Latin 4801

Cote : Latin 4801
ancienne cote Paris fin XVIe s.  : n° 610-611 ou 613
Ancienne cote : Rigault I 188
Ancienne cote : Dupuy I 188
Ancienne cote : Regius 4677
Claudius Ptolomaeus , Cosmographia , Jacobus Angelus interpres.
XVe s. (vers 1450-1460, puis vers 1470-1471)
XVIe s. (entre 1508 et 1512) (ff. 2, 73-74)

Florence (vers 1450-1460 puis vers 1470-1471).
Milan (entre 1508 et 1512).
Ecriture italienne . Page frontispice ( 1v ) ; encadrement peint ( 2 ) ; deux lettres historiées : le traducteur présentant son œuvre au pape ( 2 ), Ptolémée au travail ( 3 ) ; initiales d’or sur fond peint à antennes ; rubriques à l’encre d’or, rouge ou bleue ; schémas rehaussés de peinture (passim).
Série des cartes anciennes, comprenant la carte du monde et 26 cartes régionales. Une carte marine de l’Atlantique, depuis la Bretagne jusqu’à l’embouchure du fleuve de Gambie, de nombreuses îles dont Insula Antilia et insula viridis (Groenland). Deux feuillets ajoutés, représentant l'un « l’œil du cosmographe » devant la sphère armillaire ( 73 ), et l'autre la position de l’œcoumène sur le globe ( 74 ). Cartes peintes et rehaussées d’or.
Parch. 125 ff. à 2 colonnes foliotés de 1 à 124 + f. 75bis. Feuillets détériorés par l’humidité et les moisissures. Composition des cahiers : 1 f. simple (1), puis 15 cahiers numérotés de 1 à 13 à partir du f. 2 avec plusieurs systèmes de signatures, deux systèmes anciens l’un à l’encre noire, l’autre à l’encre bleue dans la marge inférieure, datant sans doute pour le premier de la création du manuscrit, et pour le second de la transformation pour Geoffroy Carles : cahiers 1-7 de 10 ff., signés a5 ( 2-11 ), b5 ( 12-21 ), c5 ( 22-31 ), [δ5] ( 32-41 ), d5 ( 42-51 ), e5 ( 52-61 ) et f5 ou g5 ( 62-71v ), cahier 8 de 4 ff. + ff. 73-74 ( 72-76 ), cahiers 9-10 de 10 ff. signés h5 ( 77-86 ) et k5 ( 87-96 ), cahier 11 de 4 ff. signé [ ?]2 ( 97-100 ), cahiers 12-13 de 10 ff. signé [e]5 ( 101-110 ) et paginé 1-[20] ( 111-120 ), cahier 14-15 de 2 ff. ( 121-122, 123-124 ). Réclames ( 11v, 31v, 41v, 51v, 61v ). Ff. 1, 73v, 74v, 77v, 82, 84, 86, 88, 90, 92, 94, 96, 103, 105, 107, 109, 111, 113, 117, 119, 12v-123, 124v blancs.
Atlas. 560 x 430 mm.
Reliure veau raciné à dos de peau rouge au chiffre de Charles X (train confié au relieur Lefebvre le 24 août 1824 ; cf. B. n. F., département des Manuscrits, Archives Modernes 624) ; titre doré au dos CLAUDII PTOLEMÆI COSMOGRAPHIA; tranches dorées et ciselées.
Estampille de la Bibliothèque royale (Ancien régime, à partir du XVIIe s.), modèle identique à Josserand-Bruno, p. 264-265, type A n° 1.

