Français 173

Cote : Français 173
Ancienne cote : 2852 (barré)
Ancienne cote : Regius 6837
Saint Augustin,De civitate Dei (Livres XI-XXII) , traduit en français par Raoul de Presle
XVe siècle (début, vers 1407).
Ce document est rédigé en français.
Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits
Paris . Ecriture bâtarde. Au moins deux copistes : A (cahiers 1-9 : f. 1-70v) ; B (cahiers 10-14 : f. 71-101v) ; A (cahiers 15-40: f. 102-304) .

La décoration du manuscrit est similaire à celle du premier volume (Français 172) : il comprend une grande peinture (240 x 205 mm) au début du recueil (livre XI, f. 2), et onze petites (85/95 x 85/95 mm) au début de chaque livre.

L’illustration du volume qui date des premières années du XVe siècle, est l’œuvre d’au moins trois artistes dans la mouvance de l’atelier du Maître des Cleres femmes du duc de Berry, appelé ainsi d’après le ms. BnF., Français 598, traduction du Livre des cleres et nobles femmes de Boccace (Meiss, French Painting in the time of Jean de Berry. The Limbourgs and their contemporaries, p. 375).

Page frontispice (f. 2) : représentation du Jugement dernier. Le Christ en majesté, au milieu de la Vierge et de saint Jean-Baptiste dans le rôle d’intercesseurs, est entouré de quatre anges, l’un présentant les symboles de la crucifixion (croix, linceul, couronne d’épines), le second portant une colonne, les deux autres soufflant de la trompette. À ses pieds, les tombes s’ouvrent pour la résurrection des morts. Dans les angles un ange, un aigle, un taureau et un lion portent des phylactères avec les noms des quatre évangélistes. Ainsi que dans le premier volume (Français 172), la scène est encadrée de baguettes décorées de motifs végétaux et d’une riche bordure de rinceaux de vignettes, ornée de grotesques, dragon, oiseaux (chardonneret, rapace). Dans la marge droite, personnage (prophète ?) tenant un phylactère où sont inscrits les mots : « advocabit gentes ». Deux personnages représentés dans la marge supérieure sont tronqués, par suite de la coupure du feuillet.
Les onze peintures suivantes, placées après la table des chapitres, introduisent chacun des livres XII-XXII.
F. 20v : Dieu enseignant Adam dans le jardin d’Eden ; les mauvais anges attendant son expulsion dans les fondements du mur (Livre XII) ; F. 35 : Expulsion d’Adam et d’Ève du paradis terrestre (Livre XIII) ; F. 48v : mariage d’Adam et d’ Ève (Livre XIV) ; F. 70v : déluge (Livre XV) ; F. 102v : apparition à Mambré (Livre XVI) ; F. 136 : David assis, sa lyre à ses pieds, enseignant trois jeunes hommes (Livre XVII) ; F. 160 : prophète inspiré par Dieu devant les murs extérieurs de la cité (Livre XVIII) ; F. 202v : Varron exposant sa philosophie devant son auditoire (Livre XIX) ; F. 227 : Antechrist, représenté en prophète devant le temple, séduisant les hommes (Livre XX) ; F. 253v : jugement dernier (Livre XXI) ; F. 278 : Christ bénissant la Vierge (Livre XXII) : cf. S. Smith, op. cit., p.248-249.

Décoration secondaire identique à celle du Français 172 :
Page frontispice (Livre XI, fol. 2) : initiale ornée (8 l.) à rinceaux de vignettes, avec prolongement de baguette.
Au début de chaque livre, initiale ornée (7 à 8 l.) de même style, à rinceaux de vignettes (f.70v, 202v), avec prolongement de baguettes avec rinceaux de vignettes plus simples que sur la page frontispice. Initiale [I] non figurée sur le cadre doré à vignettes (f. 160).
Au début des chapitres et de leurs commentaires (« expositions »), lettres champies (3 l.).
Au début de chaque rubrique des tables des chapitres : lettrines champies (1 l.)
Pieds-de-mouche champis sur fond alternativement bleu et rouge à filigrane inversé à l’intérieur du texte.
Bouts de ligne or, rouges et bleus dans les tables des chapitres, bleus et rouges dans le texte et à la fin des rubriques.

