Département des Arts du spectacle > État des fonds

Département des Arts du spectacle - État des fonds

Société des Escholiers. Fonds, COL-82
1886-1951
6,3 mètres linéaires
Fonds produit par : Les Escholiers (Paris)

Biographie ou histoire

La Société des Escholiers a été fondée en 1886 dans le but de réunir des personnes s'intéressant à la vie littéraire, artistique et dramatique, et tout particulièrement de leur permettre de monter des représentations théâtrales et de mettre au jour de nouveaux talents. D'autres aspects de la vie culturelle sont invoqués : les concerts et les conférences font aussi partie des manifestations prévues par les fondateurs et, tout au long de l'histoire des Escholiers, on constate que des manifestations en tous genres réunissent les membres : visites de monuments, revues, thés, dîners... Le théâtre n'a pas toujours le premier rôle, tant s'en faut, et souvent deux partis sont discernables au sein de l'association : celui qui la considère avant tout comme un lieu destiné à renouveler l'art dramatique ; celui qui voit avant tout en elle un lieu de mondanités et de culture au sens large du terme.
Cependant, c'est bien dans une perspective théâtrale qu'elle a vu le jour, sous l'impulsion de Georges Bourdon et d'Aurélien Lugné (plus tard connu sous le nom de Lugné-Poë), en 1886. Les péripéties des débuts sont illustrées par ce fonds d'archives : outre le Livre d'Or (édité en 1922), qui contient un récit par Georges Bourdon des premiers balbutiements de la société, on y trouve un grand nombre de documents administratifs relatifs aux statuts et à l'évolution de cette association. Les documents originaux se trouvent dans le fonds, accompagnés de lettres, témoins de l'histoire de leur association.
Les expériences théâtrales des Escholiers furent relativement nombreuses, et leur réussite fut indéniable. Ils constituent le seul théâtre "marginal" qui ait eu une telle longévité, et qui ait à son actif de telles représentations. Ils montent La dame de la mer d'Ibsen en 1892, à une époque où l'on commence à peine, en France, à s'intéresser à son œuvre. Ils tentent de découvrir des auteurs contemporains nouveaux, montent ainsi Romain Rolland (Danton, 1900), Jean-Jacques Bernard (Le feu qui reprend mal, 1921), Henri-René Lenormand (L'innocente, 1928), et bien d'autres.

Informations sur les modalités d’entrée

Le fonds des Escholiers a rejoint les collections théâtrales de la Bibliothèque nationale en raison du rôle qu’Auguste Rondel a joué dans cette association, qu’il a présidée de 1913 à 1927. Les archives du fonds des Escholiers attestent de versements effectués régulièrement par différents membres de l'association, alors que les archives étaient déjà conservées à la bibliothèque de l'Arsenal.

Présentation du contenu

Le fonds se compose de correspondance, de coupures de presse, de manuscrits, de programmes, de documents administratifs, de textes de pièces. Il concerne la société, ses statuts, son évolution, les pièces créées.
Les archives sont plus ou moins riches selon les périodes, plus ou moins bien conservées selon la personne qui en avait la charge, mais elles ont le mérite d'exister et de dessiner l'image d'une société qui a fait beaucoup pour le théâtre. Ainsi, un des points forts de cette collection tient dans la quasi-exhaustivité des documents administratifs témoignant de la vie de l'association, de ses débuts en 1886 à sa dissolution, sans doute, en 1951 (date des documents les plus récents). On y trouve aussi des manuscrits et dactylographies de pièces jouées aux Escholiers comportant des indications de mise en scène, et des documents variés se rapportant à la représentation (coupures de presse, lettres, programmes) qui permettent de retracer l'histoire du spectacle.
On constate cependant l'absence de certaines pièces de théâtre dont on sait avec certitude qu'elles ont été jouées par les Escholiers. Il semble qu'un certain nombre de ces pièces, manuscrites ou dactylographiées, souvent accompagnées d'indications de mise en scène, ont été intégrées à l'ensemble des manuscrits Rondel (Rondel Ms, cotes 839 à 2769), soit à l'initiative d'Auguste Rondel lui-même, soit à celle de la bibliothécaire qui lui a succédé, madame Horn-Monval. Il faudra donc, en cas de lacune, se reporter aux manuscrits Rondel.

Documents en relation

Ce fonds complète les documents que l'on peut trouver par ailleurs aux cotes Rt 3486-Rt 3606. La correspondance Baugnies de Saint-Marceau (cote Mn-32) est aussi disponible aux Arts du spectacle, et complète également ce fonds, dans la mesure où Georges Baugnies a été un Escholier très actif (il fut vice-président de l'association). La correspondance d'Auguste Rondel relative à son activité de président des Escholiers figure dans la correspondance générale Rondel.

Informations sur le traitement

Un inventaire complet de ce fonds est disponible sur papier en salle de lecture, sous la cote : INV-THE-47.

Conditions d'accès

Ce fonds est conservé dans les magasins d'un site distant. Un délai de 48 à 72 heures est donc nécessaire pour obtenir la communication des documents qui le constituent. Un document demandé jusqu'à 17 h 45 est disponible le surlendemain à 10 h (pour les demandes effectuées du vendredi 17 h 45 au lundi 10 h, compter 1 jour de plus).
Pour réserver un document appartenant à ce fonds dont il n'existe qu'un inventaire sur papier, s'adresser au personnel présent en banque de salle ou envoyer une demande par courriel à : arts-spectacle [at] bnf.fr.