Le ms. latin 4801 fut illustré à Florence vers 1450-1460 par l’enlumineur florentin Francesco di Antonio del Chierico . Un nouveau frontispice fut ajouté ensuite vers 1470-1471 dans un médaillon orné des emblèmes du duc de Ferrare (1v). Quatre putti soutiennent un cadre contenant un quatrain qui nous apprend que le manuscrit fut alors offert à Borso d’Este (accipe Dux, orbis mittitur), duc en 1471 et mort la même année. La dédicace, ambiguë, pourrait indiquer que Borso donna l'ouvrage à son ami Marco Pio da Carpi (ou l’inverse), lorsque celui-ci l’accompagna en 1471 à Rome, où Borso était venu recevoir le titre de duc de Ferrare des mains du pape Paul II .
On peut émettre l’hypothèse que les cartes ont été remaniées à cette occasion (couleur bleue des mers, lettres d’or). Il s’agit là encore d’un travail florentin qui semble antérieur au XVIe siècle. La carte marine de l’Atlantique, où est représenté le Groenland, redécouvert en 1462 par Pietro da Sintra , a pu également être ajoutée à ce moment . Ce manuscrit ne figure toutefois pas dans l’inventaire de la Bibliothèque des Este. En 1466, Borso avait déjà reçu un exemplaire de la Géographie de Ptolémée, sans doute de meilleure qualité, de format plus réduit, avec des cartes révisées, exécutées par Nicolaus Germanus . Le travail de celui-ci, examiné par deux érudits éminents, familiers du duc, Giovanni Bianchini et Pietro Bono dell’Avogaro , fut récompensé par un don de 100 florins d’or. Il s'agit peut-être du manuscrit de Modène (Bibl Estense, ms. a X 1-3-lat. 463), qui est aussi très proche du ms. BnF latin 4805, contenant la même dédicace.
Le ms. latin 4801 a par la suite appartenu à Geoffroy Carles , président du parlement du Dauphiné et du Sénat de Milan de 1504 à 1512 . Il acquit neuf manuscrits italiens durant son séjour en Lombardie, et les fit personnaliser à Milan même. Il fit ajouter, dans le ms. latin 4801, ses armes ( 2 ) et deux nouveaux feuillets ( 73-74 ). Le premier de ces feuillets ajoutés représente le globe terrestre inclus dans une sphère armillaire, et illustre les chapitres 6 et 7 où Ptolémée explique la position de la sphère terrestre au sein de la sphère céleste ( 73 ); l’autre représente la position de la mappemonde sur le globe ( 74 ). La représentation de la sphère armillaire apparaît pour la première fois dans l’édition imprimée de Rome, 1508 , puis dans celles de Venise, 1511, Strasbourg, 1513. La miniature du f. 73 du ms. latin 4801 est une imitation fidèle de la Sphaera in plano de l’édition imprimée de Rome, 1508. Elle a donc été réalisée entre 1508 et 1512, date de départ de Geoffroy Carles du Milanais. La miniature du f. 74 est une création, suggérant un réel intérêt de Geoffroy Carles pour la Géographie.
Le volume a peut-être appartenu à la , mais il ne figure de manière certaine dans les catalogues de la Bibliothèque royale à Paris qu’à partir de la fin du XVIe siècle.
Manuscrit en latin
Bibliothèque nationale de France. Département des manuscrits

Documents de substitution

Numérisation effectuée à partir d'un document original

Historique de la conservation

Joffredi Allobrogum Praesidis

Présentation du contenu

Claudius Ptolomaeus, Cosmographia, Jacobo Angelo interprete. Livres I-VIII ( 2-72v, 75, 75bisv-122 passim), dans une version ancienne.
Dédicace : "Beatissimo Patri Alexandro Pontifici Maximo Quinto Jacobus Angelus. Ad tempora Claudii…" ( 2 ) ;
Texte : "Claudii Ptolemei cosmographie [e cédillé] primus… In quo differt… Cosmographia designatrix imitatio…" ( 2v ).