Parchemin ;304 ff. précédés et suivis de deux feuillets de garde en parchemin épais. Contregardes en papier reliure, 435 x 315 mm (310 x 205 mm).
40 cahiers : 1-28 (f. 1-16), 36 (f. 17-22), 4-108 (f. 23-78), 114 (f. 79-83), 12-138 (f. 83-98), 142 (99-100), 14bis1 (f. 101 rajouté pour finir le XVe livre), 15-238 (f. 102-173), 246 (f. 174-179) ; 25-398 (f. 180-299), 403+2 (f. 300-304 ; 6e feuillet coupé : trace d’onglet après le f. 304).

Réclames en écriture bâtarde, sauf au 14e cahier (f. 99-100). – Signatures des feuillets des cahiers 4 (f. 24, 26), 15 (f. 103, 105), 16 (f. 111), 18 (f. 127, 129), 24 (f. 175). – 2 colonnes par page ; colonnes de 53 à 56 lignes. – Foliotation moderne.
De même que dans le premier volume (Français 172), décharge de fragments d’un missel (écriture fin XIVe s.) sur le dernier feuillet de garde (IIv). Traces de défets d’imprimerie aux feuillets de garde Ar et IIv. Coin inférieur droit du f. 2 et bordure inférieure droite du f. 304 déchirés.
Incipit et explicit des tables des chapitres et des livres rubriqués. À l’intérieur des tables, numéros des chapitres rubriqués. Au sein de chaque livre, rubrique annonçant le passage traduit à partir du texte du De civitate et le numéro du chapitre, ainsi que le commentaire du traducteur (« Exposicion etc. »). Contrairement au premier volume (Français 172), les noms des docteurs cités dans le commentaire ne sont pas soulignés. Écriture de certains mots rehaussée à l’encre noire.
Titres courants en capitales de couleur bleue et rouge à filigranes inversés, dans la marge supérieure de chaque feuillet : « TABLE DU SECOND VOLUME DU XIE LIVRE » (f. 1) ; « PROLOGUE » (f. 1v) ; aux feuillets suivants les numéros des livres, en capitales.
Taches et traînées noires sur certaines parties du texte (f. 2) et sur les petites miniatures (f. 20v, 48v, 136, 160, 227, 253v, 278), gommant les visages (f. 20v, 48v, 136).

Réglure à la mine de plomb.

Reliure de maroquin rouge du XVIIe s, à triple filet, aux armes de Philippe, comte de Béthune, sur les plats. De même que sur le premier volume, Les écussons aux quatre angles des plats inférieur et supérieur sont restés vides et ne comportent pas le double « P » aux quatre coins. Titre en capitales dorées au dos « MANUSCRIT / DE LA CITÉ / DE DIEU DE / ST AUGUSTIN / PRÉSENTÉ / AU ROY / CHARLES 5E / TOM. II », et chiffre de Philippe de Béthune : « PP ». Tranche dorée. Trace d’ancienne reliure au recto du premier et du dernier feuillets de garde .

Estampilles de la Bibliothèque royale (Ancien Régime, XVIIe siècle) aux f. 1 et 304v : modèle Josserand-Bruno, type A, n° 1, aux f. 1 et 311v (« Les Estampilles du département des imprimés de la Bibliothèque nationale », pl. XXIII).

