Fonds Copeau, Jacques (théâtre)

Cote : COL-1
Fonds Jacques Copeau
1913-1946
Bibliothèque nationale de France. Département des arts du spectacle
Fonds produit par :  Copeau, Jacques (1879-1949)
Le fonds contient des documents majoritairement en français.

Biographie ou histoire

Après des études de lettres et de philosophie, Jacques Copeau (1879-1949) débute comme critique d’art, de littérature et, surtout, de théâtre. Il collabore à la Revue d’art dramatique, l’Ermitage, La Grande Revue. Il fonde, en 1909, avec André Gide, et Gaston Gallimard, La Nouvelle Revue Française, qu’il dirige jusqu’en 1913, date à laquelle il ouvre le théâtre du Vieux-Colombier. En 1914 la guerre l’oblige à fermer son théâtre mais il continue à approfondir sa réflexion et ses connaissances, grâce à ses rencontres avec Edward Gordon Craig, Jacques-Dalcroze, et Adolphe Appia. De 1917 à 1919, il part avec sa troupe pour deux saisons à New-York. 1920 voit : la création de L’École (en projet depuis 1913) et la réouverture du théâtre qui affiche au cours des quatre saisons suivantes, Mérimée : Le Carrosse du St Sacrement ; Shakespeare : la Nuit des rois ; Molière : L’Amour médecin... Vildrac, Martin du Gard. En 1924, il monte une pièce de lui : la Maison natale, qui ne rencontre pas l’adhésion du public. La fermeture définitive de son théâtre le conduit à concrétiser un projet de « retraite » en Bourgogne. Une trentaine de disciples l’y suivent afin de poursuivre un travail de formation et de recherche qui aboutira à la constitution d’une troupe, « Les Copiaus ». Celle-ci se produit d’abord dans la région puis au delà, et propose un répertoire composé de spectacles collectifs, de saynètes, mimes, chansons, farces, jusqu’à sa dissolution en 1929. Copeau se consacre alors à des activités diverses : conférences, lectures de pièces, critiques dramatiques aux Nouvelles littéraires. En 1933 il met en scène le Mystère de Santa Uliva dans un cloître de Florence. Associé de 1936 à 1939 par l’administrateur E. Bourdet, aux côtés de Louis Jouvet, Charles Dullin, Gaston Baty, au renouveau de la Maison de Molière, il monte plusieurs spectacles à la Comédie-Française avant d’y occuper en 1940, pour moins d’un an, le poste d’administrateur. En 1941, il publie un petit essai, Le Théâtre populaire, et en 1943, après en avoir fait l’adaptation, il monte Le Miracle du pain doré, dans la cour des Hospices de Beaune. Il meurt dans sa région d’élection en 1949 laissant une pièce inédite, Le Petit pauvre, qui sera créée à San Miniato en 1950.
Copeau est venu au théâtre par « une impulsion de moralité littéraire », sans aucune formation, ni expérience pratique, il connaît par contre les grands théoriciens du passé ou contemporains et s’en inspire pour constituer sa propre doctrine. Il fustige le mercantilisme, le cabotinage, la bassesse des œuvres et des mœurs. Chez lui les exigences morales et esthétiques vont de pair, d’où la nécessité d’une réforme des acteurs (création d’une école, d’un mode de vie communautaire autour du chef, réglé avec rigueur et discipline), qui vont former une troupe homogène et enthousiaste rompue à tous les emplois. Le répertoire fait la part belle aux œuvres classiques (choix novateur pour l’époque), car à travers ces exemples de beauté et de vérité Copeau veut stimuler l’inspiration des meilleurs écrivains et régénérer le goût du public pour le fidéliser et le rendre juge, non d’un spectacle, mais de la démarche d’ensemble du Vieux-Colombier. La création d’une revue, Les Cahiers du Vieux-Colombier, est une démarche volontariste en direction de son public.
Copeau metteur en scène accorde la première place au texte dramatique ; adepte du « tréteau nu », il transforme la scène du Vieux-Colombier en une architecture fixe où peut se jouer n’importe quelle pièce. Sur un fond neutre, les costumes (dont les couleurs et les matériaux sont très étudiés), mis en valeur par un éclairage très soigné, font ressortir les acteurs, éléments essentiels de la mise en scène. À partir de 1924 Copeau souhaite atteindre un public plus « populaire » et lui offrir « une comédie nouvelle », d’où ses recherches sur les techniques de la Commedia dell’arte, et sa prédilection pour le théâtre antique, grec et médiéval. Copeau, par son école et ses options esthétiques et morales, inspire la création du Cartel (formé par Dullin, Baty, Jouvet, Pitoëff). Il influence tout le théâtre d’après guerre, en particulier le mouvement de décentralisation et le Théâtre National Populaire.
Paule Tourniac.