Description générale des cartes: Notons que les schémas qui expliquent les projections de Ptolémée, au livre I sont particulièrement soignés. Ils sont encadrés en rouge, avec ornements et feuillages.
Construction des cartes: Projection conique simple pour la carte générale ; projection orthogonale pour les cartes régionales. — Les cartes sont inscrites dans des cadres à double bordure, décorés de palmes et de volutes, roses, bleus, verts et or. Parfois un seul cadre pour deux pages . Orientation : le nord en haut, sauf la dernière carte représentant l’Atlantique, où l’ouest est en haut. — Pas d’échelle graphique. Graduations en latitude et longitude sur le cadre intérieur (blanc sur rose). — Parallèles et méridiens forment un quadrillage sur la carte elle-même ; ce réseau de fins traits noirs est recouvert par la couleur bleue à l’endroit des mers. — A droite du cadre, dans des banderoles, sont indiqués les parallèles, numérotés en chiffres arabes rouges, avec des indications horaires et parfois le nom d’une ville de référence située à la même latitude. Ils sont échelonnés toutes les deux ou les trois graduations selon les cas, de manière irrégulière. Les méridiens sont dessinés toutes les 5 graduations. Les climats sont indiqués également dans la banderole, à l’encre rouge. Il n’y a aucune indication à gauche du cadre, sauf pour la mappemonde. — Les limites des provinces ne sont pas systématiquement indiquées : quand elles le sont, par un trait fin noir, peu distinct des parallèles et méridiens. — Le manuscrit a été repeint : la peinture bleue des mers et des fleuves s’écaille à de nombreux endroits. Elle recouvrait un lavis vert initial qui apparaît alors. — Les cadres, les cartouches et les phylactères ont été ajoutés. — Les lettres dorées, du reste peu lisibles, recouvrent des noms en rouge.
Nomenclature : Elle est très souvent approximative et comporte de nombreuses fautes de copie. Les cartes comportent des ajouts et des corrections d’une autre main, en grec ou en latin.Seule la nomenclature de la partie centrale de la carte (celle qui correspond au titre) est détaillée, avec le nom de la province en capitales, et les noms des régions, des peuples et des villes. Les pays frontaliers sont nommés, mais laissés en blanc. Les mers frontalières sont nommées et colorées, mais leurs îles sont laissées en blanc. Le manuscrit contient une table des matières pour les noms de provinces (121v-122).
Les mers sont partout uniformément bleu roi. Les noms des bassins et des golfes sont en lettres capitales dorées mais peu hiérarchisées. Les noms des golfes sont peu nombreux . — Les fleuves sont figurés schématiquement par un trait bleu ondulé assez épais, avec peu d’affluents. Le nom est écrit parallèlement au cours d’eau en minuscules noires. — Les montagnes sont figurées en chaînes assez grossièrement peintes en brun clair. Leur nom est parfois indiqué en capitales rouges.Les îles ont un nom en minuscules noires, en général à l’intérieur des terres. — Les noms des pays ou des provinces sont en petites capitales dorées, les noms des peuples en minuscules rouges. Les noms des villes sont en minuscules noires, à côté de points dorés. — Quelques légendes sur des cartes régionales.Pas de titre pour les cartes régionales. Aucune décoration extérieure au cadre.