Documents de substitution

Numérisation effectuée à partir d'un document original

Historique de la conservation

Le manuscrit faisait partie de la librairie de Jean de Berry, comme l’atteste son ex-libris que l’on lit à la lampe de wood au f. 304 : « Ce livre est au duc de Berry. – JEHAN ». Une seconde inscription, grattée, n’a pu être déchiffrée.
On peut s’étonner que, à l’encontre des autres exemplaires de l’œuvre conservés dans la bibliothèque ducale (Guiffrey, I, n° 864-865 ; 942) et dont le nombre de volumes et les incipit de chaque volume étaient soigneusement notés par Robinet d’Etampes, les deux tomes du manuscrit (Français 172-173) aient été répertoriés sous une seule rubrique dans les inventaires de la librairie. La facture identique des ouvrages, le folio laissé blanc dans le Français 172 à la suite de l’explicit du Livre X et le titre inscrit au f. 1 du Français 173 (« TABLE DU SECOND VOLUME ET XIE LIVRE ») attestent que l’ouvrage était bien divisé à l’origine en deux tomes.
Le manuscrit en deux volumes, qui fut offert au duc par Pierre Le Fruictier, dit Salmon, secrétaire du roi Charles VI, autour de 1407, est répertorié dans les inventaires de 1413 et de 1416 : inventaire de Robinet d’Étampes (1413) : « Item un tres bel Livre de la cité de Dieu, escript en françoys, de lettre de court, tres bien historié et enluminé ; et au commancement du second fueillet a escript : monseigneur saint Denis ; et est couvert de veluiau vermeil, a .IIII. fermouers de cuivre dorez ; lequel livre Salemon, secretere du roy nostre sire, donna a mondit seigneur » (Arch. nat. KK 258, fol 155, n° 115) ; compte de Jean Lebourne, ancien secrétaire du duc (1416) : même description (Bibl. Sainte-Geneviève, ms. 841, f. 90v, n° 509). Il fut alors prisé 100 l. parisis (125 l. tournois).
Une addition portée dans la marge gauche de l’inventaire de 1413 nous apprend que le manuscrit fut rendu aux exécuteurs testamentaires du duc de Berry, après sa mort : « Iste due partes [La Cité de Dieu et une Bible] reddite fuerunt Parisius per dictum Ro[binetum] executoribus. Et ideo de eodem acquittatur hic » (KK 258, fol. 155). En mars 1417 (n.st.), le volume est restitué à Pierre Salmon, comme l’indique Jean Lebourne dans le chapitre sur les joyaux et livres à restituer (ms. 841, f. 275-279) : « A Pierre le Fruictier dit Salmon, secretaire du roy nostre sire, auquel mesdiz seigneurs les executeurs et commis a ladicte execucion, par leurs lettres sur ce faites et donnees ledit .VIII.e jour de mars mil .CCCC. .XVI., ont volu, ordonné et mandé audit commis estre baillé et delivré un tres bel Livre de la cité de Dieu, escript en françois de lettre de court, tres bien historié et enluminé …-… Lequel livre ledit Salmon avoit ja pieça baillé pour veoir et visiter a feu mondit seigneur, et a esté trouvé aprés son trespas entre ses autres livres et prisé en l’inventoire des biens de son execucion .C. l. p. Et pour ce mesdiz seigneurs, après ce qu’ilz ont esté soufisamment informez icellui livre competer et appartenir audit Salmon, ont icellui voulu estre rendu et restitué a icellui Salmon comme sien et a lui appartenant. Pour ce pour ledit […] (Bibl. Ste Geneviève, ms. 841, f. 277v incomplet de la fin).
Les deux volumes entrèrent par la suite dans la collection de Philippe de Béthune (1561-1649). Les plats des deux reliures portent ses armes (d’argent à la fasce de gueules, au lambel à trois pendants de même), et le dos son chiffre formé de deux P entrelacés, surmontés d’une couronne de comte.
C’est du vivant de son fils Hippolyte, comte de Béthune (1603-1665), qu’un secrétaire ajouta au f. de garde Bv l’indication erronée selon laquelle le manuscrit aurait été l’original présenté au roi Charles V par Raoul de Presles : « Second volume du livre manuscrit de la Cité de Dieu de saint Augustin traduitte par messire Raoul de Praeles sous le regne de Charles cinquiesme et par son expres commandement, comme il se voit par l’epistre liminaire qui luy est dédiée ; et ou il est aussy à remarquer que ce livre est le vray original presenté par l’autheur audit roy » (écriture du XVIIe siècle identique à celle de l’addition du Français 172, f. Bv). Inscription du nom « Johannes » au verso du f. 304.
Par lettres datées de décembre 1663, enregistrées au Parlement le 4 janvier 1664, Louis XIV accepta le don que lui fit Hippolyte de Béthune de sa bibliothèque. Le volume est mentionné dans l’inventaire des « manuscrits du comte de Béthune » publié par Omont sous le n° 44, à la rubrique « Théologie : « 43 et 44 (6836 et 6837). S. Augustin, De la cité de Dieu, traduit en françois par Me Raoul de Praelles, sous le roy Charles Ve ; 2 vol. » (Omont, Anciens inventaires et catalogues… IV, p. 214).
Le manuscrit, qui fit désormais partie de la Bibliothèque royale, est répertorié dans l’inventaire que dressa, en 1682, Nicolas Clément : « 6836-6837. Le mesme livre de la Cité de Dieu, présenté au roi Charles V (sic) ; 2 volumes » (Omont, Anciens inventaires…, IV, p. 8). Outre la cote « 6837 », une deuxième cote non identifiée est notée sur le f. 1 : « 2852 » (Béthune ?).

