Département des Manuscrits > Grec > Ancien fonds grec > Grec 2430-2549

Grec 2470

Cote : Grec 2470 
Ancienne cote : Regius 3189
Ancienne cote : 170 (cote non identifiée)
Ancienne cote :  23 (cote non identifiée)
Ancienne cote :  47 (cote non identifiée)
Recueil de scholies aux Eléments d’Euclide (livres III-X), extraits des scholia vaticana.
milieu du XVIè siècle.
Ce document est rédigé en grec.
Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits
Rome.

150 x 200 mm.
I + (1-22) + (23-25 = I-III).

ECRITURE
Copiste anonyme du XVIè siècle, travaillant dans l'entourage de Jean Honorius d'Otrante. Sa la main est élégante et de petit module, et penche légèrement vers la droite. En dehors des ligatures courantes et standardisées, les lettres sont clairement distinguées les unes de autres, ce qui rend la main aisément lisible. Des corrections et des notes marginales ont été ajoutées régulièrement par une autre main, qui se sert d’une encre brune. Les subdivisions en livres ont été traduites en latin au crayon.
Surface écrite : 65 x 115 mm. Marge supérieure : 15 mm. Marge extérieure : 65 mm. Marge inférieure : 70 mm. Marge intérieure : 20 mm. 28 lignes par page.

DECORATION
Aucune décoration, aucune rubrication. Quelques figures sont tracées dans la marge.

MATIERE
Papier filigrané plié in-8°, si bien que le filigrane est coupé de moitié sur le bord supérieur de certains feuillets. Les deux moitiés les plus complètes se trouvent aux ff. 9 et 14, et nous permettent de reconstituer un filigrane d’arbalète inscrite dans un cercle sans autre marque distinctive. D'après Briquet, toutes les variantes de ce type sont italiennes, sans qu’on puisse les attribuer plus précisément à un battoir. Ce filigrane est relativement proche du n. 749 de Briquet, daté de 1546.
Dégradé par de l’humidité, le papier des derniers folios est très friable. L’encre a été partiellement effacée sur la fin du texte.

FOLIOTATION
Foliotation moderne à l’encre noire et en chiffres arabes juste au-dessus de l’angle supérieur droit du texte. Elle est antérieure à la perte du cahier initial, et ne débute qu’au f. 2.

CAHIERS
Ce manuscrit est composé de 3 quaternions réguliers (ff. 1-8, 9-16 et 17-24). Pour les gardes, on a inséré un bifeuillet chaque fois, dont le fond vient renforcer la reliure des premier et troisième cahier. Ce fond vient former une sorte de talon entre les ff. 8 et 9 d’une part, 16 et 17 d’autre part.

SIGNATURES
Chaque cahier est soigneusement numéroté en grec dans la marge inférieure de feuillet initial. On trouve également une réclame de fin de cahier, perpendiculaire au sens de l’écriture, dans la marge inférieure intérieure du dernier verso. La première signature, au f. 1, est β~.

REGLURE
Réglure à pointe sèche de type Leroy-Sautel 00D1.

RELIURE
Reliure en parchemin souple, qui porte le numéro 47 sur le plat supérieur.

ESTAMPILLES
ff. 1r et 22r : petite estampille du XVIIè siècle, type Josserand-Bruno n. 1.

Documents de substitution

Il existe une version numérisée de ce document.

Numérisation effectuée à partir d'un document original.

Voir le document numérisé
vignette simple

Historique de la conservation


Ce manuscrit est à mettre en lien avec un lot de cinq manuscrits (au moins), à contenu scientifique : les Paris. gr. 2473, 2478, 2488, 2498 et 2514 : ils présentent le même format, une mise en page exactement identique, le même type de reliure, et surtout des cotes proches et du même type au même endroit (plat supérieur et contre-plat inférieur). Avec le Paris. gr. 2473, il partage encore le même papier ainsi que le même type de dégradations. On retrouve en haut du f. 1 une note en latin : Incertus auctor acephalos in X priores libros Euclidis. La main qui appose cette mention au crayon est également celle qui inscrit une note semblable au début du Paris. gr. 2478. Ces deux manuscrits formaient visiblement un ensemble, car le contenu du 2478 prend la suite du 2470 – mais en raison de la perte des cahiers initiaux, on ne l’a pas vu et à aucun moment les cotes conservées de ces deux manuscrits ne les placent côte à côte.
Ces points communs suggèrent que ces manuscrits ont été copiés dans le même atelier, puisque le copiste n'est pas Jean d'Otrante (comme dans le Paris. gr. 2473). En revanche, ils ont été reliés dans les mêmes conditions, sans doute pour un même commanditaire qui les a placés côte à côte dans sa bibliothèque. Suite à un accident, ces deux manuscrits ont été inondés, le Paris. gr. 2473 (alias 46) ayant été plus touché que le Paris. gr. 2470 (alias 47), qui devait être posé juste dessus.
Le manuscrit a appartenu au Cardinal Mazarin, après au moins deux autres propriétaires (si l’on considère que l’un des numéros de cote est celui de sa bibliothèque). A la mort du cardinal en 1661, sa bibliothèque est léguée au Collège des Quatre-Nations, mais ce manuscrit fait partie du lot de 229 manuscrits grecs qu’en 1668Colbert fit échanger entre la bibliothèque du Collège et celle du Roi. On le retrouve sous le numéro 1587 dans le catalogue établi par Carcavy (NAF 5763 f. 219r, voir Omont.)

Présentation du contenu

ff. 1r- 22r : Scholies aux éléments d’Euclide, livres III-X, extraits, éd. éd. J. L. Heiberg et E. S. Stamatis, Euclidis opera omnia, vol. 5, Teubner Leipzig 1977 [voir J. L. Heiberg, « Om Scholierne til Euklids Elementer », dans Vidensk. Selsk. Skr., 6te Roekke, historisk og philosophisk Afd. 2. Bd. III, Copenhague 1888, p. 6].
Le folio 1 commence à la scholie 17, prop. 7 du Livre III, inc. ἀπώτερον ἢ ἴσον… expl. λέγομεν αὐτὴν εἶναι διπλασίαν δύναμιν (scholie 2, déf. 5, livre VI).

Bibliographie


Omont H., Anciens inventaires et catalogues de la bibliothèque Nationale, vol. 4, Paris, 1913, pp. 280 sqq.
Vitrac B., « Les scholies grecques aux Éléments d'Euclide », Revue d'histoire des sciences, 2003, Tome 56 n°2, pp. 275-292.
Vitrac B., Quand ? Comment ? Pourquoi les textes mathématiques grecs sont-ils parvenus en Occident ?, publication en ligne, Septembre 2015.


Notice d'H. Omont issue de l'Inventaire sommaire des manuscrits grecs de la Bibliothèque nationale (1888) :

Grec 2470. Anonymi ecloge Euclidis elementorum lib. III.-X., initio mutila.

XVIè siècle. Papier. 22 feuillets (Mazarin.-reg. 3189) Petit format.

Informations sur le traitement

Notice rédigée par Anne Weddigen, janvier 2016.