bensa et J.-C. Rivierre, Société d'Etudes Linguistiques et Anthropologiques de France, Paris, 586 p.
1983 : « Histoires canaques », A. Bensa et J.-C. Rivierre (eds.), Conseil international de la langue française et Editions Classiques d'Expression Francaise, 159 p.
1988 : « De l'histoire des mythes. Narrations et polémiques autour du rocher Até (Nouvelle-Calédonie) », A. Bensa et J.-C. Rivierre, in L'Homme, vol. 28, pp. 263-295.
1991 : « La recherche linguistique française dans le Pacifique (1960-1990) », C. Moyse-Faurie et J.-C. Rivierre, in Le Pacifique, l'océan, s rivages et ses îles, F. Doumenge, J-P. Doumenge (eds.) et Centre de Recherche Textes et Francophonies Université Bordeaux III - Institut océanographique, pp. 396-402.
1992 : « Langues », C. Moyse-Faurie et J.-C. Rivierre, in Nouvelles Calédonies d'avant 1914, Association Pacifique, Paris, pp. 36-43.
1994 : « Dictionnaire cèmuhî-français », suivi d'un « Lexique français-cèmuhî », J.-C. Rivierre, Peeters, Paris, 543 p.
1996 : « André-Georges Haudricourt (1911-1996) », J.-C. Rivierre, in Journal de la Société des Océanistes, vol 103, pp. 317-318.
2001 : « Tonogenesis and evolution of the tonal systems in New Caledonia, the example of cèmuhî », J.-C. Rivierre, in Proceedings of the symposium Cross-linguistic studies of tonal phenomena, Tonogenesis, Japanese Accentology, and other Topics, (Tokyo, 12-14 decembre 2000), S. Kaji (ed.) et University of Foreign Studies, Tokyo, pp. 23-42.
2003 : « Langues de Nouvelle-Calédonie : Introduction aires coutumières hoot ma waap, paicî-camuki, ajië-aro, djubea-kapone, nengone », J.-C. Rivierre, in Les langues de France, B. Cerquiglini (ed.) et Presses Universitaires de France, Paris , pp. 346-362 - 365-404 - 413-420 - 431-435.
2003 : « Documentation des langues et tradition orale : le programme Archivage du LACITO », M. Jacobson, B. Michailovsky, F. Ozanne-Rivierre et J.-C. Rivierre, in Nouvelles technologies, anthropologie, muséologie et savoirs autochtones (Actes du colloque CNRS-UNESCO, 17-18 mai 2001, Paris), UNESCO, Paris.
2004 : « Verbal compounds and lexical prefixes in the languages of New Caledonia », F. Ozanne-Rivierre et J.-C. Rivierre, in Complex Predicates in Oceanic Language : Studies in the Dynamics of Binding and Boundness, I. Bril et F. Ozanne-Rivierre (eds.), Mouton de Gruyter, Berlin, pp. 347-371.
2004 : « Un changement récurrent dans l'aire austronésienne », F. Ozanne-Rivierre et J.-C. Rivierre, in Du terrain au cognitif : Linguistique, ethnolinguistique, ethnisciences, A. Jacqueline, M.-C. Thomas, E. Motte-Florac, G. Guarisma (eds.), Peeters, Paris, pp. 197-209.
2004 : « Evolution des formes canoniques dans les langues de Nouvelle-Calédonie », F. Ozanne-Rivierre et J.-C. Rivierre, in Faits de Langues - "Les langues austronésiennes", E. Zeitoun (dir.), pp. 141-153.
2012 : « Les langues kanak », C. Moyse-Faurie, J. Vernaudon et J.-C. Rivierre, in Atlas de la Nouvelle-Calédonie, Institut de Recherche pour le Développement, Nouméa, pp. 119-122.

Consulter la liste complète des publications de Jean-Claude Rivierre sur le site du LACITO.