Présentation du contenu

F. 1-304. [Saint Augustin], De civitate Dei (Livres XI-XXII), traduit en français par Raoul de Presles.
F. 1-19v. Livre XI.
F. 1-v. [Table des chapitres]. « TABLE DU SECOND VOLUME ET .XI.e LIVRE ». « Cy commencent les rebriches del .XI.e Livre et second volume (rubr.) ». « .I. (rubr.) ». « De celle partie de l’œuvre en laquelle les commencemens et les fins de deux citez, c’est assavoir la celestienne et la terrienne, commencent a estre demoustrez » …-… « .XXXIIII (rubr.) ». « De ce que aucuns cuident en la condicion du firmament, les angelz estre signifiez par le nom des yaues divisees et que aucuns cuident les yaues non crees ». « Cy finent les chapitre de .XI.e Livre (rubr.) ». – F. 1v. « Prologue du translateur (rubr.) ». « Combien que, au commencement de ceste translacion et exposicion en nostre prologue, nous aions promis a mettre declaracions et exposicions es pas et es lieux qui desirent declaracion …-… Et tant fist qu’il y ala et y est et nous laissa et moustra la voye et le chemin par laquelle l’en y peut aler, a laquelle nous maint le Pere, le Filz et le Saint Esperit. Amen ». – F. 2-19v. [Texte]. « De celle partie de l’œuvre en laquelle les commencemens et les fins des .II. cités, c’est assavoir la celestienne et la terrienne commencerent a estre demoustrez. .I. (rubr.) ». « Nous disons la cité de Dieu, de laquelle l’escripture est tesmoing, laquelle escripture non mie par aventureux mouvemens de pensees, mais plainement par l’ordonnance de la souveraine pourveance …-…Nous avons orendroit tant qu’il semble estre assez disputé de ces .II. compaignies d’angelz diverses entre eulz et contraires, esquelles sont aucuns commencemens de .II. citez, meismes es choses humaines, desquelles je ay proposé dire aprés. Et pour ce, nous voulons clorre ce livre et y mectre fin aucunement quant a present ». « Cy fine le .XI.e Livre (rubr.) ». « Et aprés commence le .XII.e (rubr. »).

F. 20-34v. Livre XII
F. 20-v. [Table des chapitres]. « .I. (rubr.) » « De une nature des bons angelz et des mauvais » …-…. « .XXVII. (rubr.) ». « Que ou premier homme fu nee toute la plenté ou plenitude de creature humaine, en laquelle il print et apperçut laquelle partie seroit a honnourer de loyer et laquelle devoit estre dampnee a tourment ». « Cy finent les rebriches et commence le .XII.e Livre (rubr.) ». – F. 20v. [Prologue]. « Ce chappitre est par maniere de prologue jusques ou il dist : ce n’est mie chose convenable, ou le premier chapitre commence (rubr.) ». « Ançois que je die de l’institucion de l’omme, ou il appara la naissance des .II. citez, tant comme il touche et appartient aux creatures raisonnables …-… ouquel sont neez deux citez en l’umain lignage, l’une bonne, l’autre mauvaise, et suppose que ce ne soit pas selon l’evidence de la chose ; toutevoies le sont elles selon la prescience de Dieu ». – F. 21-34v. [Texte]. « De une nature des bons angelz et des mauvais. .I. (rubr.) ». « Ce n’est mie chose convenable de doubter les appetis et desirs des bons angelz et des mauvais avoir esté entr’eulz contraires …-… car, comme il soit escript toutes les voyes de Nostre Seigneur sont misericorde et verité, sa grace ne peut estre torçonniere ne sa justice cruelle ». « Cy fine le .XII.e Livre et commencent les rebriches du .XIII.e (rubr.) ».

