Département des Manuscrits > Grec > Ancien fonds grec > Grec 2430-2549

Grec 2462

Cote : Grec 2462  Réserver
Ancienne cote : Regius (= Clément) 2741
Ancienne cote : Dupuy 764
Ancienne cote : Rigault DCCVI
Ancienne cote : Dans la marge inférieure du f. 1 : 4 (cote postérieure à Petrus Ramus)
Manuel Bryenne, Harmoniques .
1557
Ce document est rédigé en grec.
Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits
Paris.

180x270 mm.
I-IV + (1-180) + I-III

ECRITURE
Manuscrit copié intégralement par Nicolas de Nancel (RGK 448), qui appose une souscription au bas du f. 180 v : ἔγραψε Νικ. Νανκήλιος Τραχυαῖος ἐννάτῃ φτίννοντος τοῦ μεταγειτνιῶντος ἔτει χρόνου τῷ α’’ φ ν ζ. La date indiquée est celle du 21 juillet 1557.
Surface écrite : environ 120 x 200 mm. Marge supérieure : 25 mm. Marge extérieure : 10 mm. Marge inférieure : 40 mm. Marge intérieure : 60 mm. Environ 25-26 lignes par page. Les dimensions indiquées sont prises sur des recto, les verso étant un peu décalés. Vers la fin du volume, l'espace d'écriture est encore décalé vers l'extérieur, si bien qu'il n'y a plus de marge extérieure au recto.

DECORATION
Aucune décoration. On remarquera un début de pagination à l’encre rouge très pâle dans le coin supérieur extérieur.
Aucun diagramme n'est copié, mais tous les espaces correspondants sont laissés libres.

MATIERE
Manuscrit sur papier français filigrané. Le filigrane, non répertorié, est assez petit et figure un écu à fond arrondi contenant les lettres majuscules PM. Le haut de l’écu figure une fleur de lys dans une couronne.

FOLIOTATION
Des pp. 1 à 120, pagination originale de la main de Nicolas de Nancel, à l’encre rouge très pâle, dans l’angle supérieur extérieur de la page. À partir de la p. 121, celle-ci devient le folio 121. La foliotation se poursuit à l’encre noir jusqu’au f. 180. Le manuscrit comporte donc en réalité 120 folios de texte.

CAHIERS
Nicolas de Nancel ne forme pas de cahiers à proprement parler. Seuls les trois premiers folios de garde forment un binion dont le premier folio a été collé sur le contreplat supérieur. La quatrième garde supérieure est un bifeuillet dont le premier folio a été découpé. Tout le reste du manuscrit se compose exclusivement de bifeuillets, que le copiste numérote en tant que tels.

SIGNATURES
Les bifeuillets sont numérotés à l’aide du système décimal grec au milieu de la marge inférieure de chaque bifeuillet. La plupart des signatures ont été rognées à la reliure. Des traces sont parfois encore visibles, certaines signatures sont lisibles (λη par exemple au f. 137, qui est bien le 38è bifeuillet).

REGLURE
Aucune réglure visible. Elle devait être tracée à pointe sèche, vraisemblablement selon le type Leroy-Sautel 00D1.

RELIURE
Reliure du XVIè siècle, aux ais de carton recouverts de soie rose, qui a été arrachée sur le plat supérieur et le dos.
Tranche dorée.
Dos renforcé par un feuillet de parchemin comportant un extrait de la traduction de Saint Jérôme de l’homélie XVI sur Saint Luc d’Origène. Ecriture gothique légèrement arrondie. Seule la moitié de droite du texte est lisible. Inc. « super gregem tuum », expl. « benedixit patri ». Ed. M. Rauer, Origenes Werke IX. Die Homilien zu Lukas in der Übersetzung des Hieronymus und die greichischen Reste der Homilien und des Lukas-Kommentar (GCS 49), Berlin, 1959, p. 95 l. 12 – p. 96 l. 14.

ESTAMPILLES
ff. 1r et 180r : estampille du XVIIè siècle, modèle Josserand-Bruno n.1.

Conditions d'accès

En raison de son état de conservation, la consultation de ce document est soumise à autorisation, sur demande motivée.

