Département des Manuscrits > Grec > Ancien fonds grec > Grec 2430-2549

Grec 2549

Cote : Grec 2549  Réserver
Ancienne cote : Clément 3222
Ancienne cote : Dupuy 1626
Ancienne cote : Rigaut M CCCC XCI
Ancienne cote : Ridolfi grammaticus 33, quartadecimae (cassa).
Apollonios Dyscole, De Constructione ; Manuel Bryenne, Harmonica (fragments).
Fin du XIVè siècle (autour de la décennie 1380).
Ce document est rédigé en grec.
Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits
Constantinople ?

150 x 225 mm.
I-II + (1-46) + (47-78) + I-II

ECRITURE
Il faut distinguer le copiste principal des mains secondaires.
Le copiste principal, main A, est un copiste anonyme dont B. Mondrain a retrouvé la main dans 11 manuscrits conservés à Munich et à Paris. Il s’agit d’un copiste qui pratique la digraphie, comme on le voit ici dans le premier quaternion : le texte est copié dans son écriture calligraphique, assez standard, droite et pointue. Le bifeuillet extérieur de ce quaternion cependant a été copié « après-coup » sans doute, dans une écriture plus personnelle, davantage controuvée, ce qui lui donne un aspect un peu tremblotant. Ce copiste est responsable des ff. 1-43r et 47-75v, c’est-à-dire de la Syntaxe d’Apollonios Dyscole.
C’est une main de petit module et assez droite (dans le style calligraphique). Surface écrite : 178x 105 mm. Marge supérieure : 25 mm. Marge extérieure : 25 mm. Marge inférieure : 30 mm. Marge intérieure : 15 mm. 31 lignes par page environ.
Une autre main, de très petit module, fait usage des folios restés blancs pour y copier le début des Harmoniques de Manuel Bryenne. Cette main resserrée, très abrégée et ligaturée, semble être celle d’un érudit qui effectue ici une copie personnelle. Il faut mettre ce manuscrit en relation avec le Matritensis gr. Bibl. nat. 4625 (Madrid) et le Monacensis gr. 487 (Munich). Dans ce dernier, on retrouve également la main du copiste A (Mondrain p. 195).
Surface écrite : 205 x 120 mm. Marge supérieure : 5 mm. Marge extérieure : 15 mm. Marge inférieure : 18 mm. Marge intérieure : 13 mm. 58 lignes par page environ.
Dans les notes marginales, on reconnaît la main de Janus Lascaris (ses scholies sont surmontées de son monogramme) et de Mathieu Devaris (notamment au début et à la fin des passages de Manuel Bryenne) .

DECORATION
Aucune décoration. Seule l'initiale du texte d'Apollonios (f. 1v) est rubriquée et ornée d'une arabesque.

MATIERE
Papier oriental non filigrané, très abîmé dans les premiers folios avec des restaurations anciennes (du XVIè siècle).

FOLIOTATION
Foliotation moderne à l’encre noire dans l’angle supérieur droit.

CAHIERS
Ce codex est composé de 9 quaternions et d’un ternion. Le ternion couvre les ff. 41 à 46, soit la fin du Livre II d’Apollonios Dyscolus et le premier fragment de Manuel Bryenne, visiblement ajouté dans quelques folios restés vierges.

SIGNATURES
Aucune signature visible.

REGLURE
Réglure à pointe sèche presque invisible, de type 20D1 d’après le f. 53.

RELIURE
Reliure du XIXè plein veau blond raciné sur ais de carton, plats décorés encadré d’un filet doré simple doublé d’une frise de palmettes et fleurs. Dos en maroquin rouge estampé de fleurs de lys dorées.

ESTAMPILLES
f. 1 : estampille du XVIIè siècle, modèle Josserand-Bruno n. 1.
f. 78v : estampille du XVIIè siècle, modèle Josserand-Bruno n. 2 .

Historique de la conservation

Ce manuscrit est à mettre en relation avec deux groupes qui ne se recoupent que partiellement : d’une part, les onze manuscrits identifiés par B. Mondrain comme ayant été copiés, entièrement ou en partie, par notre copiste A, et d’autre part, l’ensemble du « texte tripartite » de Manuel Bryenne, identifié par Jonker.
Ce codex a été copié sans doute vers la décennie 1380, dans un milieu que l’on imagine constantinopolitain, un milieu érudit qui ne semble pas se concentrer autour de Nicéphore Grégoras et de ses élèves. Au début du XVIè siècle, il est acquis par Janus Lasacaris, qui le cède au cardinal Niccolo Ridolfi, dans la bibliothèque duquel il porte le numéro 33, rangé parmi les « grammatici ». Après la mort du cardinal, le manuscrit passe à Pietro Strozzi, qui le fait venir en France, et de là à Catherine de Médicis. Dans le catalogue de la bibliothèque de la Reine, il porte le numéro 300.La bibliothèque de la Reine est finalement intégrée, après sa mort en 1589, à la bibliothèque royale de Fontainebleau. Sur l’inventaire de décès de la Reine (Paris. lat. 14359 f. 469v), il porte le n. 93. C’est en 1594, la bibliothèque de Catherine de Médicis est intégrée à celle du roi. Une grande partie des volumes reçoit alors un reliure aux armes d'Henri IV, mais il semble que ce ne soit pas le cas du Paris. gr. 2549, que Jean Boivin signale comme n’ayant toujours pas été relié.