F. 34v-48. Livre XIII.
F. 34v-35. [Table des chapitres]. « .I. (rubr.) ». « Du tresbuchement des premiers hommes, c’est a dire de Adam et Eve, par lesquelz la mortalité ou mort fu contraicte ou nee » …-… « .XXIIII. (rubr.) ». « Comment doie estre entendue ou celle insufflacion ou spiracion, en laquelle le premier homme fu fait en ame vivant, ou celle laquelle Nostre Seigneur disant, c’est assavoir a ses appostres : Ja prenez le saint Esperit ». « Cy finent les rebriches et commencent les chappitres (rubr.) ». – F. 35. [Exposition du traducteur sur le chapitre]. « En ce .XIII.e Livre toute l’entencion de monseigneur saint Augustin est de traictier du tresbuchement du premier homme et de la naissance de la mort ». – F. 35-48. [Texte]. « Du tresbuchement du premier homme par lequel la mortalité fu contraite ou nee. I. (rubr.) ». « Aprés ce que les tres fortes questions de la naissance de nostre siecle et du commencement de l’umain lignaige sont delivrés, il est temps orendroit que, selon ce que l’ordre des choses le requiert …-… Mais pour ce que ce livre est a clorre, et que si grande question n’est mie a estaindre en si pou de paroles, elle est differee par ordonnance plus convenable ou livre qui s’ensuit ». « Cy fine le .XIII.e Livre de la Cité de Dieu. Et commencent les chapitres du .XIIII.e (rubr.) ».

F. 48-69v. Livre XIV.
F. 48-v. [Table des chapitres]. « .I. (rubr.) ». « Le premier que par la desobeissance du premier homme tous fussent tresbuchiez en la pardurablecté de la mort seconde, se la grace de Dieu n’en eust delivrez pluseurs » …-… « De la qualité des deux citez, c’est assavoir de la terrienne et de la celestienne ». « .XXVIII. (rubr.) ». « Cy finent les rebriches et commence le .XIIII.e Livre (rubr.) ». – F. 48v-69v. [Texte]. « Que par la desobeissance du premier home …-… la grace de Dieu n’en eust delivré pluseurs. I. (rubr.) ». « Nous avons ja dit es livres precedens que non pas a acompaigner l’umain lignaige par semblance de nature tant seulement …-… en la compaignie des sains, non mie seulement des sains hommes mais aussi des sainz angelz, a ce que Dieu soit toutes choses en tous ». « Cy fine le .XIIII.e Livre. Et commencent les rebriches du .XV.e Livre (rubr.) ».

F. 69v-101v. Livre XV.
F. 69v-70. [Table des chapitres]. « .I. (rubr.) ». « Des deux ordres de la generacion de l’umain lignaige, laquelle des le commencement tendi a diverses fins » …-… « .XXVII. (rubr.) ». « De l’arche et du deluge que l’en ne se doit point accorder a ceulz qui prennent ou reçoivent l’istoire, c'est-à-dire le texte, si comme il gist sanz aucune significacion figuree qui se appelle alegoria, ne a ceulz qui deffendent la seule figure regictee, la verité de l’istoire ». « Cy finent les rebriches. Et commencent les chapitres du .XV.e Livre (rubr.) ». – F. 70-v. « Prologue (rubr.) ». « Pluseurs ont senti et dit et miz en escript moult de choses de la beneurté de paradis ou de icellui paradis …-… Car tout ce temps ou siecle, ouquel les uns muerent et les autres naissent qui succedent a ceulz qui meurent, tout ycellui temps ou siecle est le cours de ces deux citez, desquelles nous avons desputé ». – F. 70v. « Exposicion sur ce chapitre. Le translateur (rubr.) ». « En ce .XV.e Livre monseigneur saint Augustin commence a traictier du cours de ces deux citez …-… a parler et traictier des cours d’icelles du temps du premier aage, c’est assavoir du commencement d’Adam jusques au deluge ». – F. 70v-101v. [Texte]. « Cy commence le .XV.e Livre (rubr.) ». « Des .II. ordres de la generacion de l’umain lignaige, laquelle des le commencement tendent a diverses fins. .I. (rubr.) ». « Caym doncques fu né le premier de ses deux parens de l’umain lignage, lequel Caym appartient a la cité des hommes. Et Abel fu aprez né, lequel appartient a la cité de Dieu …-… mais ce que l’en a acoustumé a demander. La quarte se commence ou il dit : Aussi fault mouvoir aucuns et cetera. Et le surplus du chappitre est tout cler ». « Cy fine le quinzeme Livre de la Cité de Dieu (rubr.) ». « Cy aprés commencent les rubriches du .XVI.e Livre de la Cité de Dieu (rubr.) ».