Cartes anciennes.
F. 75v-75bis . Mappemonde. Pas de titre. Double page. — Carte en projection conique simple. — Pas de cadre. —Méridiens et parallèles obliques, rectilignes, tracés en noir sur les terres seulement.Pas de ligne du zodiaque. —Quelques indications sur les mesures de la terre (en lettres d’or, à gauche) : longitudo stadiorum 40824 (en haut), equinoctialis in quo dies optimus horam XII, longitudo stadiorum 90 000 (à l’équateur), Percinam Ferens regiones (dans l’Atlantique, hémisphère Sud) et Australissimus et oppositus illi per Meroem in quo Maxima diem horarum 13. Longitudo stadiorum fere 86 333. —Parallèles, heures et climats sur la gauche. Graduations à droite. — Les signes du zodiaque sont représentés à droite de la carte, sous leurs symboles humains et animaux, en de très fines enluminures colorées. Le nom de chaque signe et le mois qui lui est associé sont inscrits en lettres d’or. — En dehors du cadre, la double page est entièrement peinte en bleu rehaussé de blanc avec les représentations de nuages et de vents. Leurs noms sont inscrits en capitales dorées : septentrio, aquilo, velturnus, subsolanus, eurus, euro auster, hauster vel notus, euro notus, africus, favonius vel zephirus, caurus, circius. Ils sont représentés à la manière antique, par une tête échevelée aux joues gonflées, avec différentes expressions. — Sur cette carte générale, les noms des régions (capitales dorées ou minuscules rouges) et de certains peuples (minuscules rouges) sont indiqués. Ils correspondent au titre des cartes régionales. — Quelques autres éléments de la carte sont nommés : le Nil Nilus et Astaboras, le Niger, le Geres (fleuve d’Afrique centrale) ; le Rhin ; le Danube, l’Ister, le Borystènes, le Gange, l’Indus, ainsi que des montagnes : les Lunae Montis avec un certain nombre de légendes : Nili fluvii paludes, Colonia palus, « ab his montibus, nili paluds suscipiunt nives ». — Plusieurs montagnes encadrant le Nil, et en Asie, détail de la chaîne des monts Imaus ; les îles Fortunées, les îles Britanniques et l’Irlande, l’Islande (Tulé), les principales îles méditerranéennes et de la mer Baltique, et l’île de Taprobane. Aucun nom de villes.
F. 76v-77 . « Europe tabula prima ». Entre la mappemonde et la première carte régionale, le texte du début du livre 8 et la présentation de la carte sont rassemblés sur la même double page ("Claudii Cosmographie octavis haec O habet / Cum qua presuppositione facere…incipienda sunt./ Expositio omnium sumarum quibus continentur in Europa Tabule decem. et dans la marge : provincie quatuor..."). Europe tabula prima… 590 x 620 mm. — Latitude de 51 ½ à 63. Longitude de 8 à 33. 5 parallèles. — Mers uniformément bleues. Occidentalis Oceanus, Oceanus Hyperboreus, Oceanus Vergivus, Britannicus Oceanus, Oceanus Deucalonius, Oceanus Germanicus et Vo…sinus à la pointe de l’Écosse. Pas de toponyme pour les golfes. — En Écosse, figuration par une tache brune de la Caledonia silva.
F. 78v-79 . « Europae tabula seconda ». Double page, 510 x 600 mm. — Latitude de 35 à 47. Longitude de 3 à 21. 5 parallèles. Mention des climats en chiffres arabes, 4 à 6. — Mers : Occiduus Oceanus, Exterius Mare, Oceanus Cantabricus, Pars Aquitanici Oceani, Menestei Palus, Herculeum Fretum, Ibericum Pelagus, Balearicum Pelagus. — Pas de frontières entre les provinces. — Vignette à l’encre noire, assez rudimentaire, pour le veneris templum, à l’est des Pyrénées.
F. 80 . « Europae tabula tertia ». Une page, 410 x 335 mm. — Latitude de 42 à 54. Longitude de 15 à 29. 4 parallèles à droite, à distances inégales. Climats VI et VII. — Mers : Britanicus Oceanus, Mare Gallicum. — Le veneris templum est de nouveau indiqué, au pied de la montagne cette fois, sans vignette.
F. 81 . « Europae tabula quarta ». Une page, 400 x 330 mm. — Latitude de 46 à 59 ½ . Longitude de 28 à 46. Parallèles à droite, à distances irrégulières, du XVe au XIXe. Climat VII. — Îles : Saxonum Insulae, Scandiae insulae. Mers : Germanicus Occeanus.
F. 82v-83 . « Europae tabula quinta ». Deux pages, 360 x 600 mm. — Latitude de 41 à 48. Longitude de 29,5 à 47. 2 parallèles, séparés par deux graduations. Climats VI. — Îles de la mer Adriatique. — Mers : Intimus sinus, Adriaticus sinus, Ionici pelagi pars, Ligustici pelagi pars, Tyrenici pelagi pars .
F. 84v-85 . « Europae tabula sexta ». Deux pages, 460 x 690 mm. — Latitude de 37 ½ à 45 ¼ . Longitude de 27 ½ à 43. 4 parallèles, climats V et VI. — Mers : Intimus sinus, Adriaticus sinus, Ionii pelagi pars, Ligusticum Pelagus, Tyrrenicum Pelagus, Tarentinus sinus.
