Rapports d'activité de la Bibliothèque (1875-2013)

Cote : 
Collection des rapports d'activité annuels et pluriannuels de la Bibliothèque
1875-2010
0,70 ml
Bibliothèque nationale de France. Direction générale, Mission pour la gestion de la production documentaire et des archives
Cette collection comporte les rapports d'activité -annuels ou pluriannuels- produits par la Bibliothèque nationale de 1875 à 1992 et la Bibliothèque nationale de France de 1994 à 2013.

Biographie ou histoire

Périodicité et diffusion du rapport

Rien d'étonnant à ce que le premier rapport conservé porte sur l'activité de l'année 1875 : Léopold Delisle a en effet été nommé le 10 septembre 1874 administrateur général de la Bilbiothèque nationale dont il va se montrer un excellent gestionnaire. Ce rapport est suivi d'un second de même type pour 1876. Puis ce compte rendu annuel s'interrompt.

La production de rapports d'activité devient systématique entre 1905 et 1955. De 1905 à 1929, les rapports sont annuels. A compter de 1930, la périodicité devient moins régulière. De 1943 à 1955, les rapports sont quinquennaux et il était prévu de perpétuer cette tradition pour les années 1956-1960 mais ce rapport, préparé, ne fut jamais achevé. La mission des Archives en a reconstitué les éléments en avril 2001 avec les réponses reçues des départements.

De 1955 à 1975, il n’existe de rapport que pour 1969.

Le rapport de 1976 diffère des précédents. Il est sous-titré "état présent et perspectives" : y sont présentés les difficultés rencontrées au cours des derniers mois et l'avenir de l'établissement. Il a une place à part car il est rédigé après l'abrogation, le 24 juillet 1975, du décret du 13 juillet 1951 donnant rang et prérogatives de directeur des Bibliothèques et de la lecture publique à l'administrateur général de la Bibliothèque nationale et la promulgation, le 23 décembre 1975, de la création d'une direction du Livre au sein du secrétariat d'État à la Culture. En continuant à relever du secrétariat d'État aux Universités comme les bibliothèques universitaires et celles de grands établissements, la Bibliothèque nationale était coupée d'une partie du réseau qu'elle s'était constituée sous l'administration de Julien Cain, celui des bibliothèques de lecture publique. Jusqu'en 1977, le rapport est préparé pour le ministre de tutelle - ministère de l'Instruction publique ou ministère de l'Éducation nationale, ou secrétariat d'État aux Universités, selon les époques - sauf pour les années 1940-1942 où il est présenté sous forme luxueuse, directement au chef de l'État, le maréchal Pétain.

La situation change en 1977 après la promulgation du décret du 19 novembre 1977 relatif à l'organisation et au régime financier de la Bibliothèque nationale. En conformité avec ce décret, le premier conseil d'administration de la Bibliothèque nationale est réuni le 13 décembre 1977. Désormais c'est à lui que l'administrateur de la Bibliothèque présente chaque année le rapport sur l'activité de l'établissement. Les rapports suivants couvrent deux années d'exercice : 1978-1979, 1979-1980, 1980-1981.

Un changement important intervient le 5 juin 1981 : la tutelle sur la Bibliothèque nationale est par décret désormais dévolue au ministre de la Culture. Peut-être est-ce la raison pour laquelle la série redevient annuelle à partir du rapport d'activité de 1982, sauf pour 1991-1992. Jean-Sébastien Dupuit, adjoint à l'administrateur général Emmanuel Le Roy Ladurie à partir de 1987, prend à coeur la réalisation du rapport qui concourt à restaurer l'image de la Bibliothèque et à la consolider dans la période de turbulence qu'elle vit alors. Il appelle Pierre Parbel auprès de lui et lui confie notamment la conception et l’élaboration des rapports annuels de 1988 à 1992. L'année suivante, 1993, ne donne pas lieu à rapport car la Bibliothèque nationale opère alors sa fusion avec l'établissement public Bibliothèque de France.Si le rapport est toujours soumis au conseil, il ne porte plus à partir de 1988 de mention de destinataire. Il est aussi beaucoup plus largement distribué. Il est alors considéré par l'établissement comme un outil de communication externe et non plus comme un mémoire pour rendre compte d'une activité.

Depuis la création en 1994 du nouvel établissement public Bibliothèque nationale de France, la production de rapport est devenue annuelle.

Reproduction du rapport

Deux rapports sont restés manuscrits (1881 et 1908) et n'ont donc pu dans le cadre de la numérisation faire l'objet d'un traitement de reconnaissance automatique de caractère pour leur conversion en mode en texte.

D'autres rapports ont été imprimés longtemps après leur préparation. C'est le cas du rapport rédigé par Julien Cain pour la période 1936-1939 qui n'existait encore en 1946 que sous forme de "mauvaise "pelure" dactylographiée, sauvée par une archiviste bien avisée", et dont Jean Laran appelait de ses voeux l'impression. Ce qui fut fait en 1947. En revanche celui de la période 1956-1960 fut préparé en très grande partie mais jamais achevé. Aucun de ses éléments n'a été imprimé.

De 1875 à 1955, les rapports ont été imprimés dans le Journal officiel et/ou sous forme de monographies. De 1969 à 1997,ils ont ensuite été simplement multigraphiés par l'atelier de la Bibliothèque à partir du moment où la technique le permit, pour des raisons sans doute d'économie et parce que la diffusion n'en était pas très large.

Le rapport de l'année 1976 a été imprimé sous format in-8° par la Documentation française, complété d'un aperçu historique intéressant pour un plus large public.

À partir de 1990, le rapport est parfois illustré de photographies noir et blanc puis couleur. Il a été de nouveau imprimé à compter de1998. 2006 correspond à la dernière année où le rapport est imprimé pour une diffusion publique extérieure. Les rapports ultérieurs ont pu être diffusés aux tutelles et au conseil d'administration, mais les versions numériques sont les versions de référence.

Informations sur les modalités d’entrée

Versements

Informations sur le traitement

Ces documents issus de versements divers effectués par les services de la Bibliothèque au fil des ans auprès des services et missions archives de l'Institution ont été rassemblés physiquement en 2014.

Classement

Deux collections de rapports d'activité ont été constituées : une collection dite de référence rassemblant tous les rapports d'activité connus ; une collection dite de sécurité, lacunaire, formée à partir d'exemplaires en doublon des rapports d'activité.

Accroissements

Ces collections seront complétées au fur et à mesure des versements qu'effectueront les services producteurs ainsi que des opérations de classement et de description des fonds conservés par la mission pour la gestion de la production documentaire et des archives.

Conditions d'accès

Les archives publiques sont librement communicables aux termes du Code du patrimoine (article L213-1 et suivants).

Documents en relation

Ces rapports présentés tels que diffusés peuvent être utilement complétés par des dossiers d'élaboration et de diffusion conservés pour certaines années, par exemple pour le rapport des années 1935-1940, des années 1940-1942 (rapport présenté par Bernard Faÿ au maréchal Pétain), celui des années 1956-1960 (jamais finalisé).

Les rapports annuels de l'établissement peuvent être aussi utilement complétés par ceux qui ont été faits par les départements et dont une partie a été versée aux Archives de l'établissement. Il en existe une liste disponible auprès de la mission pour la Gestion de la production documentaire et des archives.

rapport