Informations sur les modalités d’entrée

Marie-Hélène Dasté (1902-1994), décoratrice, comédienne, et fille de Jacques Copeau, remet en 1963 au Département des arts du spectacle les archives concernant la carrière de son père : mises en scène écrites, maquettes originales de décors et costumes, photographies de scène, recueil de presse, dossiers administratifs ; plus un ensemble d’archives sur l’activité du Théâtre du Vieux-Colombier de 1913-1924, ainsi que de la troupe « Les Copiaus » à partir de 1925.
Les achats et les dons concernant cette collection se sont depuis succédé : en 1988 le Département acquiert les cahiers et carnets autographes que Copeau a rédigés depuis ses débuts d’auteur, en 1896, jusqu’à sa mort. En 1995 et 1996 quatre nouveaux achats ajoutent à cette collection une vingtaine de manuscrits autographes et 26 cahiers de conduite concernant ses mises en scène au Vieux-Colombier, ainsi qu’une abondante correspondance (près de 3000 lettres) adressée par de grands théoriciens et metteurs en scène (Craig, Appia, Hébertot, Barsacq, Barrault…), des auteurs dramatiques (Vildrac, Montherlant…), auxquels s’ajoutent une soixantaine de maquettes (réalisées pour les spectacles qu’il a montés), dessinées par sa fille M-H Dasté, Fauconnet, Gampert, Duncan Grant, Bertholt Mann.
En 1963 une exposition « Jacques Copeau et le Vieux-Colombier » organisée à la Bibliothèque de l’Arsenal, a commémoré le Cinquantième anniversaire de la fondation du Vieux-Colombier.
L’achat de la correspondance Gaston Gallimard et Valentine Tessier, en 1998, a permis d’apporter un complément à cette collection. Il y est question de Jacques Copeau, avec lequel elle débuta au Vieux-Colombier, de Jean Giraudoux, dont elle fut l’interprète. Gaston Gallimard, fondateur de la NRF, lui parle de ses rôles et évoque la vie littéraire, artistique, et théâtrale parisienne.
Paule Tourniac.

Documents en relation

Les archives du site web de la maison de Jacques Copeau à Pernand-Vergelesses sont consultables dans les Archives de l'Internet de la BnF, accessibles uniquement dans les salles de lecture de la BnF réservées aux chercheurs dûment accrédités.

Documents en relation

On pourra, en complément, consulter avec profit un certain nombre de documents se rapportant à la Compagnie des Quinze, fondée par Michel Saint-Denis (1897-1971), neveu de Copeau, membre des « Copiaus », metteur en scène et continuateur de l’œuvre de son oncle, en France, en Angleterre et aux USA.

Les archives du site web dédié à Michel Saint-Denis sont consultables dans les Archives de l'Internet de la BnF, accessibles uniquement dans les salles de lecture de la BnF réservées aux chercheurs dûment accrédités.

Documents en relation

En septembre 2004, Catherine Dasté, fille de Jean et Marie-Hélène Dasté et petite-fille de Jacques Copeau, a déposé aux Archives municipales de Beaune un ensemble de 8 mètres linéaires d'archives produites par les différents membres de la famille Copeau-Dasté. Un inventaire de ces archives a été établi en juin 2006 et se trouve disponible en ligne à l'adresse <http://www.beaune.fr/IMG/pdf/63_Z.pdf>.

Bibliographie

- Copeau, Jacques. Souvenirs du Vieux-Colombier : la compagnie des quinze. [Paris] : Nouvelles éditions latines, 1975.
- Copeau, Jacques. L’école du Vieux-Colombier : textes établis, présentés et annotés par Claude Sicard. [Paris] : Gallimard, 1999 (collection Pratiques du théâtre).
- Copeau, Jacques. Journal : 1901-1948 : texte établi, présenté et annoté par Claude Sicard. Paris : Seghers, 1991 (collection Pour mémoire).
- Aliverti, Maria Inès. Jacques Copeau. Roma, Bari : G. Laterza, 1997.
- [Exposition. Paris. Bibliothèque nationale. Bibliothèque de l’Arsenal. 1963]. Jacques Copeau et le Vieux-Colombier, [exposition], 1963 : catalogue.
- Corvin, Michel. Dictionnaire encyclopédique du Théâtre. Paris : Bordas, 1995.