F. 86v-87 . « Europae tabula septima ». Deux pages, 330 x 620 mm. — Latitude de 36 à 39 2/3. Longitude de 29 ¼ à 40 ¼ .2 parallèles. Climat IV. — Mers : Tyrrenicum pelagus, Affricanum pelagus, Adriatici pelagi pars.
F. 88v -89 . « Octava Europae tabula ». Deux pages, 500 x 500 mm. — Le cadre, très orné, est en deux parties, graduées sur chaque page. — Latitude de 47 à 63. Longitude de 43 à 72. 7 parallèles. Climat VII. Les distances entre les parallèles sont irrégulières (de deux à trois graduations, selon les cas). — Les noms des peuples sont énumérés sous forme de liste en lettres rouges avec une initiale dorée. — Mers : Sarmaticus Oceanus, Venedicus Sinus, Meotis Palus, Buce Palus, Carcinitus sinus, Euxini Ponti Pars.
F. 90v-91 . « Europae tabula nona ». Deux pages, 500 x 680 mm, en deux cadres gradués sur chaque page. — Europe orientale entre la Pannonie inférieure et la mer Noire. — Carte peu dense, incomplète et très erronée. — Latitude de 41 à 48 ½ . Longitude de 42 ½ à 57 ¾ . 4 parallèles. Climats V à VII. — Frontière oblique entre Illiridis dalmatiae liburniae pars et Mysia superior. — Mers : Iaziges Metanastae (région confondue par le peintre avec une mer !) , Adrii sinus pars, Ionii pelagi pars, Euxini ponti pars, Propontis, Nellespontus, Aegei pelagi pars.
F. 92v-93 . « Europe tabula decima ». Deux pages, 490 x 580 mm. — Latitude de 34 à 42 ½ . Longitude de 44 à 56. 3 parallèles, espacés régulièrement (deux graduations et demie). Climats IV et V. — Mers : Ionium Pelagus, Termaicus Sinus, Aegaeum Pelagus, Corinthiacus sinus, Laconicus sinus, et de nombreux noms de golfes plus petits : Sigiteus sinus, Torontrus sinus, Pelagi Oceus sinus, Maliacus sinus, Cyphat a pot ?, Argolicus sinus, Iovi Pontus, Minoi Pontus.
F. 94v-95 . « Libyae tabula quatuor quarum prima ». Deux pages, 500 x 690 mm. — Deux cadres très ornés, gradués sur chaque page. — Latitude 25 à 40. Long. de 5 à 28.5 parallèles, climats III et IV. — Trait vertical maladroit pour séparer la Mauritanie Tingitane de la Mauritanie Césarée. — Îles : Gadira insula, Pena insula et Erythia insula dans l’Atlantique. Mers : Ibericum Pelagus, Baliiaricum Pelagus, Sardoum Pelagus.
F. 96v-97 . « Affrice grece libiae tabula secunda ». Deux pages, 460 x 600 mm. — Latitude de 25 à 39. Longitude de 26 à 47. 5 parallèles, distances irrégulières. Climats III et IV. — Mers : Africanum Pelagus, Adriaticum Pelagus.
F. 98 et 98v . « Africae tabula tertia, Cyrenes et Egypti». L’ordre habituel est bouleversé. La partie orientale de cette carte se trouve reportée sur le verso du f. 98. Deux pages distinctes. f. 98 : 470 x 390 mm ; f. 98v : 490 x 370 mm. — Afrique du Nord : côte de la Cyrénaique et Égypte jusqu’à la mer Rouge, Nil. Cyrene et Pentapolis, Marmarica Libyeque et Aegyptus, Libya Egypti. — Latitude de 22 2/3 à 32. Longitude de 47 à 56 et de 56 à 65. 3 parallèles, climats II et III (mentionnés sur le f.98v seulement). — Frontières rectilignes des provinces. — Mers : f. 98r, Libicum pelagus, Aegyptiacum Pelagus ; f. 98v, Pelagus, Sinus Arabici pars.
F. 99-100 . « Africae tabula quarta ». L’ordre est bouleversé : le texte prend place entre les deux parties de la carte, au f. 99v. La partie occidentale de l’Afrique se trouve donc face à la carte régionale de l’Égypte. Deux pages distinctes, f. 99 et 100, 450 x 370 mm ; f. 100 : 460 x 360 mm. — Toute l’Afrique connue, depuis la Mauritanie Tingitane jusqu’à l’Arabie avec une partie du golfe Persique. — Latitude de 16 Sud à 37 Nord (la graduation en latitude est très irrégulière). Longitude de 1 à 85. 13 parallèles, y compris l’Équateur : du 2e parallèle au sud, au 10e parallèle au nord. Climats I à IV au nord de l’Équateur. — Quelques frontières de régions. — Quelques expressions en grec : à l’encre noire, vers le cours inférieur du Nil : [Triakontaschoinos]. — Mers : à l’ouest, Occidentalis Oceanus, Fortunatae Insulae (écrit en capitales dorées, exactement comme le nom des mers), Hesperius et Magnus ; à l’Est, Sinus Arabicus, Mare Rubrum, Sinus Barbaricus, Persici Sinus Pars, Trachiae Mare. — Légendes : Ab his montibus Nili paludes suscipiunt nives ; Anthrophagi (sic) ethiopes, Azania regio in qua plurimum elephantes.
