Département des Arts du spectacle > État des fonds

Département des Arts du spectacle - État des fonds

1875-1974
3 mètres linéaires
Fonds produit par : Carton, Pauline (1884-1974)

Biographie ou histoire

Pauline Carton (1884-1974), actrice.
Pauline Carton, de son vrai nom Pauline Aimée Biarez, est née à Biarritz le 4 juillet 1884, de parents domiciliés en Espagne car son père était ingénieur - sous-directeur aux chemins de fer du Nord de l'Espagne.
À vingt ans, elle interprète le rôle de "La Carton" dans la pièce Le Ruisseau, de Pierre Wolf. Elle gardera ce nom toute sa vie.
Actrice née, elle fait carrière au théâtre comme au cinéma. Elle participe également à de nombreuses émissions de radio et de télévision, qu'il s'agisse de sujets comiques (elle avait un grand sens de l'humour) ou culturels (Causeries sur la phonologie, Le Merveilleux Courteline).
Dépourvue de beauté naturelle, elle accentue un physique qui l'oriente vers les emplois de domestique. Son petit chignon étriqué et un nez en trompette ont fait le bonheur de la caricature. Elle a aussi interprété des rôles importants comme celui de Martha Brewster dans Arsenic et vieilles dentelles ou celui de La femme du prisonnier, dans la comédie d'Henry Monnier dont elle tient le rôle-titre.
Elle participe à des revues de music-hall et joue dans des opérettes. C'est dans l'une d'elles : Toi c'est moi, de Henri Duvernois, lyrics d'Albert Willemetz, qu'elle chante avec René Koval l'air bien connu : "Sous les palétuviers". Elle était d'ailleurs musicienne, connaissait un grand répertoire d'œuvres classiques et de chansons, jouait de la flûte. Elle est à l'origine de nombreuses mises en musique et parodies musicales.
En 1927, elle rencontre Sacha Guitry, qui monte sa pièce Désiré pour laquelle il cherche une actrice à même de jouer le rôle de la cuisinière. Dès lors ils ne se sépareront plus, et elle sera distribuée dans une vingtaine de ses films et une quinzaine de ses pièces de théâtre.
Elle retrace sa carrière dans deux livres : Les Théâtres de Carton et Histoires de cinéma. Pour ce dernier, elle se voit décerner, en 1958, le "Prix Tabou".
Elle écrit également de nombreux sketches pour le théâtre et pour la radio ; elle tient des rubriques dans plusieurs périodiques. C'est à elle que l'on demande de faire la préface de l'édition des œuvres complètes d'Eugène Labiche en 1968.
Douée pour le dessin comme sa mère, elle expose des assiettes peintes. Elle crée elle-même les illustrations humoristiques de ses propres livres, ainsi que de nombreux dessins et caricatures accompagnés parfois d'histoires drôles ou de charades, publiés dans la presse française et suisse.

Informations sur les modalités d’entrée

Don de Jean Perrin (petit-neveu de Pauline Carton), 1988. Numéro d'entrée : D. 8810/19.

Présentation du contenu

Le fonds se compose d'archives personnelles, d'iconographie, de coupures de presse, de textes autographes, de partitions et d'un ensemble de textes d'auteurs divers annotés. Il contient aussi les épreuves manuscrites des deux livres écrits par Pauline Carton, et le manuscrit du roman de Jean Violette : Le Roseau sonore.

Documents en relation

Bibliographie

Le Cinéma de Carton / Y. Uro. - Master 2. Nouvelle Sorbonne / Paris III. Sous la direction de Francis Ramirez, 26 juin 2006.

Informations sur le traitement

Un inventaire complet de ce fonds est disponible en ligne.

Conditions d'accès

Ce fonds est conservé dans les magasins d'un site distant. Un délai de 48 à 72 heures est donc nécessaire pour obtenir la communication des documents qui le constituent. Un document demandé jusqu'à 17 h 45 est disponible le surlendemain à 10 h (pour les demandes effectuées du vendredi 17 h 45 au lundi 10 h, compter 1 jour de plus).

Inventaire en ligne :