Présentation du contenu

ff. 1r-43r : Apollonios Dyscole, Syntaxe, Livres I-II, éd. J. Lallot, De la construction, col. Histoire des doctrines de l'Antiquité classique 19, Vrin, Paris 1997.
f.1r-27v : Pinax du Livre I (le titre est perdu), puis Livre I, inc. f. 1v Ἐν ταῖς προεκδοθείσαις ἡμῖν σχολαῖς, expl. ἀντίος ἐστὶ τῷ τοῦ Ὠκεανοῦ. ff. 27v-43r : Pinax du Livre II (sans titre), puis livre II inc. (f. 28r) Τῇ προεκδοθείσῃ συντάξει, expl. τῶν προειρημένων ἐθνῶν.

ff. 43r-46v : Manuel Bryenne, Harmonica, Livre I chap. 1-4, éd. G.H. Jonker, The Harmonics of Manuel Bryennius, Groningen, Wolters-Noordhoff, 1970. Μανουηλ Βρυεννιου ἁρμονικῶν βιβλίον ἄλφα, inc. Ἐπειδήπερ ὁ χρόνος, expl. τοὐναντίον εὔθετοι καθεστήκασιν.

ff. 47r-75v : Apollonios Dyscole, Syntaxe, Livres III-IV, éd. J. Lallot, De la construction, col. Histoire des doctrines de l'Antiquité classique 19, Vrin, Paris 1997.
ff. 47r-69v : pinax du Livre III, titre <A>πολλονίου περὶ συντάξεως ἀντωνυμιῶν καῖ λοιπῶν τοῦ λόγου μερῶν, βιβλίον τρίτον, puis livre III, inc. Τῶν ἐξαιρέτως παρεπομένων (f. 47v), expl. ἐν τῷ περὶ μετοχῆς ὑπηγορευμένῳ. ff. 69v – 75v : pinax du Livre IV, titre <A>πολλονίου περὶ συντάξεως τῶν προθέσεων βιβλίον τρίτον, puis livre IV, inc. Μετὰ τὰς τῶν ῥημάτων (f. 70r l. 4), expl. προσγενήσεται, τὸν παραναγινώσκοντα (IV, 55). Titre de fin : τέλος Ἀπολλονίου περὶ συντάξεως.

ff. 75v-78v : Manuel Bryenne, Harmonica, I, 4 à II, 1, éd. G.H. Jonker, The Harmonics of Manuel Bryennius, Groningen, Wolters-Noordhoff, 1970.
ff. 75v-78r : fin du Livre II, inc. ἐπεὶ δὲ ὁ φθόγγος αὐτὸς μὲν, expl. συμβουλαὶ καὶ τὰ τούτοις ὅμοια / Τέλος τοῦ πρώτου βιβλίου. ff. 48r-78v : début du Livre II, Βιβλίον δεύτερον, Τμῆμα πῶωτον. Περὶ τῶν πεντεκαίδεκα ἐναρμονίων λόγων καὶ τῶν τὰ σύμφωνα περιεχόντων συστήματα. Inc. Ἐπειδὴ περὶ τῶν θεωρουμένων μερῶν, expl. καὶ εὔτονον ἦθος ἐμφαίνει.

Bibliographie


Jonker G. H., « De textu Bryennii tripartito », Mnemosyne, 1966, p. 400.
Mondrain B., « Les écritures dans les manuscrits byzantins du XIVè siècle », Rivista di studi byzantini e neohellenici, Roma 2008, pp. 157-196.
Muratore D., La bibliotheca del cardinale Niccolo Ridolphi, Alessandria, 2009.


Notice d'H. Omont issue de l'Inventaire sommaire des manuscrits grecs de la Bibliothèque nationale (1888) :

Grec 2549. Apollonii Alexandrini de constructione orationis libri IV. (1) – inseruntur Manuelis Bryennii harmonica (43 et 75v).
XIVè siècle, Papier oriental. 78 feuillets. (Mediceus Regius 322.) Petit format.

Informations sur le traitement

Notice rédigée par Anne Weddigen, janvier 2016.

Documents de substitution

Microfilm en noir et blanc. Cote de consultation en salle de lecture : MF 30018. Cote de la matrice (pour commander une reproduction) : R 37610.

Documents de substitution

Il existe une version numérisée de ce document.

Numérisation effectuée à partir d'un document de substitution.

Accéder au manuscrit numérisé
vignette simple