F. 101v-102 . « Asie Maioris tabule duodecim quarum prima». Le texte s’étale sur deux pages (f. 100-101r). Deux pages, chacune avec son cadre, 510 x 740 mm. — Latitude de 35 à 44 ¼. Longitude de 54 à 72. 4 parallèles. Climat IV et V. — Lignes obliques pour les frontières entre les provinces. — Mers : Euxinus Pontus, Propontis, Nellespontus, Aegaei pelagi pars, Icarium Pelagi, Mirtoum Pelagus, Rhodiacum pelagus, Carpatum pelagus, Liciacum Pelagus, Pamphilia Pelagus, Angustiae Ciliciae, Issicus Sinus. Au Nord sur le f. 102 : Pontus Galaticus, Pontus Polemonacus, Pontus Cappadocum.
F. 103v–104 . «Asie tabula secunda ». Deux pages, 530 x 560 mm, cadre gradué pour chaque page. — Latitude de 47 à 63. Longitude de 60 à 88. 7 parallèles. Climat VII. — Mers : Meotis Palus, Cimerius Sosphorus , Euxini Ponti pars, Hyrcani Maris pars.
F. 105v-106 . « Asiae tabula tertia ». Deux pages, 500 x 650 mm, cadre gradué pour chaque page. — Latitude de 38 à 47 ½ . Longitude de 71 à 87. 4 parallèles. Climats V et VI. — Mers : Euxini Ponti pars, Hircani et Caspii Maris pars.
F. 107v-108 . « Asiae tabula quintarta (sic) ». Deux pages, 490 x 700 mm, cadre gradué pour chaque page. —Latitude de 29 à 38. Longitude de 63 à 80. 3 parallèles. Climats III et IV. — Frontières de certaines provinces. — Mers : Pamphili pelagi pars, Aegyptium pelagus, Syriacum Pelagus, Angustia Ciliciae, Issicus Sinus, Arabici sinus secessus, Elantes sinus, Persici Sinus Pars. — Régions : le terme Saracena regio est utilisé à plusieurs endroits (au sud-ouest et à l’est de la Palestine). — Certains noms de régions et de peuples ont été retracés en doré, d’autres laissés en rouge. — Certains noms de villes (surtout à l’intérieur des terres) ont été rajoutées (écriture plus grande, moins fine) : geza, olço, nelaça, elezna dans une saracena regio qui correspond sur le ms. latin 4805 à la Béthanie.
F. 109v-110 . « Asiae tabula quinta». Deux pages, 470 x 650 mm, cadre gradué pour chaque page. — Latitude de 29 à 43. Longitude de 76 à 101. 6 parallèles. Climats III et IV. — Frontières de certaines provinces. — Mers : Hyrcani seu Caspii Maris pars, Persici sinus pars. — A l’encre noire a été rajouté à l’angle sud-est de la carte : Drangiani pars, Gedrosi Pars.
F. 111v-112 . « Asiae tabula sexta». Deux pages, 450 x 690 mm, un cadre pour chaque page. — Latitude de 9 à 31. Longitude de 65 à 104. 6 parallèles. Climats II et III. —Mers : Arabicus Sinus, Mare Rubrum , Persicus Sinus (Sinus répété à droite), Paragontis Sinus, Indici Pelagi Pars et en plus petit Leantes Sinus, Mesaitis Sinus, Sacer Sinus, Magrum Littus, Parvum Littus.
F. 113v –114 . «Asiae tabula septima». Deux pages, 450 x 690 mm, un cadre gradué pour chaque page. — Latitude de 36 à 62. Longitude de 79 à 145. 12 parallèles. Climats IV à VII. — Mer : Hyrcanum sive Caspium mare.
F. 115 . « Asiae tabula octava». Une page, 370 x 330 mm. — Latitude de 37 à 63. Longitude de 140 à 180. 12 parallèles. Climats IV à VII. — Frontière oblique entre Scythia et Serica. — Montagnes : Emodi montes et Serici, Ottocorus mons, Anibi montes, Asmitei montes, Tagurus mons. Quadrillage malhabile. — A l’ouest seulement, le nom des régions est inscrit en lettres d’or.
F. 116 . « Asiae tabula nona». Une page, 440 x 315 mm. — Latitude de 18 à 39 ½. Longitude de 101 à 119 ½. 7 parallèles. Climats II à IV. — Mers : Indici pelagi pars.
F. 117v-118 . « Asiae tabula decima».Deux pages, 540 x 690 mm, un cadre gradué pour chaque page. — Latitude de 11 à 39. Longitude de 109 à 148 ½. 9 parallèles. Climats I à IV. — Frontières de provinces à l’ouest. — Mers : Indicum pelagus, Canthi Sinus, Barigazenus Sinus, Colchicus sinus, Agaricus Sinus, Gangeticus Sinus. — Légendes : au sud de « l’Inde », Transitus navigantium in auream.
F. 119v –120 . «Asiae tabula undecima». Deux pages, 520 x 540 mm, un cadre gradué pour chaque page. — Latitude de 8 Sud à 37 Nord. Longitude de 134 à 180. 12 parallèles en comptant l’équateur. Climats indiqués au Nord : I à IV. — Mers : Gangeticus sinus, Indicum pelagus, Prasodis Mare, Sarabacus Sinus, Magnus Sinus, Teriodis Sinus. — Îles : satirarum insule quo has habitant Caudas habere dicuntur. Un phylactère supplémentaire, surimposé au cadre en bas, signale : Argentem metropolis.
F. 121 . « Asiae tabula duodecima». Une page, 370 x 330 mm. — L’île de Taprobane (Taprobane Insula). — Latitude de 6 Sud à 13 Nord. Longitude de 116 à 135. 4 parallèles, aucun climat indiqué. — Mers : Indicum Pelagus (deux fois), Ippadus au sud.
F. 121v-122 . Table des matières pour les noms de provinces.