F. 102-135. Livre XVI.
F. 102-v. [Table des chapitres]. « Cy commencent les chapitres du .XVI.e Livre. (rubr.) ». « .I. (rubr.) ». « Assavoir mon se depuis Noé jusques a Abraham s’en treuve aucunes gens qui aient vesqui selon Dieu » …-… « .XLIII. (rubr.) ». « Des temps de Moyse et de Jhesu et des juges, et aprés des rois, desquelz Saul pour certain est le premier, mais David le precede et par sacrement et par merite ». « Cy finent les chapitre et commence le .XVI.e Livre (rubr.) ». – F. 102v-135. [Texte]. « Assavoir mon se depuis Noé jusques a Abraham s’en treuve aucunes gens qui aient vesqui selon Dieu. I. (rubr.) ». « Forte chose est assavoir clerement par la parole des escriptures se les apparances du cours de la sainte cité soient continuees aprés le deluge ou se elles furent entrerompues par les mauvais temps …-… Et ce dit expressement Ysodorus oudit .II.e chappitre, qui dist que c’est tres certaine chose que cellui est pubes, qui par la disposicion de son corps moustre qu’il peut engendrer ». « Cy fine le .XVI.e Livre et commencent les chappitres du .XVIIe (rubr.) ».

F. 135-159. Livre XVII.
F. 135-v. [Table des chapitres]. « .I. (rubr.) » « Des temples des prophectes » …-… « .XXIIII. (rubr.) ». « Des prophetes qui furent derrenierement es juifs o lesquelz l’istoire de l’Euvangile dist avoir esté environ le temps de la nativité de Jhesu Crist ». « Cy finent les rebriches et commence le .XVII.e Livre (rubr.) ». – F. 136-159. [Texte]. « Des temps des prophectes. .I. (rubr.) ». « La cité de Dieu decourant par l’ordre des temps a demoustré comment soient acomplies les promesses de Dieu qui furent faites a Abraham …-… L’onzieme et derreniere histoire abregee est que lors fu Ysrael veritablement divisé en deux de celle division, laquelle Samuel le prophecte avoit anoncié a Saul estre inmuable ; laquelle chose est declairee ou .VII.e chappitre de ce livre ». « Cy fine le .XVII.e Livre (rubr.) ».

F. 159-201v. Livre XVIII.
F. 159-v. [Table des chapitres]. « Cy commencent les chapitres du .XVIII.e Livre (rubr.) ». « I. (rubr.) ». « Des choses qui sont deputees ou .XVIIe. livre precedens jusques au temps de nostre Sauveur Jhesu Crist » …-… « .LIII. (rubr). ». « De la tres faulse menterie des paiens par laquelle ilz faindrent que la religion crestienne ne devoit point demourer oultre .III.C .LVI. ans ». « Cy finent les rebriches et commence le .XVIII.e Livre (rubr.) ». – F. 160-201v. [Texte]. « Des choses que sont deputees es .XVII. livres precedens jusques au temps de Nostre Seigneur Jhesu Crist. I. (rubr.) ». « [J]e ay promis a descrire de la naissance, du cours et fins deues des deux citez, desquelles l’une est de Dieu et l’autre de ce siecle …-… C'est a dire que la seule mauvaise nacion ou generacion des juifs se mocqua de Dieu quant ilz le orent miz en la croix ».

