Fonds L'Herbier, Marcel (cinéma, radio, télévision)

Cote : COL-198
Fonds Marcel L'Herbier
1910-1990
50 mètres linéaires
Bibliothèque nationale de France. Département des arts du spectacle
Fonds produit par :  L'Herbier, Marcel (1890-1979)
Le fonds contient des documents majoritairement en français

Biographie ou histoire

En 1912, Marcel L'Herbier publie des articles sur la danse et la musique dans L'Illustration et Paris-Journal, puis, deux ans plus tard, un recueil de poèmes et d'essais, Au jardin des jeux secrets. Engagé en 1916 dans l'armée, il découvre sa vocation en travaillant au service cinématographique, où il acquiert les bases techniques du métier. Il signe une pièce de théâtre, L'enfantement de la mort.
En 1917, il réalise un film expérimental, Phantasmes, inachevé, où il est le premier à utiliser le flou artistique. En 1918, il s'essaie également à l'écriture de scénarios avec Le torrent et Bouclette, réalisés par Louis Mercanton et René Hervil. Marcel L'Herbier expérimente de nouvelles formes esthétiques et de nouvelles techniques (travail sur la lumière et les ombres, anamorphoses, flous et surimpressions) jusqu'à l'avènement du parlant. En 1919, sous l'égide du producteur Léon Gaumont, il signe son premier long métrage, Rose-France. Avec les cinéastes Louis Delluc et Germaine Dulac, il constitue une école impressionniste s'opposant à l'expressionnisme allemand. En 1921, il met en scène El Dorado, dont les innovations techniques séduisent la critique et déconcertent le public.
En 1923, il crée sa propre société de production, Cinégraphic. Il produit Don Juan et Faust (1922), L'inhumaine (1923), et surtout L'argent (1928), adapté de l'oeuvre d'Emile Zola, dernier film de sa période muette. À l'avènement du cinéma parlant, Marcel L'Herbier abandonne ses recherches formelles pour des oeuvres classiques. Il tourne deux films policiers (Le mystère de la chambre jaune et Le Parfum de la dame en noir, 1930) et un film néoromantique (La femme d'une nuit, 1930). Pendant l'Occupation, il tourne essentiellement des comédies (La comédie du bonheur, 1940 ; Histoire de rire, 1941 ; L'honorable Catherine, 1942). En 1953, il réalise un dernier long métrage, Le père de Mademoiselle, puis se consacre à la télévision.
Marcel L'Herbier participe en 1936 à la création de la Cinémathèque Française. En 1943, il fonde l'Institut des hautes études cinématographiques (IDHEC). Entre 1958 et 1960, il préside le comité des programmes au Conseil Supérieur de l'Audiovisuel (CSA).
Dès 1918, il rédige des études sur le septième art qui font de lui un des premiers théoriciens du cinéma. En 1979, il publie un livre de souvenirs, La Tête qui tourne.

Informations sur les modalités d’entrée

Acquisition auprès de Marie-Ange L'Herbier, fille du cinéaste, en 2010. Numéro d'inventaire : 10-04.

Présentation du contenu

Le fonds concerne l'oeuvre cinématographique de Marcel L'Herbier, ses productions radiophoniques et télévisuelles, ainsi que ses activités de fondateur et président de l'IDHEC. Il comprend archives, manuscrits, scénarii, correspondance, photographies, programmes, presse, affiches, ainsi qu'un objet (le porte-voix utilisé par Marcel L'Herbier sur le tournage de L'argent).

Informations sur le traitement

Le classement du fonds est en cours.
Le classement et l'inventaire des archives concernant les oeuvres cinématographiques, radiophoniques et télévisuelles ont été financés grâce au projet ANR "Loin d'Hollywood. Histoire culturelle du cinéma en France, URSS et Chine, 1927-1933", sélectionné dans le cadre de l'appel à projet "La création. Acteurs, objets, contextes" (2009-2011) et porté par Dimitri Vezyroglou (Université Paris I-Hicsa).

Conditions d'accès

Dans le cadre de la rénovation du quadrilatère Richelieu, les collections du département des Arts du spectacle restent communicables sur le site de Richelieu. Cependant, elles sont désormais consultables en différé, avec un délai de 48 heures. Un document demandé jusqu’à 17 h 45 est disponible le surlendemain à 10 h.
Vous pouvez préparer votre venue au département des Arts du spectacle en réservant vos documents à distance, en cliquant sur ce lien . Pour réserver à distance, vous devez posséder une carte de lecteur en cours de validité et donnant accès à la Bibliothèque de recherche.
Les documents non décrits dans le présent inventaire sont consultables sur rendez-vous.

Documents en relation

Le département des Arts du spectacle et les autres départements de la Bibliothèque nationale de France conservent d'autres documents concernant Marcel L'Herbier décrits dans le Catalogue général et dans le catalogue BnF Archives et manuscrits.
Le Centre national de la Cinématographie et la Bibliothèque du film (BiFi) de la Cinémathèque française conservent également des archives de Marcel L'Herbier.

Bibliographie

L'Herbier, Marcel. La Tête qui tourne. Paris : Belfond, 1979.Marcel L'Herbier : l'art du cinéma, sous la direction de Laurent Veray. Paris : Association française de recherche sur l'histoire du cinéma, 2007.