F. 123v-124 . Carte moderne.
[carte marine de l’ océan Atlantique ]. Carte marine ajoutée après la table des matières. Double page, sans séparation entre les deux parties de la carte, malgré la pliure, 550 x 720 mm. — Espace représenté : côtes atlantiques de l’Europe et de l’Afrique, depuis la Bretagne jusqu’à l’embouchure du fleuve de Gambie. Au Nord, l’ insula viridis représente vraisemblablement le Groenland , mais dessiné à la latitude de la Bretagne…
La carte ne comporte ni mention de parallèles ou de méridiens, ni graduation. Elle est construite sur le modèle des cartes marines italiennes ou catalanes du XIVe et du XVe siècles, avec un réseau de lignes des vents. Ce réseau est confus et semble avoir été ajouté à la carte à des fins purement décoratives. Le centre principal, à 16 centres secondaires, se trouve en principe au milieu de l’archipel des Canaries. Mais les lignes des vents n’en émanent pas et se recoupent mal. Huit roses des vents sont disposées autour de la carte. Ce sont de triples cercles dorés, orientés comme une boussole par une seule flèche dorée montrant le nord. Chacune signale le point de convergence de 32 lignes noires ou rouges. Elles alternent avec des centres secondaires sans ornement particulier. Aucune échelle n’est indiquée. Les mers et les fleuves sont en vert. Les toponymes côtiers, en dialecte italien et en latin, sont en rouge ou en bleu, sans alternance régulière : ils sont par exemple tous en rouge sur la côte africaine. Aucun nom à l’intérieur des terres, aucun nom de mer. Les fleuves, sauf un, ne sont pas nommés. Les fleuves Guadalquivir et Segura se rejoignent pour ne former qu’un seul canal entre l’Atlantique à la Méditerranée. — Les îles ne sont pas colorées, mais sont nommées en lettres dorées ou bleues.
A la latitude de la Bretagne, l’insula viridis, de qua sit mentio in geographia. — Nomenclature en latin, en lettres bleues.
Très loin à l’ouest, à la latitude de l’Afrique du Nord, Insula Antilia (en bleu), et plus près des côtes insula de sancti brandoni (en bleu également).
A la latitude du Cap Saint-Vincent, en Espagne : archipel des Açores : insula San Luis, insula dopico, Insula de san Iorge, Insula de yho xpo (Jésus-Christ), gratiosa, Insula de san Michele, Insula de Santa Maria.
Au large de l’Afrique du Nord : archipel de Madère et des Canaries (du nord au sud): Insula da madeira, [deserta ], insula de porto sancte, insula de fero, insula de palma, insula dagomeira, [salvagom], [salurigem], insula de tenerife, insula de grandi canaria, insula de forte ventura, insula de lançarote, [roche, a lle grança, gratiosa, sancta clara].
Îles du Cap Vert : Cavo Verde, insula s. vincenti, insula bianca, insula sancte lucie, insula de mais, insula de sal, insula de bona vista, insula bianca (répétition), insula di san philippo, insula di sancto Jacopo.
A l’embouchure d’un grand fleuve, nommé en lettres dorées : rio de Sancasa. Usam manza, buarno, [salvage], bisaao, nhconhi ( ?), et en rouge : sarsangoli, cavo de belege.
Aucune légende, aucune indication à l’intérieur des terres.