F.202-226v. Livre XIX.
F. 202-v. [Table des chapitres]. « Cy commencent les rebriches du .XIX.e Livre de la Cité de Dieu (rubr.) ». « .I. (rubr.) ». « Que Marcus Varro advisa que il avoit deux deux cens quatre vins .VIII. sectes en la question, laquelle la disputacion des phillozophes demena les fins des biens et des maulx » …-… « .XXVIII. (rubr.) ». « En quelle fin est a venir l’issue des mauvais ». « Cy finent les rebriches et commencent les chappitres du .XIX.e Livre (rubr.) ». – F. 202v-226v. [Texte]. « Que Marcus Varro advisa que il avoit .II.c .III.xx .VIII. sectes en la question, laquelle la disputacion des philosophes demena des fins des biens et des maulz. .I. (rubr.) ». « Pour ce que il me semble que j’ai a desputer d’ores en avant des fins deues de l’une et de l’autre cité, c’est assavoir de la terrienne et de la celestienne …-… et par ce appert assez de l’intencion de saint Augustin de ce qui a esté dit en ce livre et de la conclusion a laquelle il a volu venir et finablement dit de quoy il entent a parler ou .XX.e Livre subsequent ». « Cy fine le .XIX.e Livre de la Cité de Dieu (rubr.) ».

F. 226v-253. Livre XX.
F. 226v-227. [Table des chapitres]. « Cy commencent les rebriches du .XX.e Livre de la Cité de Dieu (rubr.) ». « I. (rubr.) ». « Que ja soit ce que Dieu juge en tout temps ; toutevoies sera il deputé en ce livre du jugement derrenier de Dieu » …-… « .XXX. (rubr.) ». « Que quant on lit es Livres du viel Testament que l’en jugera, il n’est mie moustré clerement que ce soit la personne de Jhesu Crist ; mais par aucuns tesmongnages ou Nostre Seigneur parle, il appere sans doubte que ce soit Jhesu Crist qui sauvera ». « Cy finent les rebriches (rubr.) ». – F. 227-253. [Texte]. « Cy aprés commencent les chapitres du .XX.e Livre (rubr.) ». « Que ja soit ce que Dieu juge en tous temps ; toutevoies sera il deputé en ce Livre du jugement derrenier de Dieu. .I. (rubr.) ». « Nous qui entendons a parler du jour du derrenier jugement de Dieu, ce que il lui plaira, et affermer ycellui encontre les mauvais …-… aussi sont les prophecies infaillibles pour leur certaineté, laquelle est infaillible. Et est le chapitre tout cler, car il s’expose de lui meismes ». « Cy finent les chappitres du .XX.e Livre (rubr.) ».

F. 253-277v. Livre XXI.
F. 253-v. [Table des chapitres]. « Cy comm[enc]ent les rubriches du .XXI.e Livre (rubr.) ». « .I. (rubr.) ». « De l’ordre de la disputoison, par laquelle il est premierement a determiner du pardurable tourment des dampnez avecques les deables que il n’est de la pardurablecté des sains » …-… « .XXVII. (rubr.) ». « Contre les persuasions de ceulz qui cuident que les pechiez ne leur nuyront point, esquelz ilz sont demourez en faisant aumosnes ». « Cy finent les rebriches et commencent les chapitres (rubr.) ». – F. 253v-277v. [Texte]. « De l’ordre de la desputoison par laquelle il est a determiner du pardurable tourment des dampnez avecques le deable, que il n’est de la beneurté pardurable des sains. .I. (rubr.) ». « Pour ce que les deux citez, dont l’une est du deable et l’autre de Dieu, sont parvenues a leurs finz deues par Jhesu Crist Notre Seigneur …-… lequel demoura tant a les regarder que il perdi son heure de prier, et tantost en fu si dolent que il leur fist copper les testes et les jambes ». « Cy fine le .XXI.e Livre et commencent les rebriches du .XXII.e Livre (rubr.) ».

F. 277v-304. Livre XXII.
F. 277v-278. [Table des chapitres]. « .I. (rubr.) ». « De la condicion des angelz et des hommes » …-… « .XXX. (rubr.) ». « De la perpetuelle beneurté de la cité de Dieu et du sabbat, jour ou feste perpetuel ». « Cy finent les rebriches (rubr.) ». – F. 278-304. [Texte]. « De la condicion des angelz et des hommes (rubr.) ». « Selon ce que nous avons promis ou livre prochain cy dessus, ce livre cy qui est le derrain de toute ceste œuvre contendra la deputoison de la beneurté pardurable de la cité de Dieu …-… c'est-à-dire le grant jour qui n’aura point de vespre, ou tousjours sera joye, feste et leesce sanz fin, a laquelle nous maint le Pere, le Filz et le Saint Esperit qui est benedictus in secula seculorum. Amen ». « Se oncques paine, souff[rence], doleur, traveil et labour fu donné a povre creature, ceulz qui verront ceste œuvre tendront que je l’ai eu …-… Et en oultre, se il y a aucune chose qui sente ou sonne mal, je m’en rapporte en tout et par tout a ce que la foy catholique en veult et que nostre mere sainte Eglize en tient (Am : barré)». « Ceste translacion et exposicion fu commencee par maistre Raoul de Praeles a la Toussainz, l’an de grace .M. .CCC. .LXXI. et fu achevee le premier jour de septembre, l’an de grace .M. .CCC. .LXXV. Deo gracias ».