Historique de la conservation

Ce manuscrit a été copié vraisemblablement à Paris, et porte la date du 21 juillet 1557. Il semblerait qu’il ait été copié immédiatement à la suite du Paris. gr. 2341, qui contient l’arithmétique, la géométrie et la stéréographie de Pachymère, et dont la copie date de cette même année 1557.
En 1557, Nicolas de Nancel, élève de Petrus Ramus, était nommé à une chaire d’études latines et grecques au collège de Presles. Dans ce temps, il copie un certain nombre de textes mathématiques grecs pour son maître Petrus Ramus (Pierre de la Ramée), dont on retrouve le paraphe dans d'autres manuscrits dus au même copiste. C’est le cas des Paris. gr. 2355 et 2368 par exemple. Dans notre manuscrit, le paraphe a été recouvert par du papier collé, mais se lit encore par transparence. Dans le Paris. gr. 2341 en revanche, la zone correspondante du f. 1 a été découpée.
A la mort de Petrus Ramus, assassiné deux jours après la Saint-Barthélémy, sa bibliothèque fut pillée et saccagée immédiatement (Tzaunt Waddington p. 316). Ces différents manuscrits se sont en grande partie perdus, puis ont intégré des circuits commerciaux que nous ne pouvons retracer. Pour ceux qui nous sont parvenus, mentionnons le Paris. gr. 2341, qui a appartenu à Jean-Baptiste Hautin, avant de passer à la collection Baluze, le Paris. gr. 2368 passé par la famille De Mesme (si on en croit la main de Nicolas Clément) et enfin le Paris. gr. 2355, issu de la bibliothèque de Colbert.
H. Omont identifie ce manuscrit comme un Hurault. Cela est vraisemblable, puisque le catalogue manuscrit de N. Rigault dressant la liste des manuscrits acquis en 1622 à la famille Hurault mentionne au n. 89 « Manuelis Bryenii Harmonica ». Le Paris. gr. 2462 est le seul manuscrit de la Bibliothèque Nationale contenant uniquement le traité de Manuel Bryenne candidat à cette identification. En revanche, ce codex n’est pas mentionné dans la liste de Berne, ce qui fait émettre des réserves à D. Jackson. Le volume aurait donc été acquis par un descendant de Jean Hurault de Boistallé, puis vendu à la bibliothèque royale en 1622 à la mort de Philippe II Hurault de Chervergny, évêque de Chartres, en 1620.

Présentation du contenu

ff. 1r-180r : Manuel Bryenne, Harmonica, Livres I-II, éd. G.H. Jonker, The Harmonics of Manuel Bryennius, Groningen, Wolters-Noordhoff, 1970.
pp. 1-52 : Livre I, Μανουὴλ Βρυεννίου ἁρμονικῶν βίβλιον πρῶτον, expl. καὶ τὰ τούτοις ὅμοια / Μανουὴλ Βρυεννίου ἁρμονικῶν βιβλίου πρώτου τέλος. p. 53-f. 143v : Livre II, Μανουὴλ Βρυεννίου ἁρμονικῶν βίβλιον δεύτερον, expl. συστήματος ὑποδείγματι δείκνυται / Μανουὴλ Βρυεννίου ἁρμονικῶν βιβλίου δευτέρου τέλος. ff. 144r-180r : Livre III, Μανουὴλ Βρυεννίου ἁρμονικῶν βίβλιον τρίτον, expl. ἐν τοῖς ἐμπροσθεν, ὡς οἷόν τε ἡμῖν ἐξεθέμεθα / Μανουὴλ Βρυεννίου ἁρμονικῶν τέλος.

Bibliographie


Jackson D., « The Greek Manuscripts of Jean Hurault de Boistaillé », Studi italiani di filologia classica, 2, 2004, p. 209-252.
Laffitte M.-P., « Une acquisition de la Bibliothèque du roi au XVIIe siècle : les manuscrits de la famille Hurault », , Bulletin du Bibliophile,1, 2008, p. 42-98.
Laffitte M.-P., « Inventaire des manuscrits de la famille Hurault », Libraria, Éditions d’inventaires, Ædilis, Sites de programmes scientifiques, 4, 2009 [En ligne].
Tzaunt Waddington, Ramus (Pierre de la Ramée): sa vie, ses écrits et ses opinions, Paris, 1855.


Notice d'H. Omont issue de l'Inventaire sommaire des manuscrits grecs de la Bibliothèque nationale (1888) :

Grec 2466. Manuelis Bryenii harmonicorum libri III.

Copié en 1557 par Nicolas de Nancel. Papier. 180 feuillets. (Hurault.-Reg. 2741.) Moyen format.

Informations sur le traitement

Notice rédigée par Anne Weddigen. Novembre 2015.

Documents de substitution

Microfilm en noir et blanc. Cote de consultation en salle de lecture : MF 30000. Cote de la matrice (pour commander une reproduction) : R 37605.

Documents de substitution

Il existe une version numérisée de ce document.

Numérisation effectuée à partir d'un document de substitution.

Voir le document numérisé
vignette simple