Bibliographie

Catalogues: DELISLE (L.), Le Cabinet des Manuscrits, III, p. 362. OMONT (H.), Anciens Inventaires de la Bibliothèque nationale, I, Paris, 1908, p. 294, II, p. 20 et III, p. 41. SAMARAN (C.) et MARICHAL (R.), Catalogue des manuscrits en écriture latine portant des indications de date, de lieu ou de copiste, II, Paris, 1962, p. 492.
Texte et cartes: FISCHER (J.), De Cl. Ptolemaei…operibus. Geographia…, Leyde-Leipzig, 1932, I, p. 120, 127 note, 214, 312-316 (+ dd. p. 548) et sous le sigle L 4 ; II, une pl. DESTOMBES (M.), Mappemondes A.D. 1200-1500, Amsterdam, 1964, p. 248. DEULIN, 1942, p. 19. PFLEDERER, 2009, p. 42. CAMPBELL 1986, 032 et 1987, p. 380.
Décor et codicologie: AVRIL (F.), Le Muse e il Principe. Arte di Corte nel Rinascimento padano, Catalogo, Milano, Museo Poldi Pezzoli, 1991, p. 182-186 (reproductions fol. 1v-2). GARZELLI (A.) et DE LA MARE (A.), Miniatura fiorentina del Rinascimento (1440-1525), Firenze, 1985, t. I, p. 139 ; t. II, fig. 382, 385, 400, 401. HERMANN (H.-J.), La miniatura estense,Modena, 1994, p. 144, note 152. MULAS (P.-L.), « De Borso d’Este à Geoffroy Carles : l’illustration de la sphère armillaire dans un exemplaire enluminé de la Cosmographia de Ptolémée », Bulletin du bibliophile, 1, 2000, p. 57-72.
Histoire:PELLEGRIN (E.), « Les manuscrits de Geoffroy Carles, président du parlement de Dauphiné et du sénat de Milan », Bibliothèques retrouvées. Manuscrits, Bibliothèques et Bibliophiles du Moyen Âge et de la Renaissance, Paris, 1988, p. 417-435. JOSSERAND (P.) et BRUNO (J.), « Les estampilles du département des Imprimés de la B.N. », dans Mélanges d’histoire du livre et des bibliothèques offerts à M. F. Calot, Paris, 1960, p. 264-265.
Expositions:

Bibliographie

1964
Studi di bibliografia e di storia in onore di T. de. Marinis , Vol. III, Verona, 1964, cité pp. 311-313.

1995
A. PUTATURO MURANO, « I codici miniati del XV secolo », Codici miniati della biblioteca oratoriana dei Girolamini di Napoli , a cura di A. Putaturo Murano — A. Perriccioli Saggese, Napoli, Edizioni scientifiche Italiane, 1995, p. 51-104, cité p. 56 (note 4).

1999
Anthony HOBSON, Renaissance book collecting : Jean Grolier and Diego Hurtado de Mendoza, their books and bindings , Cambridge, Cambridge University Press, 1999, cité p. 26 (note n° 18) .
P. L. MULAS, « Du pouvoir ducal à la première domination française : la production de manuscrits enluminés laïcs à Milan », in Léonard de Vinci entre France et Italie « miroir profond et sombre », Actes du Colloque International de l'Université de Caen (3-4 octobre 1996) , ss. la dir. de S. FABRIZIO-COSTA et J.-P. LE GOFF, Presses Universitaires de Caen, Caen, 1999, p. 301-311, cité p. 305 (note n° 20), 306 (note n° 34) + fig. n° 4 [f. 74r].

2002
P. HELAS, « Der fliegende Kartograph. Zu dem Federico da Montefeltro und Lorenzo de Medici gewidmeten Werk. Le septe giornate della geographia von Francesco Berlinghieri und dem Bild der Erde im Florenz des Quattrocento », Mitteilungen des Kunsthistorischen Institutes in Florenz , 46 (2002), p. 270-320 + cité dans Bulletin codicologique n°138 , Scriptorium , 59 (2005)
Emmanuelle VAGNON , " Les fleuves dans les cartes médiévales : l'exemple du Nil", Itineraria , 1 (2002), p. 207-235 + 8 ill., cité p. 229, note 33.

2003
Pier Luigi MULAS, « Les manuscrits lombards enluminés offerts aux français », in Louis XII en Milanais . XLIe colloque international d'études humanistes, s.d. P. Contamine, Paris, Champion, 2003, p. 305-322, cité p. 306.

2004
Seneca. Una vicenda testuale . A cura di T. De Robertis — G. Resta, Firenze, Mandragora, 2004, cité dans notice n° 92.
Dizionario biografico dei miniatori italiani. Secoli IX-XVI . A cura di M. Bollati, Milano, Ed. Sylvestre Bonnard, 2004, cité p. 550 dans la notice du Maestro dell'Antifonario D.R.1 di Busto Arsizio.

2005
The splendor of the word. Medieval and Renaissance illuminated manuscripts at the New York Public Library . Ed. J.J.G. Alexander — J. H. Marrow — L. Freeman Sandler, New York, Harvey Miller, 2005, cité p. 77.

Informations sur le traitement

Notice rédigée par Emmanuelle Vagnon et Marie-Pierre Laffitte (août 2004).

Documents de substitution

Microfilm en noir et blanc. Cote de consultation en salle de lecture : MF 15804. Cote de la matrice (pour commander une reproduction) : R 88141