Le manuscrit contient les douze derniers livres du De civitate Dei, rédigé par saint Augustin de 413 à 426, et traduit entre le 1er novembre 1371 et le 1er septembre 1375 par Raoul de Presles à la demande de Charles V (cf. colophon). Le volume est la suite du manuscrit BnF., Français 172 qui comporte la copie des dix premiers livres.
La composition du manuscrit est identique à celle du Français 172. Chacun des douze livres comporte une table des chapitres, la traduction du passage de saint Augustin introduit par la rubrique reprenant le texte du chapitre indiqué dans la table précédente, le commentaire du traducteur intitulé « Exposicion sur ce chappitre. Le translateur » (cf. A. Marta, Architecture des gloses dans la première traduction en français de La cité de Dieu, (avant 1380), ATILF, Nancy Université)

Bibliographie

Catalogues:
Bibliothèque impériale, Département des Manuscrits, Catalogue des manuscrits français. I : Ancien fonds, Paris, 1868, n° 173. – H. Omont, Anciens inventaires et catalogues de la Bibliothèque nationale, IV, Paris, 1913, p. 8, n° 6836-6837 ; p. 214, n° 43-44.

Texte:
R. Bossuat, « Raoul de Presles », dans Histoire littéraire de la France, t. XL, 1973, p. 113-186. – G. Hasenohr, « Place et rôle des traductions dans la pastorale française du XVe siècle », dans Traduction et traducteurs au Moyen Age. Actes du colloque international du CNRS, Paris, Institut de Recherche et d’histoire des textes, 26-28 mai 1986, éd. G ; Contamine, Paris, 1989, p. 270-271. – Andronarche Marta, Architecture des gloses dans la première traduction en français de La cité de Dieu, (avant 1380), ATILF, Nancy Université.

Codicologie:
P. Josserand et J. Bruno, « Les estampilles du département des imprimés de la bibliothèque nationale », dans Mélanges d’histoire du livre et des bibliothèques offerts à Monsieur Franz Calot, 1960, pl. XXIII, n° 1.

Illustrations :
A. de Laborde, Les manuscrits à peintures de la Cité de Dieu de saint Augustin, Paris, 1909, t. I-II, p. 178-179, 284-288 ; t. III, pl. – M. Meiss, French Painting in the time of Jean de Berry. The late Century and Patronage of the Duke, London-New York, 1967, 2e éd. 1969, p. 50, 312, 371, n. 117 ; French Painting in the time of Jean de Berry. The Limbourgs and their contemporaries, New York, 1974, p. 375, 416. – S. D. Smith, Illustrations of Raoul de Praelles’ translation of St Augustine’s City of God between 1375 et 1420, New York University, 1974, p. 245-249 ; fig. n° 107.

Histoire:
L. Delisle, Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque impériale [puis nationale], Paris, 1868, I, p. 56-68, 266-269. – H. Moranvillé, « Pierre le Fruitier, dit Salmon, était-il cordelier ? », dans Bibliothèque de l’École des chartes, vol. L, 1889, p. 575-578. – M. Meiss and S. Off, « The Bookkeeping of Robinet d’Estampes and the Chronology of Jean de Berry’s Manuscripts », dans Art. Bull., LIII, 1971, p. 229, 233.

Expositions:
J. Porcher, Manuscrits à peintures en France du XIIIe au XVIe siècle, Paris, Bibliothèque nationale, 1955, p. 100-101, n° 211.

Informations sur le traitement

Notice rédigée par Véronique de Becdelièvre.

Documents de substitution

Voir les images du Français 173 sur la base Mandragore : http://www.mandragore.bnf.fr